La maison où je suis mort autrefois de Keigo Higashino

Keigo HigashinoEtrange roman que celui de Keigo Higashino, paru en « Actes Noirs » mais pas vraiment policier, plutôt un roman d’ambiance, qui plonge le lecteur au cœur d’un malaise identitaire et d’une quête des origines.

Sayaka vient trouver le narrateur qui a jadis été son petit ami. Elle souhaite qu’il l’emmène dans une maison retirée dont elle vient de trouver la clé, avec un plan, suite au décès de son père. Elle ne connait pas cette maison et se demande pourquoi son père s’y rendait régulièrement. Peu sûre d’elle, perturbée, elle n’ose pas s’y rendre seule. En chemin, elle avoue au narrateur qu’elle maltraite sa petite fille. Elle ne comprend pas pourquoi, pas plus qu’elle n’arrive à se contrôler. Mais elle pressent que cette violence est liée au fait qu’elle n’a aucun souvenir de son enfance.

Le narrateur et Sakaya fouillent la maison qui semble avoir été précipitamment abandonnée. Ils trouvent un cahier où un jeune garçon écrivait son quotidien et grâce à eux commencent à retracer l’historique de cette étrange demeure abandonnée, qui n’a ni eau ni électricité, et de ses anciens habitants.

Et de l’histoire de la maison, de ses habitants, Keigo Higashino fait surgir le passé enfoui de Sayaka. A l’image de cette maison où l’on entre par une porte dérobée du sous-sol, les souvenirs de la jeune femme ne se laissent pas facilement pénétrer, il faut fouiller et soulever plusieurs couches de poussière qui sont autant d’écrans.

Une belle métaphore, l’inconscient comme une maison abandonnée qu’il faut explorer pour découvrir la réalité de faits refoulés, puis oubliés.

.

La maison où je suis mort autrefois

Keigo Higashino traduit du japonais par Yukata Makino
Actes Sud (Actes Noirs), 2010
ISBN : 978-2-7427-8951-1 – 253 pages – 18 €

Mukashi bokuga shinda ie, parution au Japon : 1997

Pour recevoir le dimanche des nouvelles de Tête de lecture…

La maison où je suis mort autrefois de Keigo Higashino

34 commentaires sur “La maison où je suis mort autrefois de Keigo Higashino

  1. J’ai lu ce roman d’une traite, curieuse de découvrir le fin mot de l’histoire. Par contre, la lenteur et la répétition des dialogues m’ont un peu ennuyée. Mais peut-être est-ce propre aux romans japonais…

    1. euh… je ne voudrais pas faire de raccourcis simplistes (je me sens surveillée ici…) mais bon oui, la lenteur dans la littérature japonaise, ça n’est pas rare…

      1. Je surveille 😉 mais néanmoins je confirme que lenteur et non-dits sont souvent présents en litté japonaise. Après, on aime ou on n’aime pas !

  2. Ah oui, un beau roman d’atmosphère, une métaphore saisissante comme tu le soulignes, j’avais adoré ( comme tu t’en doutes, je suppose …)

    1. Une ambiance étrange et une belle introspection qui soutiennent vraiment « l’intrigue », en tout cas la recherche personnelle de cette jeune femme. Ça a le bon goût de ne pas être trop long, un brin bizarre, tout ce qu’il me faut. Ravie de te retrouver dans ce registre.

  3. Je l’avais déjà noté (chez Michel, je crois) car je trouve le titre très intriguant … comme l’histoire ! Et pourtant, je ne suis pas toujours fan de littérature asiatique !

    1. Je ne vais quand même pas me jeter sur un autre roman japonais dès novembre, ça serait bâfrer dans mon cas, mais pourquoi pas renouveler l’expérience un peu plus tard en effet.

  4. Alerte rouge ! Alerte rouge ! Ys lit du japonais !!! ^^
    Bon ok, c’était bien le seul qui te tentait, je vois que tu as fini par mettre la main dessus ! 😀

    1. Je l’ai même réservé à la bibliothèque, c’est dire si l’envie était grande ! Et tu peux constater que je suis ouverte à tout, pas si obtus qu’on crois 🙂

      1. Ah obtus non, juste réfractaire à cette fameuse lenteur japonaise 😉 mais bon maintenant, tu vas pouvoir attaquer d’autres titres…:D

    1. Moi aussi, ce sont des billets sur la blogo qui m’ont donné envie de lire ce livre alors globalement, on peut dire que je suis fâchée avec la littérature japonaise…

  5. Ah, ah, tu avais dit qu’il te tentait effectivement : je n’aurais pas pu parier que tu allais aimer, sait-on jamais, mais je suis ravie que cela soit le cas…

  6. J’ai adoré ce roman. Un prochain de cet auteur à paraitre, quelque chose avec ‘Suspect X’ dans le titre, je crois que c’est à paraître en novembre. Je le lirai, c’est sûr !

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut
Send this to a friend