L’empoisonneuse d’Istanbul de Petros Markaris

L’empoisonneuse d’IstanbulPour le commissaire Charitos et sa femme Adriani, l’annonce du mariage de leur fille unique Katérina n’est pas la joie espérée : la jeune femme a décidé de ne se marier que civilement. Autant dire que c’est une énorme déception pour sa mère, quasi un affront. Pour calmer le jeu, le commissaire propose à sa femme un voyage à Istanbul.

Visites organisées, shopping, hôtel et compagnons de voyage, tout se passe comme prévu jusqu’à ce que Charitos soit sollicité par un compatriote grec à la recherche d’une très vieille femme qui fut sa nourrice. La nonagénaire a quitté la Grèce mais n’est pas encore arrivée en Turquie. Bientôt, il apprend qu’en partant, elle a abandonné le cadavre de son frère empoisonné.

Un mort, deux morts, trois morts : la route de l’empoisonneuse est jalonnée des cadavres de ceux qui ont jadis nui à cette Roum qui semble chercher à se venger. D’autres cependant croisent sa route et s’en portent très bien : elle leur a offert une de ses succulentes tyropita pour les remercier de leurs bontés pour elle, puis s’en est allée. Kostas Charitos, commissaire de police grec en vacances à Istanbul ne parle pas la langue et va devoir s’associer avec la police locale pour courir après l’empoisonneuse d’Istanbul qui malgré son âge avancé semble toujours avoir un train d’avance sur les enquêteurs.

Petros Markaris, écrivain grec d’origine turque prend à l’évidence un grand plaisir à promener son commissaire et son lecteur dans l’immense capitale. Mais attention, pour les chrétiens orthodoxes comme le couple Charitos, c’est Constantinople et non Istanbul. De fait, Markaris a beaucoup à nous apprendre à nous, lecteurs occidentaux, sur les relations greco-turques aujourd’hui. Il y a eu bien sûr beaucoup de Grecs en Turquie, jusqu’à une date assez récente, mais aujourd’hui, les Grecs de Constantinople forment une minorité, les Roums. C’est dans cette communauté spoliée, très restreinte que le commissaire Charitos enquête.

La vie privée du commissaire est une autre réussite de ce roman, c’est elle qui lui donne son ton humoristique. C’est que madame Charitos, c’est quelqu’un !

Après tant d’année de vie commune, je suis incapable de savoir si elle est sincère avec moi ou si elle ne me sert pas de temps à autre un de ses mensonges qu’elle brode avec maestria. Je pense que je ne saurai jamais car, en ce qui concerne Adriani, il est impossible de distinguer le vrai du faux.

Heureusement qu’il a plus de flair et d’intuition dans le cadre de son métier !

L’empoisonneuse d’Istanbul est un roman d’une grande richesse : le lecteur suit avec grand plaisir Charitos à la fois dans son enquête car il veut savoir qui est cette vieille meurtrière et pourquoi elle tue, mais aussi dans son parcours touristique et ses rapports de couple avec Adriani l’enquiquineuse. Mais au-delà, Petros Markaris dresse un tableau de la communauté grecque d’Istanbul de l’intérieur. Ce qui peut nous paraître de prime abord bien lointain devient très intéressant, presque familier à travers cette fiction et ses personnages si réalistes.

Après l’Istanbul d’Orhan Pamuk, cette empoisonneuse est tombée à point.

L'Europe des écrivainsPetros Markaris est l’un des écrivains à l’honneur ce soir pour l’épisode de L’Europe des écrivains consacré à la Grèce.

 

L’empoisonneuse d’Istanbul

Petros Markaris traduit du grec moderne par Caroline Nicolas
Seuil (Seuil Policiers), 2010
ISBN : 978-2-02-099706-5 – 288 pages – 20 €

Palia, Poly Palia, parution en Grèce : 2008

 

..

..

..

..

19 commentaires sur “L’empoisonneuse d’Istanbul de Petros Markaris

  1. C’est une série qui est sur mes tablettes depuis un moment, il faut juste que je trouve le temps.

    • Peut-être que l’émission de ce soir te donnera envie 😉

  2. Tu continues ton tour d’Europe, bravo ! Je n’avais pas de Markaris sous le coude, dommage, mais j’ai lu avec plaisir il y a quelques années un de ses polars (Le Che s’est suicidé)

    • J’ai hésité pour la Grèce, je craignais un aspect social que je ne maîtrise pas du tout, mais j’ai fait un bon choix avec ce polar-là.

  3. Tiens, encore une lecture qui me tente : polar + Istambul + drôle + nouvelle série … Et j’apprécie aussi beaucoup cette émission ! Ma liste s’y allonge à chaque fois, mais tant pis … (c’est un peu comme chez toi, quoi …)

    • J’espère qu’ils continueront : il reste plein de pays à explorer, notamment les pays de l’Est.

  4. moi qui ne m’arrête pas souvent au polar celui-là m’attire!
    dommage pour ma liste!!!! tu sais la fameuse qu’on n’ose même plus regarder

    • Ah oui, formidable liste. J’emmène la mienne souvent quand je vais en bibliothèque, mais ça ne la réduit pas pour autant…

  5. Pour une (rare) fois, j’ai déjà lu un bouquin que tu nous présentes 😉 Et même un tome précédent (Publicité meurtrière, si je me souviens bien) J’adore le commissaire Charitas, sa femme (impayable) et sa bagnole pourrie !

    • Il n’est fait qu’allusion à sa voiture dans cet épisode, puisqu’ils partent en avion. Justement parce que madame ne veut pas faire le trajet de Grèce en Turquie dans la voiture de monsieur 😀 Je comprends donc à ton com’ que madame est très présente aussi dans les épisodes grecs, tant mieux !

  6. Mon ancienne libraire (j’ai déménagé récemment) m’avait fortement conseillé cet auteur. Mais moi, avec mes à priori à la con, je m’étais dis « oh non, une histoire en Grèce, bof… » Mais ton billet est plus que tentateur et je note donc pour un prochain passage à la bibliothèque ! Merci.

    • Il a fallu L’Europe des écrivains sinon je ne l’aurais probablement pas lu.
      Et celui-ci ne se passe pas en Grèce mais en Turquie 😉

      • Oui, j’ai bien lu ton billet et compris que l’histoire se passe en Turquie. Je parlais d’une manière générale à propos de l’auteur (et, soit dit en passant, j’aurais penser la même chose pour la Turquie; je ne suis pas très sud, je le crains… 😉

  7. Bonjour Sandrine, ce titre est dans ma PAL. J’ai découvert Markaris avec Liquidations à la grecque, Le justicier d’Athènes, Pain, amour, liberté et Le Che s’est suicidé avec chaque fois le commissaire Charitos et sa famille et ses collègues et la crise grecque en toile de fond pour les trois premiers. Une vraie réussite. Bonne après-midi.

    • Tu es une fan on dirait ! J’espère que tu as pu voir l’émission, très intéressante comme toujours.

  8. j’ai beaucoup aimé ce roman drôle et tendre et qui met en vedette ce qu’on appelait les grecs d’asie mineure autrefois – ce qui me touche particulièrement pour des raison familiale 🙂 du coup j’ai décidé de continuer avec l’auteur histoire d’en apprendre un peu plus sur la grèce contemporaine, y’a plus qu’à 🙂

    • Tu as vu l’épisode de L’Europe des écrivains qui lui était consacré ? C’est un auteur très engagé.

  9. Cela m’a l’air fort intérressant sur divers points. Je ne connaissais pas du tout cet auteur. Tu me diras, ce n’est pas le seul 🙂

    • Oui, mais grâce aux blogs, o en découvre tous les jours 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *