John Franklin, l’homme qui mangea ses bottes – Anne Pons

Mots clefs :

Partagez via

Avez-vous lu Terreur de Dan Simmons ? Si non, vous devriez, c’est un excellent roman. Il raconte l’histoire du Terror et de l’Erebus, navires partis avec leurs équipages à la recherche du mythique passage du Nord-Ouest. Des cent-vingt-neuf marins et officiers à atteindre le Grand Nord (moyenne d’âge vingt-neuf ans), aucun ne revint : une hécatombe.
Ce passionnant roman m’a donné envie d’en savoir plus sur le capitaine de cette expédition, un certain John Franklin. Je me suis d’abord tournée vers Du bon usage des étoiles de l’auteur québécois Dominique Fortier. Mais à 26,85 euros le livre + frais de port, j’ai renoncé. D’autant plus facilement qu’était annoncé ce livre d’Anne Pons, qui allait me permettre d’en savoir plus sur le personnage.

Quand il part un jour de mai 1845, John Franklin a cinquante-neuf ans et n’en est pas à sa première expédition. Il a déjà pris la tête d’une expédition maritime vers les glaces et d’une catastrophique expédition pédestre. Son excès d’audace et son manque de concertation coûtèrent la vie à plusieurs hommes, les survivants ayant eu à affronter le pire et à manger n’importe quoi, d’où le surnom de Franklin lui-même. Il est ensuite nommé gouverneur de Tasmanie avant de reprendre la mer et la glace pour son ultime voyage. Bien des expéditions avaient échoué et bien des hommes étaient morts lors de ces missions polaires. Mais celle de Franklin doit « mettre un point final à la découverte du passage du Nord-Ouest« , ce fameux passage qui permettra enfin à l’Europe de se rendre en Chine sans faire le détour par le cap de Bonne-Espérance. Mais n’y a-t-il que ça ? Après tous ces morts, ces souffrances, ces conditions de vie extrême, qu’est-ce qui pousse ces gentlemen à partir avec leurs bibliothèques, leur argenterie et leurs douillets gants de peau absolument inutiles ? « Après que tant d’efforts ont été consentis et que l’on touche au but, l’opinion qui domine dans les sociétés savantes et les rangs de la Navy est qu’il nous faut reprendre la recherche du passage du Nord-Ouest. L’état de nos connaissances nous retient de douter du succès de l’entreprise. Si l’Angleterre restait devant les portes qu’elle a ouvertes, à l’est comme à l’ouest, elle serait la risée du monde entier pour avoir hésité à en franchir le seuil… Et cela de façon désintéressée, puisque le succès des Anglais profitera aux autres nations maritimes d’Europe, sans qu’elles aient engagé les dépenses et les risques liés à la découvertes du Pôle. » Foin de l’altruisme anglais, c’est de fierté nationale dont il est question, mais aussi d’honneur personnel : sir John Franklin ne veut plus être celui qui mangea ses bottes mais bien rester dans l’Histoire comme le découvreur du passage du Nord-Ouest.

J’étais donc sur les charbons ardents, je voulais savoir ce qui s’était passé durant ces trois ans de dérive sur les glaces du Grand Nord. Et c’est là que j’ai été bien déçue. Parce qu’une fois appareillés les navires de Franklin, il n’est plus du tout question de leur périple. Evidemment puisqu’ils ont tous disparu corps et biens… Les cent dernières pages de ce livre ne sont donc consacrées qu’aux cinquante-deux expéditions qui entre 1848 et 1859 partirent à la recherche des marins disparus. Aiguillonée par l’infatigable lady Franklin, la Royal Navy y a envoyé ses meilleurs officiers, mais en vain. A ce jour, le corps de Franklin n’a toujours pas été retrouvé. Quelques objets, quelques cadavres et des preuves de cannibalisme que l’Angleterre victorienne, horrifiée, s’empressa d’attribuer aux Inuits… mais de sir John Franklin point de traces… En août 2008, à la faveur de l’année polaire internationale et du réchauffement climatique qui fait fondre la banquise, une énième expédition est partie « pour tenter de retrouver les épaves des trois-mats de l’explorateur britannique« .

On sait donc pas, à l’issue de ce livre, ce qui s’est réellement passé. Si comme moi, vous voulez découvrir ce qui s’y est peut-être déroulé, si vous voulez en savoir plus sur le calvaire de ces hommes incroyables, british jusqu’au pôle Nord, lisez Terreur de Dan Simmons !

John Franklin, l’homme qui mangea ses bottes

Anne Pons
Fayard, 2009
ISBN : 978-2-213-63827-0 – 289 pages – 23 €

39 commentaires Wordpress pour “John Franklin, l’homme qui mangea ses bottes – Anne Pons

  1. 3 mars 2009 at 7 h 12 min

    Oh ben dis-donc, heureusement que je te lis, j’allais l’acheter, j’aurais été cruellement déçue moi aussi…

  2. 3 mars 2009 at 7 h 45 min

    bon au moins c’est clair !! heureusement j’ai Terreur dans ma PAL, lecture imminente ! :D

  3. 3 mars 2009 at 8 h 00 min

    Le titre est quand même bien!!!

  4. 3 mars 2009 at 8 h 51 min

    ma moitié est en train de lire Terror, je dois attendre qu’il termine pour le lire à mon tour… sinon, je vais sûrement lire aussi Du Bon usage des étoiles, quand je pourrais le prendre à la bibliothèque (en dollars canadiens, il est tout aussi cher…)

  5. 3 mars 2009 at 3 h 28 min

    « Du bon usage des étoiles » est très bien, c’est dommage qu’il soit si cher (il circule en ce moment à Paris), de toute façon, une étude documentée et sérieuse ne peut pas répondre à cette question puisqu’on ne sait absolument pas ce qu’il s’est passé, on ne peut que spéculer. C’est fascinant cette histoire. Et ce qui est marrant, ce sont les nombreux ouvrages sur le sujet, d’un coup d’un seul.

  6. 3 mars 2009 at 3 h 29 min

    J’ai noté le livre de Dan Simmons car j’aime beaucoup les récits avec de l’eau et de la glace !
    C’est très appréciable de constater que tu cherches à en savoir plus après une lecture, à faire le tour d’un sujet. J’aime bien cela également ;)

  7. 4 mars 2009 at 1 h 11 min

    Comme Emmyne, je reve de lire Terreur mais je n’ai pas le temps !!

  8. 4 mars 2009 at 9 h 07 min

    L’exemplaire qui circule à Paris est à Caro[line].

  9. 4 mars 2009 at 0 h 55 min

    J’avoue que tu attise ma curiosité avec Terreur…j’ai bien envie de tenter et de partir à la découverte du froid…

  10. 4 mars 2009 at 1 h 41 min

    Penses-tu qu’une fois qu’on a lu Terreur, ce livre d’Anne Pons apporte réellement quelquechose en plus ? J’ai quand même une préférence pour lire le Fortier mais comme tu dis : qu’il est cher !!! Je vais peut-être attendre… Le déluge ? ^^

  11. 4 mars 2009 at 6 h 00 min

    Je n’ai jamais lu Simmons mais là avec Terreur je suis plus que tenté :) Mais quand vais-je le lire…ça c’est une autre histoire…mais je note :)

  12. 4 mars 2009 at 1 h 57 min

    Aah mais excellent ton message! J’ai vu un jour un reportage sur cette expédition (sur arte je crois), et je me suis dit : Il faut que je trouve des livres là-dessus! Et puis j’ai oublié, forcément! Et voilà que tu nous présentes ces livres!! :)
    Ok, encore un Dan Simmons, il me poursuit lui en ce moment (je vais recevoir « Drood » là, mais je ne le connais absoluement pas!) Je note je note!

  13. 5 mars 2009 at 8 h 27 min

    Hors sujet complet : tu es taguée! (je ne t’ai jamais fait le coup, et celui là n’est pas méchant …)
    http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-28383438.html

  14. Aristochat
    5 mars 2009 at 8 h 36 min

    C’est vrai, le livre d’Anne Pons ne décrit pas dans le détail le calvaire de la dernière expédition Franklin, puisqu’il s’appuie exclusivement sur des documents historiques et autres témoignanges, et on ne comprend pas bien (surtout avec les cartes fournies, illisibles, mauvais point à l’éditeur) les différents trajets suivis par les explorateurs (conseil: équipez vous d’une bonne carte, c’est beaucoup plus instructif et amusant), c’est vraiment dommage !. Et oui, « Terror » est bien plus haletant, mais c’est un roman! On comprend en fait assez vite que « L’Homme qui Mangea ses Bottes » est passionnant par la description de ces hommes d’exception de la Royal Navy qui se sont succédés dans cette quête devenue de plus en plus insensée du Passage (ou des restes de l’expédition Franklin) qui n’a JAMAIS eu d’équivalent en termes de moyens mis à disposition, et tout çà avec cette touche british unique (très bien rendue, l’auteur a visiblement une empathie anglosaxonne par ses racines) qui fait vraiment d’eux un peuple à part. L’autre intérêt est le portrait de cette Lady Franklin, qui, sans être vraiment sympathique, a fait preuve d’un courage et d’une détermination exceptionnels pour retrouver son mari. En résumé, il ne faut pas l’acheter pour découvrir ces expéditions dans le détail et frissonner à bon compte (quoique certains passages donnent la pleine mesure des incroyables difficultés que ces hommes ont connues), mais pour s’imprégner d’une ambiance, d’une époque, du courage et de l’inconscience (parfois de la bêtise) d’une poignée de marins ayant affronté le milieu le plus hostile à l’homme (et qui est en train de disparaitre par la folie de ces mêmes hommes).

  15. 5 mars 2009 at 8 h 51 min

    J’ai hésité car c’est vrai que je n’en vois pas sur ton blog je crois me souvenir. Bah, pas de problème !!!

  16. 6 mars 2009 at 9 h 27 min

    Il y a en auteur allemand, Sten Nadolny, qui a écrit un livre sur le même sujet : « La découverte de la lenteur ». Même sujet, mais un éclairage très différent!Très intériorisé. Un roman lent, mais qui m’a complètement aspirée… je n’ai pas pu me défaire des images pendant un long moment…

  17. 7 mars 2009 at 7 h 27 min

    Bon… du coup, faut que je lise Terreur de Dan Simmons… et que je sorte « Du bon usage des étoiles » de ma pile!!! Pour celui-ci, je vais passer mon tour je pense, du moins pour le moment!

  18. Aristochat
    9 mars 2009 at 5 h 38 min

    Merci Yspaddaden, et bravo pour ton blog!

  19. Pascale
    3 mars 2009 at 2 h 02 min

    J’ai déjà noté « Terreur » et je note celui-ci aussi :-)

  20. Sandrine
    3 mars 2009 at 2 h 02 min

    N’oublie pas ton gros manteau, tes mouffles et tes snow boots parce que chez Simmons, quand il écrit qu’il fait froid, tu as froid !

  21. Emmyne
    3 mars 2009 at 2 h 07 min

    Arrrrête ! Je veux Terreur, je veux Terreur, je veux…mais je n’ai PAS le temps. Là, ça fait deux billets trop tentateurs, pitié, ne me fais pas un jamais 2 sans 3.

  22. Sandrine
    3 mars 2009 at 2 h 07 min

    Tu as de la chance : le prochain billet ne devrait pas concerner un livre et le suivant celui de la chaîne des livres proposé par Yohan. Bon après, si je ne bouscule pas l’ordre d’ici là, il y aura un « à lire » et un « à discuter ». Donc ça devrait aller… Mais pourquoi tu n’as pas le temps de lire Terreur ? Ne me dis pas que tu dors la nuit quand même : indigne d’une LCA !

  23. Sandrine
    3 mars 2009 at 3 h 28 min

    Et la spéculation est certainement encore plus excitante que la réalité ! Qui est-ce qui fait circuler ce livre ? Où est-ce qu’on s’inscrit si on n’est pas Parisien ?

  24. Sandrine
    3 mars 2009 at 3 h 29 min

    C’est un sujet fascinant je trouve. Comment ces hommes pouvaient tout quitter pour aller vivre l’enfer et recommencer. Un tel dépassement de soi, je trouve ça extraordinaire !

  25. Sandrine
    3 mars 2009 at 7 h 12 min

    Si tu voulais le lire pour en savoir plus sur cette expédition Franklin, effectivement, tu seras déçue. Mais le reste est intéressant quand même : les expéditions précédentes, l’organisation, la vie de Franklin…

  26. Sandrine
    3 mars 2009 at 7 h 45 min

    tu t’attaques à de gros livres en ce moment… si tu veux frissonner, le Dan Simmons est parfait, dans tous les sens du terme

  27. Sandrine
    3 mars 2009 at 8 h 00 min

    et le pauvre qui a dû trainer ça toute sa vie !

  28. Sandrine
    3 mars 2009 at 8 h 51 min

    Bon, tu fais dans le Simmons en ce moment, c’est très bien. Si tu ne l’as pas lu, je te conseille L’échiquier du mal c’est son meilleur à mon avis (1000 pages, une paille !)

  29. Sandrine
    4 mars 2009 at 0 h 55 min

    Tu verras, ça sera comme si tu y étais : n’oublie pas ton bonnet !

  30. Emmyne
    4 mars 2009 at 0 h 57 min

    Ben, non, je ne dors pas beaucoup la nuit en digne LCA – comment peux-tu douter ??? – mais je cumule les activités et j’essaie désespérement d’écouler mes PAL avant la déferlante du Salon du Livre ( et tu fais ton maximum pour rallonger ma p’tite liste )

  31. Sandrine
    4 mars 2009 at 1 h 11 min

    pour les prochaines vacances alors, mais pas beaucoup de place pour autre chose dans la valise !

  32. Sandrine
    4 mars 2009 at 1 h 41 min

    Sur l’expédition elle-même tu n’apprendras strictement rien, mais sur l’homme, sur l’organisation et les mentalités de ces marins et officiers à l’époque, oui.

  33. Sandrine
    4 mars 2009 at 1 h 57 min

    Drood me fait très envie mais je pense que c’est au-delà de mes capacités en anglais ou ça me prendra un siècle !

  34. Sandrine
    4 mars 2009 at 6 h 00 min

    Si j’arrive à tenter du monde pour Terreur, je suis super contente !

  35. Sandrine
    4 mars 2009 at 9 h 07 min

    Merci !

  36. Sandrine
    5 mars 2009 at 8 h 27 min

    ben j’aime pas trop les tags en fait

  37. Sandrine
    5 mars 2009 at 8 h 36 min

    Oui, ce livre est avant tout un documentaire, il ne faut pas l’oublier, et un documentaire très intéressant. Je me suis laissé emporter par mon envie de romanesque ! Et c’est vrai que cette lady Franklin était une femme de caractère, même si assez antipathique. Et bienvenue l’Aristochat !

  38. Sandrine
    6 mars 2009 at 9 h 27 min

    Le titre n’est pas très engageant, à l’inverse de ton avis. Je note ce titre, merci, j’ai bien envie de faire le tour de cette question.

  39. Sandrine
    7 mars 2009 at 7 h 27 min

    Il faut ABSOLUMENT lire Terrreur, c’est essentiel, et tu auras sans doute envie d’en savoir plus ensuite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current day month ye@r *