Le voyage d’Anna Blume de Paul Auster

Le voyage d'Anna BlumeC’est pour me réconcilier avec Paul Auster après ma triste lecture du Livre des illusions, que j’ai choisi ce livre. Le but n’est pas vraiment atteint sans pour autant que je sois totalement déçue.

Ce roman se présente comme une lettre qu’Anna Blume écrit à un homme qu’elle a aimé. Environ quatre ans auparavant, elle a quitté son pays par bateau pour rejoindre la ville, là où son frère William, journaliste, l’a précédée et dont elle est sans nouvelle. On ne saura jamais où se situe cette ville, c’est de l’intérieur qu’Anna la décrit.

Anna, à peine vingt ans, arrive pleine d’espoir, mais elle se rend vite à l’évidence : elle va devoir apprendre à survivre, à être plus forte que les autres. Les gens doivent se battre pour conserver un logement, pour trouver à manger et de quoi se vêtir. Le vol est la règle, on dépouille même les morts. Elle va rencontrer diverses personnes avec lesquelles elle va vivre et même attendre un enfant.  Mais la misère est partout, les gens dorment dans les rues et les plus beaux idéaux se fracassent contre la sordide réalité. Les descriptions d’Anna sont d’une tristesse noire et chaque parenthèse de relatif bonheur est suivie de drames.

Il ne s’agit pas d’un roman post apocalyptique, à l’image de La route de Cormac McCarthy par exemple, puisqu’il n’est dit nulle part que la fin du monde a eu lieu. Il s’agit plutôt d’un État totalitaire, complètement fermé dont on ne peut plus sortir une fois entré, un État qui a eu une idéologie, une politique mais qui s’est effondré sous la dictature ; ailleurs, là où vit le correspondant d’Anna par exemple, tout est encore possible. J’ai beaucoup pensé à Cuba en lisant ce livre, mais ce n’est que mon point de vue.

J’ai trouvé ce texte assez long. Il s’apparente au genre de la dystopie (contre utopie) qui a donné lieu à des textes par ailleurs bien plus stimulants. En choisissant de faire de son roman une longue lettre, Paul Auster opte pour la description, sans pratiquement aucun dialogue. Le lecteur n’a donc que les yeux d’Anna pour imaginer la ville ce qui en fait un texte relativement monotone.

Autre livre de Paul Auster sur ce blog : Invisible

.

Le voyage d’Anna Blume

Paul Auster traduit de l’anglais (américain) par Patrick Ferragut
Actes Sud, 1989
ISBN : 2-86869-415-2 – 201 pages – 18 € (existe en poche)

In the Country of Last Things, parution aux États Unis : 1987

..

Alors qu'il n'est encore qu'un enfant, Daniel pénètre dans le Cimetière des Livres Oubliés. C'est un sanctuaire, un lieu où « les livres dont personne ne se souvient, qui se sont évanouis avec le temps, continuent de vivre en attendant de parvenir un jour entre les mains d'un nouveau lecteur, d'atteindre…
"L'amour n'est pas le ciment le plus fort entre deux êtres. C'est le sexe." Dès la première phrase du roman de Tarun J Tejpal, les deux maîtres mots du livre : amour et sexe. Près de sept cents pages d'amour et de sexe pour conclure : "Le sexe n'est pas…