Marina de Carlos Ruiz Zafón

Barcelone, années 80. Óscar est élève dans un internat. Pour tromper son ennui, il part un jour à l’aventure du côté des très anciennes demeures de la ville, pour la plupart à l’abandon. Il entre dans l’une d’entre elles, explore et se retrouve face à un vieux monsieur. Óscar s’enfuit en emportant une montre. Pris de remords, il décide de rapporter l’objet et rencontre Marina, la jeune fille qui vit dans cette maison avec son père, Germán à qui appartient la montre. Il se lie d’amitié avec Marina et découvre le charme suranné de la maison ainsi que les vieilles bonnes manières du propriétaire, ancien peintre renommé, qui vit dans le triste souvenir de sa femme morte peu après la naissance de Marina.

Marina entraine Óscar sur les traces d’une femme en noir dans un cimetière. Ils la suivent, perdent sa trace mais pénètrent dans une sorte de serre abandonnée remplie de pantins inachevés assez inquiétants. Sous des couches de poussière, un album photos contient des clichés d’êtres humains malformés. Puis la mystérieuse dame en noir pousse Oscar sur les traces d’un certain Mihaïl Kolvenik dont il va apprendre l’histoire grâce à un vieux monsieur, Benjamín Sentís qu’on retrouvera mort dans les égouts de la ville quelques jours plus tard. Alors qu’il arrive à Barcelone pour fuir l’Europe dévastée par la Première Guerre mondiale, Kolvenik se lie d’amitié avec un médecin, le docteur Shelley qui lui trouve un emploi dans une société qui fabrique des articles orthopédiques et des prothèses très demandés à l’époque. Kolvenik fait fortune, dirige bientôt l’entreprise et devient très riche. Il tombe amoureux d’une jeune actrice de théâtre d’origine russe qu’il épouse. Mais le jour même du mariage, elle est défigurée à l’acide par les jumeaux qui depuis la Russie la suivaient, lui servant de tuteurs et d’agents. La jeune femme s’enferme et les problèmes financiers commencent à harceler Kolvenik. Le couple meurt enlacé en 1948 dans l’incendie de leur somptueuse demeure inachevée.

Les deux jeunes gens se satisferaient de cette histoire si Óscar n’était agressé dans son pensionnat par une créature qu’il n’identifie pas, peut-être un pantin. Ils veulent en savoir plus, cherchent et rencontrent le docteur Shelley qui figure dans l’album de monstres humains aux côtés d’un des patients. Ils rencontrent aussi l’inspecteur qui cherchait à inculper Kolvenik pour fraudes financières.

Carlos Ruiz Zafón a un don indéniable pour évoquer la Barcelone disparue, celui des grandes maisons, de l’aristocratie sur le déclin. Ce roman a une saveur nostalgique, comme un hommage à des temps disparus mais aussi à des êtres d’exceptions, des hommes et des femmes grandioses, extrêmes, habités par des idéaux qu’ils poursuivent jusqu’à la folie. Cette ville, mystérieuse à souhait, se plait à cette intrigue étrange, un roman d’initiation mâtiné de fantastique version savant fou.

Quand nous arrivâmes aux limites du Raval, la brume flottait dans les ruelles, colorée par les lumières des taudis et des gargotes sordides. Nous avions laissé derrière nous l’aimable agitation des Ramblas et nous pénétrions dans l’antre le plus misérable de la ville. Il n’y avait pas trace de touristes ou de curieux. Des regards furtifs nous suivaient depuis les porches malodorants et les fenêtres qui se découpaient dans les façades prêtes à s’affaisser comme des tas de boue. L’écho des téléviseurs et des radios montait entre ces étroits canyons de la pauvreté sans dépasser les toits.

En quelques mots, Carlos Ruiz Zafón crée une ambiance surannée propice aux mystères. A cause de la curiosité d’Óscar de vieilles histoires vont revenir à la surface et le passé revit car tous les morts ne sont pas encore enterrés. Secrets, folie, usurpations d’identité, tous les moyens du suspens sont au service de ce roman qui se lit avec plaisir.

Carlos Ruiz Zafón sur Tête de lecture

 
Marina
Carlos Ruiz Zafón traduit de l’espagnol par François Maspero
Robert Laffont, 2011
ISBN : 978-2-221-11652-4 – 303 pages – 19 €

Marina, parution en Espagne : 1999

..

..

..

..

31 commentaires sur “Marina de Carlos Ruiz Zafón

  1. J’aime beaucoup cet auteur et son ambiance. Marina n’y déroge pas le style est dérangeant mais en même temps on ne peut se décrocher de cette ambiance.

    Bonne soirée

  2. blogclara

    L’ombre du vent dort dans ma PAL depuis des années… oui, honte à moi !

    • Il a tout pour te plaire pourtant, tu devrais le tenter…

  3. J’adore cet auteur, surtout pour les ambiances qu’il réussit à créer, les personnages un peu doux dingues et les sombres mystères qu’il déploie dans cette Barcelone disparue. Je ne me lasse pas !

    • Il y a quelques facilités ici et là (par exemple, le docteur Shelley, c’est quand même un peu trop référencé comme patronyme…), ce qui fait que je ne m’en gave pas mais apprécie d’en lire un tous les deux ans 😉

  4. J’assume la honte de Clara : idem pour moi ! L’ombre du vent : livre commencé en avril 2011 et pas encore fini (mais je vais le reprendre,…si,si promis !)

    • A mon avis, il faudra recommencer depuis le début…

    • Ma fille non plus n’a pas accroché à « l’ombre du vent » et moi j’ai adoré comme quoi tous les goûts sont dans la nature et c’est tant mieux

  5. J’ai tant apprécié l’Ombre du vent que j’avais peur d’être déçue par un autre roman. Celui-ci est sur mes étagères de même que le roman jeunesse Le Prince de la brume

    • Je crois que ce titre-ci est paru chez nous à la fois en collection jeunesse et adulte. recommandable dans les deux cas.

  6. Je l’ai lu et je te mets le lien de mon billet. Je n’ai pas trop aimé, j’ai adoré l’ombre du vent mais celui-là sans plus.
    http://www.lecturesdastrid.canalblog.com/archives/2011/12/03/22851799.html#comments
    Bon dimanche

  7. Je viens de terminer Le prince de la brume, et si j’aime l’écriture de Zafon, je trouve que quand même il use toujours un peu des mêmes ficelles!

    • C’est pourquoi il ne faut pas abuser !

  8. J’ai beaucoup aimé cette atmosphère, et les histoires emboitées même si dans l’ensemble le roman m’a paru plus pale que l’ombre du vent… Mais je fais partie des lectrices passionnées de cet auteur et je compte tous els lire…

  9. sheherazade2000

    après le bon souvenir qu’a été « l’ombre du vent », j’ai très envie de découvrir d’autres romans de cet auteur

  10. Anne Sophie

    j’ai beaucoup aimé ce livre !

  11. C’est sûr que ce monsieur sait raconter les histoires !

  12. Je suis un des rares à ne pas avoir adoré « L’ombre du vent » de fait je n’ai plus jamais rien lu de cet auteur…

    • L’ombre du vent a tellement été encensé au départ que les lecteurs suivants en attendaient peut-être trop. J’ai apprécié, mais y ai trouvé beaucoup trop de ficelles pour faire de cet auteur un de mes favoris.

  13. J’ai beaucoup aimé Marina qui a signé pour moi la découverte de cet auteur (dont je me régale depuis).

  14. alexmotamots

    Je n’avais pas accroché à « L’ombre du vent », et comem celui-ci a l’air d’être de la même facture, je passe.

    • Encore un brin de fantastique…

  15. lounima

    J’ai beaucoup aimé « L’ombre du vent » et « Le jeu de l’ange » mais j’hésite à acquérir celui-ci, trop de pub autour… Cela étant, ton avis me fait le surligner pour ma prochaine excursion en librairie…;-)

  16. il me semble que c’est le premier avis positif que je lis. J’avais adoré L’ombre du vent et j’ai été très déçue par Le Jeu de l’ange (que j’ai trouvé une pâle imitation de l’autre), c’est pour cela que j’ai retardé la lecture de ce livre, mais tu me donnes envie de changer d’avis!

  17. Loo

    J’ai adoré L’ombre du vent. J’aimerai que celui-ci me plaise aussi car j’apprécie la part d’imagination que l’auteur a en racontant ses histoires.

  18. Je me demandais si je le lirais celui-là. J’aime la Barcelone de Ruiz Zafon mais j’ai un peu l’impression de relire la même chose à chaque fois… du coup, je ne sais trop…

  19. Je suis contente que tu aies aimé ce roman. Il a eu moins de succès auprès des blogueuses que L’ombre du vent. Peut-être parce qu’il a été écrit avant et qu’il est plus « léger » ?

  20. C’est dingue, je n’arrive plus à laisser de commentaire avec le mail de La culture se partage, je suis obligée de me connecter avec le mail d’Edwyn !!!

  21. Comme tous les lecteurs de L’Ombre du vent, je redoutais la déception. Heureusement ce ne fut pas le cas, bien au contraire, je me suis laissée emporter dans ces méandres sombres de la psyché et de l’action. Je ne peux hélàs pas en dire autant pour Le jeu de l’ange qui trône sur mes étagères depuis deux ans, sans que l’immersion des premières pages ne se soit produite. Je me laisse du temps avec d’autres titres pour retenter l’aventure a

  22. j’ai adoré ce livre, un vrai coup de coeur !
    ton article me plait bien, j’ai mis un lien sur mon blog. Bonne continuation à toi

    • Sandrine

      Merci pour le lien Joanna et bienvenue !

Les commentaires sont fermés.