Miss Charity de Marie-Aude Murail

Miss CharityMiss Charity est un roman pour la jeunesse. Je ne sais pas s’il plaira aux adolescent(e)s, mais pour ma part, j’ai été séduite. Des adolescentes, j’en ai deux à la maison qui ont ouvert ce livre ensemble et lu le premier dialogue (juste cinq lignes après le début) : « Maman, lisant : quelle est la principale fin de la vie humaine ? – Moi, récitant : c’est de connaître Dieu« . Après un « Ah, ouais d’accord… » blasé et commun, leur lecture s’est arrêtée là… Il faut dire que la chose pèse cinq cent soixante deux pages et un kilo deux cent cinquante. Et pour finir côté séduction, ce roman est essentiellement composé de dialogues disposés sur la page comme jadis ceux de la comtesse de Ségur…
Étant un peu plus tolérante qu’une adolescente, et déjà tentée par maints billets élogieux, je me lançais dans l’aventure le coeur léger et le bras musclé.

Tout commence alors que Charity n’est encore qu’une enfant. Née en 1870, elle est la fille unique de parents très lointains qui pourtant vivent sous le même toit qu’elle : un père qui lui adresse un mot par an et une mère uniquement préoccupée par ce qui est convenable. Charity passe tout son temps avec sa bonne dans sa nursery jusqu’à un âge très avancé. Pendant que ses propres cousines, qui ne sont pourtant pas des dévergondées, lient toutes sortes d’amitiés, l’enfant, puis la jeune fille ne connaît que la compagnie des petits animaux qu’elle accumule dans sa chambre : souris, rats, oiseaux, lapins, crapauds… une belle ménagerie qu’elle commence très tôt à peindre à l’aquarelle.
Bientôt, elle se rend à l’évidence : les animaux l’intéressent beaucoup plus que toutes ces jeunes filles qui minaudent et intriguent et ces femmes qui s’évanouissent à tout bout de champ et cultivent leurs nerfs. En grandissant, Charity devient une femme radicalement différente, une femme qui va gagner sa vie (au grand dam de sa mère) en vendant des livres illustrés pour enfants.
C’est la vie de la célèbre Beatrix Potter que Marie-Aude Murail romance ici avec beaucoup de légèreté et de romanesque. La société victorienne est vue de l’intérieur, dans toute son imbécile rigueur féminine. Mais elle n’en fait pas une révolutionnaire, juste une femme différente qui trouvera malgré tout une place grâce à une grande force de caractère et une ouverture d’esprit qui se moquent du qu’en-dira-t-on. Elle est donc forcément solitaire cette jeune fille et originale puisqu’elle ne cherche pas de riche mari, ne fréquente pas les bals et se soucie avec grandeur d’âme de son prochain.

Les illustrations de Philippe Dumas qui nous rappellent le trait de Beatrix Potter sont un atout incontestable de ce roman avec lequel j’ai passé un agréable moment. Par contre, quels jeunes lecteurs il séduira, je ne sais pas…

.

Miss Charity

Marie-Aude Murail
L’Ecole des Loisirs, 2009
ISBN : 978-2-211-08925-8 – 562 pages – 24,80 €

..