Slumdog Millionaire de Danny Boyle

Slumdog Millionaire de Danny BoyleUne envie de dépaysement et quelques avis enthousiastes m’ont poussée à aller voir ce film et je ne le regrette pas. C’est un conte, avec tout ce que cela implique comme clichés, mais c’est aussi un très beau film sur l’Inde, que je ne connais absolument pas, sur ses quartiers sordides et la vie terrible des enfants des rues.

Le jeune Jamal décide de participer au jeu « Qui veut gagner des millions ». Contre toute attente, lui, le chien des bidonvilles (« slumdog ») répond correctement à toutes les questions alors que des gens bien plus cultivés ont échoué avant lui. Soupçonné de tricherie, il est arrêté par la police et sommé de désigner ses complices et d’expliciter son subterfuge. Mais il se tait, tout simplement parce qu’il n’a pas triché. Reprenant l’enregistrement de l’émission, le flic lui demande pour chaque question comment il a trouvé la réponse. A chaque fois, Jamal raconte un épisode de son enfance, souvent très triste, qui lui a permis de gagner. Comment sait-il quels sont les attributs de la déesse Shiva ? Tout simplement parce que des hindouistes menaient, quand il était enfant, des expéditions punitives contre les musulmans, dont une coûta la vie à sa mère.

Né dans la rue, Jamal a survécu avec son frère Salim, vivant de vols, de petits boulots et d’une incroyable bonne humeur, celle de l’enfance. Leur route croise un jour celle de Latika, qui devient aussitôt le grand amour de Jamal. Il échouera un jour à la sauver d’un type absolument sordide (qui ramasse les enfants des rues, les soigne puis les mutile pour qu’ils rapportent plus d’argent en mendiant dans les rues), et passera le reste de sa vie à la rechercher. C’est la touche romantique de l’histoire, très romantique même (façon Bollywood) : ils n’ont pas de chance, ils sont beaux, ils sont jeunes, ils vont s’en sortir… La fin est d’ailleurs complètement neu neu, mais ça ne fait rien !

Mon résumé est chronologique mais le montage lui ne l’est pas du tout puisque le film commence par l’interrogatoire plus que musclé que subit Jamal (rien moins que de la torture pour parler clairement), puis c’est le début du jeu télé et les souvenirs en flash back qui permettent à la police et aux spectateurs de comprendre comment ce pouilleux des bidonvilles peut connaître les réponses à ce jeu. Un montage très dynamique soutenu par des courses poursuites dans les rues de Mumbai ainsi qu’une musique très énergique qui soutiennent l’attention du spectateur du début à la fin de ces deux heures indiennes. Montage qui permet également de mettre en évidence les disparités de ce pays, entre le luxe des plateaux télé, le sordide interrogatoire et la misère des rues.

Tout l’intérêt du film selon moi, réside dans la découverte de ce pays où règne une immense misère. Le sort des enfants des rues est proprement dramatique et il n’est guère d’autres moyens pour s’en sortir que le vol, la mendicité et la délinquance. Le frère de Jamal choisit cette voie extrême, celle du grand banditisme, alors que Jamal tente de travailler et de s’intégrer (même s’il ne peut prétendre à grand-chose de plus que ramasse-miettes ou passeur de plateaux). Malgré ce contexte sordide, le film est emprunt d’une grande gaieté, d’optimisme et d’épisodes très drôles comme celui où les deux frères volent les chaussures des visiteurs du Taj Mahal pour les revendre dans les bidonvilles.

J’ai littéralement traîné mes deux ados voir ce film, histoire de changer de Batman, et elles ont beaucoup aimé elles aussi.

Ce film est adapté du livre de Vikas Swarup, Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint millionnaire.

Slumdog Millionaire de Danny BoyleAvec Dev Patel, (Jamal Malik), Freida Pinto (Latika), Madhur Mittal (Salim) et des enfants de Mumbai épatants !
Durée : 2 heures – Sortie nationale : 14 janvier 2009

..

Le 30 juin 1860, le petit Saville Kent, trois ans, est assassiné dans sa maison de Road Hill House, dans le Wiltshire. Parce qu’il appartenait à la moyenne bourgeoisie et parce que Scotland Yard et ses fameux détectives venaient de voir le jour, ce fait divers a eu des répercussions…
J'ai lu ce livre il y a plus de vingt ans. J'avais alors été émerveillée et lu aussitôt après Jude l'Obscur et A la lumière des étoiles. Quelques années après j'ai vu le film de Roman Polanski, à la télé certainement : deuxième émerveillement. J'ai gardé en tête bien des…