Il faut qu’on parle de Kevin de Lionel Shriver

Une femme, Eva, écrit des lettres à son mari. Depuis deux ans, leur fils est emprisonné pour avoir, à trois jours de ses seize ans, tué onze personnes, dont huit lycéens. Il avait froidement tout organisé de longue date et ne manifeste absolument aucun remords, bien au contraire, il se prend pour une sorte de […]

Requins d’eau douce d’Heinrich Steinfest

Il y a des jours où je suis prête à tout pour lire un bon roman policier. Même à lire autrichien. Mais pas n’importe quel autrichien, car même si je n’avais jamais entendu parler de Heinrich Steinfest, l’éditeur  nous dit qu’il est un auteur culte en Allemagne, quatre fois lauréat de prix littéraires policiers : […]

La vérité sur Gustavo Roderer de Guillermo Martínez

La vérité sur Gustavo Roderer, court roman, est le troisième texte que l’on peut lire en France de l’écrivain mathématicien argentin Guillermo Martínez, mais le premier roman publié dans son pays. Le narrateur, d’abord jeune adolescent, raconte sa rencontre avec un certain Gustavo Roderer qui l’a battu aux échecs dès son arrivée au village. Il le […]

La ballade de Gueule-Tranchée de Glenn Taylor

Un des courants que j’apprécie le plus en littérature américaine est celui qui touche aux récits de vie. J’aime particulièrement ces romans qui nous emportent sur les traces d’un personnage au destin souvent atypique, depuis sa naissance jusqu’à sa mort. Avec le héros du premier roman de Glenn Taylor, il y a vraiment matière puisqu’il […]

Mon nom est légion d’António Lobo Antunes

On peut commencer un billet en résumant le livre dont il traite ; en exprimant d’emblée ses impressions de lecture ; en copiant la quatrième de couverture. Rien ne convient à ce livre-là, le premier que je lis d’António Lobo Antunes, mais que je ne suis pas prête d’oublier, quelle expérience ! Impossible à résumer […]

Cette vie ou une autre de Dan Chaon

Voici un roman labyrinthique comme savent en écrire les Américains. Labyrinthique dans sa construction narrative qui nous fait passer d’un personnage à l’autre, mais aussi dans les personnages eux-mêmes dont les identités (on ne peut plus complexes) ne se dévoilent que très progressivement. Et « très progressivement » n’est pas un euphémisme, et même le seul défaut […]