L’homme squelette de Tony Hillerman

homme squeletteA l’inverse de bien des écrivains américains qui choisissent de raconter la vie passée ou présente des Amérindiens, Tony Hillerman n’avait pas de racines indiennes. C’est après ses études et après la guerre que, devenu journaliste, il se rend sur la réserve navajo de l’état d’Arizona, s’immerge et se passionne pour cette culture qu’il mettra au premier plan de ses romans policiers bien des années plus tard. Ce n’est en effet qu’à l’âge de quarante-cinq ans que Tony Hillerman se met à écrire et invente son célèbre lieutenant Joe Leaphorn, puis Jim Chee, son collègue de Shiprock, tous deux navajos.

Le roman par lequel j’ai commencé ma découverte de cet auteur est le dix-septième et avant-dernier de la série, prêté par un ami admirateur et amateur de livres sur la culture indienne. Peu importe que Leaphorn soit à la retraite et que ce soient désormais ses anciens subordonnés qui mènent l’enquête : l’intérêt est dans l’ambiance et dans la vaste culture que mine de rien Hillerman fait passer dans ses romans. Un polar ethnologique donc, genre initié par Arthur Upfield avec le bush australien, fait d’humanisme et d’attention portée aux cultures ancestrales en voie de disparition.

Le jeune et un peu simplet Billy Tuve, Indien hopi, vient d’être arrêté alors qu’il essayait de refourguer un diamant au mont de piété. Comment un pauvre type comme lui a-t-il pu mettre la main sur une telle fortune ? En le volant très certainement lors d’un cambriolage dans la réserve fédérale qui couta la vie du gérant d’un magasin. Mais, se demande Leaphorn qui a la mémoire longue, ne serait-ce pas le diamant qu’on a volé au comptoir d’échanges de McGinnis il y a bien des années de ça ? Interrogés sur la façon dont ils se sont procuré leur diamant, Tuve et Mc Ginnis répondent de la même façon : les pierres précieuses ont été données par un très vieil homme vivant dans le Grand Canyon en échange d’outils. Il est plus que probable que ce vieil homme soit l’homme squelette de la légende hopi :

Il y en a qui l’appellent l’Homme Squelette. Ils disent que c’est le Gardien du Monde des Profondeurs, et l’esprit qui a accueilli les premiers Hopis au moment de l’émergence du monde des ténèbres dans lequel ils vivaient. C’est cet esprit qui leur a enseigné comment ils devaient effectuer leurs migrations religieuses et où ils devaient vivre quand ils les auraient achevées. Et le plus important en ce qui le concerne, pour les Hopis, c’est qu’il leur a appris à ne pas craindre la mort.

Jim Chee, de la police tribale navajo et Cowboy Dashee, adjoint du shérif vont donc entreprendre de mettre la main sur le vieil homme et devront pour cela descendre dans le Grand Canyon. Mais ils ne seront pas les seuls. En effet, ces inestimables diamants sont tombés dans le Grand Canyon en raison d’un crash aérien en juin 1956. A bord d’un des deux avions, John Clarke portait cadenassée à sa main une valise remplie de diamants. Il est mort sans qu’on retrouve son corps (ni les diamants).  Joanna Craig, la fille que John Clarke n’a pas eu le temps de reconnaître parce qu’elle n’était pas encore née et qu’il était sur le point d’épouser sa mère, s’est vue écarter de la formidable succession de son père par le cynique Plymale. Informée de la réapparition des diamants, elle n’a qu’un but : retrouver le bras de son père pour lui faire subir des tests ADN qui la restituent dans ses droits d’héritière. Mais Plymale n’est pas d’accord, il veut empêcher cette réhabilitation qui le ruinerait et récupérer les diamants. Il envoie donc un homme de main dans la réserve.

Une intrigue croisée, complexe, qui tire ses racines du passé et sent la vengeance. La trame policière n’est donc en rien négligée à la faveur d’un message humanitaire ou du portrait des mœurs et coutumes dans la Grande Réserve. Ici tout se tient, tout est imbriqué et équilibré. L’intrigue naît des paysages et des croyances, la modernité se mêle aux rites ancestraux et le lecteur suit ces personnages (qui ont aussi une histoire personnelle intéressante) non pas à un rythme trépidant (l’Indien n’est jamais pressé…) mais avec le plaisir de l’immersion véritable. Un incontournable écrivain de la culture amérindienne.

 
L’homme squelette

Tony Hillerman traduit de l’anglais par Danièle et Pierre Bondil
Payot / Rivages, 2006
ISBN : 978-2-7436-1511-7 – 223 pages – 17,50 €

Skeleton Man, parution aux États-Unis : 2004

..

Il y a des billets qu'on ne sait pas par quel bout commencer, surtout quand une histoire aussi rocambolesque que loufoque  vous échappe à chaque fois que vous commencez à la résumer. Exercice périlleux de desemmêlage d'une intrigue qui mérite un lecteur vierge de tout a priori, voire même de…
Pour aborder l'œuvre de cet écrivain chilien j'ai choisi de commencer par un de ses tout premiers textes romanesques, écrit en 1989 mais publié en France en 2010 (à titre posthume) : Le Troisième Reich. Udo Berger  et sa fiancée Ingeborg, tous deux Allemands de l'Ouest, viennent passer des vacances en…

40 commentaires sur “L’homme squelette de Tony Hillerman

  1. un polar différent qui me tente bien !
    comme les nordiques, cela se passe lentement : on a tout son temps…

    • Là c’est pareil, l’Indien vit au rythme de la nature, loin de la trépidante vie moderne, ça repose…

  2. Ah oui, Hillerman! j’en ai lu quelques uns il y a longtemps, je découvre que leaphorn est à la retraite maintenant? Aaah j’ai des romans à rattraper, donc…

    • Eh oui, le temps passe pour tout le monde, même dans la fiction… c’est rassurant, le temps des James Bond est révolu, les héros sont des êtres de chair et d’os 🙂

  3. emmyne

    Bob, ben, Hillerman ne dépassera pas la pré-sélection…ah, j’étais pourtant toute fière de mon choix qui visiblement était bon ! Je comptais bien en profiter pour le découvrir par la même occasion. Ce que je vais faire 🙂

    • Eh bien voilà une pré-sélection qui s’annonce plus que bien 😉

  4. Hillerman… Un de mes chouchous… Je crois que je les ai tous lus (avant mon blog donc il faudrait que je les relise pour écrire les billets… ehe ehe…) j’ai sa biographie dans ma pal, non lue elle !

    • Il était grand temps que je les découvre ces romans, le genre de livres dont je n’ai entendu que du bien, presque un incontournable cet écrivain-là…

  5. Exactement le même commentaire que ma camarade keisha 😉

    • L’avantage sur Rebus ou Wallander, c’est que ses collègues prennent le relai et que l’aventure a pu continuer… jusqu’au décès de l’auteur, bien sûr, qui a commencé à écrire assez tard.

  6. j’ai beaucoup entendu parler des romans de tony hillerman, mais je n’en ai lu aucun – ton billet est tentant

    • Me voilà ravie de te donner envie de découvrir cette veine-là de romans policiers.

  7. kathel

    Je n’ai jamais rien lu de cet auteur, et pourtant il semble avoir de quoi me plaire… Je vais voir ce que je peux trouver à la bibli !

    • Mais oui bien sûr : les grands espaces, l’homme et la nature tout ça, je suis sûre que ça te plaira !

  8. Après avoir lu tout Hillerman, je confirme que pour ceux qui aiment les polars, les amérindiens et particulièrement les Navajos, les histoires un peu ethnologiques, les plongées dans des coutumes qui nous sont étrangères, il ne faut pas hésiter !
    Je lis et je relis quand rien d’autre ne m’intéresse.
    Le Papou

    • Ça ne m’étonne pas que cet auteur engendre des fans compulsifs, je comprends tout à fait l’addiction.

  9. Bonjour,
    Amateur de polars, je n’ai jamais lu Hillerman …
    Je vais donc suivre ton conseil et tous ceux qui en parlent avec enthousiasme.
    Je le mets sur ma liste d’achats.
    Je devrais commencer par lequel ???
    Lire par ordre chronologique ??
    Merci !

    • J’ai demandé l’aide du Papou, je serais incapable de répondre !

  10. sur le thème « culture et société amérindienne », j’ai envie de lire Sherman Alexie, dont j’ai entendu beaucoup de bien.

    • J’ai lu un livre de Sherman Alexie et un second m’attend, que j’espère apprécier comme le premier.

  11. Tu me donnes envie de découvrir cet auteur. Un ami m’en avait déjà parlé un peu.
    Penses-tu qu’il vaut mieux de débuter par le premier de la série??

    • On va attendre la réponse du Papou à Richard, affaire à suivre…

  12. Je n’en ai lu qu’un de l’auteur, le premier de la série, je crois et j’en ai gardé un bon souvenir, de dépaysement et, globalement, de qualité.

    • Pas eu envie de poursuivre alors, ou bien trop tendance à répondre à l’appel des sirènes ;-)…

  13. J’ai relu il y a quelque temps  »Le voleur de temps » dont voici le lien:
    http://papoustory.over-blog.com/article-le-voleur-de-temps-de-tony-hillerman-46623183.html

    Je les aime tous donc c’est difficile de choisir. Je vais regarder dans ma bibliothèque et je t’enverrais un ou deux autres titres.

  14. Je suis un lecteur assidu de Hillerman.A travers ses romans Il nous emmène à la découverte des Navajos. J’aime l’évolution des personnages, qui vieillissent, en même temps que l’auteur. On les redécouvre comme de vieux amis que l’on a un peu perdu de vue mais qui nous sont chers.

    • Ces auteurs qui nous donnent l’impression de côtoyer des personnages, qui nous donnent du plaisir en les retrouvant sont vraiment très forts…

  15. Il va falloir m’y remettre.Je n’ai pas lu Hillerman depuis longtemps

  16. Pas eu envie de poursuivre faute d’attachement particulier aux héros récurrents (qui aurait pu me faire résister aux sirènes 🙂 !) .

  17. Je suis davantage tentée par Upfield mais je ne dis pas que je ne mettrai pas mon nez dans un roman de cet auteur.

    • Il parait que Upfield c’est très bien, il faudra que j’essaie aussi…

  18. Moi aussi j’ai commencé par ce roman! Un excellent moment de lecture!

    • Je crois que peu importe par où on commence finalement, on tombe dans le pot quand même !

  19. Hillerman est un de mes auteurs préférés, je connais tous ses romans par coeur c’est dire (oui mes bizarres manies de relecture en série bref !!!). Bien sûr il y en a de meilleurs que d’autres mais une fois qu’on est attaché aux personnages, ils sont tous bien…
    Pour commencer (j’ai vu que quelqu’un posait la question), je dirais Porteur de peau (vraiment excellent première rencontre de Jim Chee et Joe Leaphorn), ou Là où dansent les morts (un Leaphorn excellent aussi), ou Dieu-qui-parle ou Le voleur de temps… il y en a plein d’autres mais ceux-là m’ont peut être plus marquée 🙂

    • Eh bien merci, Yueyin et Le Papou en tandem, nous voilà bien conseillés !

  20. Ah oui, j’irais bien me plonger dans le culture améridienne, un petit peu.

    • Alors tu seras satisfaite avec ce livre : immersion assurée !

  21. Je ne peux que vous conseiller de commencer avec ‘Là où dansent les morts’ (le second roman d’Hillerman, le premier est un assez mauvais brouillon) qui est un chef d’œuvre et qui permet de comprendre réellement les enjeux culturels et sociologiques de cette excellente série, puis de dérouler dans l’ordre (car il y a une chronologie qui fait sens dans les romans).

    Je la donne ici avec une présentation de l’œuvre et même une carte détaillée pour suivre les aventures de Leaphorn et Chee : http://leventsombre.cottet.org/cycles/hillerman/index

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *