Desolation Road de Jérôme Noirez

Desolation Roadcoeur animéC’est le troisième roman que je lis de Jérôme Noirez, mais le premier spécifiquement jeunesse. Et je ne vois pas comment le tourner autrement qu’en disant : c’est parfait. Je n’ai absolument rien à reprocher à ce livre, tout y est maîtrisé et intéressant. C’est à mes yeux de la littérature pour ados intelligente, mature. Mais c’est peut-être là que certains jeunes lecteurs n’y trouveront pas leur compte : on est très loin des romans pour adolescents qui cartonnent avec romance mièvre, dialogues téléphonés, bien lisses, belle fin et indigestion de guimauve et clichés assurés. Je lis ce livre avec des yeux d’adulte alors qu’il est destiné à un public adolescent, même si j’ai passé un excellent moment à le lire.

Dans la prison de San Quentin en Californie, June a dix-sept ans, elle est condamnée à mort pour vols, meurtres et séquestration. Elle raconte au jeune Gayle Hudson, pigiste pour journaux à sensation, sa cavale avec David, dans l’Amérique des années 30. Elle raconte son adolescence, sa vie avec sa mère après la mort du père, la misère qui les pousse à partir, la mère qui s’en va avec un homme, laissant là sa fille avec quelques promesses de fortune future. Mais c’est la Dépression qui règne en maître ainsi que la Prohibition, mère de bien des trafics. Misère, violence, jeunesse : David et June doivent fuir, quelques dollars en poche, vivant au jour le jour une vie dangereuse. Vols, puis meurtres, puis enlèvement, c’est l’escalade pour les deux jeunes gens qui tuent pour rester ensemble, encore un peu, libres.

C’est une belle histoire d’amour pudique, mais surtout le portrait d’une époque que l’on a aucun mal à restituer tant on a vu de films. Avant tout, Les Raisins de la colère de John Ford mais aussi Bonnie and Clyde d’Arthur Penn car la similitude est parfaite : ils sont jeunes, ils s’aiment, se moquent de la mort et sèment la terreur. On y croise des fermiers ruinés, des illuminés, des bootleggers, des enfants stars, des Ford T bien sûr… tout ce qui fait l’Amérique d’alors sans que jamais ne pointe l’ombre d’un cliché. Le western n’est pas en reste, à travers la ville morte de Desolation, le bout du chemin. Et qui sait si en tendant l’oreille, vous n’entendrez pas une voix chanter : « Mary had a little lamb, little lamb, little lamb, Mary had a little lamb whose fleece was white as snow…« .

 
Jérôme Noirez sur Tête de lecture et sur Mes Imaginaires

.

Desolation Road

Jérôme Noirez
Gulf Stream, 2011
ISBN : 978-2-35488-129-0 – 198 pages – 12 €

..

22 commentaires sur “Desolation Road de Jérôme Noirez

  1. En lisant ton premier paragraphe, je me remémore une citation, mais je ne l’ai plus précisément, ni de qui, disant en gros que la littérature jeunesse c’est ce qu’un adulte aime et peut être aussi lu par un jeune. Bref, tu vois l’idée?
    Cela fait du bien en effet quand les jeunes lecteurs ne sont pas pris pour des idiots décérébrés.

    • Est-ce que cette fameuse littérature jeunesse qui s’est tant développée depuis notre adolescence engendrera plus de lecteurs… je me pose la question…

  2. il me le faut, c’est obligé !
    dans ma WL… viiiiite !!!!

    • En effet, je ne vois pas comment faire autrement 🙂

  3. J’ai lu un autre titre jeunesse de cet auteur (une histoire se passant du temps de l’esclavage dans le Sud des USA) et j’avais déjà beaucoup aimé. Celui-ci me tente aussi beaucoup … l’époque décrite est intéressante et je suis sûre qu’elle est souvent méconnue des jeunes lecteurs 😉

    • …sauf peut-être à travers un certains nombre de films plus ou moins récents…

  4. Je le note ! Une bonne idée de plus dasn les romans noirs ados (comme « La princesse et l’assassin », de Magnus Nordin, excellent !)

  5. Sujet très intéressant, et ta note est vraiment tentante. Sans le côté historique du tout, mais se passant aussi en prison, j’avais beaucoup aimé « En cage », publié dans le collection ado des éditions du Rouergue.

    • Eh bien, on dirait que nous autres adultes trouvons quelques pépites en littérature ado…

  6. kathel

    C’est là que je me rends compte de mes lacunes en littérature « ado »… le genre de titre qu’il faut que je note pour me rattraper un peu !

  7. Oui, mais ce roman a été publié aux Etats-Unis en collection « adulte »… Quand on parle de littérature, la frontière ado/adulte est un peu surfaite non ? C’est surtout un concept marketing !

  8. Ah ouais il doit être super ce roman !!!

  9. la littérature jeunesse a de très bons opus, cela fait plaisir 🙂

    • Oui, c’est juste dommage qu’ils ne soient pas plus visibles…

  10. Noukette

    Chouette, je le commence demain… grâce à toi ! 😉

  11. en effet, la couv, le sujet, voilà un jeunesse hors des sentiers battus ! Raison de plus pour que je le découvre d’urgence !

    • La couv’ est en effet vraiment très belle, comme souvent chez cet éditeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *