Les âmes grises de Philippe Claudel

Les âmes grisescoeur animéIl m’a été impossible de reporter ma lecture jusqu’au lendemain. Impossible de refermer Les âmes grises en me disant que je saurais, demain, ce qui était arrivé à tous ces gens. J’ai lu au-delà de deux heures du matin, et en vérité, ça m’arrive rarement. Quelques heures passées avec Philippe Claudel à me dire que tout était là, à sa place pour que la sobriété du style donne une puissance incroyable à ce livre, pour que des destins mineurs deviennent des tragédies et que l’intrigue tourne au suspens le plus saisissant.

Quelle frustration de ne pouvoir rien en dire ! A tous ceux qui n’ont pas encore lu ce magnifique roman, je recommande de pas lire ce billet plus avant, qui ne révèlera pas grand-chose, mais trop encore tant il est préférable d’y entrer en n’en sachant le moins possible.

Tout commence par la découverte du cadavre d’une petite fille par un froid matin de 1917. Elle a été étranglée, elle s’appelait Belle, on l’appelait Belle de jour. Malgré la guerre qui gronde aux portes de ce petit village de l’Est de la France, cette mort accable la population. L’enquête commence.
Mais le narrateur anonyme, dont on ne comprendra la profession que fort tard dans le livre ne choisit pas de reconstituer les événements chronologiquement. Bien au contraire, les étapes de ce qui tint lieu d’enquête se mêlent à l’évocation de souvenirs plus lointains, au début de la guerre, quand Lysia Verhareine arrive au village pour prendre le poste d’institutrice. Elle est comme une illumination, un bonheur tombé du ciel en cette période déjà funeste. Et pourtant, personne ne sait rien d’elle et personne ne saura expliquer son suicide, sauf le narrateur, à la toute fin du roman.

D’une digression à l’autre, Philippe Claudel emporte son lecteur au cœur de tous ces gens. Quelques mots, une mise en situation, et vous voyez le procureur Destinat, le juge Mierck, Clémence ou le docteur Lucy comme si vous les aviez déjà rencontrés. Avec une étonnante force d’évocation et une grande économie de mots, les personnages prennent vie et leurs destins deviennent tout à coup primordiaux. Pris dans la tourmente de l’Histoire, certains vont se montrer grandioses, d’autres mesquins, d’autres vont doucement s’éteindre, comme ce XIXe siècle qui vient agoniser dans les tranchées. Les plus touchants portent au cœur des blessures d’amour que l’auteur esquisse peu à peu par la voix d’un narrateur concerné au premier chef. C’est immensément triste mais tellement juste, tellement naturel et humain que je suis restée en admiration devant la maitrise de l’auteur. Il n’en fait jamais trop, n’exagère pas certaines scènes  pourtant tragiques, ne donne pas dans les clichés de la Première Guerre mondiale. La guerre est à côté, elle teint le paysage et les âmes en gris, elle scelle les destins et raccourcit les rêves, c’est une musique de mort, le chant des canons, qui accompagne les gens dans leur quotidien.

« J’ai traîné un moment, en ne pensant pas à grand-chose, sinon à Clémence et au petit qui était dans son ventre. J’avais un peu honte d’ailleurs, je m’en souviens, de penser à eux, à notre bonheur, alors que j’étais à marcher près de l’endroit où on avait tué une fillette. Je savais que dans quelques heures j’allais les revoir, elle et son ventre rond dans lequel, lorsque j’y appliquais l’oreille, j’entendais les battements de l’enfant et sentais ses mouvements ensommeillés. J’étais sans doute, en ce jour glacé, le plus heureux de la terre, au milieu d’autres hommes non loin qui tuaient et mouraient comme on respire, tout près d’un assassin sans visage qui étranglait les agnelles de dix ans. Oui, le plus heureux. Je ne m’en voulais même pas.« 

Le style de Philippe Claudel traduit toute la rancune du narrateur, un homme qu’on comprend peu à peu au bord de l’abîme. Son style haché, ses digressions, ses interpellations au lecteur traduisent toutes ses difficultés à s’exprimer, à expliciter le drame de sa vie qui forme un tout avec les deux jeunes mortes. L’écriture suit un flot de pensées fébriles et pourtant minutieusement ordonnées de façon à maintenir le suspens jusqu’à la toute fin du livre.

J’ai été totalement saisie par Les âmes grises, le style de Philippe Claudel m’impressionne beaucoup. C’est pourquoi je n’ai pas envie de voir le film qui en a été tiré, j’appréhende la réduction au format bon téléfilm. C’est le style qui fait la force de ce roman, pas l’histoire, je ne préfère pas gâcher l’expérience.

Philippe Claudel sur Tête de lecture et la thématique Première Guerre mondiale

 

Les âmes grises

Philippe Claudel
Stock, 2003
ISBN : 978-2-234-05603-9 – 284 pages – 18.80 €

..

Deux Victoriens dans un même livre, en ces temps de lectures peu enthousiastes de l'un et de l'autre, ça vaut bien la peine de se pencher sur ce roman policier, aussi londonien que suisse, quel mélange ! Le jeune Walter Wilding est négociant en vin à Londres. Il a repris une…
C'est la première fois que je lis un Poulpe, un grand merci à celle qui m'a permis de combler cette lacune. Même pas Malte s'inscrit dans une longue série dont je ne ferai pas l'historique, la page Wikipédia qui lui est consacrée le fait bien mieux que moi.  Je dirai…

107 commentaires sur “Les âmes grises de Philippe Claudel

  1. Carine

    J’ai adoré, moi aussi ce magnifique livre et j’ai été, comme je m’y attendais, très déçue par l’adaptation …

    • Ah, j’en étais sûre ! Quand j’ai vu la distribution, je me suis dit que ça devait donner un film français, mais au plus mauvais sens du terme, un téléfilm triste. Je reste donc sur mon idée, pas le film !

  2. Il est sur ma LAL, je n’ai donc pas lu ton billet. Il faut vraiment que j’arrive à le lire cette année.

    • J’ai été étonnée de constater qu’il n’était pas beaucoup chroniqué sur la blogosphère, c’est bien dommage, il est vraiment bon ce livre.

  3. alinea

    je note donc ce livre sans aller plus en avant dans ton billet.

    • Je n’aurais pas dû écrire cette phrase, je sens que personne ne va le lire mon billet 😉

  4. Stephie

    Je l’ai lu il y a un petit moment déjà et je dois avouer que je me suis ennuyée sur de nombreux passages. Même si l’histoire des personnages s’est révélée touchante.

    • ??? Ennuyée ? Ben zut alors… moi je suis restée accrochée à ce livre comme si c’était un thriller ou un livre d’aventures !

  5. Tiens, un désaccord entre nous ! Ce livre a été une énorme déception pour moi, mais je ne peux plus l’exprimer en mots car ma lecture remonte à très longtemps.
    Mais j’ai quand même « Le rapport brodeck » dans ma PAL, car je ne m’avoue pas facilement vaincue !

    • Ben là, je suis triste. Parce que c’est un livre que j’aimerais que tout le monde aime tellement je le trouve fort autant pour ce qui est du style que de l’histoire et de la construction 🙁

  6. Je suis ton conseil, je ne lis pas plus. Je dois le lire depuis longtemps, celui-là…

    • Même si tu ne lis pas mon billet, j’espère que mon gros coeur sur pattes et mon enthousiasme des premières lignes de donneront envie de t’y plonger car il en vaut vraiment la peine.

  7. Je partage tout à fait ton enthousiasme, c’est un très bon souvenir de lecture par contre le film m’a déçu malgré de bons acteurs on ne retrouve pas le climat et la pression haletante que l’on ressent dans le livre

    • Je pense que dans le film, il n’ont pas pu rendre la construction très saccadée du livre (qui fait par exemple qu’on demeure longtemps sans savoir la profession du narrateur). Et puis le style, vraiment, difficile de ne pas le gâcher en passant à l’image.

  8. emmyne

    Un de mes grands coups de coeur lecture ce livre là, d’une force incroyable qui touche au coeur et m’a laissée impresionnée ( plus encore que La petite fille de Mr Linh ), tout en atmosphère et humanité comme j’aime et j’admire. Il est urgent que je lise Le rapport de Brodeck.

    • C’est vrai ! Ah, dans mes bras ! Ça me fait vraiment plaisir que l’on soit sur la même longueur d’ondes pour ce livre-là. Je ne sais pas si je vais lire bientôt d’autres livres de cet auteur, je me dit que ça sera forcément moins bien…

  9. Ce livre m’a laissé un très bon souvenir! Je comprends que se soit un coup de coeur pour toi!

    • Je suis certaine de m’en souvenir longtemps moi aussi.

  10. Voici un livre que j’avais énormément envie de lire : je l’avais acheté dès sa sortie. Malheureusement ce fut aussi un énorme déception : je ne l’ai pas terminé. 🙁

    • Ton com’ me laisse sans voix… j’ai du mal à imaginer comment une lectrice comme toi peut ne pas aimer. Mais bon, je comprends puisque que les coups de coeur de certaines ne me plaisent pas… mais quand même, je suis toute triste… tu voudrais pas recommencer, dis ? 🙂

      • 😆
        Je l’ai lu il y a quelques années maintenant, peut-être mes goûts ont-ils changé ?
        Je crois que je tenterai d’abord avec un de ses autres romans … pour revenir vers celui-ci par la suite, si jamais mon deuxième essai s’avère concluant. 😉

  11. Il est dans ma PAL ! Il est dans ma PAL ! Yeepee ! (enfin je crois… à vérifier…) ^_^

    • Mais elle est où ta PAL, hein ? Je t’aurais proposé une lecture commune si je la voyais !

  12. C’est un livre que j’ai vraiment envie de découvrir…alors j’ai suivi ton conseil, je n’ai pas lu ton article!!!!

    • Alors lis vite ce livre et reviens me dire si tu as le même ressenti que moi !

  13. Ça fait des années qu’il est sur ma PAL, pourtant j’avais beaucoup aimé « La petite fille de Monsieur Linh » du même auteur, je ne sais pas pourquoi je n’arrive pas à me décider à lire celui-là. Je pense que je vais profiter du challenge lancé par Fashion pour le lire, et voir l’adaptation dans la foulée…

    • Eh bien je serais curieuse de lire ton avis sur cette adaptation, qui sait, je rate peut-être quelque chose !

  14. J’ai adoré ce roman moi aussi ! A tel point que je n’ai même pas voulu aller voir l’adaptation ciné ! A tel point que j’ai été très déçue par « la petite fille de Mr Linh » et que, du coup, je n’ai pas encore osé lire « le rapport de Brodeck », dans ma pal depuis sa sortie !

    • C’est exactement ce que je crains. Je ne sais pas si Philippe Claudel est un bon auteur, c’est le premier de ses romans que je lis, mais a-t-il pu écrire plusieurs romans aussi bons de suite ? Je vérifierai un peu plus tard…

  15. Je n’ai lu que le début et la fin de ton billet… qui m’intrigue ! Si c’est une lecture de celles qui vous happent, il faudra peut-être que je la tente !

    • Oui, obligée, tous ceux qui ne finissent pas mon billet s’engagent à lire le livre dans la semaine 😉

  16. J’ai découvert Philippe Claudel avec ce livre et depuis je lui reste fidèle. Il a une écriture véritablement enchanteresque. Pas vu le film non plus, à part des extraits histoire de voir quelles têtes ils avaient choisies pour les personnages.

    • J’attendrai un pour les autres, je reste sur mon nuage avec celui-là !

  17. J’ai commencé à lire attentivement ton billet et j’ai suivi tes conseils, je me suis arrêtée pour ne pas trop savoir et apprécier la lecture de ce livre à venir.

    • Je suis ravie qu’il soit à ton programme, je suis absolument persuadée qu’il te plaira.

  18. Comme je l’ai lu, j’ai pu aller jusqu’au bout de ton billet, dans lequel je retrouve complètement ce que j’avais ressenti à cette lecture. J’ai lu depuis « Le rapport de Brodeck », qui ne m’a pas déçue, qui traite lui aussi d’un sujet particulièrement difficile, et dans lequel Claudel met également le doigt sur les bassesses des individus.
    Les billets correspondants sont ici :
    http://bookin-ingannmic.blogspot.com/2009/03/ames-grises-philippe-claudel.html
    http://bookin-ingannmic.blogspot.com/2009/09/rapport-de-brodeck-philippe-claudel.html

    • Je viens de lire tes deux billets. Je lirai certainement Le rapport Brodeck mais plus tard car je préfère rester sur mon impression pour l’instant. Il semble dans ce livre aussi utiliser une narration qui ne dévoile que peu à peu les choses, j’aime bien ce genre de roman un peu puzzle où le lecteur doit reconstituer la chronologie pour comprendre les événements.

  19. Je ne l’ai pas encore lu donc je suis ton conseil et ne lit pas ce billet! Je note par contre le titre et le souligne parce que tu me donnes très envie de le découvrir!

    • Moi je dis que si tu files à la bibliothèque, tu vas le trouver et passeras un bon moment !

  20. Décidément, nous ne sommes pas sur la même longueur d’ondes côté lecture. Même si je reconnais la grande qualité d’écriture de Monsieur Claudel (j’ai adoré ‘la petite fille de Monsieur Linh’), quelque chose m’a gêné dans ce livre que je ne sais pas vraiment définir…

    • Je comprends ça, l’ambiance n’est quand même pas à la joie, meurtre d’enfant, suicide… on a pas forcément envie de s’enthousiasmer pour ça…

  21. Je suis heureuse d’avoir partagé cette lecture avec toi. Comme toi, j’ai été habité par les personnages, charmée par l’écriture de l’auteur. Une lecture difficile car sombre, froide et triste. Un livre ensorcelant. Une chose est sûr c’est que les deux livres que j’ai lu de Philippe Claudel, me donnent envie de lire ses autres ouvrages. Merci encore à toi, pour cette belle idée de « lecture commune ». Bisous

    • Je suis ravie que tu débutes les lectures communes aussi bien (je ne savais pas que je te portais sur les fonds baptismaux !). Expérience à renouveler, avec plaisir pour moi aussi.

  22. calypso

    Contrairement à Anjelica, j’ai largement préféré Les âmes grises à La petite fille de monsieur Linh.

    • Reste Le rapport Brodeck qui va finir par m’intriguer…

  23. et bien quel chaleureux engouement on sent chez toi ! De mon côté, il reste à lire…

    • Tant mieux, tant mieux, j’espère pouvoir toutes vous convaincre de lire ce livre.

  24. Edelwe

    Dans ma pal depuis un bon moment!

    • C’est mal ! Commence ce soir tu verras, demain tu auras fini !

  25. Voilà un Claudel que je n’ai pas encore lu !! Un jour, c’est sûr.

    • Pour une fois que je peux te conseiller un livre qui je pense te plaira, vraiment, il faut que tu le lises.

  26. Je n’ai pas lu le livre mais j’ai adoré le film! Triste mais vraiment très beau!

    • Ah bon, il t’a plu le film, et moi qui me méfie…

  27. Quel livre effectivement. Fort et superbement écrit. Dommage que le film soit si mauvais.

    • Décidément, les avis sont partagés sur cette adaptation…

  28. Un livre magnifique

    • C’est un homme qui m’a donné envie de le lire, un lecteur de la bib. Il me l’a ramené et en m’en parlant, je le sentais tellement ému que j’ai eu envie de le lire. Oui vraiment, un livre magnifique.

  29. Je suis une inconditionnelle de Philippe Claudel. Le meilleur écrivain français contemporain que j’aie lu jusqu’ici à mon avis.
    L’adapation est très bonne, mais il vaut mieux que tu ne la regardes pas tout de suite effectivement.

    • Le meilleur c’est vrai, il était donc bien temps que je le découvre !

  30. Oui bon, tout cela n’incite pas à te lire Ys ^^
    Il est sur ma LAL mais rien qu’en lisant le début de ton billet, j’ai eu l’impression que l’achat de ce roman était une question de vie ou de mort 😉
    Bref, je le surligne deux fois au fluo dans ma LAL!!!

    • C’est vrai, mais je n’ai vraiment pas envie de gâcher la lecture des futurs lecteurs. Je crois qu’il vaut mieux découvrir le livre comme moi, en n’en sachant rien.

  31. Je n’ai plus le choix, il faut que je le lise 🙂

    • J’aime bien quand mes billets font cet effet-là 🙂

  32. J’ai aimé retrouver ici ce beau roman de Philippe Claudel. (Si cela vous intéresse, je lui ai consacré un billet.)

    • Merci pour ce commentaire qui m’a permis de lire un autre billet sur ce livre (ils ne sont pas si nombreux) et de découvrir votre blog. A bientôt.

  33. Brigitte Francois,

    Moi aussi j’ai adoré ce roman, comme tous les écrits
    de Philippe Claudel. j’ai lu 16 romans, nouvelles et documents car il est mon auteur préféré. j’aime particulièrement « meuse l’oubli ». Le film, je l’ai trouvé un peu terne mais je n’ai pas détesté. Avez vous vu « Il y a longtemps que je t’aime » ? c’est trés beau et touchant.

    • C’était mon premier contact avec cet auteur, je ne savais pas qu’il avait écrit tant de textes. J’y reviendrai. Je n’ai pas vu ce film, en vérité, je crains un peu le côté très beau et très touchant, justement…

  34. Ce livre avait été un coup de coeur pour moi aussi !
    Par contre je ne suis pas attirée par l’adaptation au ciné. Sans la plume de Claudel, une part de l’atmosphère de cette histoire sera perdue…

    • C’est exactement ce que je crains, Les âmes grises sans l’écriture de Claudel risque de me décevoir.

  35. Il est à la bibliothèque, il faut que je lise ce livre.

    • J’espère vraiment qu’il te plaira, je n’ai pas envie que quelqu’un soit déçu par ce livre.

  36. Bonjour !
    Un roman que je dois lire…

    • Bonjour et bienvenue ici !

  37. Ce fut aussi pour moi un coup de coeur et il me trottait déjà dans la tête l’envie de le relire, de me replonger dans cette atmosphère si particulière.

    • Une atmosphère très particulière en effet, grâce à une très belle écriture que je suis enchantée d’avoir découvert.

  38. Hathaway

    Je me souviens avoir dévoré aussi ce petit livre, mais bien avant que je commence mon blog, d’où l’absence de billet…
    J’avais été très touché par l’écriture et l’histoire mais depuis je n’ai pas lu d’autre livre de cet auteur.

    • Est-ce que tu veux qu’on lise ensemble Le rapport Brodeck au second semestre de cette année, tous ces commentaires élogieux me donnent envie de m’y remettre finalement ?

  39. J’obéis : je ne lis pas plus avant ton billet… mais je note ce livre ! 😉
    Tu as troqué ton logo « Indispensable » contre un logo coeur ou tu ne classes tout de même pas ce livre dans tes indispensables ?

    • Tu es très attentive toi ! Effectivement, il y a les « à lire », les « à lire + coup de coeur » et les « indispensables » : trois catégories très proches, la dernière demeurant vraiment très exceptionnelle.

  40. j’ai lu sa « trilogie » Les âmes grises, Le rapport de Brodeck et La petite fille de monsieur Linh. J’ai aussi vu des vidéos de lui répondant à des questions de lycéens sur Le rapport de Brodeck où il en vient à parler de son écriture en générale ( http://lcomloth.over-blog.com/10-categorie-11172807.html ) qu’il dit spontanée (ce qui paraît hallucinant quand on voit la richesse du style, je suis d’accord) et lu une interview réalisé par des lycéens qui ont lu les trois oeuvres ( http://lcomloth.over-blog.com/article-questions-de-lyceens-a-philippe-claudel–37326336.html ) où il parle de l’importance du titre des âmes grises, de son écriture encore un fois ( « Je ne réfléchis jamais lorsque j’écris. J’écris de façon animale. » ), des thèmes et de sa façon d’aborder ces thèmes, de son identification à ses personnages, et de pleins d’autres choses…
    J’ai beaucoup aimé cette trilogie ancrée dans un monde au-delà du réel, plein de noirceur mais aussi de belles choses quand on cherche bien… je les ai découvert à la rentrée, avant d’ouvrir mon blog, donc je n’en parle pas dessus… :S

    • Je suis allée voir les vidéos : merci c’est très intéressant d’entendre un écrivain parler de son travail, et les questions son très pertinentes.

  41. Je lis vite-vite, vu qu’il est dans ma « pile à lire bientôt » mais je note le petit coeur!!!

    • Ah, c’est bon pour ce livre la « pile à lire bientôt », et il le mérite !

  42. Je n’ai pas lu le livre, mais vu le film et vraiment je te déconseille de le voir, je l’ai trouvé tellement ennuyeux. Vu ton billet, il ne rend donc visiblement pas hommage au livre.

    • Je vais m’abstenir sans problème, je vais plutôt chercher « La leçon de piano » dont tout le monde me dit tant de bien.

  43. J’ai tellement détesté le rapport de Brodeck… Il faudra bien pourtant que je donne une deuxième chance à cet auteur encensé par tout le monde alors pourquoi pas avec celui ci.

    • Et bien moi, je vais certainement finalement tenter de rapport…

  44. Moi aussi ça a été un de mes grands coups de coeur il y a 4 ans 🙂 ça me fait pensé que je n’ai pas encore vu le film.

    • Si tu as lu les commentaires, je crois que la majorité des gens ne le trouve pas indispensable…

  45. Mon coup de coeur de 2007 !
    Pour les mêmes raisons que toi. Claudel est un bel écrivain.

    • Ravie d’avoir ce coup de coeur littéraire en commun, ça n’est pas si souvent. Je continue Claudel alors, ce lecteur qui me l’a conseillé ne sait pas à quel point il a bien fait !

  46. J’ai adoré Le rapport de Brodeck qui a été un grand moment d’émotion.
    Par contre j’ai été échaudé par Les âmes grises. j’ai vu le début du film qui ne m’a pas convaincu et donc pas convaincue de lire le livre. Ton avis et les commentaires élogieux qui suivent me convainquent du contraire !!!
    Je le note !!

    • Il ne fallait pas commencer par le film, je le crains… m’étonne pas qu’il ne t’ait pas donné envie de lire le livre…

  47. Je n’ai encore rien lu de Claudel, sinon des extraits d’oeuvre… SHAME!!!!!!!!!!
    Bon, j’ai tout de même « La petite fille de monsieur Linh » sur ma PAL…

    • Malheureusement, on n’aura pas assez d’une vie pour lire tout ce qui nous tente, c’est une frustration constante !

  48. quelle bel éloge, je le note sans plus attendre 🙂

    • Il faut lire ce livre, vraiment, c’est un grand moment de lecture.

  49. Schlabaya

    Je n’ai pas vu le film, je ne sais pas s’il y a podsibilité de faire quelque chose de bien… Arès tout, l’adaptation d’Uranus (de Marcel Aymé) tient la route, pourtant au départ vu le bouquin très austère ça n’était pas gagné. Beau roman en tout cas, immensément triste. J’étais en larmes à un moment, à cause du bébé… À tout prendre, j’ai trouvé le Rapport de Brodeck moins sinistre.

    • Uranus est aussi un livre très fort, qui m’a beaucoup marquée à la lecture il y a déjà bien longtemps. Il faudrait que je le relise. Je n’ai pas vu l’adaptation.

  50. Ce roman de Philippe Claudel reste encore imprimé dans mon esprit, plus d’un an après sa lecture ! C’est dire tout l’impact, la force, la prégnance de cette histoire et de l’écriture de l’auteur, qui ne fait jamais dans le pathos … Les personnages sont tous justes dans le ton, l’atmosphère est tendue, on sait la guerre présente à côté, pas loin et pourtant la vie continue comme si de rien n’était. L’auteur nous décrit ce village encore plongé dans le 19ème Siècle, alors que la guerre a plongé la société dans le 20ème Siècle ! Je n’ai pas encore vu le film, mais tous ceux qui l’ont vu, ont été sous son charme, tant les acteurs jouent le ton juste et vrai. Un vrai chef d’œuvre !

    • Si tu penses à me donner ton avis sur le film une fois que tu l’auras vu et trouvé bien, n’oublie pas de me le dire, je suis sûre que tu seras capable de me aire changer d’avis !

  51. C’est ça Claudel, des mots bien choisis pour dépeindre comme personne les destins les plus sombres, quel talent !

    • Je ne m’attendais pas du tout à un style aussi fort et autant d’émotions. Je reviendrai vers cet auteur, c’est certain.

  52. rosyne cottenier

    découverte de Philippe Claudel à travers: »le rapport de Brodeck », « les âmes grises »,les cent remords(j’ai pleuré à la lecture de ce livre)…Quel auteur, quelle poésie, quelle utilisation du mot juste..;le style m’a un peu rappelé Camus, c’est dire si j’ai pu être sensible à cette écriture, Camus et Yourcenar étant mes deux auteurs préférés. Je vais continuer à parcourir l’oeuvre de Ph. Claudel , mais je voudrais le remercier de nous émouvoir à ce point. Le rapport de Brodeck ,particulièrement, s’attaque à un sujet qui me préoccupe depuis toujours: la shoah, et dans son livre, il arrive à tout dire sur le fond du sujet en peu de mots… mais ce sont les bons, les vrais.

    • J’ai été moi aussi marqué par ce style : peu de mots finalement, mais toujours les bons. C’est percutant, juste, jamais larmoyants, vraiment, je ne regrette pas cette découverte et je vais continuer avec cet auteur, certainement Le rapport Brodeck justement. Bienvenue sur ce blog.

  53. je n’ai lu que les premières lignes et les dernières de ton billet. effectivement, ce livre, même s’il est « triste » ne semble pas être de la même veine que « le monde sans enfants », contes tristes.

    • Je ne connais pas bien l’oeuvre de Philippe Claudel, mais je crois que de toute façon, ça n’est pas gai…

Les commentaires sont fermés.