Le dîner d’Herman Koch

coeur animéLe dîner d'Herman KochAfficher un crustacé en couverture de cet excellent livre relève à mes yeux d’une erreur (même s’il s’agit de la couverture originale). Si je n’en avais pas entendu parler lors d’une non moins excellente mais défunte émission littéraire et radiophonique, je ne l’aurais certainement pas ouvert. Ce livre traite très habilement des relations entre parents et enfants, et plus particulièrement de la responsabilité parentale envers de jeunes adolescents.

Alors oui, tout se passe au cours d’un dîner, dans un restaurant très chic. Le narrateur Paul, accompagné de sa femme Claire, y retrouve son frère Serge Lohman, candidat aux prochaines élections au poste de Premier Ministre des Pays-Bas,  c’est-à-dire chef du gouvernement. L’atmosphère est au départ assez guindée, on ne sait pas de quoi parler, de tout et de rien, on s’ennuierait presque. Mais, grâce à quelques flash-back, on comprend que tous les protagonistes n’ont envie de parler que d’une chose : leurs enfants. Paul et Claire en ont un, Michel, quinze ans, et Serge et Babette trois, dont un venu du Burkina Faso dans sa petite enfance. Puis on apprend que juste avant de partir pour le restaurant, Paul a vu une vidéo sur le téléphone portable de son fils qui l’a beaucoup perturbé. Puis que Michel et son cousin se sont livrés à des actes de violence inouïs et que les quatre convives le savent, qu’ils doivent même en parler, ils sont ensemble pour ça. Car un scandale peut éclater, du genre de ceux qui ruinent une carrière politique.

J’ai été fascinée par ce roman qui ne cède à aucune facilité et construit son intrigue loin de tout manichéisme. On imagine facilement l’homme politique presque parvenu au sommet de sa carrière, faisant tout pour étouffer le scandale, eh bien non. On imagine ces parents de classe très aisée, cultivés, expliquant à leurs enfants ce qu’ils doivent faire ou pas, comment se comporter, eh bien non. On pense que Paul, ancien enseignant, se trouvera confronté à un dilemme entre l’avenir de son fils et la dignité morale, eh bien non.

L’auteur ne dévoile que peu à peu le passé de cette histoire, en particulier celui du narrateur, Paul, bien plus complexe que ce qu’on imagine à travers ses propos et son ton assez badin. Il serait dommage d’en dévoiler trop, mais c’est de plus en plus glaçant, terriblement efficace, au point de frôler le thriller psychologique : il faut absolument tourner les pages, encore et encore, pour savoir comment ces couples vont solutionner le « problème » de leurs enfants. La construction est donc parfaite, un huis clos de comédie au départ ponctué par des retours en arrière qui créent le doute, l’angoisse et le désir de savoir.

Et malgré tout c’est férocement drôle, d’un humour caustique, qui fait rire jaune et puis pleurer tant la ruine morale de tous ces gens est effrayante. Car c’est bien ce que dénonce Herman Koch dans ce roman, la débâcle de la bonne société (néerlandaise dans son cas, mais bien sûr, pas que) qui sait choisir les bons restaurants, les bons plats, se tenir à la télé, accorder des interviews, bref, tenir leur place mais est incapable d’élever ses enfants. Il en résulte des adolescents polis, propres sur eux, courtois, qui pensent que ceux qui sont en bas de l’échelle sociale leur sont inférieurs et qu’on peut en disposer, que la violence est possible pour convaincre quand on s’estime dans son droit, que les pauvres n’ont qu’à travailler pour se sortir de la misère.

Herman Koch invite dans un premier temps le lecteur à rire de ces gens, pathétiques dans leurs rituels, mais bientôt, le rire se dissipe pour laisser place à l’étonnement, l’incrédulité puis l’inquiétude. C’est un conteur très habile qui soigne sa construction pour saisir le lecteur et ne plus le lâcher jusqu’au dénouement.

Oublions la couverture, c’est un livre à lire absolument.
 
Le dîner

Herman Koch traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin
Belfond, 2011
ISBN : 978-2-7144-4664-0 – 329 pages – 18.50 €

Het Diner, parution aux Pays-Bas : 2009

Articles similaires


50 commentaires

Commentez via votre profil Facebook

  1. C’est malin, maintenant, après le battage de clara autour de ce roman, j’ai encore plus envie de le lire, tu en rajoutes. Rien à la bibli, of course (mais je peux leur demander, tiens)

  2. Rate chez Clara mais pas chez toi ! Il faut que je le lise.

  3. Ma libraire m’en a dit beaucoup de bien aussi, il va falloir que je vous écoute alors ;)

  4. Ton billet donne vraiment envie de le lire !…
    Pour la couverture, je tente une interprétation sauce Margotte… Les spécialistes de l’enfance utilisent la douce expression de « complexe du homard » (tirée des écrits et travaux de Françoise Dolto) pour qualifier la période de l’adolescence durant laquelle le jeune change de peau… d’où la présence de ce magnifique crustacé sur une assiette qui elle, bien sûr, renvoi au fameux dîner ! Elémentaire mon cher Watson ;-)
    PS : tu as le droit de me dire que je me suis complètement fourvoyée…

    • Margotte, bravo, je m’en veux de de pas avoir fait le lien. Bien sûr : le homard pour le dîner mais surtout pour le complexe. La couverture n’est pas plus attrayante mais au moins, elle est justifiée, merci.

  5. En Belgique, on a suivi d’un peu plus près peut-être les affaires politiques liées àl’extrême droite, un assassinat de leader homosexuel notamment. Ca n’a peut-être rien à voir avec les perversités des héros de ce roman, mais ça ne m’étonne pas qu’un écrivain choisisse de mettre en scène ces sortes de choses…

    • Si ça a à voir… je ne veux pas en dire trop ni dans le billet, ni dans les commentaires car ce livre se construit vraiment sur ce qu’on apprend petit à petit au fil de la lecture et mieux vaut ne pas en savoir trop…

  6. J’avais déjà repéré ce roman et même si la couverture ne lui rend pas justice, je suis quand même tenté; Comme quoi, parfois, une couverture pas tip-top peut cacher un très bon roman .

  7. je l’ai retenu à la mediatheque..Ton billet me donne envie de le lire tres vite.

  8. Déjà repéré chez Cuné, je l’ai noté, mais il va falloir que je passe à l’étape suivante : l’acheter (ou l’emprunter) !

  9. Repéré moi aussi chez Clara, et ton billet me donne encore plus envie de le lire ! Je crois que quand j’aurai le temps d’aller chez le libraire, il finira dans ma PAL…

  10. Un coup de coeur pour toi, une tentation pour moi… ça me fait penser au week-end de Bernard Schlink, bref, il faut que je le lise pour comparer, maintenant !

  11. Comme L’Ogresse, j’étais passé à côté chez Clara et j’ajouterai qu’il se peut même qu’il ait croisé mon chemin à la bouquinerie sans que je m’y intéresse à cause de cette horrible couverture. Grossière erreur réparée. Je vais désormais le guetter !

    • Je ne te vanterais pas l’émission par laquelle j’ai entendu parler de ce livre la première fois puisqu’elle s’est définitivement arrêtée en juin, mais il y a ici et là des émissions à la radio qui font découvrir des livres dont on ne parle pas ou peu ailleurs.

  12. Un livre encore bien tentant, mais qui attendra !

  13. Et une personne de plus qui m’incite à lire ce livre. Je vais voir d’un clic s’il est disponible à la médiathèque.

  14. le billet de Cuné avait déjà attiré mon attention… il faut que je me penche à nouveau sur ce homard ;-)

  15. D’accord avec Margotte qui m’a coiffé sur le poteau…
    Cette histoire avec plein de cadavres dans le placard (sans parler des crocodiles sous le lit…) me met en appétit, je crois qu’il faut absolument que je lise cette histoire de bourgeois dépravés!
    C’est à dire dès que je serai sorti du Challenge Shakespeare qui me passionne et me monopolise en ce moment.

  16. Tu as le don de me tenter Ys ! Dire que je suis passée devant ce livre plusieurs fois et que jamais ce homard ne m’avait fait de l’œil ! La couv est en effet une erreur mais ton billet m’a convaincue.
    Allez, encore un livre à ajouter à ma PAL.

  17. C’est vrai que cette couverture dessert le roman ! Tu fais bien de mettre les choses au clair ! Je note ! ;-)

  18. Un livre qui ne peut laisser personne indifférent !!!! On se prend une grande claque dans la figure !

  19. Je l’ai déjà noté et surligné parce qu’une amie m’en a dit le plus grand bien. Quelle est donc l’émission littéraire qui s’est arrêtée en juin ? Aurais-je raté une info ?

  20. J’en ai entendu parler dans l’emission de Joseph macé Scaron sur France Culture et il a immediatement integré ma wish-list. Ton avis ne fait que renforcer mon envie de le lire très vite ! (Je suis décue que Jeux d’épreuves s’arrete, il reste entre autre le masque et cercle polar mais la littérature devient rare à la radio).

    • Une exclu rien que pour toi Delph, auditrice de cette excellente émission : « La Dispute » sera la nouvelle émission de débats littéraires de France Culture, le vendredi de 21h à 22h à partir du 29 août.

      • Merci merci, je n’avais pas encore repéré cette émission de radio; je ne comprenais pas comment France Culture pouvait arrêter un émission telle que jeux d’épreuve sans proposer un équivalent.
        Je vais écouter ce soir, et oui je viens seulement de lire ton message et on est vendredi. Merci

  21. La couverture de ce roman ne m’a effectivement pas attirée à la sortie des cartons. Mais vos billets ont eu raison de moi, je viens de le finir et j’ai trouvé ça excellent. J’ai pris une vraie claque !

  22. Ah oui, c’est vrai qu’elle est weird, cette couverture. Elle ne donne même pas le goût de manger du homard. Mais bon, vos billets, eux, donnent le goût de le lire!

  23. Je viens tout juste de le terminer… Waouh !!! Voilà ce qui me viens dans l’instant…
    Je le laisse faire sa place dans ma tête avant d’écrire mon billet.
    Merci pour ce conseil de lecture !! :-)

  24. Encore un livre que je viens d’acheter grâce à toi en un clic sur Amazon… je sais c’est le mal…:-/

  25. Pingback: Le dîner |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *