Houellebecq singe savant

Voilà bien trois semaines qu’on nous rebat les oreilles avec le-dernier-houellebecq. On ne connaissait pas encore le titre que le sujet était déjà chaud bouillant. C’est à l’évidence le livre dont il faut parler pour être dans le coup

Mais où est la littérature ?

Parce qu’on nous dit que Houellebecq est le plus grand auteur français aujourd’hui, le plus traduit, le plus commenté…etc. Autant La possibilité d’une île m’a éblouie, autant La carte et le territoire m’a doucement fait rigoler : c’est ça la littérature française aujourd’hui ?

Alors. La littérature doit-elle être provocante ? Doit-elle parler de sujet d’actualité ?

Si c’est d’industrie du livre dont on parle, la réponse est évidemment oui. Les maisons d’édition, les libraires, les auteurs doivent vendre des livres et ceux qui marchent ce sont ceux qui font scandale. Parlons d’islam, de coucheries présidentielles, exaltons le conservatisme rampant mais bien vivant et ça fera du chiffre.

Houellebecq ne serait-il pas plus un phénomène qu’un écrivain ? Un peu comme le clou du spectacle qu’on sortirait pour prouver que les lettres françaises bougent encore. Un singe savant. Lui qu’on essaie de nous faire passer pour le comble de la provocation…

Savant ou pas, le singe fait peur. Les éditions du Seuil retardent la parution du livre de Régis Jauffret parce qu’il ne veut pas se contenter des miettes de la critique. Attendre que l’orage passe et quand il y aura à nouveau des cacahuètes pour tout le monde, tenter de revenir sur le devant de la scène médiatico-littéraire.

Et c’est ce qui m’agace : l’agitation de quelques journalistes qui couvrent de leur vacarme moutonnier une production riche d’harmonies diverses. Au final, il y aura des livres dont on n’entendra jamais parler parce qu’il faut parler du dernier Houellebecq et tous les autres, TOUS les autres passent après (bon, il y a aussi Virginie Despentes, qui s’y connaît question provoc…).

Ces mêmes journalistes reproduisent sur les supports en ligne de leurs journaux le même blabla castrateur. C’est avéré désormais : le web social vient au secours de tous ceux qui fuient les tendances et privilégient la diversité.

Nous avons la chance d’avoir d’une part, une littérature française riche et éclectique, d’autre part, des éditeurs qui traduisent des auteurs issus d’horizons géographiques multiples. Sachons en profiter.

Voici ma sélection (ouvrages à paraître en janvier et février 2015)

rentrée d'hiver 2015

Je vous souhaite de très belles lectures 2015, riches et variées.

 

..

La maison d’édition Mirobole choisit de nous faire découvrir des auteurs inconnus en France, issus de pays qu’on disait jadis de l’Est. Par le biais ici du roman policier, elle nous invite à lire un roman d’investigation assez traditionnel, si ce n’est que l’enquête est menée par un procureur de…
Ne vous fiez pas à la douceur de cette couverture : Intempérie n’est pas un roman bucolique, il n’y est pas plus question d’averses que de brebis. D’ailleurs, c’est de chèvres qu’il s’agit, c’est dire si la couverture est trompeuse… Le roman s’ouvre sur un enfant caché au fond d’un trou ;…

69 commentaires sur “Houellebecq singe savant

  1. Je comprends ton humeur, mais contrairement à toi, j’ai adoré La carte et le territoire, et j’ai très très envie de lire ce livre, avec le Lovestar et le sandrine collette aussi, entre autres 🙂

    • Eh bien bonne lecture, je lirai tes avis avec plaisir, même pour le Houellebecq 😉

  2. J’en ai justement entendu parler ce matin sur France info pendant mon p’tit dej … Je n’avais pas trop suivi l’actualité ces dernières semaines, et euh une chose et sûre je ne le lirai pas, je m’étais profondément ennuyée en lisant Les particules élémentaires.

    • En matière d’actualité, je ne suis que l’actualité littéraire et je me demande pourquoi on nous sature comme ça…

  3. Il est possible que je m’attaque au dernier Houellebecq, par curiosité (j’ai manqué « La Carte et le territoire », il faudra que je me rattrape de ce côté).

    Pour d’autres ouvrages de cette rentrée de janvier, j’ai déjà commencé sur mon blog, avec le dernier Arnaud Dudek…

    Enfin, Régis Jauffret revient? Bonne nouvelle, j’ouvre l’oeil! « La Ballade de Rykers Island » m’avait épaté l’an passé.

    • Si j’ai bonne mémoire, La ballade de Ryckers Island était aussi un roman bien polémique autour de Dominique Strauss-Kahn… j’avais apprécié Claustria, mais les coucheries et scandales ministériels ne m’attirent pas vraiment…

  4. Le personnage m’insupporte … Je passe tout ce qui le concerne. Meilleurs vœux Sandrine 🙂 bisous

    • C’est vrai qu’il y a des auteurs qu’il vaudrait mieux ne pas connaître, on n’en apprécierait que mieux leur oeuvre…

  5. Je ne supporte déjà plus, alors qu’on n’est que le 5 janvier, et qu’il n’est pas encore sorti, d’entendre parler de ce dernier livre… alors qu’il y en a tant d’autres dont les médias ne parleront pas ! Oui, heureusement qu’il y a les blogs pour lire autre chose !

    • J’ai écrit 90% de ce billet le 21 décembre, alors imagine maintenant… Ce que je reproche aux journalistes officiels c’est ce bruit auquel ils contribuent autour de quelques titres alors qu’ils ont accès à une gigantesque production. Ils devraient être des passeurs, des défricheurs et ne sont bien souvent que des rabâcheurs…

  6. Il vaut mieux lire le livre avant d’en parler , sinon on ne fait qu’entretenir le bruit médiatique dont on nous REBAT les oreilles!

    • C’est de ce bruit qui m’insupporte dont je veux parler dans ce billet…

  7. Je peux dormir sur mes deux oreilles, je ne lis pas Houellebecq et je ne m’y intéresse pas, mais c’est sûr que le petit monde médiatico-germano-pratin ne va parler que de lui. A nous tous les autres … 😉

    • Oui ! On va pouvoir plonger dans cette abondante production tandis qu’ils se noieront dans leur verre d’eau 😀

  8. Je n’ai lu qu’une nouvelle de lui : Lanzarote. Certes, il possède une plume mais ce qui me gêne particulièrement reste les idées qu’il véhicule dans cette oeuvre en particulier, dans d’autres ensuite. On peut reprocher la même chose à Louis-Ferdinand Céline. C’est bien pour cela, que je n’ai toujours fini son Voyage au bout de … l’enfer pour moi (je n’ai pas dépassé la 40ème page tant le style m’indispose). Ensuite, Houellebecq se considère comme légitime pour énoncer tout et n’importe quoi, sous prétexte qu’il a obtenu le Goncourt (sur un livre mineur, soit-dit en passant). Je crois qu’il jouit de cette notoriété factice qui veut qu’on glorifie un temps donné des personnalités comme lui ou Zemour ou Trielweiler, histoire de créer un buzz, mais dans un an, deux ans, qu’en restera-t-il ? Réponse : RIEN ! (parce que le vide n’a jamais été ni formateur ni fondateur)

    • C’est le bruit qu’on fait autour de lui qui légitime ses propos : dès qu’il pète, on dirait que la terre tremble, en tout cas, le gros des journalistes se met à genoux et analyse… mais tout ça, tu as raison, c’est du vent !

      • eh eh eh !!! quelles belles images ! t’as pas prévu d’écrire un livre ? 😉

  9. Brigitte

    Vu et entendu Ali Badou sur Canal+ à l’instant, qui s’est dit dégoûté par le traitement de l’islam dans ce bouquin, et les amalgames au goût du jour, on peut lui faire confiance c’est un fin lettré avant tout ( même s’il n’est qu’un un animateur LOL)

    • Houellebecq nous avait déjà fait son petit topo sur l’islam, « la religion la plus con », et semble-t-il il avait apprécié puisqu’il remet ça…

  10. Monsieur Mozart se réveille : un titre très attirant ! Je le note (et Houellebecq, je m’en contre-fiche, jamais eu envie de lire ce monsieur)

    • Je le chroniquerai certainement sur Mes Imaginaires, le sujet ressemble terriblement à Il est de retour avec Mozart en lieu et place de Hitler (et les deux romans sont dus à des Allemands…).

  11. je n’aime pas ses romans, je ne l’aime pas lui donc je vais faire l’impasse.
    Je comprends ton agacement par l’effet sur médiatisé et qui va laisser dans l’ombre plusieurs livres superbes mais hélas on a ça aussi en septembre, j’ai aimé avec réserve « le royaume » mais il faut dire qu’il a écrasé médiatiquement la rentrée littéraire !
    J’ai lu la chronique d’Assouline et je l’ai trouvé bien faite

    Je viens aussi picorer chez toi des titres d’auteurs hispaniques et sud américains car je suis assez nulle de côté là, lorsqu’on fait du rangement dans un blog on s’aperçoit mieux de ses manques et c’est flagrant, comme je te sais lectrice assidue de ces romans là je vais pas me priver de me nourrir chez toi

    • Le « phénomène » rentrée, c’est bien, ça dynamise le secteur, mais pourquoi se concentrer sur si peu de titres ? Ils sont quand même nombreux les journalistes littéraires… Et j’atteins le comble de l’agacement quand il s’agit de livres qui jouent la provocation, en lieu et place de la littérature.

  12. Je ne le lirai pas, ça c’est certain… Par contre le dernier Agus me tente bien !

    • Je n’ai jamais lu cette auteur, mais la façon dont elle traite la matière historique, à deux vitesses dans cet ouvrage avec une autre auteur, m’intéresse beaucoup.

  13. Alors là, je ne peux que te rejoindre, un coup médiatique pour ce monsieur, et un autre pour madame Despente, il ne manque plus que Angot !!! Et on aura le panorama complet de la littérature française que nos journalistes voudraient nous faire croire « nouvelle ». C’est à se tordre et même pas de rire. Ce microcosme parait bien pauvre et tourne en rond depuis deux décennies (sinon plus, à vérifier ..) autour de ces quelques noms. Alors que … un dernier Chirbes, je jubile, un nouveau Angus, je me précipite. Pour les autres, j’attendrai tes notes « non officielles » mais bien plus riches.

    • ce sont trois auteurs qui ne m’intéressent pas, ou plus. Avant de tomber dans la blogosphère littéraire, j’étais très accro aux critiques, aux revues… je me suis rendu compte depuis qu’ils fermaient plutôt qu’ils n’élargissaient mon horizon de lecture sur quelques titres et quelques auteurs tendance ou de leurs amis… Grâce aux blogs, j’ai découvert des auteurs dont je ne soupçonnais même pas l’existence avant…

  14. Merci pour ton billet : c’est vrai que ce brouhaha autour d’un seul livre est absolument agaçant. Personnellement dans ta sélection je n’ai lu qu’Intempérie, et je t’avoue avoir été écœurée jusqu’à la nausée : il me faut sans doute, en plein hiver, un minimum d’espoir. Et je trouve une certaine facilité chez l’écrivain contemporain (certains) à souvent raconter des atrocités/des abus pour tenter de faire un grand livre. Bref, je vais lire les 4ème de couv des autres livres de ta sélection de ce pas 😉

    • J’ai apprécié Intempérie, je trouve que c’est beau livre sur l’enfance, l’amitié, la douleur, la peur. Bien sûr, ça n’est pas gai, c’est même dur, mais j’aime cette âpreté quand elle est bien menée…

  15. Moi j’ai beaucoup aimé « la tarte et le suppositoire… » de michel Ouellebeurre. Finalement, tu as parlé de son bouquin, donc qui est ce qui a gagné ? 🙂

    • Oui bien sûr, mais je voulais surtout parler de la médiatisation. Et heureusement, je n’ai pas la télé. cependant, dans mon agrégateur de flux j’ai une catégorie « actualité littéraire » dans laquelle apparait au moins 20 fois par jour le look de zombie de Houellebecq et ça m’agace !

  16. Tout à fait d’accord avec toi, ce buzz fait autour de ce livre, c’est « too much » et ça ne me donne pas du tout envie de le lire.

    • Ah Gambadou, c’est parce que tu ne fréquentes pas les diners en ville où il faut cette semaine parler de Houellebecq pour avoir l’air branché ! 😀

      • Zut, j’ai mon groupe littéraire mercredi soir ! Mais bon, on est toute sur la même longueur d’ondes ! 😉 (au pire je regarderai le journal de France 2 demain soir pour faire semblant d’avoir un avis sur la polémique)

  17. Houellebecq me rebute plutôt, ce qu’il écrit ne me tente pas du tout et tout ce battage autour de son livre me le faire fuir encore davantage…
    Par contre j’ai aimé « Mal de Pierre » et « La Comtesse de Ricotta » de Milena Agus que j’ai eu la chance d’entendre parler aux Littératures Européennes Cognac 2013 et son dernier livre me paraît très intéressant…

    • Jusqu’alors elle ne m’avait pas tentée, mais je crois que ce livre, avec ses deux façons d’aborder un fait historique, m’intéressera beaucoup.

  18. Je crois que mon préféré de Milena Agus est « Battement d’ailes », absolument magnifique, et puis elle est un personnage étonnant, j’avais lu un dossier sur elle dans le Magazine littéraire je crois, formidable femme et personne. J’ai lu tous ses livres y compris le Piccolo « Mon voisin », génial.

    • D’après tous les commentaires, il est donc grand temps que je la découvre…

  19. Depuis quelques années, je me fais un point d’honneur à ne plus le lire, ayant été fort déçue.

    • J’ai surtout aimé La possibilité d’une île, le reste beaucoup moins.

  20. Je n’ai jamais lu Houellebecq, donc je n’ai pas de véritable avis, mais le personnage médiatique m’agace. J’aime justement les blogs pour leurs diversités et tous les auteurs qu’ils me font découvrir ! Bonne année à toi aussi, riches en lectures et en bonnes surprises 🙂

    • Eh bien sans Houellebecq, je te souhaite bien sûr une excellente année !

  21. Le « phénomène H. », autrement dit le singe savant me laisse de marbre. J’ai lu les deux premiers, depuis je passe… sans m’attarder. Enfin, ce qu’il fait est peut-être bien, je n’en sais rien et comme les sirènes médiatiques me donnent envie de me boucher les oreilles, c’est le genre d’auteur que je lis quand la baudruche est enfin dégonflée.
    En attendant, je relis un Yourcenar en me pourléchant les babines 🙂

    • Je suis comme toi : quand on parle trop d’un livre, même si à la base j’ai envie de le lire, ça me lasse et j’attends que la tempête s’apaise. En retournant aux classiques pourquoi pas, chose que je ne fait pas assez…

  22. Sophie Delaunay via la page Facebook Tête de lecture

    C’est très simple: il suffit de le lire, comme je le fais moi-même depuis son premier roman. « Parler » de Houellebecq, en effet, on s’en fout…La « littérature » se lit, avant de se commenter.

  23. Oui. Je ne le lis ps, je n’en parle pas. Je passe.

  24. Comme ça c’est dit. Je partage complètement ton avis. De toutes façons je n’ai jamais réussi à lire cet auteur. J’attends la sortie du livre de Sandrine Colette avec impatience. Sur le rivage m’interpelle aussi à voir, à lire. Une bonne et heureuse année à toi et bonnes lectures

    • Il y a de bien belles choses à paraitre en cette rentrée, je te souhaite donc une bonne année de lecture.

  25. Je reviens sur ce forum que j’apprécie : Milena Agus est vraiment une auteure à faire connaître. Elle est surprenante, elle écrit très bien et surtout elle n’hésite pas à choquer, à provoquer sans confronter (ce que ne sait pas faire H). Elle crée des univers improbables, des situations ubuesques. Vraiment sa plume est intelligente et maîtrisée. Quand le requin dort m’a marquée.

    • Je vais la découvrir cette année, il ne sera que temps…

  26. Voilà un bel article ! Un arbre qui cache une forêt de livres ! Même sur le web je n’arrive pas à échapper à ce « phénomène ». Houellebecq est un des auteurs les mieux payés en a-valoir en France, et pas forcément celui qui vent le plus !

    • j’aime bien le « qui vent le plus » : un lapsus révélateur : Houellebecq = du vent !

  27. keisha

    Jamais lu ce monsieur, mais difficile de l’éviter ces jours ci (même la NR s’est fendue d’un article). je continue tranquillement à lire mon Dictionnaire amoureux de l’opéra (plus de 1000 pages) un bouquin sur les indiens -terres d’Amérique-, et un truc léger. Alors tu vois, Houellebecq!^_^ Ceci étant j’ai lu Le Royaume et j’ai bien aimé; qu’on parle d’un livre , pourquoi pas, après on a le droit de lire ou pas.
    Sinon, celui avec Mozart dans le titre, comme Anne, ça m’attire..;

    • Aujourd’hui, j’espère pour Houellebecq qu’il est bien planqué…

      • kesiha

        Une des conséquences de l’actualité chargée c’est qu’on ne parle plus de Monsieur H.
        Je viens de voir sur internet qu’il y a encore du nouveau sur Paris…

  28. Tout ce tapage autour de Houellebecq ont tendance, comme toi, à me le faire considérer davantage comme un phénomène de foire que comme un véritable écrivain.
    Du coup, je ne l’ai jamais lu, et j’en ai encore moins envie aujourd’hui.
    Sinon, merci pour ta liste, je vois que Chirbes a sorti un nouveau titre, voilà qui me paraît bien plus intéressant que la parution du dernier Houellebecq…

    • Chirbes, en voilà un écrivain discret mais qui suscite toujours l’enthousiasme de ses lecteurs !

  29. Houellebecq, c’est un peu comme Nabila: on se contrefiche de ce qu’il a à dire et de la manière dont il le dit parce qu’il fait vendre dès qu’il apparaît quelque part et c’est tout ce qui compte…

    • Excellent, excellent ! Houellebecq et Nabila dans le même sac à vent médiatique !

  30. plus ça va, moins j’ai envie de le lire 🙂

  31. Syl.

    Je n’ai toujours pas lu Houellebecq. J’ai un de ses titres sur l’une de mes étagères à prendre la poussière. Le personnage me déplaît, alors…
    Bonne Année Ys !

    • J’ai parfois moi aussi du mal à oublier les auteurs avant de lire leurs livres… Bonne année aussi, avec plein de beaux livres !

  32. Moi non plus je n’ai pas envie de le lire. Et pourtant, je risque de céder au sirènes des médias… Merci de mettre en avant la diversité et bonne année de lecture !

  33. Génial, nous n’avons pas du tout la même sélection 😉

    • Et quelque chose me dit que toi non plus, tu n’as pas choisi Houellebecq 🙂

  34. Entièrement d’accord avec toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *