Fume et tue d’Antoine Laurain

Fume et tueFabrice Valantine est chasseur de têtes, et fumeur. Gros fumeur. Sa femme ayant entendu dire que l’hypnose était un moyen très efficace pour arrêter de fumer, le voilà dans le cabinet d’un certain Di Caro. Fabrice ne sait pas ce qu’il lui raconte mais quand il en sort, il n’a plus envie de fumer, terminé. Et sa femme de se réjouir, et lui de se sentir orphelin de sa vieille amie, sa compagne de toujours, celle du spleen et de la joie, des soirées festives ou solitaires. La séparation ne dure que quelques semaines, mais quand il retrouve ses Benson, le plaisir n’est plus au rendez-vous. Voilà Fabrice souffrant de « frigidité tabagique« . Comme dépouillé, frustré d’une sensation de bien-être nécessaire, il ne ressentira ce plaisir unique qu’après avoir tué, en situation de légitime défense, un agresseur qui voulait le planter pour une clope. Fabrice comprend qu’il va devoir tuer pour retrouver ce plaisir-là. Cette extase mystique digne de Sainte Thérèse ne lui sera plus accordée que dans le sang. Alors Fabrice recommence et devient un véritable serial killer.

Antoine Laurain fume. Beaucoup. J’imagine que les lois anti-tabac ont dû l’agacer. Brusquement, du jour au lendemain, les fumeurs ont été chassés comme des pestiférés et certains non-fumeurs sont devenus plus pénibles que les fumeurs eux-mêmes. Avec la loi de leur côté, ils se sont transformés en justiciers, enfin heureux de pouvoir se venger du tabagisme passif qui leur rongeait les poumons depuis toujours. On les comprend, sauf quand on est fumeur… Antoine Laurain a mis dans ce livre tous les excès et les affrontements suscités par ces lois, mais il a aussi retracé son bonheur de fumeur, sujet incompréhensible pour qui n’est pas de ce bord. Fumer est certes une dépendance néfaste et de plus en plus coûteuse, mais la cigarette pour le fumeur est bien plus qu’un tube en papier rempli de tabac. C’est une compagne fidèle qui apaise et soulage. Pour Fabrice Valantine, fumer c’est aussi afficher sa liberté, c’est sa façon de ne pas accepter le diktat ambiant. Avec humour, Antoine Laurain évoque sa première cigarette et bien des situations cocasses ou gênantes dues à la tabagie. J’aime assez le regard qu’il porte sur la société, sur les gens et les contradictions d’un temps qui ne sait plus quoi préconiser pour qu’on vive encore plus vieux alors que nous sommes déjà ici-bas bien trop nombreux… Ne pas fumer, faire de l’exercice, ne pas manger trop gras, trop sucré, trop salé, se gaver d’endives bouillies et surtout rester souriant ! De cette vie de frustrations, Fabrice Valantine ne veut pas mais il va aller décidément trop loin pour retrouver le plaisir.

Les fumeurs devraient apprécier ce porte-parole à la plume alerte. Les autres aussi, s’ils aiment l’humour souvent cynique de cet auteur qui en plus d’avoir de bons goûts musicaux possède déjà une belle écriture.

Antoine Laurain sur Tête de lecture D

.

Fume et tue

Antoine Laurain
Le Passage, 2008
ISBN : 978-2-84742-111-8 – 279 pages – 17 €

..

Je cherche depuis un certain temps la meilleure façon de débuter ce billet sur le roman de Philippe Fusaro, et je tourne autour sans trouver. Au mieux, ça donnerait : c'est l'histoire d'un type qui met cinquante ans à mourir dans un hôtel. Pas très engageant comme tournure et pourtant,…
Le secret a été publié en 1856. Wilkie Collins est souvent décrit comme précurseur du roman policier et du roman à suspens. Mais il ne s'agit pas ici d'un roman policier, et après lecture, j'ai du mal à me dire qu'il existe dans ce livre le moindre suspens... Août 1829 :…