Un pays à l’aube de Dennis Lehane

coeur animéUn pays à l’aube s’ouvre sur un match de base-ball, des Blancs qui rencontrent des Noirs, dans l’Ohio au milieu de nulle part. Une rencontre impromptue qui met en évidence la supériorité des Noirs, mais que gagnent les Blancs, parce qu’ils ne peuvent pas perdre, c’est comme ça, quelle que soit la méthode employée.

On est en 1918, en Europe, la guerre n’est pas terminée. A Boston, Danny Coughlin fait partie de la police, comme son père Thomas. Il voudrait bien grimper rapidement les échelons, obtenir sa plaque d’inspecteur. Alors il accepte d’infiltrer les milieux anarchistes et le Boston Social Club, un club de flics dont l’agitation commence à faire des vagues : les flics se plaignent de leurs déplorables conditions de travail et de leur salaire qui les fait vivre en dessous du seuil de pauvreté. On leur promet monts et merveilles pour après la guerre. Pour l’heure, la ville doit faire face à une terrible épidémie de grippe qui tue sans compter.

Loin de là, dans l’Oklahoma, le jeune Luther vient de s’installer avec Lila, enceinte. Il trouve rapidement un travail de liftier mais aussi un boulot d’encaisseur pour un caïd local. Avec son pote Jessie, Noir comme lui, il arrondit ses fins de mois en grugeant un peu les comptes. Ce dont le caïd se rend compte. Il oblige les deux compères à se rendre auprès de ses débiteurs malades de la grippe pour les forcer à le rembourser avant de mourir. Tout finit mal : Jessie est tué et Luther tue à son tour le caïd, laissant un de ses bras droits très amoché mais vivant. Il doit fuir, quitter sa femme. Le voilà qui arrive à Boston, à plus de mille kilomètres de là.

Luther, assassin noir en cavale, entre au service de la famille Coughlin, des immigrés irlandais, flics de père en fils. Il sympathise avec Nora, la bonne irlandaise elle aussi, jadis petite amie de Danny.

Et le lecteur d’Un pays à l’aube de suivre Danny et Luther, séparément d’abord puis peu à peu ensemble. Danny qui infiltre les milieux anarchistes, se fait passer pour gréviste avant d’embrasser la cause de ses collègues et de devenir leur leader. Pour ces hommes du Boston Police Departement qui ont juré de protéger les citoyens de la ville, impossible de se mettre en grève comme les autres, tous les autres travailleurs qui tour à tour cessent le travail. C’est qu’ils ne sont pas venus les temps meilleurs qu’on leur promettait après la guerre, et encore moins pour les Noirs comme Luther car c’en est fini de l’économie de guerre, et les soldats de retour d’Europe retrouvent leurs postes.
Luther a donc de la chance de travailler chez les Coughlin. Sauf qu’un autre flic, ami de la famille et parrain de Danny l’a pris en grippe et le persécute : il veut savoir qui il est, pour le faire chanter et le soumettre à son absolue volonté. Cet Eddie McKenna est un homme puissant, raciste, sadique et sans aucun scrupule.

Un pays à l’aube de la modernité à travers une ville et ses habitants, ses antagonismes. Entre hier et aujourd’hui, on y croise aussi bien des voitures à chevaux que des véhicules à moteur, des profiteurs et des travailleurs, des hommes fraîchement débarqués et d’autres nés sur place. Et c’est bien ce que des types comme Eddie McKenna ne supportent pas : né en Irlande, il a besoin de force et de violence pour affirmer son américanité devant Luther, né aux Etats-Unis. Il a ramené ses préjugés, son arrogance et surtout ses rêves de puissance qu’il n’entend pas partager. Pour rester là où il est arrivé, il est prêt à tout, même à humilier ses semblables, les mater, anéantir les contestataires. A ses yeux, tout est anarchiste, bolchévik, même les policiers grévistes : tout est sédition devant le spectre tout récent de la Révolution russe.

Les rêves de nombreux personnages se rencontrent, s’affrontent, comme si l’Amérique pouvait tenir toutes les promesses. Dennis Lehane saisit les individus à travers quelques destins, quelques personnages emblématiques. Ils sont nombreux mais la fresque est cohérente tant la puissance et le souffle narratif soulèvent le lecteur et l’emportent tout au long de plus de huit cents pages. On prend fait et cause pour ces flics de Boston, on admire Tessa l’anarchiste qui parvient à rouler Danny dans la farine, on maudit ce dernier et ses préjugés d’Irlandais qui condamnent Nora sans savoir et on déteste, oh oui on déteste Eddie McKenna, la haine incarnée. Lehane donne ainsi vie à une époque, à des conflits inscrits dans l’histoire de chacun et qui forgent une nation. La guerre, la grippe, les grandes grèves : le XXe siècle s’ouvre sur la violence, la mort et les inégalités fondamentales. Et aujourd’hui encore, l’Amérique vit à l’heure du terrorisme et des dissensions.

Fresque historique, familiale, sociale, Un pays à l’aube c’est l’histoire du pays à travers un épisode et une ville qui le représentent. Tout finit sur le chaos, un paroxysme de violence dont devra naître une nation nouvelle, encore à l’aube de son histoire…

Dennis Lehane sur Tête de lecture.

 

Un pays à l’aube

Dennis Lehane traduit par Isabelle Maillet
Rivages (Rivages/Noir n°800), 2010
ISBN : 978-2-7436-2130-8 – 857 pages – 10.50 €

The Given Day, parution aux Etats-Unis : 2008

Pour recevoir le dimanche des nouvelles de Tête de lecture…

Un pays à l’aube de Dennis Lehane

43 commentaires sur “Un pays à l’aube de Dennis Lehane

  1. Je n’ai jamais lu celui-là… mais j’aime ce que fait Lehane en général (même si j’avais compris pour Shutter Island très très tôt… du moins compris là où nous emmenait). Il réussit à dépeindre les hommes et leurs travers/bassesses de façon très très efficace, je trouve.

  2. Je n’ai jamais lu de Dennis Lehane. J’ai bien sur vu les adaptations de Mystic River et Shutter Island. J’ai bien envie de tenter la lecture de celui-ci du coup. Merci pour ton billet.

    1. Si les adaptations ne t’ont pas convaincue de lire ses livres et que mon billet y parvient alors, je suis heureuse !

    1. Oui, il le faut vraiment. Il est impressionnant c’est vrai, mais tu n’as qu’à fermer les yeux, tu ne verras plus comme il est gros 🙂

    2. Moi aussi le nombre de pages de rebutait, mais dès que j’ai commencé, je ne pouvais plus m’arrêter.. je me promet bien de lire ses autres romans, dont la suite ‘Ils vivent la nuit’ je crois?

      1. Après ce livre, on ne peut que lire la suit en effet. Ce Lehane attrape son lecteur et ne le lâche plus, on en oublie le nombre de pages. Bonne lecture.

  3. C’est le seul que je n’ai pas lu. Il arrivera un jour entre mes mains car j’aime beaucoup cet auteur.

    1. Il faut pour ma part que j’explore plus la série Kenzie et Gennaro qui se bonifie avec le temps, parait-il.

  4. Le Dennis Lehane que j’ai préféré et que je ne classerais pas dans la catégorie polar mais dans celle des romans capable de nous restituer une époque

    1. Rien à voir (mais sache qu’il n’y a rien au-dessus de Shutter island – ce n’est que mon fier avis !).

    1. Les grandes vacances sont certainement une très bonne période pour lire ce genre de gros livre. J’ai dû saucissonner ma lecture et le regrette.

  5. Ca y est, tu l’as lu ! Très chouette billet, et ravie qu’il s’agisse d’un coup de coeur.
    Je viens de lire « Ils vivent la nuit », le dernier roman de Lehane, dans lequel nous suivons l’évolution de Joe, le petit frère Coughlin, mais il ne m’a pas emporté comme « Un pays à l’aube »… Il faut dire qu’il a placé la barre haute !

    1. Ah très chouette de reprendre le petit frère, il a ici bien des envies d’affirmation et d’indépendance. J’imagine donc qu’on sait ce que les autres deviennent : tant mieux.

  6. dans ma PAL depuis sa sortie, je l’ai terminé récemment seulement; intense plaisir de lecture; du coup j’ai acheté la suite « ils vivent la nuit », et dès que ma frénésie de nouveautés de la médiathèque de ma ville sera lue, je m’y mets!

    1. Je ne sais pas encore quand je m’attellerai à cette suite, mais j’y viendrai, c’est certain.

  7. Lehane écrit très très bien. J’ai beaucoup aimé Gone baby gone, Prières pour la pluie, et adoré Mystic river et l’immense Shutter Island. Je ne connais pas Un pays !

  8. Ah, je suis contente qu’il t’ait plu ! J’avais adoré, mais certaines blogueuses semblaient beaucoup moins enthousiastes que moi. Vive Lehane !
    P.S. Je suis un peu larguée en ce qui concerne le challenge « Anniversaires », mais je ne désespère pas de m’y remettre un jour !

    1. C’est un peu caricatural ce que je vais écrire, mais ça n’est pas un roman « féminin ». Et il faut déjà survivre au match de base-ball qui inaugure le roman 😉

  9. Salut Ys !

    C’est un roman que j’ai vraiment beaucoup aimé, une fresque historique passionnante sur une période peu connue des Etats-Unis. Et Lehane a à la fois la force de construire des personnages passionnants et de rendre haletante des scènes entières. J’ai notamment un souvenir assez précis de l’explosion de l’usine de mélasse qui envahit la ville. C’est vraiment un grand auteur !

    1. Tiens, Yohan, ça bien plaisir de te revoir par ici. Et oui, Lehane est grand, un des plus grands à mes yeux, et je n’ai pas encore tout lu : chouette !

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut
Send this to a friend
Bonjour,
voici un article à lire sur Tête de lecture : http://yspaddaden.com/2013/05/27/un-pays-a-l%e2%80%99aube-dennis-lehane/