Le goût du mezcal de Miguel Sandín

Augusto Cons, la petite quarantaine désespérée depuis la mort accidentelle de sa femme, a débarqué à Madrid depuis deux ans pour trouver du travail suite à son licenciement pour activisme syndical. Il loge dans une pension minable, l’étape qui précède la vie dans la rue, car personne ne souhaite embaucher un ex-fonctionnaire trop politisé. En désespoir de cause, il répond à une curieuse annonce : « Écrivain paierait pour une bonne histoire »… Des histoires, Augusto n’en a pas le début d’une, mais il a faim, froid et même pas de quoi s’acheter un radiateur pour sa piaule glacée.

Eliseo Varela, l’écrivain en question, est un très vieil homme qui engage aussitôt Augusto et le paie grassement à la seule condition qu’il revienne tous les soirs avec une histoire nouvelle qui lui permettra d’écrire, enfin, le roman du siècle. Dès lors Augusto passe ses journées à se creuser la tête pour en trouver une, et à demander à ceux qu’il croise de lui raconter leur vie. Mais bientôt, le vieux Eliseo, qui a vécu au Mexique, lui raconte sa vie puis lui dicte le scénario d’une série destinée à la télévision mexicaine. Un scénario vraiment complexe, bien trop élaboré pour une série, pense Augusto. L’écrivain lui demande même de se rendre à des manifestations culturelles madrilènes qu’il doit couvrir pour un quotidien mexicain mais que sa fatigue et sa souffrance l’empêchent d’honorer. Augusto rencontre Berta, une journaliste, et la vie commence à prendre un tour nouveau…

Les fils narratifs se croisent, se chevauchent, un peu monotones au début, puis l’intervention des fragments d’une lettre qu’Eliseo a écrit pour Augusto juste avant de mourir pimentent l’intérêt du lecteur. Le petit fonctionnaire désespéré ne serait-il pas l’objet d’une machination ? Le gentil vieillard généreux qui boit du mezcal comme du petit lait n’embobinerait-il pas Augusto à des fins autres que littéraires ?

Le lecteur lui-même se laisse séduire par ces ficelles emmêlées qui ne se dénoueront qu’à la toute fin du roman. Car les deux hommes sont touchants et terriblement humains dans leur fragilité et leurs relations, d’abord contractuelles, vont évoluer vers un attachement sincère même si l’un ne l’est pas tout à fait.  Le rythme est assez lent mais la construction par récits intercalés donne du dynamisme et parfois de l’humour à ce roman sur la nostalgie et le regret, la tristesse de vivre quand on a perdu l’être aimé.

.

Le goût du mezcal

Miguel Sandín traduit de l’espagnol par Claude Bleton
Lattès, 2012
ISBN : 978-2-7096-3640-7 – 346 pages – 22 €

El guzano del mezcal, parution en Espagne : 2008

..

A la moitié du XVII siècle, le nouveau monde est encore tout nouveau, les Etats-Unis ne sont pas les Etats-Unis mais encore l’Angleterre, plus puritaine que jamais. Bethia Mayfield, la jeune narratrice, est fille de pasteur et petite-fille du fondateur d’une communauté partie s’installer sur ce qui deviendra l’île de…
Première rencontre avec Harry Hole, rebaptisé Harry Holy à l’occasion de son séjour en Australie, la perspective de passer pour un saint valant mieux que celle de passer pour un trou. Et pourtant, si  celui qui deviendra au fil des enquêtes le célèbre enquêteur norvégien commence sobrement, il ne tardera…

17 commentaires sur “Le goût du mezcal de Miguel Sandín

  1. Je ne connais pas beaucoup les auteurs hispanophones et je le regrette. Merci donc pour la découverte.

    • Sandrine

      Tu vas pouvoir trouver ici quelques idées pour les découvrir car moi, je les aime 😉

  2. Je ne connaissais pas du tout, ton billet me donne envie de découvrir : je note !
    Et un de plus sur la liste 😉 !

    • Sandrine

      Moi non plus, je ne connaissais pas, c’est son premier livre traduit en français.

  3. Tu es une vraie source d’inspiration côté auteurs hispanophones! Celui-ci m’intrigue beaucoup, je sens qu’il me plairait!

    • Sandrine

      Dans un registre intimiste teinté d’humour, je pense aussi qu’il te plairait.

  4. À voir peut-être (car ma pile à lire vit un état explosif). Un regret toutefois : la jolie couverture fait penser à un livre sur les cocktails ! Un choix éditorial mesuré, j’imagine. Mais j’ai failli rater ton bel article, juste à cause d’elle (oui, je suis aussi brillante en boissons qu’en cuisine)

    • Sandrine

      Je ne parle pas autant du mezcal qu’il en est question dans le livre. Un rituel s’installe entre les deux hommes, et j’ai tout appris sur cette boisson fabriquée à partir d’agave (comme la téquila). Très fortement alcoolisé, le mezcal est embouteillé avec un ver : le propriétaire du verre dans lequel il tombe doit aussi le croquer… Avant chaque verre, le buveur lèche du sel placé sur sa main entre le pouce et l’index ; après consommation, il mord dans un citron. T’as encore soif ? 😀

  5. Excellent billet qui donne envie de lire le bouquin. J’aime les histoires d’écrivains ! 🙂

    • Sandrine

      Ici c’est à la fois une « aventure » humaine et littéraire, il pourrait donc te plaire.

  6. Des ficelles emmêlées ? Un roman qui nécessite de prendre des notes, alors ?

    • Sandrine

      Non, pas celui-là, il se lit facilement.

  7. sophie57

    nostalgie et humour…il se pourrait que ça me plaise…

  8. Avec une telle couverture, je devrais le lire 🙂

    • Sandrine

      Je n’ai jamais bu de mezcal, mais ça doit être aussi fort que la téquila, la boisson par excellence lorsque j’étais ado, avec du Schweppes en raison du mythique 37°2 le matin… Bref, ça décoiffe 🙂

  9. Séduisant comme billet, quant au mezcal je ne connais pas. J’y goûterai bien aussi.

  10. Zannini Lydie

    J ai beaucoup aimé ce livre plein de tendresse et de connivences entre deux hommes différents,les liens se tissent et l amitié prend le dessus .
    Pour un premier roman, l auteur est prometteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *