Galadio de Didier Daeninckx

GaladioLe jeune héros de ce roman s’appelle Ulrich, c’est un métis allemand né en 1922 des amours d’une Allemande et d’un Africain des troupes coloniales françaises venues occuper l’Allemagne juste après la Grande Guerre. La montée du nazisme va bouleverser sa vie. Les métis comme lui vont être montrés du doigt puis des interdictions en tout genre vont être décrétées. Il est un jour emmené dans un hôpital pour être stérilisé. Il va avoir de la chance dans son malheur puisqu’il est repéré par une équipe de cinéma et engagé comme figurant pour jouer l’Africain. Lui qui ne sait pratiquement rien de son père, juste son nom et celui de son village au Soudan français, il va partir sur ses traces.

Ulrich/Galadio étant le narrateur de cette histoire, il nous permet d’assister d’un oeil naïf à la montée des persécutions et à l’injustice. L’enfant ne comprend pas ce qu’on lui reproche, il n’analyse pas toujours, mais le lecteur comprend. Il suit l’enfant puis le jeune homme qui découvre ses origines, les assume puis part à leur recherche.

Ce qui est vraiment original dans ce roman (en plus du sort des métis rarement abordé en littérature), c’est l’accent mis sur la vogue du cinéma colonial allemand qui est une forme évidente de patriotisme. On voit donc passer Ernest von Salomon, écrivain et scénariste, Hans Albers, acteur et chanteur allemand qui interpréta le rôle de Carl Peters, explorateur allemand de l’Afrique.

Beaucoup de points intéressants dans ce roman, mon seul regret est qu’il soit bien trop court. J’aurais aimé en savoir plus sur le quotidien de jeune Allemand dans les années 30 (la rafle des animaux « perdus pour l’espèce » parce qu’appartenant à des Juifs m’a impressionnée), sur la façon dont il a ressenti son passage à l’hôpital (il a échappé à la stérilisation), à sa découverte de l’Afrique… Ces cent trente pages relatent près de dix ans alors qu’une telle histoire en aurait mérité au moins le double, si ce n’est plus.

Comme précédemment dans Cannibale, Didier Daeninckx s’intéresse au sort de populations colonisées arrivées en Europe contre leur volonté.

Didier Daeninckx sur Tête de lecture

Galadio

Didier Daeninckx
Gallimard, 2010 (existe en poche)
ISBN : 978-2-07-012953-9 – 139 pages – 15.50 €

Pour recevoir le dimanche des nouvelles de Tête de lecture…

Galadio de Didier Daeninckx

38 commentaires sur “Galadio de Didier Daeninckx

  1. Didier Daeninckx fait toujours beaucoup de recherches et dans ce livres, on apprend souvent beaucoup de choses dont on entend pas parler, surtout pas dans les livres d’histoire. C’est un auteur que j’aime beaucoup. Dans ces dernières publications, j’ai particulièrement apprécié « Itinéraire d’un salaud ordinaire ».

    1. Merci pour ce titre. Je n’ai pas beaucoup lu Daeninckx, mais apprécié tout ce que j’ai lu. J’imagine qu’il a fait pas mal de recherches pour ce titre-ci, dommage alors qu’il n’en fasse pas un roman plus dense.

  2. Daenincks est un auteur que j’apprécie et je compte lire celui-ci. Mais il me semble que Cannibale ne parle pas des africains mais des canaques. Mais tu parles plus globalement du pb colonial, je pense… en tout cas, c’est noté.

  3. J’attendais patiemment la sortie en poche de ce (trop ?) court roman de Didier Daeninckx. Maintenant, il va falloir le lire … Ce que tu en dis me confirme bien dans mon désir de découvrir le sort fait aux métis en Allemagne à l’arrivée des NS. On sait finalement peu de choses sur leur situation et ce qu’ils ont eu à subir. Il me semble que certains ont même été déportés à Dachau. Dans tous les cas, à recommander, malgré la frustration du nombre de pages …

    1. Je pense qu’un tel sujet pourrait donner lieu à un grand livre bien plus épais et fouillé. Mais celui-ci a au moins le mérite de mettre le sort de ces gens en lumière.

  4. Didier Daenincks est un auteur que j’ai connu au lycée grâce à ma prof de français. Il est super intéressant et très gentil. Proche de ses lecteurs aussi. Ca fait bien longtemps que je n’ai pas lu ses ouvrages. Va falloir que j’y remédie. Celui, par contre, qui m’a beaucoup marqué fût « Meurtres pour mémoire ». Si tu ne l’as pas lu, je te le conseille.

  5. un livre à mettre dans ma PAL.J’aime les recherches de ce genre les themes abordes,les minorites mises en avant.
    j’ai lu de lui « meutres pour memoire » petit mais bouleversant

  6. Je suis fan de DD depuis que ma soeur me l’a fait découvrir. J’en ai lu beaucoup et il m’en reste beaucoup à lire. Le Retour d’Ataï est la « suite » de Cannibale. J’ai particulièrement aimé Camarades de classe et Les figurants. Je viens de réserver Galadio à la bibliothèque. Merci. Serge Bilé parle du même sujet dans Noirs dans les camps nazis. C’est très intéressant.

  7. Cela fait plusieurs mois que ce livre m’a été offert, je n’étais pas très attirée mais en lisant ce billet je me dis qu’il mérite sans doute que je m’y arrête

    1. Je n’ai pas été entièrement convaincu parce que je l’ai trouvé trop court, mais les thèmes qu’il soulève sont bien sûr très intéressants.

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut
Send this to a friend
Bonjour,
voici un article à lire sur Tête de lecture : http://yspaddaden.com/2011/09/17/galadio-didier-daeninckx/