Les autos tamponneuses de Stéphane Hoffmann

hoffmann« Bien que Bordelais, Jean-Charles Lawton ne répugne pas aux concours de prouts. A cinquante ans bientôt, c’est même encore l’idée qu’il se fait des bons moments entre amis. »

Avec un tel incipit et une quatrième de couverture dans le même ton, on imagine déjà une plume trempée dans l’humour à froid, voire le cynisme. Quand le sujet est le mariage, plus exactement quarante ans de mariage, ça devient grinçant, mais réjouissant car Stéphane Hoffmann n’épargne rien ni personne, pas même son narrateur, Pierre Bailly, celui qui critique si facilement ses contemporains et croit tout savoir sur tout.

Après une vie bien remplie à la tête des entreprises de son beau-père, Pierre Bailly décide soudainement d’arrêter les affaires et de mener une vie tranquille en Bretagne auprès d’Hélène, sa femme depuis quarante ans. Mais celle-ci ne l’entend pas ainsi, car si elle a supporté son mari pendant tout ce temps, c’est surtout parce qu’il n’était jamais là et la laissait vivre sa vie seule loin de lui. La cohabitation commence plutôt mal, il faut réaménager la maison, compter ses «amis» et remplir les journées. Maintenant qu’il a quitté les affaires, Pierre déteste tout le monde, critique les anciens collègues comme les nouveaux retraités, les juge d’un oeil supérieur. Il souligne à plaisir la bêtise de ses plus proches amis devenus riches en restant toujours aussi superficiels, devenant snobs et méprisants, à ses yeux. Lui qui n’aspire qu’à la tranquillité, voilà que sa femme lui impose une fête pour leur anniversaire de mariage…

Ce Pierre Bailly pourrait passer pour un poseur, un vieil aigri parvenu qui crache dans la soupe. Mais heureusement, Stéphane Hoffmann a le don de la formule et les réflexions de son narrateur sont souvent savoureuses. Sans concession pour le monde qui l’entoure, anciens collègues, nouveaux riches et Bretons, il est assez indulgent à son égard, mais sa femme va se charger de lui ouvrir les yeux. En quarante ans, tous deux ont construit leur carapace réciproque, leur permettant de paraître et d’avancer en société après la mort de leur fils aîné âgé de seize ans. Un drame qui semble ne les avoir qu’effleurés l’un et l’autre, mais rien n’est aussi simple.

Il y a déjà eu beaucoup de livres sur le couple et généralement, ils m’ennuient. Mais il ne s’agit pas ici de couple en crise sentimentale ou sexuelle (Pierre et Hélène ne s’aiment plus et ne font plus l’amour depuis longtemps) mais plutôt d’un portrait tantôt féroce tantôt bienveillant d’une vie passée dans les certitudes et les apparences. Il se lit le sourire aux lèvres car la critique, même facile, de certains milieux bourgeois, est toujours savoureuse quand elle servie par un style élégant et un humour corrosif.

Ça n’est pas trop long, juste ce qu’il faut, ça laisse un goût doux-amer et surtout l’envie de noter quelques phrases, celles où l’émotion affleure aussi.

« Nos enfants sont comme des cadeaux qu’on mettrait une vingtaine d’années à ouvrir avant de découvrir ce qu’ils sont ; mais s’ils ne nous conviennent pas, impossible de les changer. »

 

Les autos tamponneuses

Stéphane Hoffmann
Albin Michel, 2011
ISBN : 978-2-226-22972-4 – 232 pages – 17 €

Pour recevoir le dimanche des nouvelles de Tête de lecture…

Les autos tamponneuses de Stéphane Hoffmann

37 commentaires sur “Les autos tamponneuses de Stéphane Hoffmann

  1. Humour à froid dans l’incipit, la quatrième de couverture et apparemment le titre aussi qui ne se comprend qu’après avoir lu le livre ou ton billet. Je serai attentive si je vois ce livre à la bibliothèque.

  2. J’adore la citation de la fin (comme je suis toujours ravie de ces cadeaux, ça me va bien !) et je pense que j’aimerais ce livre…

    1. J’en ai noté pas mal, mais celle-là est tellement vraie, et tellement d’actualité pour moi, que je n’ai pu résister à la citation.

  3. Je le guetterai aussi à la bibliothèque ! (je suggérerai même qu’on l’acquière…) (euh, ça s’écrit comme ça, le dernier mot ?)

      1. ben c’était bon, c’est bien un subjonctif, dans cette phrase ?? maisun tout grnd merci pour le lien, c’est bien pratique !

    1. certes, mais c’est quand on a fini de les materner vraiment et qu’ils prennent leur route qu’on voit vraiment quelle est leur personnalité (pas forcément celle qu’on voulait/imaginait…)

  4. A garder en réserve… J’aime bien la citation, tant il est vrai qu’il faut du temps pour voir murir nos enfants, et donc les connaître vraiment, enfin il me semble.

  5. Les premiers mots m’ont tellement refroidie que malgré ton enthousiasme, je n’ai pas vraiment envie de noter ce livre ! (hélas… il y a des morts malheureux comme ça !!!)

  6. « J’en ai noté pas mal, mais celle-là est tellement vraie, et tellement d’actualité pour moi, que je n’ai pu résister à la citation. »

    Ah bon, tu voudrais pouvoir échanger tes enfants ? 😛
    Il a l’air drôle ce livre mais je n’ai pas compris ce que viennent faire les prouts et les auto tamponneuses dans cette affaire ^^ (et je sens que tu vas me répondre qu’il me faudra le lire pour le savoir ;))

    1. « Ah bon, tu voudrais pouvoir échanger tes enfants ? » : Pour rien au monde, les chefs d’oeuvres de ma vie !
      Pour les auto-tamponneuses, voici la citation en 4e de couv’ :
      « Pour nous, le mariage a toujours ressemblé à un tour d’autos tamponneuses : c’est inconfortable, on prend des coups, on en donne, on tourne en rond, on ne va nulle part mais, au moins, on n’est pas seul. »
      Conclusion : réfléchis bien 😆

  7. A voir… pareil, les histoires de couple m’ennuient, après ça dépend comment c’est traité. Tant qu’il y a de l’humour, on peut au moins passé un bon moment de lecture. S’il y a du cynisme en plus, ça devient intéressant.

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut
Send this to a friend
Bonjour,
voici un article à lire sur Tête de lecture : http://yspaddaden.com/2011/08/19/les-autos-tamponneuses-stephane-hoffmann/