Le premier qui pleure a perdu de Sherman Alexie

Junior n’a rien pour plaire : né avec trop de liquide céphalo-rachidien, trop d’huile de cervelle, il a dû être aspiré, mais en a gardé des séquelles. Quarante-deux dents, un œil myope et l’autre presbyte, maigre à faire peur, il bégaie et zozote. Oui, à la fois. Mais le pire, c’est qu’il est Indien et ça, aucun médecin n’y pourra rien.

Son statut de gogol lui vaut d’être régulièrement tabassé, jusqu’à ce qu’il trouve aide et protection auprès de Rowdy, à peu près aussi taré que lui, mais beaucoup plus costaud. Les deux garçons sont inséparables. Jusqu’au jour où, à quatorze ans, Junior, sur les conseils de son prof de maths blanc, décide de quitter le lycée de la réserve pour celui de la ville voisine, le lycée des Blancs.  Pour Rowdy, c’est une trahison, il ne lui parlera plus jamais. Mais pour Junior, c’est pire qu’une épreuve, c’est une lutte de tous les instants pour laquelle il est bien mal armé.  Que vient faire dans un lycée pour Blancs cet Indien spokane qui a un établissement pour lui et les siens dans la réserve ? Et comment, mais comment faire pour ne pas montrer à tous qu’il est pauvre comme Job, qu’il n’y a parfois rien à manger chez lui ou pas d’essence dans la voiture pour l’emmener au lycée ? Heureusement, Junior, désormais Arnold Spirit de son vrai nom, n’est jamais à cours de ruses et de mensonges pour tromper l’Homme blanc. Il est même possible qu’il attire l’attention de certains éléments féminins autrement qu’en se faisant tabasser.

Après La vie aux trousses, il fallait que je poursuivre ma découverte du réjouissant Sherman Alexie, pourquoi pas avec ce livre, paru en collection jeunesse chez nous et ayant obtenu le National Book Award en 2007… Sherman Alexie y manie plus que jamais l’humour et parvient ainsi à nous faire sourire alors que la situation de Junior est carrément dramatique. Ses parents sont alcooliques, il ne mange pas toujours à sa faim et fait office de souffre-douleur. Il est cependant mû par une lucidité et un optimiste à toute épreuve qui le font avancer dans la vie, en se prenant quelques beignes au passage.

C’est drôle donc, mais aussi terriblement réaliste sur la situation des Indiens dans les réserves. Ils sont pauvres, ravagés par l’alcool, ignorants et sans espoir. No Future pourrait être leur mot d’ordre tant ils n’essaient même pas de s’en sortir. Pour devenir autre chose qu’un ivrogne, Junior doit partir et tirer partie de la société américaine en profitant de ce qu’elle offre aux jeunes Blancs. Le pays a si bien parqué ses Indiens qu’ils ne peuvent que dégénérer et disparaître doucement. L’Indien doit quitter la réserve pour vivre décemment, comme un Blanc. Se faisant il est un petit peu moins Indien et contribue donc aussi à la disparition de son peuple…  C’est l’intégration ou la dégénérescence. Heureusement que Sherman Alexie nous raconte ça sur le monde humoristique, parce que le premier qui pleure a perdu

Sherman Alexie sur Tête de lecture

.

Le premier qui pleure a perdu

Sherman Alexie traduit de l’américain par Valérie Le Plouhinec
Albin Michel (Wiz), 2008
ISBN : 978-2-226-18017-9 – 280 pages – 13 €

The Absolutely True Diary of a Part-Time Indian, parution aux Etats-Unis : 2007

..

..

..

..

34 commentaires sur “Le premier qui pleure a perdu de Sherman Alexie

  1. J’ai adoré ce livre ! Touchant et plein d’humour, bourré d’énergie… Je pourrais découvrir d’autres titres, c’est vrai, je vais aller voir ton autre billet.

    • Il y en a plusieurs de traduits en français, ça vaut vraiment le coup.

  2. C’est une lecture qui me tente bien. Je ne connais pas du tout cet auteur.

    • Fonce les yeux fermés ! Ce titre-là est particulièrement réjouissant, il arrive à faire sourire tout du long en ne racontant que des choses tristes, ou presque. Et il y a des dessins qui contribuent à cette bonne humeur générale.

  3. emmyne

    Ah celui-là…si tu ne l’avais pas déjà eu, tu n’y aurais pas échappé, il était parfait pour deux de nos thèmes -)

    • Je ne varie guère dans mes envies… 😉

  4. Aïe, un challenge red power est en cours de lancement chez Folfaerie, je vais craquer je le sens (ou le faire en off, car après tout depuis belle lurette je veux lire ce type de romans) Je pense un peu à Little de Treuer, avec la réserve , la misère et des gamins. Très bien aussi.

    • Si ce challenge contribue à faire découvrir la littérature amérindienne, c’est une très bonne chose.

  5. Ce Junior a l’air vraiment craquant ! Encore un à lire d’urgence, la liste ne cesse de s’allonger.
    Même si sans doute un peu manichéen, il paraît tout à fait succulent…

    • Pas manichéen du tout, si j’ai donné cette impression, j’ai raté mon coup. Franchement, Junior n’a vraiment pas des propos attendus, il n’y a pas les gentils Indiens d’un côté et les méchants Blancs de l’autre, loin de là. Il n’y croyait pas lui-même au départ, mais il se fait des amis chez les Blancs, des gens qui voient en cette amitié autre chose qu’une bonne action envers les minorités… non vraiment, ça vaut le coup et soulève plein de questions, notamment sur « la réussite » possible des Amérindiens aujourd’hui, j’entends par là sortir de l’ignorance et de l’alcool ; faut-il passer par l’intégration dans le monde blanc pour ça ?

    • Et en plus, il y a plein de chouettes dessins qui te plairont aussi !

  6. Dès que j’ai lu le mot Indien, je savais que j’allais le noter 😉 Et ce Junior m’a l’air d’être tout à fait le genre de personnage qui a tout pour me plaire !

  7. Très beau commentaire sur un roman d’un excellent auteur.

    • C’est vraiment une bonne chose qu’il soit autant traduit en français, il m’en reste encore à lire 😉

  8. Trop grosse tête, ne voyant rien, manquerait plus qu’il soit indien. Ah ben si….

    • t’as tout compris 🙂

  9. Kathel

    Si avec le portrait de ce garçon, les jeunes qui le lisent ne se trouvent pas quelque peu favorisés, par la nature entre autres, c’est à n’y rien comprendre ! Bon, il faut que je retourne voir dans ma liste à lire, voir si ce titre y est bien !

    • C’est aussi une bonne leçon d’optimisme et d’humour !

  10. Je l’ai noté pour mes élèves… et pour moi un peu aussi !!!!

    • Tout à fait le genre de livre qui plait aux profs et aux élèves, sans problème, et qui aborde bien des sujets intéressants.

  11. Je les trouve très forts ces auteurs qui arrivent à faire sourire ou/et rire de choses tristes, tout en ayant un regard et discours pertinents sur les réalités sociales. Ça fait longtemps que je voulais lire Sherman Alexie, je pense que celui-ci me conviendra parfaitement!

    • Je ne voudrais pas généraliser, mais je crois que les Indiens ont le sens de l’humour. Dans leur situation, c’est aussi un moyen de ne pas totalement sombrer, je crois. Et quand on l’utilise aussi bien que Sherman Alexie, il y a de quoi être admiratif.

  12. J’avais adoré ce livre emprunté à la bibliothèque et je ne sais pas pourquoi je n’avais jamais cherché à en lire d’autres de Sherman Alexie. Je note ça « La vie aux trousses » pour une future lecture 🙂

    • C’est un recueil de nouvelles, mais il y a aussi d’autres romans traduits, pas en collection jeunesse.

  13. Depuis que tu avais parlé de cet auteur, j’ai envie de le découvrir, et ce billet enthousiaste me rappelle ce bon Sherman! à voir à la bibli, ils doivent avoir quelques titres je pense.

    • S’il n’y en a pas, change de bibli 🙂

  14. Encore un livre que j’ai beaucoup aimé. C’est vrai qu’il a de l’humour Sherman Alexie. Dommage que le titre français soit aussi loin du titre original. Je te conseille aussi War Dances.

    • Je trouve aussi dommage qu’il paraisse en collection jeunesse car c’est vraiment un livre à mettre entre toutes les mains.

  15. Je pense que c’est uniquement la 2ème fois que je croise ce livre sur des blogs. Intriguée la première fois, j’ai maintenant envie de m’y plonger

    • Cette fois il faut le noter et mettre la main dessus si tu peux, tu passeras un bon moment.

  16. lu aussi cette année, j’ai bcp aimé les illustrations caustiques.

    • Si mon scan n’était pas en rade, j’en aurais ajouté une à cet article car c’est vrai qu’elles sont succulentes !

  17. j’ai adoré ce livre , je l’ai lu il y a longtemps maintenant, mais je m’en souviens bien et j’avais aimé aussi les illustrations
    Luocine

    • Un film, ça serait bien, non ?

Les commentaires sont fermés.