Un enfant de Dieu de Cormac McCarthy

Un enfant de DieuAutant commencer par là : j’ai été déçue par cette lecture. Le souvenir encore plein de La Route, merveilleux roman que je classe parmi les meilleurs que j’ai lus, j’avais envie de découvrir l’oeuvre de cet auteur américain, l’un des plus grands actuellement vivants. Et malgré une couverture tout à fait envoûtante, ce livre ne m’a pas captivée comme le précédent.

D’abord un style très dépouillé s’emploie à dessiner le portrait à plusieurs voix d’un homme, Lester Ballard, que l’ignorance, la solitude et la pauvreté ont poussé aux meurtres et à la folie. L’homme glisse peu à peu vers l’animalité, se détournant de ses semblables pour vivre dans la nature, le noir et le froid. Ce froid qu’est l’absence de chaleur humaine qui détache l’homme de sa condition. Ballard se déplace d’un endroit à l’autre, traînant ses maigres biens, jusqu’à ne plus avoir de toit, jusqu’à ne trouver une compagnie que parmi les cadavres de ses victimes.
Loin du gore de certains thrillers, McCarthy s’emploie à suggérer plutôt qu’à décrire. Avec un minimum de mots, de ponctuation et de descriptions (autant physiques que factuelles), McCarthy écrit la déchéance. On en sait si peu sur Ballard que toute psychologie est exclue. Pas de récit d’enfance troublée, pas de traumatisme psychologique. Ballard est bien plus victime des hommes et de la société que d’une quelconque histoire personnelle. Il ne rencontre que des laissez-pour-compte de la société, les rebuts du rêve américain qui au mieux végètent, au pire se détériorent lentement au fil des générations. Abrutis d’alcool, de sexe et de néant, ces hommes et ces femmes régressent et s’excluent de la civilisation. A l’image de Ballard. Mais « à quel moment Lester est-il devenu un monstre ? », à quel moment a-t-il franchi le pas et abandonné tout repère ? La frontière semble si ténue entre ce meurtrier et ses contemporains que l’on peut s’inquiéter du sort de l’Amérique qui laisse grandir de tels serpents en son sein.

Aucune analyse et pas de jugement. Je n’ai pas réussi à entrer dans ce texte d’une grande froideur. Je crois que pour moi, le portrait d’un homme tel que Ballard doit s’accompagner d’une investigation psychologique, totalement absente ici. J’aurais voulu comprendre mais il n’y a pas d’explications. Je reste donc à la lisière de ce roman et tenterai de revenir vers cet auteur avec peut-être Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme.

Cormac McCarthy sur ce blog 

Un enfant de Dieu

Cormac McCarthy traduit de l’anglais (américain) par Guillemette Belleteste
Seuil (Points n°P611), 2008
ISBN : 978-2-7578-1019-4 – 169 pages – 6,50 €

Child of God, publication aux Etats Unis : 1973

..

Amateurs d’étrange et de bizarre, cette série est faite pour vous ! Joe Miller (Peter Krause) est inspecteur de police à Pittsburg. Beau comme un dieu, divorcé, il a la garde de sa fille, Anna, huit ans. Pour son plus grand malheur, on lui remet un jour une clé, celle de…
Ça y est, je l'ai vu ! Après tout le monde ou presque, et surtout après plein d'avis positifs qui m'ont fait choisir ce film plutôt que Gran Torino ou Harvey Milk : malheur ! Parce que je me suis ennuyée, et pas qu'un peu. Déjà, au départ, je ne…