La dame de Cachemire de Francisco González Ledesma

, , , et

La dame de CachemireAvec La dame de Cachemire, je découvre l’inspecteur Méndez, que l’on ne peut qualifier de héros que parce qu’il est le personnage principal et récurrent de la série policière de Gonzáles Ledesma. Il est vieux, moche, au mieux insignifiant, méprisé par ses supérieurs qui ne rêvent que de le voir œuvrer dans un autre service. Pour obtenir quelque chose de son commissaire, il doit lui promettre de demander sa mutation. Qu’il ne s’occupe de rien et tout ira bien. Ou à la rigueur d’un vol de chaise roulante, pour justifier son salaire. Mais voilà qu’un cadavre est retrouvé dans une rue sombre avec à côté de lui, une chaise roulante, vide, qui n’était pas la sienne : où donc s’est enfuit son propriétaire et comment ?

Le personnage de Ricardo Méndez n’est pas aimable, très loin de là. Il n’évalue les femmes qu’en termes sexuels, il est cynique et il sent mauvais. L’auteur ne fait rien pour arrondir les angles, pas de portrait psychologique, pas d’enfance tourmentée, pas de femme infidèle ni d’enfant indigne. Méndez est à prendre tel qu’il est, un élément du tableau, une marque du passé de Barcelone incrustée là sans qu’on puisse s’en débarrasser. Il est de la vieille école Méndez, il entretient ses indics, protège les prostitués et se met facilement à la place des petites gens.

Elle continuait à lui presser la main et à la baigner de ses larmes. Quelle solitude il faut donc que tu portes, Esther, quelle affection de chienne abandonnée tu cherches, pour que même la main de Méndez puisse te paraître apporter un contact humain.

Francisco González Ledesma ne ménage pas son héros, il ne le dépeint que par l’ironie, comme un handicapé de la vie et des sentiments. Il est triste Méndez, sans amour, sans attache, il erre et le lecteur avec lui dans les quartiers les plus sombres de Barcelone, en particulier celui du Barrio Chino où est né González Ledesma. Pas de jolies descriptions typiques, mais des solitudes, des chagrins, des gens exploités et désespérés. Des profiteurs aussi, qui prennent ici le visage d’un promoteur libidineux qui sera bien sûr le dernier à payer le prix de ses infamies. Parce que la vie est comme ça, il n’y en a que pour les riches, mieux vaut le prendre avec le demi-sourire que l’auteur parvient à nous faire esquisser grâce à une ironie constante.

Francisco González Ledesma sur Tête de lecture

.

La dame de Cachemire

Francisco González Ledesma traduit de l’espagnol par Jean-Baptiste Grasset
Gallimard (Folio n°56), janvier 1999
ISBN : 978-2-07-040718-7 – 338 pages, 7.80 €

La dama de Cachemira, parution en Espagne: 1986

Articles similaires


16 commentaires

Commentez via votre profil Facebook

  1. Et la grande force de Ledesma est de nous faire apprécier ce personnage … bien difficile à aimer.
    Puis de nous montrer une Barcelone bien différente de celle que l’on connaît … après un visite touristique.
    J’adore cette série !
    Merci !

  2. Je n’aime pas ce genre de policier, donc je passe !

  3. La bibli ne propose que le titre « Mendez », surement le premier. Bon, je sais à quoi m’ttendre.
    Pour l’instant je suis en Argentine (et un peu d’Espagne) j’espère que ça va continuer comme le début, cela a l’air TB. Chut pour l’instant. Le catalogue Métailié en prend un coup avec moi! ^_^

  4. jamais lu et pas tenté pour l’instant.
    Bonne semaine à toi :)

  5. Pas tentée non plus cette fois, mais bon, ce n’est pas comme si je manquais de lectures…

  6. J’avais lu il y a quelques temps « Histoire de Dieu à un coin de rue » et j’avais bien accroché avec Mendez et son Barcelone glauque. Dans ce titre là, on allait aussi en Egypte. J’ai le souvenir d’un polar bien écrit en plus d’une bonne histoire.
    Je crois que j’ai un autre titre dans ma pal, mais je ne sais plus lequel, en tout cas, je note celui-ci.

  7. De cet auteur, j’ai lu « La ville intemporelle ou le vampire de Barcelone », qui m’avait bien plu, alors je devrais essayer un des polars de cette série. C’est davantage le genre de livres que j’aime…

    • En fait, j’étais attirée par le titre que tu cites, mais j’ai d’abord eu envie de remonter aux premières apparitions de Mendez (les toutes premières ayant été publiées dans la presse, me semble-t-il). Il se pourrait donc que ces fameux vampires apparaissent ici aussi (ou là).

  8. J’aime beaucoup le genre de personnage dont tu parles mais je n’arrive plus à lire de polars, ou exceptionnellement, alors…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>