Memento mori de Sebastià Alzamora

Memento moriBarcelone, été 1936. Alors que le pays a vu s’abattre sur lui les rebelles franquistes, la capitale catalane se trouve aussi aux prises avec la terreur anarchiste. Ces républicains extrémistes ont en effet décidé de purger l’Espagne de sa vermine catholique et se livrent à des horreurs sur les membres du clergé régulier et séculier. C’est ce contexte historique extrêmement sombre, qu’on appelle la Terreur rouge, qui sert de cadre à Sebastià Alzamora, pour un roman des plus noirs, Memento mori.

Memento mori s’ouvre sur le texte d’un homme qui écrit : il se prend pour un vampire. Qui est cet homme ? Puis l’intrigue débute par la découverte de deux cadavres : un jeune garçon et un homme sont retrouvés morts, vidés de leur sang par des plaies au cou. L’homme est un frère mariste, un de ceux réfugiés dans une pension pour échapper aux persécutions. Un juge, un commissaire et un médecin légiste se retrouvent sur les lieux, aucun n’a idée de ce qui a pu provoquer la mort. On les suit dès lors tous trois.

Le commissaire Muñoz est contraint de travailler avec le département d’enquête. Ce service est chargé de la répression fasciste et donc entre autres de purger la ville de ses religieux. A sa tête, Manuel Escorza, un fou furieux difforme qui pallie son infirmité par l’abus de pouvoir et la violence primaire. Il a décidé d’exterminer les maristes encore présents à Barcelone, cachés. Parce qu’il n’a pas dénoncé leur présence dans son rapport, Muñoz fait figure de fasciste alors qu’il n’est que modéré. Cependant, Manuel Escorza n’est pas exempt de contradictions puisque sa sœur est la mère supérieure d’un couvent de Capucines et que c’est là qu’il va cacher l’évêque de Barcelone qu’il a ordre de conserver, et non pas de tuer, car il pourra servir de monnaie d’échange contre des républicains prisonniers. Cet anarchiste sanguinaire se trouve donc dans l’obligation de protéger l’évêque et les bonnes sœurs. Pour apaiser sa frustration, il décide d’un plan pour tuer les naïfs maristes qui lui accordent leur confiance afin de sortir du pays.

C’est la première fois que je lis un roman sur les violences exercées contre le clergé espagnol au début de la guerre civile. C’est un épisode atroce, bien peu romanesque et glorieux puisque les républicains y sont les bourreaux. Des hommes et des femmes furent massacrés dans une fureur semblable, selon les historiens, à celle que déchaîna la Révolution française. On comprend très bien dans Memento mori comment de tels actes ont pu avoir lieu : le pouvoir n’est plus pratiqué par le gouvernement mais bien aux mains d’individus, dont certains très dangereux, qui deviennent tout puissants et règlent des comptes personnels, assouvissent des pulsions. Sebastià Alzamora permet au lecteur de pénétrer la folie de certains d’entre eux au plus près. Escorza n’est pas le seul, d’autres laissent libre cours à leur folie, dont le soi-disant vampire.

Les crimes de départ ne sont que prétextes, on ne suit pas d’enquête minutieuse, impossible dans une ville où les cadavres se comptent par dizaines chaque jour. Ce sont les personnages et la ville dont on suit l’évolution, dans une angoisse constante grâce à une intrigue articulée autour du sort des frères maristes et d’une jeune novice poursuivie par les assiduités du répugnant évêque. Hormis une scène finale un peu fantasque qui met en scène un cheval automate, c’est un roman sobre, juste et noir sur la folie des hommes.

Petite remarque annexe : je croyais qu’en France, deux romans ne pouvaient pas porter le même titre. Or il existe déjà un roman de Muriel Spark intitulé Memento mori (Le Serpent à Plumes, 2008)…

 

Memento mori

Sebastià Alzamora traduit du catalan par Serge Mestre
Actes Sud (Actes Noirs), 2013
ISBN : 978-2-330-01639-5 – 290 pages – 22.50 €

Crim de sang, parution en Espagne : 2012

..

17 commentaires sur “Memento mori de Sebastià Alzamora

  1. Encore un roman trop noir et sanguinaire pour moi… ça va, tu te sens bien, après ces lectures ? 😉

    • Sandrine

      Celui-là est vraiment dur, c’est vrai. Pas de description gore ou quoi, il n’y en a vraiment pas besoin, c’est surtout l’époque, l’attitude des gens, ces républicains-là qui sont tout simplement des individus abominables. Ce livre rend tout ça parfaitement et cette sensation d’étouffement vient du fait qu’il est particulièrement bien écrit.

  2. Dur, dur comme sujet mais sans conteste intéressant de découvrir cet aspect très sombre de la guerre civile espagnole où les républicains n’avaient pas le beau rôle.

    • Sandrine

      C’est très intéressant en effet. Pour ma part, c’est la premier fois que je lis un roman qui donne cette vision-là des républicains espagnols.

  3. dasola

    Bonjour Yspadden, je l’ai noté pour le lire dès que j’arrive à me le procurer. Je pense que c’est encore plus noir que La tristesse du samouraï. Bonne soirée.

    • Sandrine

      Oui, je pense aussi que c’est encore plus noir, mais à lire sans aucun doute.

  4. Sujet intéressant mais pfff, pas joyeux tout ça. Pas envie de ce genre de lecture pour le moment, mais qui sait, d’ici à la sortie babel…

    • Sandrine

      Tout ce que j’espère pour ce livre c’est que beaucoup de gens, plus persuasifs que moi, en parlent et donnent envie.

  5. Jamais lu, en effet, une chose pareille sur les républicains espagnols. On est loin de javier cerca! ..

    • Sandrine

      Je ne pense pas non plus qu’un écrivain espagnol pouvait s’emparer de cet épisode pour le mettre en roman. Et pourtant, c’est réussi.

  6. je le note, même si pour le moral je pense qu’il est nocif. J’aime les « faux » policiers qui prétextent une enquête pour parler d’autre chose!

    • Sandrine

      C’est tout à fait ça.

  7. Après « Habemus papa » voici Memento mori. Très latin tout ça en ce moment.

  8. Pas gai du tout : on fait une compet ou quoi ? Bises

    • Sandrine

      Barcelone est une ville qui semble se prêter particulièrement bien au roman noir…

  9. Bonsoir Sandrine, j’ai lu ce roman il y a quelques mois (je n’ai pas écrit de billet dessus), j’avoue que je n’ai pas « accroché » du tout. Trop catalan pour moi? Bonne soirée.

    • Sandrine

      C’est un très particulier, c’est vrai, mais vraiment très fort et très original à mes yeux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *