Le complexe d’Eden Bellwether de Benjamin Wood

Le complexe d'Eden BellwetherLa vie d’Oscar, vingt ans et aide-soignant dans une maison de retraite, est bouleversée le jour où il rencontre Iris, étudiante en médecine. C’est attiré par la musique envoutante des grandes orgues qu’il pénètre dans la chapelle de King’s College à Cambridge et qu’il la voit pour la première fois. Ce qu’il comprend rapidement, c’est que s’attacher à Iris, c’est aussi côtoyer son frère, Eden Bellwether. Tous deux font partie d’une riche famille et ne fréquentent qu’une poignée d’étudiants, les mêmes depuis des années, avec lesquels ils forment un groupe soudé.

Oscar n’a pourtant aucun mal à s’intégrer dans ce monde qui n’est pas le sien. C’est que c’est un brave jeune homme, généreux et attentif qui n’hésite pas à se plier aux excentricités d’Eden. Il se laisse même hypnotiser lors d’une soirée par sa musique et transpercer la main par une aiguille. Le lendemain, la blessure est presque cicatrisée.

C’est qu’Eden est persuadé d’avoir certains pouvoirs. Il pense que la musique, sa musique, peut envoûter et même guérir. Il se sait thaumaturge. Iris elle est inquiète pour son frère et demande l’aide d’Oscar pour prouver que certains de ses comportements sont néfastes.  Aussi, quand elle se fracture la jambe et qu’Eden se fait fort de la remettre sur pied bien plus rapidement que la médecine et la kinésithérapie, elle propose à Oscar de filmer son frère en action.

Oscar n’hésite pas à entrer dans ce jeu car il a compris qu’Eden souffre d’une Personnalité narcissique : surestime de soi, besoin impérieux d’être admiré, manque d’empathie, manipulation d’autrui, délire de grandeur et de toute-puissance… Mais Iris guérit effectivement beaucoup plus rapidement que prévu et regrette la mission confiée à Oscar : son admiration pour son frère n’a plus de bornes. Bientôt, prêt à tout pour sauver un vieux psychologue malade, Herbert Crest, rencontré alors qu’il cherche à comprendre Eden, Oscar les fait se rencontrer. Musique et imposition des mains : la tumeur du cerveau du docteur Crest cesse de se développer. Lui-même se sent beaucoup mieux.

Grâce au regard extérieur d’Oscar, le lecteur découvre le fascinant Eden Bellwether. Comme le lecteur, le jeune homme s’interroge, cherche à comprendre comment fonctionne cet être hors du commun, s’il est simplement fou ou dangereux pour les siens. Il ne condamne pas d’emblée les excentricités et prétendus pouvoir d’Eden, il est même prêt à croire que certaines personnes sont capables par la force de leur esprit, de soulever des montagnes et d’en persuader les autres. Mais à l’évidence, Eden n’est pas un bienfaiteur de l’humanité, il travaille à sa propre gloire. Quel est son but ? Qu’est-il prêt à faire pour y parvenir ? D’excentrique Eden devient inquiétant. D’autant plus que le lecteur sait, grâce au prélude, que tout ça finira mal.

A l’image d’Eden Bellwether, Benjamin Wood manipule avec habileté le lecteur de son premier roman. Il l’entraine à la suite d’Oscar à la découverte d’une personnalité trouble et fascinante qui nage entre paranormal et folie.

 

Le complexe d’Eden Bellwether

Benjamin Wood traduit de l’anglais par Renaud Morin
Zulma, 2014
ISBN : 978-2-84304-707-7 – 499 pages – 23.50 €

The Bellwether Revivals, parution en Grande-Bretagne : 2012

Pour recevoir le dimanche des nouvelles de Tête de lecture…

Le complexe d’Eden Bellwether de Benjamin Wood

51 commentaires sur “Le complexe d’Eden Bellwether de Benjamin Wood

    1. La personnalité d’Eden est inquiétante, mais l’auteur sait très bien le tenir à distance. Le fait que l’histoire soit racontée par Oscar, c’est-à-dire quelqu’un d’extérieur, contribue à ne pas assombrir démesurément le propos.

  1. Ouh, longtemps que je n’aie laissé un commentaire ici (même si je reste fidèle 😉 !)
    Je viens de terminer cette lecture, je suis assez mitigée. J’ai aimé le style et la façon dont l’auteur nous emmène, également ses personnages. Mais je l’ai trouvé un peu « embrouillé » (ce n’est pas le terme exact) sur la psychologie & le paranormal, parfois les explications sont poussées, d’autres sont survolées et il mélange et tire certaines conclusions allégrement sur certaines choses qui, à mon sens et de ce que j’en connais, n’aurais pas à être mélangées… Mais cela reste un roman et il est fort intéressant !

    1. moi je trouve bien qu’il ne tranche pas et mélange justement les points de vue, qu’il ne dise pas : c’est comme ci ou c’est comme ça. Il y a de la place pour diverses interprétations, divers courants de pensée. La science et le paranormal peuvent faire ménage commun pour peu qu’on ne soit pas doctrinaire…

    1. J’ai employé le mot paranormal mais ce n’est pas celui qui convient. A vrai dire, je ne sais pas ce qui convient. Il s’agit là d’une personne qui a des capacités différentes, un +. Je suis pour ma part persuadée que nous n’utilisons pas à 100% les capacités de notre cerveau et que si c’était le cas, on pourrait faire des choses qui peut-être nous aideraient justement à mieux comprendre le monde, à utiliser au mieux la nature et ses énergies…

  2. Bonjour Sandrine, je viens de terminer ce roman ce week-end. Lecture agréable mais sans plus, heureusement qu’il y a Oscar. Je suis restée assez à l’extérieur et je n’ai pas du tout aimé le personnage d’Eden, plus « tête à claques » qu’autre chose. Bonne après-midi.

    1. Je crois qu’Eden n’est pas fait pour être aimable, c’est justement pour ça qu’il y a le personnage d’Oscar en effet, pour contrebalancer l’antipathie suscitée par Eden…

  3. J’ai beaucoup aimé, l’humour, le paranormal, le baroque, les personnages même si Eden est assez antipathique. Un très bon premier roman et un Prix Fnac mérité, malgré un ultime chapitre inutile…

  4. Ce roman m’intrigue, du coup je sens que j vais le lire: j’aime sa première de couverture, son titre et le contenu a l’air de suivre aussi. De plus, c’est une première oeuvre (et ce n’est jamais pour me déplaire, moi qui rêve de nouveauté). Bref, il possède beaucoup d’atouts.

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut
Send this to a friend
Bonjour,
voici un article à lire sur Tête de lecture : http://yspaddaden.com/2014/09/28/complexe-deden-bellwether-benjamin-wood/