La tour noire de Louis Bayard

La tour noire de Louis BayardL’histoire de France a ses mystères, ses énigmes irrésolues et ses disparitions. C’est au mythique Louis XVII que s’attache ici l’Américain Louis Bayard pour «un splendide thriller historique dans la lignée de L’Aliéniste», dixit la quatrième de couverture. Qui évoque également une «reconstitution magistrale du Paris de l’époque» et d’un «thriller historique de tout premier ordre, aux rebondissements incessants, à la tension et au suspense d’une rare intensité». Voyons voir ça…

1823. Un certain monsieur Leblanc (on se croirait au Cluedo) est retrouvé assassiné dans les rues de Paris. Il se rendait chez le docteur Carpentier, pas vraiment docteur en fait, juste étudiant en médecine. C’est Vidocq qui enquête, le chef de la Sureté lui-même, qui comprend donc tout de suite que le jeune homme n’y est pour rien et l’enrôle comme assistant. Le jeune étudiant lui apprend que son père était docteur et de fil en aiguille, qu’il a soigné à la prison du Temple  Louis XVII enfant, qui y fut prisonnier jusqu’à sa mort en 1795, plus de vingt ans auparavant donc. Et si… et si Louis XVII n’était pas mort ? Et si l’actuel Louis XVIII n’avait aucune légitimité du fait de l’existence d’un fils encore vivant de Louis XVI ?

Toutes ces interrogations, pour incroyables qu’elles soient, n’ont pas réussi à susciter mon intérêt. Malheureusement, je suis restée étrangère au sort de cet enfant, puis jeune homme, qu’ils finissent par retrouver, forcément. Mais est-il bien celui qu’on croit ? Le docteur Carpentier l’a-t-il fait sortir de la prison du Temple en lui substituant un autre enfant ? Sa sœur, la duchesse d’Angoulême va-t-elle le reconnaître ? Et le cas échéant, que faire de lui ?

Je crois que j’aurais pu arrêter ma lecture sans connaître la fin que Louis Bayard a voulu donner à cette énigme. La reconstitution n’est pas aussi magistrale que le prétend la quatrième de couverture, j’ai lu bien mieux, dans L’Aliéniste de Caleb Carr justement (La tour noire ne tient pas du tout la comparaison à ce niveau) : les rues sales et pavées, un ou deux salons, à peine les locaux de la Sûreté, ça ne suffit pas pour reconstituer une époque et un lieu.

Quant à la tension, aux rebondissements et au suspense promis, peut-être sont-ils présents, mais ils m’ont tout simplement laissé indifférente. Je ne suis pas friande des mystères de l’histoire de France, mais il me semble que j’aurais pu m’y intéresser si les personnages avaient été un peu plus consistants. Avant que le jeune docteur Carpentier précise son âge, je pensais qu’il avait au moins quarante ans, quant à Vidocq, il incarne plus un rôle (tonitruant, provocateur, vulgaire, sans-gêne) qu’un véritable personnage. On ne suit pas le cheminement de ses recherches puisque le jeune étudiant en médecine est le narrateur et Vidocq a donc l’air d’une marionnette qu’on sort pour quelques scènes.

Ce livre a été élu meilleur thriller de l’année par le Washington Post (et je passe les avis dithyrambiques reproduits sur la jaquette), et ça, c’est inquiétant. Quand des auteurs américains comme James Ellroy ou Jack O’Connell viennent en France (je cite ceux-là car je les ai entendus en interview cette année), ils n’ont de cesse de remercier le public français de l’intérêt qu’il porte à leurs livres. Parce qu’aux États-Unis, ils ne sont pas considérés à leur juste valeur. Que les Américains puissent préférer La Tour noire à n’importe quels livres d’Ellroy ou Lehane, je trouve ça inquiétant et symptomatique. Non pas que La Tour noire soit indigne, c’est juste lisse, commercial et sans la moindre profondeur. Un roman confortable qui reste à la surface, produit un plaisir instantané et vite oublié, mais en aucun cas une émotion ou une réflexion.

 

La Tour noire

Louis Bayard traduit de l’anglais par Jean-Luc Piningre
Le Cherche Midi, 2010
ISBN : 978-2-7494-1323-4 – 402 pages – 22 €

The Black Tower, publication aux États-Unis : 2008

..

52 commentaires sur “La tour noire de Louis Bayard

  1. pas ma période historique préférée, et loin de là !

  2. Commercial et superficiel, je crois que tout est dit là 😉 Je suis passée à ma librairie habituelle tout à l’heure et j’ai entendu une dame à côté de moi dire à sa fille « Je vais prendre celui-là, ils en ont parlé à la télé ». Là-dessus, sa fille lui demande de quoi parle le livre et sa mère lui répond « Oh je ne sais plus mais je vais le prendre, ça avait l’air bien »…

    • C’est bien la peine qu’on se casse la tête tiens… Il faudrait qu’on fasse une émission télé de blogueurs, des vrais gens qui lisent beaucoup (c’est-à-dire plus de 10 livres par an…), on en ferait vendre plein.

  3. toujours pas reçu mon bouquin?! Il est parti le 12 oct. J’espère que les postes ne l’ont pas égaré!!! Et tu n’es plus dans mes amis FB… 🙂

    • Non, mais dès que je le reçois, je t’envoie un mail bien sûr. Et oui, j’ai fermé mon compte Facebook, ça ne m’intéresse pas vraiment… mais j’ai toujours ton adresse mail, sans problème.

  4. Je vois que tu n’as pas partagé du tout l’avis de ma moitié (puisque c’est lui qui a lu ce roman et pas moi), à l’exception de la référence à l’Aliéniste . Je lui laisse le soin de discuter le sujet avec toi. Décidément, tout le monde en parlant, il va falloir que je lise ce Caleb Carr tout de même !
    J’aime beaucoup la nouvelle déco au fait !

    • Je ne suis pas fan à 100% de L’Aliéniste, mais je trouvais le contexte historique et social très précisément reconstitué.

  5. Dommage car le sujet est sympa, l’aliéniste était un bon roman

    • Tu devrais pouvoir trouver mieux en matière de romans historiques.

  6. emmyne

    Mais qu’est-ce que c’est que ce gravatar doudou ??… je ne te reconnais plus …:) Très chouette relookage de ton blog.
    ( c’était le com’ intelligent du jour, désolée )

    • Ben je prépare l’hiver là, je commence doucement à sombrer dans ma phase d’endormissement… bientôt, vous m’entendrez ronfler !

  7. Peut-être les Américains préfèrent-ils ce titre à leurs supers auteurs de polars tout simplement parce que ce livre a une odeur d’exotisme pour eux ? 😉
    En tous cas, je ne suis pas spécialement tentée… Après cela m’est bien égal de savoir qui est l’héritier légitime du moment qu’aucun de ces énergumènes ne se mette en tête de règner de nouveau en France… 😉

    • C’est en effet très possible que les Américains apprécient le côté français de cette histoire, les rois qu’ils n’ont pas eu, l’aristocratie tout ça.. mais bon, ça ne suffit pas à faire un bon livre…

  8. Hors sujet : c’est vrai qu’il est très mignon ce panda… 🙂

  9. Une preuve de plus que la promo n’est que de la promo, un petit monde dans lequel voisinnent copinages et intérêts économiques… Mieux vaut se fier aux avis des bloggeurs !! Tiens je réaliseque je n’ai pas lu l’Aliéniste.

    • L’intrigue de L’Aliéniste n’est pas inoubliable, mais la reconstitution est parfaite.

  10. C’est certain que l’aliéniste, c’est autre chose côté reconstitution. Ça m’a plu pour la période (plus exotique pour moi que pour toi, peut-être) et j’ai lu ça super vite, pour le personnage de Vidoqc surtout, ce qui m’a amenée à aller lire pour vrai sur qui il était. Ce n’est pas un gros thriller et j’étais pratiquement certaine que ton avis serait exactement ce qu’il est quand j’ai vu que tu chroniquais ce livre! Il y a des facilités et des trucs assez invraisemblables (et je suis d’accord pou rle personnage principal… je me suis demandée pourquoi Vidocq le traînait) mais ça m’a plu quand même!! Il n’a reçu aucune promo ici, alors bon, ce n’est pas pour ça que je l’ai lu!

    • Lu en une journée pour ma part, mais je ne crois pas que ce soit si bon signe 🙂 J’imagine bien que vu de ton côté de l’Atlantique, ce livre a un charme qu’il n’a pas ici. Et je ne reproche rien aux connaissances historiques de l’auteur, il a l’air d’avoir travaillé son affaire (c’est le moins d’ailleurs), c’est juste que je trouve ça un peu trop lisse, attendu et consensuel.

  11. Dommage, j’aime bien ce genre de romans… mais si ça ne vaut pas le coup, je passe !

    • Il va certainement y avoir d’autres billets, peut-être suis-je trop exigeante…

  12. Une deception, quoi !

    • Ben oui, comme quoi il faut rester stoïque et ne pas céder au chant des nouveautés…

  13. keisha

    Je confirme que l’Aliéniste c’est bien..
    Quant au bon gout des français (ça leur arrive) par rapport aux USA, regarde pour le cinéma, Woody Allen se sent mieux aimé de ce côté de l’Atlantique
    HS : Tiens, un changement de look? ^_^

    • ces Américains ont un goût très prononcé pour le conventionnel… j’ai l’impression de dire une ânerie, et pourtant, cinéma et littérature semblent abonder d’exemples en ce sens… regarde ce pauvre Philip K. Dick qui se voit préférer un Heinlein…

  14. Mouais mouais, il ne m’attirait de toute façon pas.
    J’aime ce nouveau look 🙂
    Mais dis-moi, il ne me semblait pas que c’était toi qui ronflait 😉

  15. Mais c’est quoi ce bazar ?! Tout a changé ici ! 😀
    J’adore la citation de Dumayet !

    • Cette citation me plait beaucoup aussi, c’est exactement ce que je pense, peut-être pas vivre plusieurs vies, mais au moins les ressentir et les expérimenter, dans le meilleur des cas.

  16. Noukette

    Rhoooooo, mince ! Je l’ai reçu il y a peu…, bon, je verrai bien ! 😉

    • Jusqu’à présent, les avis étaient plutôt positifs, alors peut-être qu’il te plaira aussi…

  17. Solène

    C’est vrai que le personnage du jeune docteur Carpentier m’a souvent énervé mais contrairement à toi, j’aime bien cette période et je trouvais que pour un américain, pour une fois, le Paris qu’il décrivait n’était pas une caricature. Pour moi c’est d’ailleurs plus un polar historique que réellement un thriller. Je transmettrai l’histoire des louanges en 4e. En fait, c’est très américain, entre eux, les auteurs s’envoient plein de fleurs (j’ai pu le vérifier en vrai avec Harlan Coben et un de nos auteurs). Sinon pour le Washington Post, je ne sais pas si ce sont les journalistes ou les lecteurs qui votent pour le classement mais je sais que quand les auteurs parlent de l’accueil en France c’est surtout pour la critique car autant Ellory que O’Connell vendent de très nombreux livres outre-atlantique. J’aime beaucoup cette idée de télé des blogueuses, les livres qui se vendraient seraient différents et pas toujours les mêmes mais malheureusement à l’heure actuelle rien ne vaut la mention « Vu à la télé ».
    Désolée pour le mauvais choix, promis je ferai mieux la prochaine fois (j’ai déjà une idée…).

    • Il me faudrait un peu réfléchir pour donner une définition à thriller, mais quelle qu’elle soit, ce livre n’en ferait pas partie, c’est certain. Mais c’est un mot anglais, peut-être que les Américains mettent autre chose que nous derrière (comme pour « fantasy » qui pour eux regroupe tous les genres de l’imaginaire, y compris Edgar Poe par exemple).
      Les éditeurs ont raison de faire du marketing sur les livres, au moins, ils se vendent. J’ai l’impression de ne pas y être sensible (je n’ai pas la télé, je n’écoute pas de radio où il y a de la pub), mais je me leurre certainement. Ça ne m’empêche pas par exemple, de me faire avoir par une belle couverture, où même une quatrième…
      Et pas de souci pour le choix, ça n’est quand même pas une torture, ce livre 🙂

  18. J’ai très envie de découvrir cet auteur avec « Un oeil bleu pâle », mais si ça me plait, je noterai celui-ci.
    Je tenais aussi à te dire que j’adore ta nouvelle déco ! Bises

    • Je ne connaissais pas ce titre avant de chercher quelques renseignements sur cet auteur. J’espère qu’il te plaira.

  19. J’ai failli le prendre, j’ai bien fait d’hésiter !

  20. Hathaway

    Un peu comme Yv, j’ai longuement hésiter devant, visiblement, j’ai bien fait !
    (J’aime bien le nouveau look de ton blog, je galère un peu pour mettre bien en place mon blog sous wordpress mais c’est presque fait, je n’ai plus qu’un léger problème de bannière!)

    • Ah un changement de plateforme, ça ne se fait pas tout seul, mais j’ai hâte de voir ton nouveau blog.

  21. Il en est de même avec certains réalisateurs américains, malheureusement. Il faut donc nous battre pour rester un pays de culture.

    • enfin ce qui reste la la culture, c’est à dire plus grand-chose quand même…

  22. Je l’ai dans ma PAL : je ne suis pas une spécialiste de ce genre de bouquins, du coup, je pense aimer le côté un peu lisse, mais je comprends que tu puisses déplorer qu’on préfère ce roman à un Ellroy … surtout que tu peux comparer ces différents livres. (Je n’ai jamais lu Ellroy … j’attends le dernier livre de la chaîne des livres pour le faire ! :P)

    • J’espère que ton premier Ellroy sera une découverte agréable.

  23. Je crois que je vais passer mon tour sur ce titre et essayer de reprendre L’aliéniste, abandonné il y a des années.

    • Abandonné ? C’est que l’intrigue n’est pas hyper palpitante, ce livre vaut surtout par sa reconstitution de New York.

  24. J’adore ce genre de livre, peut être qu’il me plaira, je note ^^

    • Mais oui pourquoi pas, si le genre te plait au départ, il est bien possible que tu accroches.

  25. ah bah moi qui pensait que ce devait être bien, j’ai bien fait de passer par ici 😉 je laisse tomber pour cette lecture.

    • Je n’ai pas trouvé beaucoup de billets à propos de ce livre, rien sur la blogo, alors je ne sais pas où t’envoyer pour avoir un autre avis… j’ai toujours peur que quelqu’un passe à côté d’un livre qui lui plairait…

  26. Personnellement, je suis assez d’accord avec les Américains. Ils n’aiment pas Lehane? Je suis 100% d’accord. Après tout, il s’agit de l’auteur de Shutter Island, l’un des thrillers les plus surévalués, ennuyeux, plats, bref, bidons, de l’histoire du genre. Et le public français est connu pour être snobinard, c’est bien connu, il est quand même capable de considérer Annie Hall et Manhattan, de Woody Allen, comme des chefs-d’oeuvre du cinéma. ça veut tout dire, non? Pour en revenir à Lehane, j’avais essayé un autre roman de lui (Ténèbres, prenez-moi la main), et je l’avais également trouvé soporifique et sans aucun intérêt. Bref, il faut arrêter avec cet auteur, qui n’est clairement pas l’écrivain du siècle. Et il faut aussi arrêter avec l’anti-américanisme. Les Français ne sont pas supérieurs à eux, loin de là.

    • Ouh la la, tu as l’air remonté ! Manque de bol, je tiens Shutter Island pour un très grand livre, en fait, un de mes livres de chevet, je l’ai lu plusieurs fois et suis toujours aussi admirative… Je ne suis pas fan de la culture américaine en général, mais pour ce qui est de la littérature, ils sont quand même très forts. Bon, sauf ce Louis Bayard qui ne m’a pas impressionnée du tout…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *