La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jerusalmy

La confrérie des chasseurs de livresUn titre pareil a de quoi séduire les amoureux des livres et de la lecture. La belle couverture en forme de profanation laisse augurer d’un peu de provocation et le héros, François Villon, d’humour, de belles lettres et de libre esprit. Raphaël Jerusalmy a tout loisir d’inventer son Villon puisqu’il lui imagine une vie possible après sa condamnation à mort pour vols divers.

En 1462, alors qu’il attend l’exécution de la sentence, maître François est visité dans sa cellule par rien moins que l’évêque de Paris envoyé du roi Louis XI : le poète aura la vie sauve s’il accepte de marcher dans le plan terriblement tortueux du roi et de l’évêque pour affaiblir l’autorité de Rome sur le royaume de France. Cette guerre ne passera pas par les armes mais par la culture : le roi entend favoriser l’ouverture d’imprimeries et de librairies propres à diffuser des ouvrages interdits par Rome. Par la suite, le roi entend bien interdire les ouvrages ainsi diffusés pour se faire défenseur de la foi…

Pour se procurer ces ouvrages controversés, François Villon doit se rendre en Palestine qui n’est plus alors qu’un « fatras confus de laissés-pour-compte et d’aventuriers déchus ». C’est là qu’il découvre l’existence d’une confrérie de chasseurs de livres qui veillent sur des ouvrages les plus anciens qui soient, dont les derniers mots de Jésus au grand prêtre du temple de Jérusalem.

C’est là qu’avec Villon, le lecteur se dit qu’ « il est certain de se trouver ici pour autre chose qu’un trafic de livres ». Et que La confrérie des chasseurs de livres ressemble à s’y méprendre à un thriller ésotérique. Si thriller signifie suspens et si ésotérique désigne un mystère lié à une religion, alors oui, on y est bien, jusqu’à Qumrân. Le côté haletant en moins. Car le principal défaut du roman de Raphaël Jerusalmy, c’est son rythme lent. Ce qui pourrait ressembler à des péripéties est noyé sous des considérations et explications qui plombent tout dynamisme. Autre problème : l’intrigue est excessivement complexe, chacun cherchant à entuber chacun entre le roi, le pape, les Juifs et Villon. Chacun pense avoir élaboré un plan sans faille pour parvenir à ses fins, mais il y a toujours plus malin. Au point que tout ça devient quasi invraisemblable, en tout cas difficilement crédible.

Lire La confrérie des chasseurs de livres comme un roman d’aventure m’aurait certainement aidée à relativiser ces invraisemblances, au nom de la fiction, mais le propos de Raphaël Jerusalmy va plus loin. Il peint une vieille Europe sur le déclin, asphyxiée sous les complots et la religion mais grosse d’un potentiel énorme : imprimeurs, humanistes et navigateurs vont ouvrir sous peu de nouvelles voies et permettre la diffusion de pensées (pas toutes novatrices puisque la Renaissance est un retour aux sources antiques) et de découvertes (le zéro, la place de la Terre dans le cosmos, la perspective en peinture…).

Raphaël Jerusalmy fait un parallèle entre Jésus et Villon : « Agitateur et visionnaire à l’instar du Nazaréen, il a su entendre la voix même que tous voulaient étouffer. Il a perçu la souffrance que cette voix exprimait, au nom de tous les hommes. Il l’a ressentie jusque dans ses tripes. Non pas en adepte, ni en érudit, mais en poète et en frère ». Pourquoi pas. Ce qui ne place pas ce Villon-là sous le sceau de la rigolade. De fait, le roman n’est pas « vif et malicieux » comme le dit la quatrième de couverture, mais il est à l’évidence érudit et au final parfois ennuyeux.

Raphaël Jerusalmy sur Tête de lecture

 

La confrérie des chasseurs de livres

Raphaël Jerusalmy
Actes Sud, 2013
978-2-330-02261-7 – 315 pages – 21 €

..

47 commentaires sur “La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jerusalmy

  1. C’est un titre que j’avais repéré dans cette rentrée littéraire pour son sujet et son héros mais j’avoue que ton billet refroidit mon ardeur

    • Je n’avais pas lu grand-chose sur ce livre avant lecture, je suis partie très enthousiaste, mais ça n’a pas duré…

  2. Je l’avais noté, repéré… il y a eu des billets plus enthousiastes, mais dernièrement (chez Papillon?) un autre beaucoup moins. Bref, rien ne presse. Il se peut que la lenteur me plaise si c’est bien écrit.

    • Ça n’est pas désagréable à lire en soi, c’est juste ennuyeux… et pour un roman d’aventure, être ennuyeux, c’est bien dommage…

  3. j’hésite…

  4. J’avoue m’être ennuyée et même avoir abandonné cette lecture… Je ne comprenait plus trop les intrigues emmêlées et c’était lent, effectivement. Pourtant j’avais aimé le premier roman de Raphaël Jerusalmy, pour sa concision, entre autres qualités.

    • Pas le genre de romans à lire en s’endormant le soir. Comme d’habitude, je lisais crayon à la main et il a fallu beaucoup noter pour ne pas me perdre dans cette intrigue. Et ça finit par être lassant de noter…

  5. Je suis en plein dedans, je serai sans sans doute plus enthousiaste !

  6. Je passe mon tour !

    • En matière de François Villon, je recommande mieux Je, François Villon de Jean Teulé si le coeur t’en dit.

  7. Je l’ai lu en août et j’ai bien peiné à le terminer… Trop lent, en effet, et comme tu le dis trop invraisemblable : certes la biographie de Villon contient un grand vide qu’il est tentant de remplir, mais en impliquant tout ce que l’Europe compte de puissants, Jerusalmy tombe dans le grand n’importe quoi…

    • Généralement, j’aime beaucoup ces romans qui s’emparent des blancs de l’Histoire ou des trous dans les biographies de gens célèbres, d’autant plus les écrivains. Mais là, il a vraiment voulu en faire trop Raphaël Jerusalmy et perd effectivement ses lecteurs en route…

  8. Valérie

    Je le commence demain. Je n’aurais pas choisi ce livre mais il est arrivé jusqu’à moi alors je vais essayer.

  9. BIHL Olivier

    Un de mes coups de coeur de la rentrée littéraire;de l’érudition, de la culture et une belle qualité de plume.

    • Oh oui, je suis d’accord pour l’érudition, la culture et la belle plume, mais l’intrigue quand même…

  10. Tu confirmes la déception de Papillon .
    Je passe définitivement mon chemin…

  11. J’ai pris celui sur Mozart en poche apres avoir vu celui ci sur les table de ma libraire. Autant le premier avait fait l’unanimité, autant je m’aperçois que celui ci ne convainc pas tout le monde. Je vais attendre la sortie poche. Dommage, le titre faisait énormément envie.

    • Je n’ai pas lu le précédent, mais je vais m’y intéresser car en effet, j’ai entendu et lu beaucoup de bonnes choses à son sujet.

  12. J’étais tentée car j’ai beaucoup aimé le premier roman de cet auteur (Sauver Mozart) mais là, j’ai vu quelques avis contrastés et du coup, cela m’a refroidie direct. Je n’aime pas m’ennuyer.

    • Vraiment, je ne vois pas bien comment on pourrait ne pas s’ennuyer, surtout en l’ouvrant et en espérant le roman d’aventure promis…

  13. miriam

    Je ne me suis pas ennuyée, mais le côté ésotérique m’a agacée, pourquoi aller chercher si invraisemblable alors que le roman historique était bien parti (la part de l’imprimerie dans le début de la Renaissance, la diffusion de livres en Français)

    • Tout à fait : sur le livre, le rôle de l’imprimerie, sur les manipulations du roi de France qui veut utiliser cette nouvelles inventions pour asseoir son pouvoir et amoindrir celui de Rome : c’est passionnant, mais pour le coup trop court, pas assez détaillé alors que certaines scènes en Palestine sont beaucoup trop longues…

  14. Tu me déçois, tu me déçois, tu me déçois! je viens de le recevoir et je m’apprêtais à le lire avec gourmandise ne serait-ce que pour Villon. Enfin ce serait plus juste de dire que c’est le livre qui me déçoit et pas toi!

    • Ah ouf ! Ça va être difficile d’oublier mes propos avant lecture, même si je te le conseille, mais peut-être seras-tu plus réceptive que moi… Je le souhaite.

      • Je me suis ennuyée et pas qu’un peu! J e n’ai jamais mis autant de temps pour lire un roman et je l’ai abandonné plusieurs fois. Mais j’étais obligée de le lire parce que je « devais » un billet! Très lent oui et aussi des personnages qui ne sont que des prétextes. Ils ne vivent pas! Et puis Villon, je veux bien mais cela pourrait être n’importe qui!

        • Je suis contente de connaître ton avis car je n’en ai finalement pas lu beaucoup.

  15. Flute ! Son titre m’avait plu et je m’étais empressée de le noter ! On verra si je le croise en biblio…

    • Il est possible qu’il te plaise : n’hésite pas à l’emprunter.

  16. Margotte

    Hum, j’avais bien regardé ce livre lors de sa sortie, et j’avais bien senti le côté « érudit et ennuyeux »… au moins un que je ne vais pas regretter 😉

    • je n’avais pas senti ce côté-là… moins fine que toi…

  17. j ai adoré « sauver Mozart » mais celui-là je ne sais pas pourquoi m’avait laissé indifférente, je ne vais pas combattre ma première idée j ‘attends son troisième roman
    car cet auteur a du talent
    Luocine

  18. Je passe mon tour sans regrets…

    • Une blogueuse a tester une autre confrérie de la rentrée, celle des moines volants : à voir…

  19. Un titre qui m’aurait attiré, également.

    • C’est bon de savoir qu’on est pas seul à se fait prendre à un titre…

  20. Je l’avais noté sur ma liste de lectures, je vais désormais y réfléchir avant et peut-être le feuilleter dans une librairie pour en humer le contenu et le style …

    • Ça commence plutôt bien, même si dès le départ, j’ai trouvé que les événements s’enchaînaient plutôt vite. C’est à l’arrivée en Palestine que tout se complique de façon bien artificielle à mes yeux.

  21. Repéré mais pas encore ajouté à ma lal… le côté « ennuyeux » me fait du coup un peu peur…

    • Ce n’est que mon avis personnel. Peut-être les aspects ésotériques et aventureux te plairont-ils…

  22. Ah dommage… le thème me plait bien pourtant… bon a voir si je tombe dessus mais sans urgence 🙂

    • Moi aussi le thème me plait, c’est d’autant plus dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *