Red Room Lounge de Megan Abbott

Red Room LoungeVoici un roman dans lequel il fait bon s’immerger lors d’une journée pluvieuse.  L’ambiance est celle d’un film d’Hitchcock, en particulier « Soupçons » dans lequel une femme se persuade petit à petit de la culpabilité de son mari.

La banlieue de Los Angeles dans les années 50. Au départ il y a Lora King, la narratrice, et son frère Bill, flic de son état. Ils vivent ensemble, soudés, en quasi symbiose : tragiquement orphelins depuis l’enfance, ils sont tout l’un pour l’autre. Jusqu’au jour où Bill rencontre Alice Steele. Belle, volubile, charmante, elle séduit Bill en quelques mois et ils ne tardent pas à se marier. Lora part vivre ailleurs, restant proche de son frère et ne cessant d’observer sa belle-sœur à laquelle elle ne témoigne aucune animosité. Au contraire, Lora ne peut que constater qu’Alice est une épouse modèle, très attachée à son mari, à sa maison. Elle fait même preuve d’une énergie étonnante pour la cuisine, le ménage et la vie sociale.

Lora en vient à rencontrer certains de ses amis, dont Lois, une jeune femme plutôt vulgaire qui semble bien connaître Alice. Celle-ci se met en tête de trouver un mari pour Lora, et lui présente un de ses amis, Mike Standish. D’emblée, Lora n’a pas confiance en lui et se demande pourquoi Alice les a fait se rencontrer et quelles étaient leurs relations. Mike, publicitaire, a connu Alice au temps où elle travaillait pour Hollywood, dans les ateliers de couture. Il en sait donc beaucoup sur son passé, beaucoup plus que Lora qui commence à fouiller le passé de sa belle-sœur pour savoir qu’elle femme a épousé son frère adoré.

Une ambiance qui monte doucement mais surement vers un drame que le lecteur pressent dès le départ. A la base, la relation entre le frère et la sœur est trop fusionnelle pour que quiconque s’immisce entre eux et en sorte indemne.  Mais quand en plus ce quelqu’un est une trop belle séductrice au passé très trouble, la tension n’en est que plus intense.

Deux femmes que tout oppose : Lora King la pure, la naïve, la désintéressée ; Alice Steele l’énigmatique, la sulfureuse, la menteuse. Au-delà, ce sont deux visages de l’Amérique : l’une conformiste et conservatrice, l’autre dépravée et immorale, tournant autour du sexe et de la drogue (et des studios hollywoodiens dans le cas présent). Autour de ce tandem féminin aux rôles bien définis au départ, Megan Abbott développe un climat de suspicion et une zone de flou qui brouillent les repères, d’autant plus subtilement que l’une d’entre elles a la parole et que le lecteur ne voit donc l’autre que par son prisme. Ainsi le doute s’installe-t-il par vagues : dans un premier temps, comme le veut Lora, le lecteur s’interroge sur les intentions d’Alice ; puis il s’interroge sur Lora elle-même car il est clair qu’elle n’est pas une narratrice fiable et objective. Car par amour pour son frère, dit-elle, Lora se montre bien plus manipulatrice qu’elle ne le laissait soupçonner, bien plus retors qu’elle ne le prétend.

Red Room Lounge est un roman de peu d’action, tout entier basé sur la tension psychologique, dans l’inquiétude du dénouement.

Megan Abbott sur Tête de lecture

America 2016

Logo America
Red Room Lounge

Megan Abbott traduite de l’anglais par Jean Esch
Le Masque, 2011
ISBN : 978-2-7024-3458-1 – 307 pages – 20 €

Die a Little, parution aux Etats Unis : 2005

..

..

..

..

17 commentaires sur “Red Room Lounge de Megan Abbott

  1. Pour les jours de pluie, je n’ai que l’embarras du choix, donc je note..

  2. Aïe, j’ai encore le premier roman de cette auteur dans ma PAL. Misère, misère. Mais cette ambiance et ce décor américain de l’époque ne peuvent que me séduire.

    • Sandrine

      Je crois que son premier roman, c’est celui-là, même si c’est le 3e à être traduit en français.

  3. Une ambiance qui ne peut que me plaire. Je note 😉

  4. Ce que tu dis du portrait des deux femmes m’a fait songer au film Mulholland Drive, même si l’histoire n’a rien à voir. En tout cas, ce roman noir me tente, moi aussi. Cette collection publie de bonnes choses.

    • Sandrine

      Pas aussi complexe que Mulholland Drive….

  5. Ca fait un moment qu’il me fait de l’oeil celui là! Mon portefeuille ne me le pardonnerait pas à l’heure actuelle mais il est quand même dans les priorités

  6. kathel

    J’avais tenté de lire « Absente » de Megan Abbott et pas accroché… Il est retourné à la bibliothèque sans que j’ai réussi à m’y intéresser. Mais je garde celui-ci en mémoire pour refaire un essai.

    • Sandrine

      Zut, j’avais cru comprendre que les deux autres titres parus en France avant celui-là étaient encore mieux…

  7. Tu me mets l’eau à la bouche….

  8. Je ne connaissais pas cet auteur, mais ce que tu en dis m’attire. J’aime les romans noirs psychologiques un peu ambigus.

    • Sandrine

      C’est exactement ça : un roman noir psychologique un peu ambigu.

  9. Noté depuis un moment, tu me le remets en mémoire, merci !

  10. j ‘ai trop de retard dans mes lectures pour noter celui-là , ton billet me suffit pour l’instant
    mais j’y reviendrai peut-être à cause de l’ambiance
    Luocine

  11. Rien qu’à lire ton post on sent la tension monter !

  12. En ce moment je suis dans des enquêtes assez soft, sans hémoglobine et sans grande tension psychologique, ce livre-là me ferait du bien.

  13. je note, j’aime bien les romans avec de la tension psychologique mais il faut que ce soit bien écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *