La cote 512 de Thierry Bourcy

Thierry BourcyUn roman policier historique se déroulant dans les tranchées durant la Première Guerre mondiale, cela parait bien improbable. De fait, alors que des milliers d’hommes meurent chaque jour sous les balles et les bombes, à quoi bon chercher le meurtrier d’un seul ? C’est ce que tout le monde répète à Célestin Louise, flic de son état et héros récurrent de Thierry Bourcy, pour l’heure simple soldat, s’embourbant comme les autres à la cote 512, quelque part non loin de Soissons.

Alors qu’il aurait pu rester flic à Paris, Célestin Louise choisit de partir pour le front : il veut se battre, participer à la victoire qui ne va pas tarder. En ce mois d’août 1914, il est comme les autres, plein d’illusions. Les combats et les terribles conditions de vie les lui font perdre rapidement. Il voit et vit le pire et doit se battre. Ce qu’il voit aussi c’est son jeune lieutenant, Paul de Mérange, tomber au cours d’un assaut. Mais la balle qui l’a tué vient du camp français : il a été assassiné et Célestin Louise entend bien découvrir l’identité du meurtrier. Le flic en lui prend le dessus, enquête, et parvient même à obtenir une permission au cours de laquelle il se rend chez la veuve de Paul de Mérange pour essayer d’en savoir plus. Car il sait que son lieutenant était homme à femmes et que sa jeune épouse le vivait très mal.

Tout m’a semblé aller bien trop vite dans ce roman de Thierry Bourcy bien trop court pour qu’on en apprécie les personnages et l’intrigue. Celle-ci est assez pauvre, voire simpliste, il est clair qu’elle sert de prétexte à un roman sur la guerre. La mobilisation, l’acheminement des soldats, leur installation, tout ça est évoqué rapidement, comme une suite d’épisodes. Les personnages sont esquissés, trop superficiels pour qu’on s’y intéresse vraiment. Quant à l’enquête elle-même, elle demeure tout du long improbable.

La cote 512 étant le premier volume d’une série, j’imagine que les personnages de Thierry Bourcy s’étofferont de livre en livre. Ce qui m’a le plus déplu, c’est l’impression de lire une succession de passages obligés (l’enthousiasme à la mobilisation, la gare bondée, les camarades, l’assaut, l’hôpital de fortune et son médecin surmené, les gaz, l’arrière qui se la coule douce – tout ça (et plus) en 240 pages…). On dirait plus un documentaire sur la Grande Guerre dans lequel on doit mettre toutes les grandes scènes attendues. A vouloir trop en dire, l’auteur perd l’individu au profit d’une vision globalisante qui ne touche guère le lecteur tant elle reste à la surface des êtres.

Thématique Première Guerre mondiale sur Tête de lecture et tous les livres de Thierry Bourcy 

 

La cote 512

Thierry Bourcy
Gallimard (Folio Policier n°497), 2010
ISBN : 978-2-07-034443-7 – 253 pages – 6.60 €

..

« Adieu », c’est ce que le commissaire Langelier, héros du roman de Jacques Expert, s’apprête à dire à ses quelques anciens collègues réunis à l’occasion du traditionnel pot de départ : à cinquante-cinq ans, le bon flic qu’il est part à la retraite. Ce que n’ont pas prévu tous ces gens assemblés,…
En trois beaux volumes, Christian Perrissin (scénario) et Matthieu Blanchin (dessin) donnent vie à la légende de Martha Jane Cannary. Une vie aventureuse comme le souligne le sous-titre, faite de misère, de dangers, d’alcool et de mensonges. Car Calamity Jane écrivit sa propre légende à travers des lettres (jamais envoyées)…

25 commentaires sur “La cote 512 de Thierry Bourcy

  1. Dommage que les points négatifs l’emportent sur les positifs sinon je l’aurais noté car cette période m’intéresse. Si c’est ton cas également je cherche te conseille de lire Les carnets de guerre de Victorien Mars écrit par Maxence Fermine que j’ai lu et chroniqué il a y a quelques semaines, j’ai beaucoup aimé

    • Sandrine

      Merci de ce conseil.

  2. Il me semble me souvenir que j’avais apprécié ce roman, mais je n’ai pas continué la série, alors…

    • Sandrine

      j’en lirai peut-être un autre pour ma part, histoire de voir comment les personnages évoluent.

  3. il a tout pour me plaire !

    • Sandrine

      Alors je te souhaite bonne lecture.

  4. Je l’avais lu mais je ne m’en souviens quasiment plus. Juste effectivement cette impression d’intrigue facile et simpliste. Je n’ai pas poursuivi la série du coup.

    • Sandrine

      C’est souvent le cas avec les romans policiers historiques : la documentation sur l’époque est au point, mais l’intrigue ne suit pas toujours…

  5. Un roman lu mais dont je ne garde pas un souvenir très vivace.

    • Sandrine

      On dirait que c’est un roman qui ne laisse guère de traces chez ses lecteurs…

  6. J’avais lu la série en vacances et j’avais bien aimé retrouver ces personnages. L’auteur avait fait un documentaire pour la TV sur ce sujet et en effet il a utilisé cette matière pour ces romans. Bah moi je l’aime bien ce Célestin Louise 🙂

    • Sandrine

      Je suis sûre qu’il a ses adeptes puisque la série combien plusieurs volumes aujourd’hui. Je serais d’ailleurs curieuse de voir le documentaire dont tu parles.

  7. Un roman dans ma Pal depuis des lustres!

    • Sandrine

      Il était dans la mienne depuis presque trois ans…

  8. Tant pis, l’ idée improbable me plaisait bien, mais le passage en revue des « moments obligés » de la période, non, pas envie du tout !!! j’ai déjà été déçue pour les mêmes raisons par « 14 » de mon pourtant vénéré Echenoz … En pas policier vraiment, je me permets de te conseiller « Les âmes grises » de Claudel, même période et très bien ( à moins que tu ne l’aies déjà lu, mais je n’ai pas vu de note dans tes index).

    • Sandrine

      Ce qui me donne à penser que mes index sont mal faits… parce que oui, j’ai chroniqué Les âmes grises sur ce blog et j’ai beaucoup aimé ce livre, beaucoup plus intéressant que ce premier volume des aventures de Célestin Louise.

      • Non, Mea culpa ! Tes index sont bien faits, je viens de retrouver ta note, surtout ne change rien (je crois que comme moi, tu es une maniaque du classement) ! J’avais fait « rechercher » en fait, j’ai réessayé pour voir si je suis vraiment nouille ou quoi, et non  » rechercher » ne donne pas « Les âmes grises » quand on tape dedans « Les âmes grises », il donne « Le chemin des âmes » qui est aussi un excellent roman, et aussi sur la guerre de 14 ( ton « rechercher » serait-il intelligent ?)
        Je me permets de te signaler cette initiative de ton « rechercher » parce que chez moi, « rechercher » ne marche pas bien non plus, et ça m’énerve … Je ne sais pas comment réparer, il semblerait que ce soit une histoire de « liens cassés », ce qui est très obscur pour moi ….

        • Sandrine

          Merci de m’avoir signalé cette horreur. J’ai installé le plugin Revelanssi pensant que tout tournerait beaucoup mieux, et voilà que non… Je me suis donc pris la tête mais ça y est, ça marche ! Ça n’est pas une histoire de liens cassés (le plugin Broken Link Checker me dit qu’il n’y en a pas), mais d’indexation.
          Si tu utilises le plugin Revalanssi pour la recherche, va dans les réglages. Il faut que dans « Etat de l’index », le nombre d’articles indexés (documents dans l’index) soit égal au nombre d’articles + pages sur ton blog. Sinon, c’est qu’il en manque. Dans ce cas : désinstalle Revelanssi, réinstalle-le puis clique sur « Construire l’index » jusqu’à ce que ce soit le cas. Et voilà !

  9. Il est dans ma PAL car j’avais adoré « Maisie Dobbs » qui traitait un peu du même genre de sujet. Je note tes réserves en espérant qu’il me plaise davantage qu’à toi.

    • Sandrine

      ah oui, Maisie Dobbs, je me souviens de ton enthousiasme, je note ça puisque j’entre dans une période « guerre ».

  10. Tes bémols l’emportent : un de moins, tant pis !

    • Sandrine

      Je suis sûre que tu n’es pas sans rien à lire 😉

  11. Crickx Emilie

    Bonjour,
    J’aurais aimé savoir pq le livre s’appelle ainsi..
    Merci de votre aide!

    • La cote désigne le lieu où se passe l’action : le point qui sur la carte est au coté 512.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *