Prends garde de Agus et Castellina

Prends gardePrends garde propose deux textes qui se présentent tête-bêche : celui de Milena Agus est le roman, celui de Luciana Castellina, l’histoire, ou plutôt le contexte. J’ai commencé ma lecture par ce dernier car l’histoire des Pouilles au sortir de la Seconde Guerre mondiale m’était tout à fait inconnue.

Le 3 septembre 1943, l’armistice est signé entre l’Italie et les Alliés, presque en catimini. Hier alliés, les Allemands deviennent les ennemis sans que les soldats italiens en soient immédiatement informés. On imagine la confusion qui put en résulter. Les combattants rentrent chez eux, pour certains, le sud de l’Italie est l’une des premières régions libérées. Avec la dissolution du parti fasciste et plus tard la mort de Mussolini, le changement est en marche : du jour au lendemain, le fasciste se fait anti-fasciste et vive la liberté… Mais le paysan des Pouilles, plus exactement l’ouvrier agricole, attend du changement, d’autant plus que le vent communiste souffle un air nouveau : la fin du fascisme entrainera la fin des propriétaires terriens. Mais rien ne vient : les ouvriers agricoles vivent dans une misère totale et les propriétaires terriens continuent de s’enrichir.

La révolte gronde parmi les plus pauvres, les manifestations se multiplient, elles sont parfois violentes. Ainsi en ce 7 mars 1946 à Andria, petite ville semblable à tant d’autres, où les gens se sont réunis pour assister à un meeting. Il y a là des milliers d’ouvriers agricoles, qui se vendent tous les matins pour du travail, au moindre offrant. Un coup de feu éclate, personne ne sait bien d’où, on dit qu’il vient du palais des soeurs Porro. Aussitôt, la haine se cristallise contre cette brochette de vieilles filles propriétaires terriens depuis des générations : l’incarnation même de l’exploiteur. Deux d’entre elles seront frappées et assassinées par la foule.

De ces sœurs, l’Histoire ne sait rien d’intime ni de personnel, aussi Milena Agus dessine-t-elle un possible portrait de ces femmes recluses, ignorantes du monde, de leurs propres affaires, enfermées dans leurs traditions et leurs croyances. La guerre ne les a même pas effleurées. Pour les sœurs Porro, il y a des pauvres qui ont faim et des riches qui possèdent des terres, cela est et sera, tel est l’ordre de leur monde : « d’aimables demoiselles se consacrant à leurs bonnes œuvres« , élevées pour être distinguées, ne riant que rarement et jamais sans mettre la main devant leur bouche. C’est ainsi que Milena Agus imagine cette fratrie et on se prend à imaginer un livre plus épais qui prendrait en compte les très nombreux protagonistes des faits racontés par Luciana Castellina qui elle, n’évoque que peu les victimes. L’historienne s’intéresse en effet au peuple tout entier, à la destinée collective d’une classe sociale plus qu’aux individus qui la forment. Elle effleure mille vies, nombreuses sont celles qui pourraient donner lieu à des romans.

Au final, que les sœurs Porro de Milena Agus sont celles qui permettent aujourd’hui au lecteur de lever le voile sur une certaine classe sociale, à une certaine époque. Même si elles n’ont pas existé telles que la romancière les décrit, elles permettent ce que l’étude historique s’interdit : le sentiment, le détail, la psychologie. En quelle mesure ces victimes sont-elles coupables, d’une part bien malgré elles d’appartenir à la caste des propriétaires terriens, d’autre part de se tenir sciemment à l’écart du monde ? Nées de la fiction, cette question et bien d’autres ouvrent la réflexion historique.

 

Prends garde

Luciana Castellina traduite par Marguerite Pozzoli et Milena Augs traduite par Marianne Faurobert
Liana Levi, 2015
ISBN  : 978-2-86746-752-3 – 168 pages au total – 17 €

Guardati dalla mia fame, parution en Italie : 2014

 

..

..

..

..

27 commentaires sur “Prends garde de Agus et Castellina

  1. J’avais été un peu déçue par le dernier roman de Milena Agus, La comtesse de Ricotta. Je ne suis pas sûre de lire celui-ci bien que l’exercice et le côté historique semblent intéressants.

    • Sandrine

      Je la découvre avec ce livre. Le roman est surtout une longue nouvelle qui m’a bien plu, je la trouve assez acerbe et pointue dans les détails. Je pense bien lire d’autres romans.

  2. je ne me souviens pas du roman que j’ai lu de Milena Agus , de plus je n’ai pas de chronique à son propos donc je ne sais plus si j’ai aimé ou non. Je trouve très séduisante l’idée de ce livre. je le note.

    • Sandrine

      On dirait qu’elle ne t’a pas beaucoup marquée… Moi à la limite, j’aurais aimé une troisième partie où elles expliqueraient comment elles ont travaillé l’Histoire ensemble…

  3. Ce livre me fait de l’oeil, avec son aspect recto-verso et ses deux points de vue… Je le garde présent à l’esprit.
    Sinon, j’ai tenté le premier Milena Agus, Mémoires de pierres, mais pas accroché. Je lui donnerai donc une deuxième chance !

    • Sandrine

      Ce texte-là était vraiment trop court pour que je me fasse une idée, je lirai probablement d’autres de ses textes. Ici, ce qui m’intéressait c’était plus l’aspect essai historique vs roman historique. C’est pourquoi, comme je le dis à Luocine, j’aurais finalement bien aimé une troisième partie qui synthétise la démarche…

  4. un échange il y a quelques jours avec un libraire qui me disait grand bien de ce livre, le côté historique m’intéresse mais je trouve le sujet traité en peu de pages quand même non ?

    • Sandrine

      Oui, c’est un peu court pour moi aussi : elles en disent trop ou pas assez. Après, chacun est libre de pousser plus loin la recherche sur le sujet, et on peut dire qu’elles ouvrent l’intérêt pour une époque et un lieu assez méconnus.

  5. Milena Agus c’est sympa au début mais de livre en livre c’est toujours la même chose … Une auteure qui m’a déçue mais je reconnais que celui-ci a l’air intéressant !

    • Sandrine

      Je ne suis pas encore lassée 😉

  6. il est dans ma liste d’envies, j’aime bien l’idée!

    • Sandrine

      Toi qui es sensible au style, je serais curieuse de connaître ton avis car celui de Milena Agus ici m’a semblé assez plat…

  7. Je ne le lirais sans doute pas mais bon bloganniversaire !

    • Sandrine

      Merci ! Je n’ai pas fait de billet ici, j’ai relié cet anniversaire sur Facebook, mais tout le monde n’y est pas…

  8. Je l’ai noté dès sa parution, car j’aime bien Agus et je connais mal l’Italie de l’après guerre.

    • Sandrine

      Je crois que l’histoire de l’Italie pendant toute la guerre, de 1939 à 1945 n’est pas très connue chez nous, en tout cas pas enseignée. C’est pourquoi j’ai commencé ma lecture par la partie historique, que j’ai encore étoffée de recherches sur internet sur le sujet.

  9. De Milena Agus, que j’ai eu le plaisir d’entendre aux Littératures Européennes Cognac 2013, j’ai lu Mal de pierre et La comtesse de Ricotta que j’ai bien aimés.
    Ce livre me tente notamment pour les deux voix qui s’y font entendre…

    • Sandrine

      Décidément, il y a vraiment du beau monde à ces Littératures de Cognac !

  10. Peu de pages : parfait !
    Milena Agus : re-parfait ! C’est quand même la seule qui arrive à me choquer et franchement j’adore cela !
    Donc, je vais tenter de lire ce livre. Bises

    • Sandrine

      A choquer ? Avec quel titre ?

      • Quand le requin dort ! Mieux que Cinquante nuances de grec, si tu vois ce que je veux dire : mais là, j’en ai trop dit)

        • Cinquante nuances de grey (je sens que je vais me faire des amis chez les copains helléniques)

          • Sandrine

            Ça pourrait être sympa aussi 🙂

        • Sandrine

          Pas trop mon genre, dommage, je croyais plus que c’était un engagement politique ou social…

  11. J’avoue que je suis tentée surtout grâce au nom de Milena Agus… et pour l’Italie bien sûr !

    • Sandrine

      Je crois qu’elle a fidélisé pas mal de lecteurs. Je la découvre ici et je pense que je lirai d’autres de ses romans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *