Misericordia de Jack Wolf

MisericordiaTristan Hart, héros de Misericordia,  est le fils d’un petit seigneur local du Berkshire, orphelin de mère. Il est depuis l’enfance ami avec Nathaniel Ravenscroft, fils du pasteur, qui exerce sur lui une réelle fascination et une attirance quasi sexuelle. C’est un enfant qu’on juge perturbé car il est parfois sujet à des crises de panique et de violence. Son entourage ne sait comment les interpréter mais le lecteur sait que Tristan entre dans ces moments-là en relation avec le monde des fées et des contes qui l’ont beaucoup marqué, en particulier celui de Raw Head et Bloody Bones (qui donne son titre au livre en anglais). Superstitions donc, qui heurtent de plein fouet l’époque, le siècle des philosophes et l’esprit scientifique dont le champ d’investigation décuple alors. Tristan souhaite d’ailleurs se consacrer à la médecine, en particulier à l’anatomie.

Autre caractéristique de Tristan Hart, ses absences mentales se doublent d’un fort penchant sadique. Il aime faire souffrir au point d’en concevoir du plaisir. Rien de tel qu’une femme souffrante pour déclencher son excitation. Lors de son séjour londonien, il sera le brillant élève du docteur Hunter mais aussi l’hôte assidu d’un certain bordel de Covent Garden où travaille une prostituée adepte du masochisme. C’est sur elle qu’il perfectionnera ses pratiques sadiques.

Le lecteur n’a pas ici une position confortable : il ne sait pas si Tristan est vraiment fou ou s’il perçoit une dimension du monde visible seulement à quelques élus. Comme Tristan, le lecteur se trouve à la jonction de deux mondes, entre superstition et raison, tous deux aussi légitimes et au cœur de ce roman. Il apparait à travers Tristan qu’au siècle des Lumières, les deux univers ne peuvent cohabiter.

Misericordia est un roman qui s’écrit à l’imitation de Tristram Shandy de Laurence Sterne, exercice qui perd en France tout son intérêt puisque personne ne l’a lu. C’est pourtant un roman fondateur de la littérature britannique, qui donne la parole au héros éponyme qui raconte donc sa vie en de multiples digressions (l’œuvre se compose au final de neuf volumes). A l’imitation aussi de grands romans du XVIIIe siècle, alors que le genre n’en était qu’à ses balbutiements. Et pour Jack Wolf, écrire « à la manière de » implique de copier des conventions littéraires comme l’emploi à tort et à travers des majuscules.

Je songeais à l’Objet de mon Ambition et l’Angoisse obscurcit soudain mon Esprit : comment pourrais-je devenir un grand Philosophe si mon Père ne me permettait pas d’étudier dans une Université où l’on enseignait la Médecine et, surtout, l’Anatomie ?

En quatre cent cinquante pages, je n’ai pas réussi à m’y faire.

Malgré l’intérêt de ces thèmes et mon goût pour toute forme de littératures de l’Imaginaire, ma lecture de ce roman s’est révélée difficile. Au-delà de la pénible typographie, ce roman souffre de trop de références, de trop de thèmes abordés : le sadisme, l’homosexualité, le statut des Juifs, le mariage, l’existence de Dieu, et bien sûr l’immense champ d’investigation scientifique qui rencontre celui de la morale. Jack Wolf interroge ainsi la notion de perception, aussi bien physique qu’intellectuelle : qu’est-ce que la folie et qui peut déclarer qu’un autre être humain est fou ? Qu’est-ce que la douleur et ne peut-elle pas engendrer le plaisir ? Est-ce que le corps joue un rôle dans la compréhension du monde et un malade peut-il l’envisager efficacement ? Bref : y a-t-il une seule façon d’envisager le monde qui nous entoure ?

Misericordia se veut aussi roman d’apprentissage, mais l’élan propre à ce genre romanesque s’enlise parfois à force de descriptions, discussions et incessants retours à ce conte de Raw Head et Bloody Bones, dont les enjeux ne sont pas clairs à mes yeux. La superposition des personnages du conte avec ceux que côtoie Tristan m’a semblé artificielle et ajoute à la confusion non pas dans une perspective d’étrangeté mais bien comme entrave à la compréhension globale. Bien entendu, le choix d’un narrateur « insane », qui n’est pas sain d’esprit, n’est pas gage de clarté narrative. Cela relève même du défi littéraire. Mais l’écriture n’est pas à la hauteur de l’enjeu : si le lecteur se sent en effet heureusement manipulé, et est aussi noyé sous un flot d’images, de références et de pistes de réflexions qui ne sont qu’amorcées.

Au final, si j’ai été sensible aux personnages, à l’ambiance, à l’époque mise en scène par Jack Wolf, c’est l’intrigue elle-même et son déroulement qui m’ont laissé dubitative, au point de m’ennuyer parfois à la lecture.

 

Misericordia

Jack Wolf traduit de l’anglais par Georges-Michel Sarotte
Belfond, 2013
ISBN : 978-2-7144-5190-3 – 450 pages – 22 €

The Tale of Raw Head and Bloody Bones, parution en Grande Bretagne : 2013

..

L'exposition intitulée « La valise mexicaine » porte bien mal son nom puisqu’il n’y a ici pas plus de valise que de Mexique. C'est pourtant ainsi que l'on appelle ces trois boîtes, elles-mêmes exposées, contenant des négatifs. Ils proviennent de photos prises par Robert Capa, Gerda Taro et David Seymour…
Tâchons de faire court puisqu’il existe, me semble-t-il, un engouement autour de Nicolas Le Floch, qu’après lecture de ce premier volume je ne partage pas, mais qui lui a valu une adaptation télévisée que je ne regarderai pas. L’énigme des Blancs-Manteaux remplit le cahier des charges du roman policier historique…

11 commentaires sur “Misericordia de Jack Wolf

  1. Comment ça, personne n’a lu Tristram Shandy ? Il faut dire qu’il est plutôt difficile à trouver.

    • Sandrine

      et puis 9 volumes, ça calme…

  2. Bon, tu n’as pas réussi à me donner envie de lire ce livre… et tant mieux, au vu de tout ce que je note déjà !

    • Sandrine

      Je ne saurais pas bien à qui le conseiller, il y a là beaucoup de bonnes choses, mais pas mal d’autres qui ont gêné ma lecture…

  3. Lire Tristam Shandy avant alors, voire même, plutôt. Ça tombe bien, il est dans ma PAL depuis des années, il ne me manquait plus qu’un prétexte pour l’en sortir.:)

    • Sandrine

      Eh bien, ça n’est pas une petite entreprise… je n’imagine pas qu’on lise tous les tomes à la suite…

  4. Tous les tomes ? Je l’ai en un volume en VO (Vie et opinions de Tristam Shandy. Mais je l’avais mis de côté à l’époque car quand je l’avais ouvert, c’était écrit bien petit/serré. Je le lirai un jour cela dit.:)

  5. Pas mon truc les littératures de l’imaginaire. Si en plus tu es restée dubitative…

    • Sandrine

      Disons qu’on a du mal à savoir si ces gobelins et autres trolls sont une forme possible des gitans ou s’ils sont le fruit de l’imagination malade de Tristan…

  6. Marge

    Bonjour,
    Je suis très intéressée par votre perception de ce livre. Pouvez vous développer ce qui vous a laissé dubitative au niveau de l’intrigue et de son déroulement? Je sais que je suis peut-être un peu en retard par rapport à la publication de votre avis, cependant, ce n’est que maintenant, à ma millième relecture de ce livre que je visite ce site.
    Merci d’avance

    • Sandrine

      Bonjour Marge, et merci de ce commentaire. J’avoue avoir un peu oublié le déroulement de ce roman. Je me souviens d’une intrigue confuse, perdue dans les digressions. Mon grand intérêt de départ s’est peu à peu étiolé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *