Poussière tu seras de Sam Millar

Poussière tu seras de Sam MillarTrès sombre histoire que nous raconte là Sam Millar, auteur irlandais comme il se doit aujourd’hui. Dans les environs de Belfast, le jeune Adrian Calvert trouve un os à la faveur du dégel. Sa découverte le perturbe beaucoup mais il n’en parle cependant pas à son père, Jack Calvert, ex star des forces de police de Belfast avant d’être mis à la retraite anticipée pour cause de bavure. S’en préoccuperait-il d’ailleurs, lui qui boit comme un trou depuis la mort de sa femme dont il se sent responsable ? Adrian préfère planquer l’os et retourner là où il l’a trouvé.

A Belfast même, on suit Jeremiah, barbier de son état, dans son salon peu fréquenté et chez lui. On découvre sa femme Judith, avec laquelle il a des relations pour le moins étranges : soumis à sa volonté, il est humilié verbalement et physiquement, et semble près à faire tout ce que sa droguée de femme lui demande.

L’intrigue que je devinais bien sombre m’a intéressée tout de suite, les thèmes abordés aussi, mais je trouve l’histoire très mal conduite, de façon tout à fait incroyable tant s’amoncellent les découvertes et déductions tombées du ciel : Jack fait tomber son portable et découvre le cadavre que tout le monde cherche depuis des mois ; un papier de bonbon est miraculeusement découvert à deux endroits stratégiques, permettant de faire le lien entre les deux affaires ; Jack reconnaît des marques de peinture de sa propre voiture sur un véhicule qui l’a percuté des semaines avant…

L’accumulation finit par tourner au ridicule et c’est bien dommage car le sujet lui-même est très fort. Cette histoire de vengeance qui conduit à la folie aurait mérité aussi des personnages bien plus minutieusement décrits dans leur complexité psychologique car ce sont tous des éborgnés de la vie aux potentiels évidents. Judith, Jeremiah, Jack… autant de personnages qui ont traversé beaucoup d’épreuves pour arriver à des comportements instables et donc des cas en or pour un écrivain maniant plus finement le comportement.

Il faut quand même préciser que j’ai lu ce roman juste après Les lieux sombres de Gillian Flynn et qu’il ne supporte vraiment pas du tout la comparaison…

Poussière tu seras

Sam Millar traduit de l’anglais par Patrick Raynal
Fayard, 2006
ISBN : 978-2-213-63530-9 – 302 pages – 19 €

The Darkness of the Bones, parution en Irlande : 2006

..

..

..

..

35 commentaires sur “Poussière tu seras de Sam Millar

  1. Je vais donc rester sur « Les lieux sombres » de Gillian Flynn et passer sur celui-ci… 😉

    • A lire absolument !

  2. kathel

    Bah, pour une fois que je ne suis pas obligée de noter, je devrais être ravie… 😉

    • Ne va pas voir les deux liens alors, ils te feraient craquer !

  3. En effet, après les « lieux sombres », mieux vaut tomber sur un excellent polar !

    • Oui, il y a certains livres comme ça, difficile de lire autre chose dans le même genre après sans comparer…

  4. Bon, alors, je choisis de préférence Les lieux sombres. Ben que celui-ci me tente (traduit quand même par P.Raynal). Ou alors les deux, mais ans l’ordre différent du tien.

    • Peut-être plait-il plus aux lecteurs qu’aux lectrices…

  5. trop sombre histoire… je passe !

    • Très très sombre histoire effectivement, la folie règne, la plus dangereuse…

  6. emmyne

    Va savoir pourquoi, toujours pas tentée…Et puis, je fais un blocage, je veux lire Les lieux sombres… ( Virginie, ai-je crié assez fort ??? )

    • Mince, j’ai prêté mon exemplaire sinon, je te l’aurais volontiers apporté…

  7. après un très bon polar, ne pas lire un autre polar !! Il a de forte chances de ne pas plaire 🙂

    • Mais je suis dans une période en ce moment où je ne lis que ça !

  8. Bon! Pas d’irlandais pour moi pour l’instant alors!

    • Il en reste beaucoup quand même… j’ai sorti ceux de la médiathèque ce matin, les ai posés sur une table avec écrit : « aujourd’hui, lisez irlandais ! » : je verrai le résultat demain…

  9. Moi aussi je m’en tiendrai à la Valeur Sûre! Mais si dans quelques mois, celui-ci passe à ma portée, je crois que j’aurais du mal à résister à la curiosité et je l’ouvrirai sûrement!

    • La curiosité est un excellent défaut de lectrice !

  10. Dommage, comme tu le dis ça partait bien, j’étais prête à noter ce titre en lisant le début de ton billet et puis pvttttt, l’ambiance redescend 😉 bon finalement je ne note pas.

    • Ah, je suis la première déçue, j’y croyais vraiment après les avis de ces messieurs…

  11. Les déductions qui tombent du ciel sont un symptôme de mauvais polar …

    • Ça a le don de m’agacer, et après, c’est rapé pour le reste…

  12. Bonjour. 
    N’ayant pas lu « Les lieux sombres » je ne peux pas me prononcer. Pour l’anecdote quelque temps après cette chronique, j’ai reçu un mail de Sam Millar me demandant mon adresse et j’ai reçu un colis de Belfast  avec son dernier ouvrage (en anglais) dédicacé, ma fille l’a lu et beaucoup aimé. 
    A bientôt. 
    Yvon 

    • Très sympa dis donc, ça devait être l’histoire des petites fées de New York dont j’ai lu beaucoup de bien partout.

  13. Un livre qui ne titille pas ma curiosité!

    • j’en ai bien conscience 🙂

  14. A relire après un mauvais livre alors.

    • c’est une tactique, pour quoi pas !

  15. Pas trop tentée alors, si les ficelles sont énormes.

    • trop grosses pour moi, mais mon cher et tendre n’a pas été gêné, plutôt pris par l’ambiance vraiment sordide…

  16. Dommage, le pitch partait bien, mais effectivement, les indices and co qui tombent du ciel, bof bof !

    • Moi aussi ça me fatigue, c’est bien trop facile.

  17. J’aime beaucoup ton « aujourd’hui, lisez irlandais !  » ça me donne des idées pour la librairie ! 😀

    • Figure-toi que j’ai fait une table à la bib avec inscrit ce même conseil le 17 mars : j’ai fait prendre l’air à Beckett, Banville, Murdoch…etc. qui ne quittent pas bien souvent les étagères…

  18. Donc ça a son petit effet…
    Faut que je trouve une déclinaison, genre « aujourd’hui, faites vos bagages pour l’Irlande » !
    Je retiens fortement ton idée, ça c’est sur !

Les commentaires sont fermés.