Rentrée littéraire 2014 : débuts de romans

Depuis quelques semaines, je propose sur ma page Facebook quelques débuts de romans qui paraîtront à la rentrée littéraire 2014, histoire de patienter en s’impatientant…

En voici quelques-uns :

« Lucile avait choisi une robe exubérante, une corolle d’organdi d’un rouge coquelicot, si large, si vaporeuse qu’elle avait eu du mal à trouver une place sur le siège étroit de la calèche. Je la félicitai d’une toilette aussi spectaculaire et l’assurai qu’elle n’aurait aucune rivale à sa hauteur. Compliment inutile. Mon amie se savait l’une des plus belles femmes de Paris... »

  • Philippe Arseneault, Zora, un conte cruel, à paraître aux éditions des Équateurs :

« Il existe, aux confins de la verte Finlande, une forêt peuplée de créatures étranges et fort laides qu’on appelle les fredouilles. Les fredouilles ont deux jambes et deux bras, rattachés à un torse. C’est là tout ce qui les apparente aux humains. Pour le reste, elles présentent des différences notables, et à bien des égards effrayantes. »

« Une maison en pierres sèches posée sur la plateforme arasée, au sommet de la colline. Aucune branche haute des oliviers des coteaux ne parvenait à la masquer réellement, elle n’avait pas d’âge. La base des murs semblait d’une plus grande ancienneté, indéterminée, composée au fruit de blocs rustiques et quasi cyclopéens qui s’élevaient sur un pan en rétrécissant et en laissant deviner la première existence d’une tour de guet. »

  •  Mechtild Borrmann, Le violoniste, à paraître aux éditions du Masque :

« L’accord final du concerto pour violon en ré majeur de Tchaïkovski se déploya au-dessus des spectateurs de l’orchestre, gagna les balcons, les galeries avant de se dissoudre dans l’immense coupole de la salle de concert. Pendant quelques secondes, le silence fut total, puis un tonnerre d’applaudissements se déchaîna. Ilia baissa son violon et s’inclina, au côté du chef d’orchestre, devant la foule en liesse. »

« J’ai froid. Très froid. J’ai froid près de la grande cheminée dans laquelle un des domestiques de l’ambassade vient de rajouter du bois. La chambre est grande et humide. J’ai déplacé ma table de travail pour profiter du feu, mais les fenêtres laissent passer le vent. Dehors, les flocons dansent dans un ciel gris. »

  •  David Foenkinos, Charlotte à paraître chez Gallimard :

« Charlotte a appris à lire son prénom sur une tombe.
Elle n’est donc pas la première Charlotte.
Il y eut d’abord sa tante, la soeur de sa mère.
Les deux soeurs sont très unies, jusqu’à un soir de novembre 1913.
Franziska et Charlotte chantent ensemble, dansent, rient aussi.
Ce n’est jamais extravagant.
Il y a une pudeur dans leur exercice du bonheur.« 

  • Le fils de Philipp MeyerPhilipp Meyer, Le Fils, à paraître chez Albin Michel :

« On a prophétisé que je vivrais jusqu’à cent ans et maintenant que je suis parvenu à cet âge je ne vois pas de raisons d’en douter. Je ne meurs pas en chrétien bien que mon scalp soit intact et si les prairies des chasses éternelles existent, alors c’est là que je vais. Là ou droit vers le Styx ».

  • Leonardo PaduraHérétiques, à paraître aux Editions Métailié :

« La Havane, 1939
Daniel Kaminsky mettrait plusieurs années à s’accoutumer aux bruits jubilatoires d’une ville ancrée dans le vacarme le plus insolent. Il avait très vite découvert que tout y était traité et réglé à grands cris, tout grinçait sous l’effet de l’oxydation et de l’humidité, les voitures avançaient au milieu des explosions, du ronflement des moteurs ou des longs beuglements des klaxons… »

  • David Peace, Rouge ou mort, à paraître aux Editions Payot & Rivages :

« Pendant l’hiver, pendant la nuit, ils se sont souvenus de lui. Et puis ils sont venus le voir. Pendant l’hiver, pendant la nuit. Pas la casquette à la main, pas en mettant un genou à terre. Pas de cette façon-là. Mais ils sont venus quand même. Jusqu’ici, au stade de Leeds Road, à Huddersfield. Ici, le 17 octobre 1959. »

  • James SalterEt rien d’autre, à paraître chez L’Olivier

« Toute la nuit, dans le noir, la mer avait défilé.
Sous le pont, dans leurs lits métalliques étagés les uns au-dessus des autres par rangées de six, des centaines d’hommes, silencieux, gisant pour la plupart sur le dos, n’avaient toujours pas trouvé le sommeil alors que le jour allait poindre. Les lampes étaient en veilleuse, les moteurs vrombissaient inlassablement, les ventilateurs brassaient l’air humide : quinze cents soldats, chacun avec des armes et un paquetage assez lourds pour le faire couler à pic, comme une enclume jetée dans l’océan... »

« Il y eut le hurlement des sirènes, un nuage de poussière au bout de l’allée, et bientôt la pénombre du jardin fut inondée par la lumière bleue des gyrophares. C’est seulement au moment d’indiquer aux ambulanciers où se trouvaient les corps que tout leur parut réel. Il y en avait un dans la maison à l’étage, un autre dans l’ancienne chapelle, et aussi au fond du jardin. »

 lire parc

..

..

..

..

..

29 commentaires sur “Rentrée littéraire 2014 : débuts de romans

  1. Je te suis mieux ici que sur Facebook (je dois rater des infos , là bas…) En effet, le démarrage d’un roman ne doit pas être raté… il doit happer son lecteur. J’y fais parfois attention, même si ça ne m’empêche pas de tourner une page non plus. Il m’est arrivé de refuser l’envoi d’un livre, après lecture des trois quatre premières pages.
    (à part ça, le Padura tient ses promesses, rha là là)

    • Le problème avec une page Facebook, c’est qu’on a beau l’aimer, on ne voit pas tout ce qui s’y publie : c’est FB qui choisit… C’est dommage car je trouve que c’est un moyen d’entrer en contact avec les gens, d’échanger des impressions de lecteurs, des attentes…
      Et je n’ai pas emmené avec moi en vacances le Padura, j’essaie de consacrer ce temps à d’autres lectures avant t’attaquer la rentrée à mon retour. Mais il va me plaire, c’est certain, car je l’aime déjà !

  2. Son seul point négatif : le poids! Il ne sortira pas de chez moi… Et comme j’en lis trois autres en même temps, Le Comte de MC, Du côté de chez Swann et le Dictionnaire amoureux de Proust, eh bien à part le Dumas qui est en poche (600 pages) tu vois que les lectures en extérieur n’avancent guère;.. J’ai aussi emprunté un gros gros fuentes à la bibli (les années avec Laura Diaz, tu connais?) J’ai réalisé ça, bizarre, les pavés se sont précipités…
    Bonnes lectures à toi aussi!
    Par Fk et les papotages, oui, je finis par connaître des gens, des blogs, etc, il y a plein d’infos, mais on ne peut tout voir.

    • oui, il est énorme… ceci dit, depuis que je suis en Bretagne, je ne lis rien à moins de 500 pages… mais comme je ne fais absolument rien d’autre que lire (pas encore été sur la plage…), tout va bien. Avec le temps superbe qu’il fait ici, c’est chaise longue, crème à bronzer et M & M’s… Je n’ai pas emmené d’hispano-américains ; le Fuentes qui me tente, c’est le dernier, La volonté et la fortune, pour plus tard…

  3. Une Comète

    Je suis plutôt sur la rentrée littéraire de l’année dernière que j’ai complètement loupée ! 🙂 cela dit le Foenkinos me tente pas mal 🙂

    • Le principal au final, c’est de trouver matière à lire…

  4. toujoursalapage

    Je piaffe d’impatience, malgré une PAL déjà bien remplie. J’avoue avoir la tête trop pleine pour lire. (léger passage à vide)

    • Espérons donc que effervescence de la rentrée va faire revenir le goût de lire !

  5. Très bon idée ! Biancarelli me tente beaucoup.

    • Moi aussi. J’ai d’abord été attirée par la superbe couverture, le résumé a fait le reste…

  6. Ah, la rentrée littéraire… c’est toujours assez grisant, mais aussi un peu stressant à l’idée de voir apparaître ces tonnes de nouveaux livres, il y en a tellement… Enfin, j’aime bien cette période 🙂

    • C’est toujours contrariant que les médias traditionnels se focalisent toujours sur une poignées de titres ; heureusement qu’il y a les blogs aujourd’hui pour parler de beaucoup plus de livres, pour que moins d’auteurs et de titres restent dans l’ombre !

  7. Bien hâte de voir cette nouvelle rentrée! Mais je vais vous laisser tout lire… et choisir aprèes!

  8. Han, un Robert Alexis. Je l’ajoute à ma liste ! 😀

    • C’est vrai, tu aimes ? C’est un auteur dont on n’entend pas beaucoup parler et dont je n’ai lu qu’un livre pour l’instant. Je pense, après avoir lu les premières pages du nouveau, qu’il me plaira.

  9. En plus des titres (l’Arseneault, le Biancarelli et le Borrmann me tentent, meme si je n’ai jamais rien lu d’aucun de ces auteurs), je découvre des maisons d’éditions que je ne connaissais pas, super! Je vois un autre titre qui me fait de l’oeil aux Éditions des Équateurs…

    • Les petites maisons se lancent aussi dans la rentrée littéraire, puisque c’est un peu la fête du livre à ce moment-là, il ne faut pas les oublier, et c’est souvent sur les blogs qu’on en parle le plus !

  10. Leonardo Padura bien sûr mais aussi Robert Alexis dont j’ai beaucoup aimé La robe et La véranda

    • Tu me confirmes dans mon intention de plus découvrir Robert Alexis, qui m’a fait une forte impression avec le seul roman que j’ai lu.

  11. Bonjour Sandrine, un nouveau Leonardo Padura? Je note. Je ne connais pas du tout Robert Alexis. Bonne après-midi.

    • Robert Alexis n’est pas un auteur très médiatique mais il gagne à être connu : écriture très originale.

  12. Pour le moment il n’y a que le Zulma, le premier roman de Wood, qui me tente bien ! Affaire à suivre 😉

  13. J’avais commencé le Salter l’an passé. Malgré des premiers chapitres prometteurs, j’avais abandonné. Le Meyer est dans la LAL. Et j’ai noté le Tesich dont tu parles sur Facebook.

    • Ce qui est terrible avec le net, c’est qu’on trouve des renseignements sur les livres avant même leur sortie : on en a envie et on les inscrit sur les LAL alors qu’ils ne sont pas encore parus !

  14. Je l’avais lu (ou plutôt tenté de le lire) en anglais au mois de novembre. Je voulais lire un livre de Salter et il venait de publier son premier roman depuis 1979.

  15. J’ai tellement de livres à lire que chaque année je passe à côté de la rentrée littéraire. Cette année je vais me laisser tenter quand même ! Connais-tu un site qui fait la liste de tous les livres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *