La fille tombée du ciel – Heidi Durrow

Heidi DurrowC’est la jeune Rachel Morse, héroïne de Heidi Durrow, qui est tombée du ciel, traversant l’espace devant la fenêtre de Jamie, qui deviendra Brick, pendant que sa mère s’amusait avec son nouvel ami dans sa chambre. Il y avait Rachel mais aussi Robbie, son frère, Ariel, le bébé, et Nella, sa maman. Rachel sera la seule à s’en sortir vivante. Jamie lui est hanté par ce qu’il a vu par la fenêtre. Il va à l’hôpital et rencontre le papa de Rachel, un Noir comme lui, qui lui apprend l’harmonica.

Quand elle sort de l’hôpital, elle va vivre à Portland avec sa grand-mère paternelle et sa tante Loretta. Elle apprend qu’elle est Noire, ou plutôt, elle s’en rend compte car avant ça, la couleur ne comptait pas. Il va pourtant bien falloir que Rachel trouve sa place entre Noirs et Blancs, elle qui a la peau claire et les yeux bleus de ma maman danoise. Mais son père n’est plus là, il n’est jamais venu la voir chez sa grand-père, peut-être est-il mort, Rachel ne sait rien. Elle ne sait pas bien non plus ce qui s’est passé sur le toit, y avait-il quelqu’un, sa maman a-t-elle sauté ? Pas facile dans ces cas-là de devenir une jeune fille, de se forger une personnalité, même si l’Amérique des années 80 décrite par Heidi Durrow est plus tolérante que celle des décennies précédentes.

Beaucoup d’émotions dans ce livre de Heidi Durrow sur l’identité métisse, qui relève pour une part de l’autobiographie (l’auteur est née d’un père noir et d’une mère danoise). La construction est intéressante, à la première personne quand il s’agit de Rachel, puis donnant voix à plusieurs protagonistes qui dessinent eux aussi le portrait de la jeune fille. Heidi Durrow crée une attente, le lecteur souhaite savoir ce qui s’est passé sur le toit, mais aussi avant entre les parents de Rachel, puis ce qu’est devenu son père. Ces questions resteront pour une part sans réponse, l’auteur rompant ainsi un pacte romanesque tacite et entretenant la frustration (ou l’imaginaire selon que l’on est plus ou moins optimiste). Dans la mesure où il y a intrigue, je trouve dommage, et facile, de ne pas en donner toutes les clés. Certes, l’auteur place ainsi le lecteur à hauteur de personnage : il n’en sait pratiquement pas plus que Rachel sur son histoire. Je préfère pour ma part les romans plus denses, qui construisent avec précision les différentes facettes d’un personnage et son évolution.

Heidi Durrow n’exploite pas le fait que son héroïne se construit sur des non-dits, des secrets. Peut-on croire que Rachel enferme la Rachel qu’elle était avant l’accident dans une bouteille, comme elle dit, et qu’elle continue de grandir ainsi, ne se laissant que parfois déborder par l’émotion (mais jamais par le souvenir, on ne saura rien de son enfance) ? Arrivée à l’adolescence, est-il crédible qu’elle n’interroge pas sa grand-mère sur son père, et sur le petit Charlie dont elle finit par découvrir l’existence ?

Choisissant de mettre l’accent sur le métissage, Heidi Durrow néglige le traumatisme subi par Rachel. On se demande dès lors pourquoi elle choisit un accident aussi spectaculaire et symbolique que la chute de toute une famille du neuvième étage d’un immeuble.

Il reste dans ce roman bien des pistes à exploiter me semble-t-il, ce qui en fait un roman assez frustrant.

 

La fille tombée du ciel

Heidi H. Durrow traduite de l’anglais par Marie de Prémonville
Anne Carrière, 2011
ISBN : 978-2-84337-614-6 – 274 pages – 20 €

The Girl Who Fail From The Shy : A Novel, parution aux Etats-Unis : 2011

..

..

..

..

29 commentaires sur “La fille tombée du ciel – Heidi Durrow

  1. frustrant dis-tu… je vais peut-être passer alors, quoique, l’auteur est d’origine danoise….

    • Le mélange de danois et de Noir américain est intéressant, c’est un métissage dont il est rarement question dans les romans.

  2. kathel

    A la lecture de ton billet, j’en suis frustrée pour toi… Si des questions fondamentales restent en suspens, c’est bien embêtant !

    • Peut-être l’ai-je lu trop simplement : des questions surgissent (sur le père en particulier) et j’attendais basiquement des réponses… qui ne sont pas venues…

  3. Si c’est pour rester sur sa faim, je préfère m’abstenir…

    • Peu-être y aura-t-il d’autres billets qui te donneront le goût de ce livre…

  4. Lecture prévue prochainement, nous verrons si je reste également sur ma faim..

    • Je viens de lire la revue des Maisons de la Presse : ils font de ce livre un coup de coeur…

  5. J’avoue être déjà frustrée à la lecture même de ton billet. Pas tout compris. C’est toute la famille qui est tombée ?

    • Oui, la mère et les trois enfants, et Rachel est la seule à s’en sortir. Du père, on ne sait rien…

  6. Dommage, ça m’aurait tentée si la chute avait été exploitée à fond et qu’il n’y avait eu « que ça ».
    Je passe !

    • Je suis déçue mais peut-être trop exigeante…

  7. S’il n’y a pas les réponses, je passe, je serais trop frustrée.

    • Peut-être peut-on y trouver d’autres intérêts et s’y intéresser vraiment…

  8. La dernière fois que dans un roman que je lisais une fille est tombée du ciel, c’était dans Barroco Tropical (billet à paraître), et elle était morte…

    • La famille tombe quand même du 9e étage… mais Rachel tombe sur son frère… on va dire que c’est possible…

  9. griotte29

    Il fait parti de la liste que je dois lire pour la rentrée littéraire, je reviendrai donc donner mon avis !

    • J’espère en tout cas qu’il te plaira plus qu’à moi.

  10. La Ruelle bleue

    J’ai cru comprendre pourquoi le père ne revenait pas et en fait, comme je te le disais en réponse à ton commentaire, cela ne m’a pas semblé si important à savoir… Mais je crois que tu as trouvé un mot juste dans ton billet concernant ce livre : pas très crédible. Je crois que l’auteure a voulu aller trop loin dans la dramatisation des faits au détriment de ses personnages…

    • Pas tout à fait abouti ce premier roman, c’est dommage…

  11. Frustrant? Qu’est-ce qu’il avait l’air tentant pourtant tout à l’heure à la librairie. Enfin, pour l’instant je l’ai reposé !

    • Peut-être liras-tu d’autres billets qui te donneront à nouveau envie…

  12. Le thème de départ était tentant mais si on en ressort frustré, je ne pense pas que je vais noter … je n’aime pas être frustrée, ce n’est pas bon pour mon teint 😉 mdr !

    • Ça n’est bon pour rien la frustration, je ne pratique pas assez le bouddhisme pour gérer 🙂

  13. Pas convaincue, alors.

  14. Je n’ai pas de mal avec le roman qui ne donnent pas toutes les réponses mais dans un tel cas, quand même, il me semble que j’aimerais aussi savoir… Bref, bon, je pense que je peux faire sans…

    • Je crois aussi…

  15. Frustrant, je suis d’accord avec toi, pas tout à fait abouti encore !!!

    • On guettera le prochain !

Les commentaires sont fermés.