Le cercle de la croix de Iain Pears

le cercle de la croixLe cercle de la croix commence par le récit d’un certain Marco da Cola, gentilhomme vénitien. Son père rencontrant des difficultés dans la gestion de ses biens en Angleterre, Marco arrive à Oxford après un séjour à Leyde où il a appris la médecine, sans toutefois être diplômé.

Il se lie avec certains professeurs, philosophes (John Locke) et médecins (Robert Boyle et Richard Lower), dont des adeptes de ce qu’on appelle alors, en 1663, la nouvelle médecine, qui repose sur l’expérimentation plutôt que sur la sagesse des Anciens. La curiosité intellectuelle du sieur Cola le pousse à expérimenter lui aussi. Ainsi, s’étant porté charitablement volontaire pour soigner une pauvre femme, la veuve Blundy, il essaie sur elle ce qu’il considère comme l’opération de la dernière chance : une transfusion sanguine. Une première bien entendu, et dans des conditions exécrables. La vieille femme semble se remettre, mais sa fille, Sarah Blundy est accusée puis emprisonnée pour le meurtre d’un professeur, son employeur, le docteur Grove, empoisonné à l’arsenic. Elle reconnait les faits lors du procès et est pendue.

Ce premier récit passionnant explore les premiers pas de la médecine expérimentale, en but à ses prémisses, mais surtout aux interdits religieux. La religion est omniprésente dans le récit de da Cola puisqu’il est un papiste en terre anglicane et qu’on le lui rappelle sans cesse. Il arrive dans une Angleterre qui vient de rétablir la monarchie après la république de Cromwell. Politique et religion sont les principaux sujets de conversation, et donnent lieu à bien des luttes et complots dont le récit de da Cola ne rend pas compte.

Car le récit du Vénitien est suivi d’un deuxième, puis d’un troisième et enfin d’un quatrième qui vient, peut-être, les éclairer tous. Car le dernier qui a parlé a tendance à emporter l’adhésion. Ainsi, le jeune Prestcott fait-il le récit de ses efforts pour effacer l’accusation de trahison qui entache la réputation de son père. Il fouille, interroge, sollicite sans cesse certains des protagonistes du récit de da Cola pour arriver à ses fins. C’est avec le récit de Prestcott que Le cercle de la croix se fait dense et parfois complexe aux yeux de qui ne serait pas au fait de l’histoire anglaise. Il est avant tout ici question de la fin du règne de Charles Ier, assassiné, et du règne d’Oliver Cromwell, connu sous le nom de Commonwealth. Royalistes, républicains, protestants, catholiques : les enjeux politiques et religieux sont prépondérants et surtout, ils ne sont pas clairement explicités.

C’est que Iain Pears est un romancier britannique ; il écrit avant tout pour des Britanniques, plus au fait de l’histoire anglaise que le premier Français venu. L’avantage avec les auteurs américains qui écrivent des romans historiques c’est qu’ils écrivent pour des lecteurs américains et donc globalement pour des gens qui ne connaissent pas grand-chose à l’Histoire. D’où des explications. D’où aussi des situations frisant le ridicule tant elles témoignent de l’ignorance du lectorat américain (je pense en particulier à un roman de Raymond Khoury dans lequel personne au FBI ne soupçonne que ces types à cheval vêtus de grandes tuniques blanches barrées d’une croix rouge sont des Templiers… des quoi ?). Dans Le cercle de la croix, pas la moindre note de bas de page. Vive Wikipédia !

Au récit de James Prestcott succède celui du docteur Wallis qui écrit après avoir lu les deux précédents et entend démontrer que da Cola n’est pas un gentilhomme vénitien quelconque, mais un ancien soldat payé par les républicains espagnols pour assassiner le roi Charles II. Puis finalement peut-être seulement lord Clarendon. Là aussi, tractations, suspicions, démonstrations.

Le dernier récit, celui d’Athony Wood, historien apparu çà et là dans les récits de da Cola, Prestcott et Wallis, reprend les trois témoignages pour les réfuter car il connait la vérité vraie (lui aussi…). Comme les précédents, son récit est convaincant. Peut-être plus que les autres, bien qu’il soit assez irationnel. En tout cas, il est plus humain, plus proche des gens car il est l’employeur et bientôt l’amant de Sarah Blundy et que c’est d’elle qu’il est avant tout question dans son récit. D’elle et du vrai visage de da Cola, de sa mission en Angleterre.

Le moins que l’on puisse dire c’est que Iain Pears balade son lecteur. Il construit quatre récits autour de mêmes faits en changeant très habilement de point de vue et d’intérêt. Un même événement, le meurtre du docteur Grove suivi de la pendaison de Sarah Blundy, peut avoir été vécu de façon différente suivant l’intérêt et l’implication des protagonistes. Ou bien alors, chacun ne raconte peut-être pas les choses telles qu’il les a vraiment vécues. Malgré maintes promesses de bonne foi, il apparait au fil des pages que les différents narrateurs ne sont pas tous fiables, que chacun oriente son récit suivant ses intérêts. Dès lors, qui croire ?

Iain Pears bien sûr, qui malmène le concept de voix narrative pour mieux perdre son crédule lecteur dans les méandres d’une histoire complexe aux multiples interprétations. On est impressionné par la maîtrise narrative, la richesse de restitution historique ainsi que la densité humaine des divers protagonistes. L’accumulation de détails et la complexité machiavélique des complots envisagés pourront rebuter, et même entraver la lecture. Il faudra vraiment apprécier voire connaître le contexte pour jouir pleinement de l’intrigue, mais la maestria narrative ne perd rien, quoi qu’il en soit.

Pour ma part, j’ai particulièrement apprécié la façon dont Iain Pears rend compte de l’importance des statuts de classe et de genre dans les rapports sociaux : l’honneur peut passer par le viol d’une jeune fille, mais resté debout face à un égal est un affront. Cette société est fondamentalement injuste et pourtant très peu de gens pensent à la mettre en cause, pas même les opprimés. Et j’ai souri plus d’une fois de la façon dont un gentilhomme vénitien du XVIIeme siècle juge les Anglais :

Lower, et les Anglais en général, avait l’imprévisibilité des peuples non civilisés ; leur génie est aussi peu maîtrisé que leurs manières, à tel point que je doute que les étrangers puissent un jour les connaître et leur faire vraiment confiance.

 

Le cercle de la croix

Iain Pears traduit de l’anglais par Georges-Michel Sarotte
Pocket, 1999
ISBN : 2-266-08802-5 – 924 pages

An Instance of the Fingerpost, parution en Grande-Bretagne : 1997

 

..

36 commentaires sur “Le cercle de la croix de Iain Pears

  1. J’ai lu « La chute de John Stone » et j’avais beaucoup aimé. Je vais noter ce titre qui me semble avoir les mêmes qualités !

    • Certainement, en tout cas moi, j’ai envie de mieux découvrir l’oeuvre de cet auteur.

  2. Je pense que c’est le titre le plus ancien de ma PAL ! J’ai du l’acheter quand j’étais au début de mes études universitaires pour finalement ne jamais le lire. Et j’avoue que je ne sais pas si j’aurais le courage de m’y attaquer un jour !

    • En lisant ce livre, je me rappelais très précisément quand mon mari l’avait lu : c’était l’année de l’éclipse de soleil, notre fils apprenait à marcher à quatre pattes. Il est aujourd’hui plus grand que moi… Donc tu vois, moi aussi j’ai mis le temps à le sortir de ma PAL…

  3. j ai beaucoup aimé ton billet , et oui l’histoire anglaise est très compliquée , je suis toujours surprise que ce pays si injuste autrefois ait fini par donner ce pays si démocratique que nous connaissons aujourd’hui.
    je note ce livre avec l’idée de l’emporter dans un voyage en Grande Bretagne
    Luocine

    • Lors d’un voyage à oxford, ça serait parfait… même si on a nettement l’impression que les divers protagonistes n’apprécient guère cette ville. Moi je l’ai vu avec des yeux de petite Française et je la trouve très belle, typique, comme je me l’imaginais…

  4. j’ai 3 ou 4 titres de lui dans ma PAL et là tu me donnes envie d’aller y voir de plus près

  5. Il traîne aussi dans ma PAL depuis très longtemps et tu me donnerais bien envie de m’y mettre ! Sauf que je n’ai pas le temps maintenant… Il a eu énormément de succès à sa parution, ce roman.

  6. Le Papou

    En ce moment j’ai un kick sur les romans « historiques » mais j’ai tellement à lire… Je note l’auteur, on ne sait jamais.
    Le Papou

    • Et puis le roman historique aime faire dans le pavé, alors c’est souvent long…

  7. Il y a longtemps que j’ai lu ce roman, ainsi que « Le Songe de Scipion » et j’ai le souvenir d’un écrivain sachant s’y prendre pour nous envoûter et nous entrainer à sa suite dans des aventures très prenantes. Il va falloir que je fréquente à nouveau cet écrivain…

    • C’est parce qu’il a beaucoup de talent qu’on arrive à le suivre aussi dans des passages qui sont nettement complexes, et parfois un peu longs.

  8. Intéressant comme principe, le regard critique d’un vénitien sur les anglais à cette époque, ça peut être très instructif comme lecture =)

    • Oui, cette première partie est en ça très plaisante. Il y a par exemple un passage où le Vénitien se rend au théâtre et là franchement, il ne comprend rien au théâtre anglais, il est même carrément horrifié par tous ces morts sur cette et la violation évidente de toutes les règles du théâtre classique.

  9. Joli billet; tu me donnerais presque envie de le relire – ou plutôt un autre titre historique de Pears. Je l’avais lu lors de sa sortie (1999, déjà) et j’avais adoré. Je ne me souviens pas avoir eu du mal à m’y retrouver avec l’histoire; probablement que j’étais « passée au-dessus » (ce qui est stupide, je l’admets, surtout que j’adore la GB).

    • Et puis en 1999, on n’avait pas Wikipédia sous la main pour palier rapidement nos défaillances en matière d’histoire britannique…

  10. Billet très tentant et c’est d’autant plus à ton honneur que j’ai toujours cru que ce livre était une sorte de Da vinci code à grosse ficelles. Suite à ton billet, je vais aller regarder tout ça de plus près . Mais plus de 900 pages tout de même… il me faut des vacances pour m’y plonger.

    • Excuse-moi Sandrine, car ce n’est pas à moi de répondre mais je voudrais tout de suite dire à Zarline que ce roman n’est PAS DU TOUT un « DVC à grosses ficelles » ! C’est très bien écrit, intelligent et intéressant. Enfin, ce n’est que mon avis.

      • Ha ha ha, merci Lewerentz. Bon, si vous vous y mettez à deux, il va vraiment falloir que je me plonge dans ce roman, histoire déjà de remédier à mes a priori 😉

        • Et puis les romans historique anglais bien consistants ne te font pas peur, je le sais. Maintenant que vient de sortir le deuxième volume de la trilogie de Tim Willocks, je vais essayer de fermer les yeux très fort pour ne pas le laisser passer devant le Hilary Mantel, tout poussiéreux sur mes étagères… et dont la suite sort aussi sous peu, c’est terrible…

          • Oui, oui, ben ne surestime pas trop mes capacités à lire des pavés historiques british parce que Bring up the bodies, le deuxième de Mantel, prend bien la poussière sur mes étagères depuis quelques mois 😉 Tout comme le premier opus de Tim Willocks d’ailleurs (on parle bien de la Religion?). Punaise, je ne savais même pas qu’il y a avait un deuxième tome!

          • Oui, il s’agit bien du second tome de La religion. L’ai acheté ce matin… mes promesses ne durent résolument pas longtemps…

      • Tu as bien raison d’intervenir pour soutenir la cause de ce roman très consistant, très historique et pas américain Da Vinci Code du tout !

  11. Je ne connais que la série Jonathan Argyll d’Iain Pears, mais ce titre me tente beaucoup. J’ai adoré ton commentaire sur les Américains et l’Histoire.

    • Ouf… parce que je me disais qu’il était certains qu’aucun Américain de lirait ça… mais je ne pensais évidemment pas aux Américains d’adoption… qui eux ont une culture historique, bien sûr ! 🙂

  12. Il a tout pour me plaire !

  13. En voilà un qui traîne sur ma PAL depuis un bail…

    • Vous êtes plusieurs, je crois que son épaisseur impressionne…

  14. L’arrière plan historique me tente bien.

    • Si tu aimes les romans historiques, celui-ci s’impose.

  15. Acheté et lu par mes parents à sa sortie, ce livre a depuis rejoint ma PAL. Avec tous ses petits frères car I. Pears a ensuite pas mal produit de romans policiers à propos de peintres.

    • Je n’ai pas tenté les peintres, je suis assez inculte en la matière, je crains de passer à côté de beaucoup de choses…

  16. J’ai dû lire ce livre lorsque tu l’as acheté, il y a donc un nombre certain d’années… C’était, je pense, ma première lecture d’un genre historique et j’en garde un très bon souvenir. Je vais voir ce qu’il a fait d’autre…

    • En matière de roman historique, c’est vraiment une référence. Qu’il était donc temps que je lise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *