Image

Les évangiles du lac – Olivier Maulin

Catégorie à éviter | Mots clés: , , |

Les évangiles du lac« Un deuxième roman d’une grande drôlerie […]. Une fable hilarante d’Olivier Maulin«  dixit Baptiste Liger dans Lire d’avril 2008 avec trois étoiles à la clé. Avec en plus une couverture qui me plait beaucoup, le tout édité par la maison d’édition de Pierre Jourde : j’achète !

Le problème est que je n’ai pas ri du tout, et que je n’ai pas réussi à poursuivre au-delà de la page 249…

Nous avons donc un Parigot, Pierre Martineau, qui débarque dans les Vosges pour prendre un grand bol d’air et publier les ennuis de la vie. Le genre de Parigot qui prend tous ceux qui habitent au-delà du périphérique pour des bouseux… L’Alsace, les Vosges, c’est la planète Mars. Du coup, on a droit à une galerie de portraits de gens du cru, censée être drôle mais qui ne m’a pas fait rire (je précise que je n’ai aucune racine vosgienne, ni même alsacienne, contrairement à l’auteur). Le Parigot découvre qu’en plus d’attardés provinciaux, le pays abrite « un strîmkarl norvégien qui crèche vers la source et des chamecos mexicains vers le Bramont. » Et aussi un nokke danois, des kobolds, des poulpiquets farceurs… C’est que Suzy son hôtesse, en plus d’être Vosgienne, est un peu spéciale : elle lit du Tite-Live aux arbres (mais seulement aux hêtres), voire même La Vie de saint Martin. C’est que voyez-vous, l’homme s’étant coupé de la métaphysique et du divin, vit son Age Sombre. Mais ce monde d’égoïsme « sera irrémédiablement et inéluctablement détruit et des cavernes de cristal déferleront les armées oubliées, conduites par un Roi oublié, sur les cités en flammes. » En attendant, Pierre apprend beaucoup auprès de Suzy grâce au mysticisme des arbres et aux résonances cosmiques :

Elle m’a poussé contre l’arbre.

-         Et toi, tu la sens, la vie dynamique ?

-         Peut-être bien…

-         Tu la sens, la sève qui bouillonne ?

-         Ah ouais, ça vient net, là…

-         Tu vois quoi ?

-         Je vois… euh… une bite qui éjacule.

Car bien sûr, « l’acte sexuel, c’est la meilleure façon d’accéder au monde idéal. » Tout à fait mon genre…

Mais je suis bien consciente d’être passée à côté de quelque chose, vu que je n’ai même pas compris la position de l’auteur dans tout ça : il en pense quoi de sa Suzy : caricature ? Le seul qui a l’air de parler encore le patois local est un géant débile nommé Louiele le troll. Alors quoi : retour aux sources ou mondialisation ? Bannik russe sodomite ou Schtroumpfs pour tout le monde ? C’est Lévi-Strauss qu’on revisite ou Bienvenue chez les Ch’tis version est de la France ? Les deux sûrement…

En plus de cet humour qui n’est pas le mien, l’auteur nous accable de longs débats sur le travail, les trains ou l’économie locale qui franchement me fatiguent.

J’ai bien réussi à faire trembler deux ou trois fois mon zygomatique gauche (grâce aux portraits des écolos tendance en particulier), mais le droit reste en rade…

 

Les évangiles du lac

Olivier Maulin
L’Esprit des péninsules, 2008
ISBN : 978-2-35315-034-2 – 343 pages – 21 €

Articles similaires


Nouveau : commentez via votre profil Facebook

8 commentaires sur “Les évangiles du lac – Olivier Maulin

  1. Pour ma part, j’avais lu son premier roman, « en attendant le roi du monde ». J’étais restée totalement froide au destin des personnage qui le composent et n’avait pas du tout aimé la façon dont tout cela était raconter. Je ne me serai donc pas naturellement tournée vers son second roman, mais ton billet confirme ce que je pensais : à éviter. :-D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *