Gone Girl de David Fincher

A l’annonce de l’adaptation cinématographique d’un roman formidable, on peut se réjouir ou s’inquiéter. Qu’en sera-t-il de ces pages qui nous ont touchés, marqués, surpris, émus, interrogés ? Est-il possible de regarder une adaptation en oubliant sa lecture ? Si je suis allée voir Gone Girl de David Fincher, c’est bien pour Les Apparences de Gillian Flynn, portrait terriblement machiavélique d’un couple après cinq ans de mariage.

Gone Girl Affleck Pike

Pas de surprise donc quant au scénario : le fameux twist de la deuxième partie n’en était pas un. Eu égard à ma mémoire de poisson rouge, j’avais oublié la fin : c’est toujours ça de pris pour la surprise… Et malgré des souvenirs assez précis du déroulement de l’intrigue, ces deux heures et demie ne m’ont pas semblé trop longues, tout s’enchaîne avec fluidité, presque une évidence.

Mais pourtant, je ne crois pas que Gone Girl soit le film que mérite Les Apparences. Si la tension est bien là, elle est plus entretenue artificiellement (par la musique par exemple) que par la situation des personnages. Surtout, les acteurs m’ont semblé assez absents. Ce qui se comprend pour Nick (Ben Affleck) qui subit plus qu’il n’agit, se conçoit difficilement pour Amy (Rosamund Pike) qui est terriblement fade, pas aussi machiavélique que prévu. Elle manque terriblement de charisme.

LIBRARY IMAGE OF GONE GIRL

Ce qui manque au film, c’est la voix d’Amy et de Nick. On entend bien en voix off quelques extraits du journal d’Amy, ces bribes ne remplacent pas la première personne du singulier, le « je » si singulier d’Amy qui entraine le lecteur dans sa toile comme il a suivi Nick dans la première partie. Gillian Flynn sait très bien manipuler le lecteur, jouer avec la crédibilité de la voix narrative, insinuer le doute petit à petit. Les choses sont beaucoup moins subtiles dans le film.

Les deux meilleurs points de Gone Girl : la mise en scène de l’invasion médiatique dans l’intimité et Kim Dickens qui joue l’enquêtrice Rhonda Boney (et qu’on a déjà appréciée dans Lost où elle était Cassidy, petite amie de Sawyer, et dans Deadwood).

Gone Girl Kim Dickens

David Fincher ne dissèque pas le couple américain comme j’ai pu le lire çà et là : c’est Gillian Flynn qui fait ça en scénarisant pour lui son roman. L’autopsie du mariage modèle, les rapports hommes-femmes dans l’Amérique en crise, l’exploration intime inquiétante puis terrifiante d’une icône brisée par ses rêves fracassés : autant de thèmes effleurés par David Fincher et décortiqués par Gillian Flynn.

 

Gone Girl

Sortie nationale : 8 octobre 2014
De David Fincher avec Ben Affleck, Rosamund Pike, Neil Patrick Harris, Kim Dickens…

 

..

32 commentaires sur “Gone Girl de David Fincher

  1. eh bien , donc je n’irai pas le voir. C’est vrai que souvent, on est déçu, ça peut tenir , oui, au réalisateur ou aux acteurs, aux deux, à tout…
    Je me souviens ( comme toi mémoire de poisson rouge ! ) avoir aussi ri en lisant Les Apparences; Nick, ce qu’il disait parfois m’a fait rire…C’est pour ça aussi que le livre était bon, et très futé, manipulateur à souhait, et donc très prenant; ça aurait pu être un super film, mais c’est vrai que les acteurs semblent un peu proprets et lisses

    • Il y a dans le roman un passage que j’ai copié, recopié, archivé, partagé… C’est Amy qui parle, et on mesure toute son ironie. Voilà le début : « Etre la Fille cool, ça signifie que je suis belle, intelligente, drôle, que j’adore le football américain, le poker, les blagues salaces, et les concours de rots, que je joue aux jeux vidéo, que je bois de la bière bon marché, que j’aime les plans à trois et la sodomie, et que je me fourre dans la bouche des hot dogs et des hamburgers comme si c’était le plus grand gang bang culinaire du monde, tout en continuant à m’habiller en 36, parce que les Filles cool, avant toutes choses, sont sexy. Sexy et compréhensives. »
      Dire que j’attendais ce passage dans le film n’est rien par rapport à mon appréhension. Et j’avais raison car quelques phrases sont en effet citées, en voix off mais elles ne m’ont même pas décroché un sourire. J’en ai parlé à ma fille en sortant de la salle, elle ne voyait pas à quelle fille cool je faisais allusion…

  2. Je ne pense pas aller le voir non plus, et plutôt rester sur la très bonne impression laissée par le livre.

    • Je suis déçue mais opiniâtre : si Les lieux sombres aussi adapté de Gillian Flynn passe près de chez moi en v.o. à sa sortie, j’irai le voir. Cette auteur me fascine vraiment…

  3. Je préfère rester sur les traces du livres.

    • Je peux te dire maintenant que tu fais le bon choix…

  4. on devrait TOUJOURS prendre des notes ! en lisant ton extrait, je ris de bon coeur; c’est typique de ce qui peut être coupé au ciné…!
    Au bout du compte, bien envie de relire le livre !

  5. oui oui, lisez le livre !

  6. Je l’ai vu samedi dernier, sans avoir lu le livre donc je ne peux pas établir de comparaison, j’ai eu un peu de mal au début, je le trouvais un peu trop lent et j’attendais le twist avec impatience. Ne connaissant pas la Amy de Gillian Flyn, j’ai trouvé Rosamund Pike suffisamment convaincante dans le rôle de la manipulatrice froid et complètement tordue!

    • Maintenant que tu sais tout de l’histoire, tu peux lire le livre sereinement et apprécier les formidables personnages imaginés par Gilliam Flynn 🙂

  7. Je suis étonnée et ravie par ton billet parce que c’est exactement ce que j’ai dit à la personne qui m’accompagnait en sortant du film: contrairement à ce qu’on avait pu lire ou entendre, ce n’est pas un grand film de Fincher mais un grand scénario de Flynn, point barre. Fincher ne fait que s’effacer derrière le livre de Gillian Flynn à laquelle revient tout le mérite. J’ai vraiment cru que Fincher (que j’adore) allait s’accaparer le livre et en faire quelque chose de personnel mais il n’a fait qu’un copier-coller agréable à regarder mais sans plus.
    (du coup je vais changer de film pour le billet du jour, j’allais dire exactement pareil ^_^)(à part pour la fin différente promise par certains critiques qui n’ont pas dû lire le livre pour avancer la chose parce que c’est exactement pareil…)

    • Ah tu me rassures car j’ai prêté le livre et ne peux donc pas vérifier la fin. Du coup, je creuse ma mémoire depuis deux jours pour essayer de savoir en quoi la fin du film est différente de celle du livre : ben voilà, je suis contente de constater que j’ai encore quelques neurones en action malgré mon peu de mémoire…

  8. Ton billet et les commentaires me soufflent que ce serait bien d’emprunter ce livre à la bibli !!

    • Oh, mais je comprends donc que tu n’as pas lu ce livre ! Quelle chance tu as d’avoir encore à le découvrir !

  9. Intéressant d’avoir l’avis de quelqu’un qui a lu le livre car pour l’instant je n’ai entendu que des avis très enthousiastes et convaincus de personnes qui croient le scénario surgit tout droit de l’imagination et du talent de David Fincher et équipe.

    • David Fincher a certainement du talent, oui, au moins un peu, mais Gillian Flynn est un génie !

  10. Comme toi, j’ai préféré de loin le livre. Mon visionnage a été gâché par ma mémoire pas tellement de poisson rouge qui fait que je connaissais un peu trop le fil de l’intrigue pour vibrer. Du coup, je ne suis pas sûre d’être très impartiale dans mon billet. Mais c’est vrai qu’il y avait certainement moyen de faire plus et mieux sur la dissection du couple. Fincher s’en sort mieux sur la dénonciation des média.

    • Alors je vois qu’on se rejoint. Je me demande combien de lecteurs de Gillian Flynn seront dithyrambiques sur ce film…

  11. Karine:)

    Je n’avais même pas allumé que c’était ce livre qui était l’inspiration du film. Je pense que je l’ai. Quelque part. du coup, j’ai envie de le lire!

    • Tu passeras un excellent moment, bien meilleur qu’avec le film !

  12. Ester Mod via la page Facebook Tête de lecture

    un roman intelligemment diabolique… et sans aucune longueur 😉

  13. Vio

    Si je comprends bien, il va falloir que je confie à ma mémoire de poisson rouge le soin d’oublier le film avant de lire le livre. Quand on découvre l’histoire au cinéma, il y a un bon suspense. J’ai trouvé le thème du couple présent, même si je crois volontiers qu’il est plus détaillé dans le livre. Globalement le film m’a paru très efficace, mais sans plus. Mais je comprends ta réaction, parce qu’on est toujours un peu déçu par les adaptations de romans qu’on a aimés. Si le cinéaste crée une oeuvre personnelle, on n’y retrouve plus sa lecture. Et quand il fait une adaptation fidèle, cela paraît d’autant plus plat que les adaptations ont tendance à tout raccourcir et simplifier. Peut-être que lire le roman après le film est finalement une bonne chose…

    • Je préfère lire avant, quand c’est possible. Les adaptations réussies, il y en a peu c’est vrai quand on est d’abord lecteur : Le Seigneur des Anneaux est la seule grande réussite qui me vienne à l’esprit. Et parfois bien sûr, on ne sait pas qu’il y a un livre à l’origine… je pense par exemple à tous ces westerns qui ont té adaptés…

  14. J’en retiens qu’il vaut mieux lire le livre.
    David Fincher est pourtant un cinéaste plutôt habile en général…

    • Oui, mais pour qui a lu le livre, il passe après quelqu’un de mille fois plus habile et fin que lui. Alors oui, mille fois oui : lis le livre !

  15. Bonjour Sandrine, si le roman est meilleur, je suis preneuse car bien que le film soit très bien réalisé, ce qu’il raconte m’a déplu. Amy sous les traits très lisses de Rosamund Pike est complètement folle, la fin est amorale. Non, non, et non. Bonne journée.

    • Le livre n’est pas plus moral que le film (et tant mieux !).

  16. J’ai adoré le film, sûrement parce que j’ai lu le livre après l’avoir vu !
    C’est vrai, le film est très fidèle au livre mais le dernier quart du livre évite les invraisemblances qui m’ont un peu gêné au cinéma. Le personnage de Nick est aussi beaucoup plus complexe dans le roman.

    • C’est vraiment très bien que le film donne envie de lire le livre, et encore mieux quand on l’apprécie !

  17. Je suis fan des trois romans de Gillian Flynn, et j’ai vu le film de Fincher pendant les vacances. Je ne l’ai pas trouvé désagréable, mais je partage globalement ton avis. Le livre est infiniment plus subtil que l’adaptation, qui m’a semblé un peu fade, et qui ne rend pas totalement justice au génie de Gillian Flynn. Fincher est très bon lorsqu’il dénonce la frénésie manipulatrice des médias, beaucoup moins lorsqu’il s’attache à disséquer la vie du couple formé par Nick et Amy. Je serais moins sévère que toi concernant le choix des acteurs, mais je reconnais que leur interprétation est un peu en deçà de ce que j’avais imaginé en lisant le roman.

    • Oui voilà : si on n’a pas lu le livre, ça passe plutôt bien, mais si on vient voir l’adaptation alors là, on est nettement en-dessous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *