La terre est l’oreille de l’ours de Jil Silberstein

Jil Silberstein est un grand voyageur, mais pas un touriste. Lors de ses séjours parmi les Indiens du Canada par exemple, il se met à leur écoute, vit avec eux en partageant leur quotidien. De ses voyages, il a tiré bien des ouvrages relatant ses expériences au contact de la nature et des peuples qui […]

Le soldat inconnu vivant de Le Naour et Lirussi

Jean-Yves Le Naour est historien, spécialiste de la Première Guerre mondiale. Il a plusieurs essais à son actif, dont en 2002 Le soldat inconnu vivant devenu aujourd’hui une bande dessinée grâce aux éditions Roymodus et aux dessins de Mauro Lirussi. Si le soldat inconnu vivant a tout d’un personnage de fiction, il a pourtant effectivement existé […]

Les dénonciateurs de Juan Gabriel Vásquez

Dans ce roman, le premier de l’écrivain colombien Juan Gabriel Vásquez traduit en français, il est question d’un sujet peu connu, assez rarement abordé, celui des Allemands exilés en Colombie durant la Seconde Guerre mondiale. Le narrateur, Gabriel Santoro, est journaliste. Il a publié un livre-reportage sur Sara Guterman, une amie de son père (qui se […]

Galveston de Nic Pizzolatto

Magnifique ciel lourd de nuages au-dessus d’une ligne droite menant probablement vers nulle part, cette couverture laisse envisager le meilleur de la littérature américaine à mes yeux : l’errance, le tourment, la fatalité. Nic Pizzolatto, jeune auteur originaire de La Nouvelle Orléans, pourrait être de ceux qui construisent le grand roman américain. Quand on fait sa […]

Avenue des géants de Marc Dugain

Marc Dugain raconte dans Avenue des géants l’histoire d’Al Kenner (Edmund Kemper dans la vraie vie), un type qui commença à se faire connaître en tuant ses grands-parents d’un coup de chevrotine dans le dos. La grand-mère parce qu’elle lui bouffait son oxygène, le grand-père parce que la vie sans sa femme serait certainement trop dure […]

Je voulais te dire de Louisa Young

Il y a d’abord le titre et la couverture, vraiment pas attirants. Mais pire, il y a la quatrième de couverture : « Tout les sépare, tout les unit… ». Que dire… C’est se couper d’une bonne partie du lectorat potentiel, définitivement enfermer ce livre dans une catégorie « romance » ou je ne sais quel label féminin. Bref, on […]