Little Bird de Craig Johnson

Little Bird de Craig JohnsonVoilà enfin ce premier opus des enquêtes de Walt Longmire, tant louangé sur la blogosphère et ailleurs. Beaucoup de billets m’ont donné le goût de lire, ainsi que la thématique amérindienne et l’énorme capital sympathie véhiculé par Craig Johnson, l’homme au chapeau permanent.

Le Wyoming, là où exerce le shérif Longmire et où vit Craig Johnson n’est pas le Montana, mais ce sont des états limitrophes qui partagent des paysages semblables, et des écrivains appartenant à la célèbre école du nature writing. Et le nature writing et moi, ça n’est que difficilement compatible. Le bruit du vent, la couleur des feuilles, le nombre de flocons qui tombent en une minute, mais aussi leur taille, leur forme et leur généalogie, j’ai du mal…

Alors oui, ce shérif-là, je l’ai aimé d’emblée : il a perdu sa femme, il est malheureux, il vit dans un bled où il ne se passe rien, il aime les gens, il est bourru… Pareil pour Henry Standing Bear, son ami Indien à l’humour pince-sans-rire. Il n’y a pas à dire, la population du comté d’Absaroka ressemble à de vrais gens, on y est avec eux au quotidien, c’est indéniable. Mais moi, je voulais lire un policier, ou un polar, avec un peu de nature dedans, mais pas trop quand même. Or ici, les événements mettent bien du temps à s’installer, un premier crime, le suivant beaucoup plus loin, c’est long.

L’intrigue est bien bâtie, elle est sordide puisqu’elle repose sur le viol d’une jeune Indienne un peu simple d’esprit, victime en fait dès l’état fœtal de l’alcoolisme de sa mère. Ce viol collectif n’a jamais été vraiment puni même si les coupables ont été identifiés et il semblerait que deux ans après les faits, Melissa Little Bird se soit trouvé un vengeur.

Je recommande la lecture de ce livre, mais je constate juste qu’il n’est pas dans mes cordes et que je ne lirai pas la suite. Je suis quand même arrivée à la fin de ce livre, ce qui est quand même exceptionnel vu que je n’ai jamais réussi à terminer un livre de Jim Harrison…

Bien des lecteurs ont apprécié le passage où Walt Longmire est pris dans le blizzard : c’est exactement le genre de passage que je trouve particulièrement laborieux.

.

Little Bird

Craig Johnson traduit de l’anglais par Sophie Aslanides
Gallmeister, 2009
ISBN : 978-2-351178-025-1 – 408 pages – 23.90 €

The Cold Dish, parution aux Etats-Unis : 2005

..

..

..

..

56 commentaires sur “Little Bird de Craig Johnson

  1. Bonjour Ys,
    Je n’ai pas encore lu ce roman qui traine sur ma pile à lire, je ne sais pas si je vais l’aimer plus que toi … Mais une chose est certaine …
    J’ai adoré ton billet. Il m’a fait sourire … et en ce début d’hiver, on en a vraiment besoin !

    Merci !!

    • C’est toujours ça ! Mais j’espère quand même que le livre te plaira…

  2. C’est sûr que si tu voulais un polar bien trépidant, ce n’est pas le cas ! Perso j’apprécie aussi beaucoup les passage sur la nature et tu as raison de souligner qu’ils sont importants (en nombre et en longueur). Le second m’attend dans ma PAL.

    • Trépidant non, pas forcément, mais disons un peu moins lent… ce genre de rythme me lasse facilement… bonne lecture du second 😉

  3. kathel

    Finalement, je croyais ne pas aimer tellement le « nature writing », mais je me rends compte que par rapport à toi, je serais presque une fan ! Bon, faut pas me traîner trop longtemps dans le blizzard, tout de même ! 😉

    • Elle était quand même un brin longue cette scène… et je l’ai vu venir dès que son pote lui dit de le laisser là, pas de soucis, j’suis un costaud… c’était sûr qu’il reviendrait affronter la neige… et que ça lui prendrait du temps !

  4. emmyne

    Pour ma part, je ne te remercierai jamais assez de m’avoir fait découvrir cet auteur, de m’avoir offert ce livre.

    • Ton enthousiasme m’a bien fait plaisir, c’est ce qu’il y a de mieux quand on fait un cadeau 🙂

  5. Parfois on se demande pourquoi on ne peut rentrer dans certains types de livre ou du moins pourquoi on en ressort très vite, c’est très mystérieux
    j’aime beaucoup cette série, à l’inverse de toi je m’y sens bien même quand il fait mauvais temps ! Il faut dire que j’aime aussi Jim Harrison , j’ai aimé Little Bird mais plus encore le second tome

    • Mon dernier échec total en matière de Jim Harrison ne date pas de plus loin que cet été : abandon de Dalva après bien deux cents laborieuses pages… j’ai honte quand même, j’y retournerai, certainement avec des nouvelles.

  6. Ton billet m’a fait sourire et, surtout, comprendre que je ne dois même pas essayer de lire ce roman 😀

    • J’espère quand même ne pas te faire passer à côté d’un livre qui pourrait te plaire… mais vraiment, si tu n’es pas fan des grands espaces, pas en communion avec notre mère la Terre, alors il ne vaut mieux pas 😉

  7. Merci pour ton billet, mais il faut être dans certaines dispositions pour aborder ce policier, disons « ethnique » ou « vert », savourer la durée, les éléments, la mémoire des lieux…
    Il y a une série de romans dans le genre, à la limite de quatre états plus au sud, et sur le territoire d’une grande réserve indienne. Intéressant.

    • C’est de Hillerman dont tu me parles ? Parce que lui, j’ai vraiment envie de l’essayer, à cause des Indiens justement, j’espère que j’apprécierai mieux.

  8. Aïe ! J’ai ce livre dans ma LAL depuis quelque temps maintenant et ton avis me refroidit un peu. Je verrai si je le tente ou pas. Bon dimanche Ys !

    • Mon avis est tout petit par rapport à tous les enthousiastes de la blogosphère, pas de raison qu’il ne te plaise pas ! Bon dimanche à toi aussi.

  9. keisha

    Oui, tu peux tenter Hillerman, je crois me souvenir qu’il y a moins de « longueurs » , bref tu vois ce que je veux dire.
    pas lu ce craig Johnson, mais maintenant j’ai bien envie. j’aime bien le Nature writing (si on ne le sait pas, c’est qu’on ne lit pas clairement mon blog ^_^) mais j’adore la façon dont tu en parles (la description de chaque flocon de neige).
    Ceci étant, il faut quand même qu’un bouquin nature soit bien écrit!!! la forme compte aussi. Un chouïa d’humour ne gate rien non plus.

    • Il est bien écrit celui-là, pas de souci, et il y a même de l’humour dedans 😉 c’est l’humour de l’Indien qui est vraiment réussi, on l’imagine très bien bras croisés, imperturbable, en train de vanner les autres avec son humour pince sans rire…

  10. Excellent ce billet ! Je ne me suis jamais lancée dans la lecture d’un roman de Jim Harrison par peur de ne pas aimer Souvent, j’ai sorti le livre de son rayon, l’ai emporté sur quelques mètres, puis j’ai fait demi-tour pour le reposer, attirée par un titre plus enjôleur… Alors, après lecture de ton billet, je ne me sens pas encore prête pour poser le roman à côté de la caisse. Peut-être devrais-je tenter l’emprunt à la bibliothèque… d’un Jim Harrison ou d’un Craig Johnson.

    • Je n’ai même pas besoin de passer par la case « caisse » : mon mari est un amateur de Jim Harrison, on en a au moins six ou sept à la maison, c’est dire que j’ai mis le temps à me décider, et que j’étais quasiment sûre du résultat…

  11. Fan de Jim Harrison ayant énormément apprécié les deux premiers opus de cette série, je comprends néanmoins que l’on n’accroche pas forcément (surtout à Jim Harrison, que je trouve tout de même plus difficile à lire que Jonhson). J’avoue que je n’aurais moi-même pas songé à rapprocher ces deux auteurs, mais maintenant que j’y pense, c’est vrai qu’ils ont certains points communs (notamment concernant cet amour qu’il semble porter à leurs personnages, et qui les rend ces derniers si attachants).

    • Je retenterai Harrison, peut-être Légendes d’automne ou le dernier, des nouvelles aussi. C’est vraiment un échec pour moi de ne pas être parvenue à lire Dalva jusqu’au bout. Non pas que ce soit particulièrement ardu dans la forme, mais j’ai trouvé ça ennuyeux, je ne me souvenais de rien d’une fois sur l’autre, un désastre… Mais je ne me déclare pas vaincue 😉

  12. je vais le sortir de la pal – je l’avais acheté après le billet positif de joelle (dolmen)

    • Je te souhaite donc une bonne lecture, en espérant qu’il te plaira plus qu’à moi.

  13. Je ne pense pas lire la suite non plus, je n’ai pas accroché. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup trop de longueurs inutiles. Ouf, enfin un avis qui rejoind le mien.

    • Ah merci, je me sens moins seule 🙂

  14. pas sûr que ce soit pour moi…

    • Tout dépend de tes affinités avec ce fameux Nature Writing… Je pensais pour ma part que le côté policier dominait, mais en fait non…

  15. J’ai aimé « le camp des morts », le 2è opus des aventures de Longmire, donc je pense que celui-ci pourrait me plaire aussi…mais c’est une ambiance très particulière, c’est vrai !

    • Si le second t’a plu en effet, le premier devrait te plaire aussi.

  16. Je sais bien que je ne suis pas tout à fait objectif avec Longmire, mais si c’est ce grand épisode du blizzard (et la présence de la nature) qui t’a refroidie (si, si j’ai osé !) mais que tu as aimé les personnages, je pense honnêtement que tu devrais aimer plus le second volume (ou la nature est moins présente) et te régaler Quant au troisième, il se déroule à Philadelphie, alors… :o)

    • Effectivement, il doit y avoir moins de vert à Philadelphie… Et il est tellement agréable à entendre ce Craig Johnson que je me laisserait peut-être tenter une autre fois, qui sait ? On l’a beaucoup entendu, il donne beaucoup d’interviews et vient facilement en France, et c’est un homme qui semble vraiment très sympathique, il donne envie de lire ses livres.

  17. J’ai aussi beaucoup aimé ce livre

    • Tu dois donc faire partie de ceux qui m’ont tentée 😉

  18. Nous ne sommes pas tous faits de la même eau (ou du même bois, mais ça colle au propos dans les deux cas 😉 ), tant mieux. Et, contrairement à Keisha, je ne te recommanderais même pas Hillerman… quoique : je me souviens que tu as aimé « Un bûcher sous la neige », pourtant je viens de lire ce roman et de la nature, il y en a en veux-tu en voilà. Or dans ton billet (que je viens de relire), tu dis seulement que tu as trouvé certaines descriptions un peu longues : est-ce parce que tu attendais moins de tension narrative chez Susan Fletcher que le côté « Nature » est mieux passé ?

    • Je crois que c’est surtout parce que je revenais d’Écosse, des Highlands, et que lire ce livre a été comme me replonger dans cette nature que je venais de traverser. Je ne suis pourtant pas nature dans la vie non plus, j’aime le béton, le bruit et la foule des grandes villes, mais l’Écosse, j’ai succombé…

  19. J’ai lu le 2 avant le 1er grâce à BOB. et j’ai beaucoup aimé pour toutes les raisons justement qui te font dire qu’il n’était pas pour toi (en même temps pour moi, il n’y avait pas trop de « nature » non plus dans ce 2ème volet, j’en aurai aimé plus pour le coup :-))

    • Je savais un peu à quoi m’attendre, en raison de tous les billets déjà parus sur ce tome ou la suite, mais je pensais que le livre était quand même plus tourné vers le shérif, vers l’intrigue policière et que la nature était plus un cadre… en ça, je me suis trompée…

  20. Un livre qui, je crois, n’est pas pour moi.

    • Je constate avec plaisir que je ne suis pas la seule citadine…

  21. J’ai commencé un Jim Harrison cette année, et j’ai abandonné au bout de 40 pages. Décidément j’ai un peu le même problème que toi avec la nature…

    • Je suis quand même allée plus loin.. mais bon, j’ai quand même déclaré forfait ; je suis quand même contente de constater qu’il n’y a pas que moi qui ai du mal avec cet auteur tellement apprécié…

  22. Je n’ai toujours pas lu cet auteur, mais, contrairement à toi, j’idolâtre Jim Harrison, donc il devrait me plaire 🙂

    • Oui, et en plus ici, il y a une intrigue 😀

  23. Comme toi, je ne lirai pas la suite, si jamais suite il y a….

    • Il y a oui, ça s’appelle Le camp des morts ; l’auteur a fait écrit déjà au moins sept épisodes des aventures de son shérif…

  24. Valérie

    Pas fan non plus. J’ai lu Le Camps des Morts et côté femme, il y a quand même des clichés agaçants.

    • Finalement, il ne fait pas l’unanimité comme je le pensais…

  25. J’ai lu un jim harrison que j’ai beaucoup aimé, si ça se trouve j’aimerai celui-ci :-)))) j’ai des passes contemplatives 🙂

    • Il se pourrait en effet que celui-là soit pour toi… il y a de l’action quand même, parce que même un Indien ne peut pas passer son temps à compter les feuilles qui tombent 😀

  26. Note chez In Cold Blog il y a une eternite. Je note ton gros bemol a la fin de ton billet…

    • Oh oui, il a su donner envie !

  27. Espèce de citadine ! 😀 Comment ça, pas compatible avec le nature writing… !
    Bon, dans ma grande générosité, je veux bien te débarrasser de tous ces romans qui parlent de neige et d’arbres sur des pages entières et qui encombrent tes étagères… ^^

    • Ça va être vite fait, je les évite en général…

  28. Si gentiment offert par un ami précieux que je vais le lire, j’ai pourtant quelques réticences, les mêmes que tes réserves …

    • Mais si un ami l’a choisi pour toi, peut-être y a-t-il vu aussi ce qui saura te plaire… je l’espère…

Les commentaires sont fermés.