Le loup et le lion de Denis Lépée

Le Loup et le lionLe 23 décembre 1588 est un de ces grands jours de l’Histoire de France, ce jour funeste pour certains, libérateur pour d’autres où le roi de France Henri III fit assassiner le chef de la Ligue. L’assassinat du duc de Guise, c’est le thème choisi par Denis Lépée pour ce roman historique qui marie parfaitement fiction et Histoire. L’assassinat eut lieu au château royal de Blois, mais l’histoire racontée dans Le loup et le lion commence en Auvergne un an et demi auparavant.

Gabriel de Lespéron a alors dix-huit ans. Il se morfond dans la seigneurie de son père, un homme secret qui ne lui a jamais rien dit de sa vie passée ni même de celle qui fut sa femme, morte en donnant naissance à Gabriel. A la faveur d’une visite de son oncle, le jeune homme découvre la gravité de la situation dans le royaume de France tiraillé entre l’Angleterre protestante et la domination espagnole. Qui sera le successeur désigné du roi Henri III, dernier roi Valois sans héritier ? Le duc de Guise chef des ultra-catholiques ou Henri de Navarre le protestant ?

Depuis des années déjà les guerres de religion ensanglantent régulièrement le royaume. Jusque dans la paisible Auvergne, protestants et catholiques s’affrontent, obligeant Gabriel à défendre un fugitif contre trois assaillants. S’inscrivant en faux contre l’inertie paternelle, Gabriel part pour Paris. Sa route croise celle de deux jeunes gens agressés par des bandits : il leur vient en aide et découvre qu’il s’agit des enfants du duc de Guise, François et Marie.

Dès lors, c’est l’aventure avec un grand A qui attend le jeune Auvergnat dont le destin se trouve confondu avec celui des plus grands du royaume. Devenu garde du corps grâce à ses talents de bretteur, il côtoie l’ombre et la lumière, de Côme Ruggieri à Michel de Montaigne, se tient tout près du duc de Guise et rencontre même le roi. Car Gabriel a choisi son camp, celui des ultra-catholiques de la Ligue et contre la politique de tolérance royale. Ce qui s’avère d’ailleurs assez étonnant dans un roman historique aujourd’hui, les jeunes héros n’endossant généralement pas le parti des intolérants. Gabriel lui ira jusqu’au bout de son fanatisme, très loin dans la vengeance.

Denis Lépée nous introduit ainsi au plus près des Guise c’est-à-dire des alliances, complots et autres stratégies de pouvoir visant à déstabiliser le tiède Henri III et d’éliminer la menace protestante. Priorité à l’Histoire qui fournit au jeune Gabriel son comptant d’aventure et de combats. La fiction s’invite aussi dans Le loup et le lion grâce à quelques ajustements de dates et quelques personnages de fiction que l’auteur prend soin de spécifier. Peut-être est-ce là qu’il faut trouver la raison de l’absence de chronologie des événements qui pourrait être utile à tout lecteur curieux mais un peu oublieux des guerres de religion.

Le parti pris est original et le plaisir au rendez-vous : à l’instar de Gabriel de Lespéron, le lecteur est saisi par le vent de l’Histoire, introduit en haut lieu dans les secrets des Grands, là où le pouvoir se paie au prix du sang.

Denis Lépée sur Tête de lecture

.

Le loup et le lion

Denis Lépée
Plon, 2015
ISBN : 978-2-259-22814-5 – 399 pages – 21,90 €

..

..

..

..

13 commentaires sur “Le loup et le lion de Denis Lépée

  1. J’adore les polars historiques et celui-ci a tout pour me plaire, je le note !

    • Sandrine

      Ce n’est pas un roman policier : il n’y a pas d’enquête et d’ailleurs, on connait déjà la fin 😉 Mais c’est un bon roman historique.

  2. Intéressant …. J’adore les romans historiques et c’est une période qui est peu traitée ( surtout comme tu le soulignes, du côté des méchants !). Le début de ton résumé laisse quand même penser que l’intrigue repose sur un certain nombre de hasards (les enfants de Guise sauvés des brigands …). mais tu as noté à lire, donc, c’est que ça doit passer ?

    • Sandrine

      Je me suis dit ça aussi au début… Mais imagine le gars qui part vivre l’aventure à Paris, qui n’entre jamais dans la capitale et se fait berger dans le Larzac : ça donne un autre livre, non ? Le romanesque a besoin de hasards, surtout dans les romans d’aventure comme celui-là…

      • C’est sûr ! Le Larzac, à l’époque, c’est moins aventureux que Paris … (quoique … un bon roman pourrait nous transformer cela !) Et si ça passe , ce peut être du bon roman d’aventure . C’est juste que depuis « Les enfants de Paris » de Willocks, je me méfie un peu de la cascade de hasards, là j’avais l’overdose !

  3. une période qui fut effrayante par bien des côtés et pour laquelle il y a peu de romans historiques je note celui là

    • Sandrine

      Il y a aussi La guerre des trois Henri (3 volumes) de Jean d’Aillon (série Olivier Hauteville), très bon romancier historique (romans policiers historiques), jamais chroniqué ici, misère…

      • OK, Sandrine, je me rends !!! Je note tout … je prends trois années sans solde, je relis Druon (au lieu de revoir bêtement la série des rois maudits, ma tasse de thé du soir d’hiver …) ; mais pourquoi faire autre chose que de lire ? merci pour tous tes conseils.

  4. Une jolie façon de faire entrer un peu d’Histoire dans nos têtes, je note

    • Sandrine

      Oui, et cette période-là s’y prête vraiment, pas besoin de beaucoup de fiction tant elle est riche en événements. Cette lecture m’a donné envie de relire La reine Margot, mais je ne prends jamais le temps de relire, c’est dommage…

  5. Déjà je ne suis pas fan des romans historiques et puis.. je viens d’en lire un qui m’a fatiguée , et puis j’aurais envie de « bisounours » , tout tendres.. bref je crois que je ne vais pas lire ce roman. Mais j’ai lu avec grande attention ce que tu en dis.

  6. je ne sais pas trop si mon commentaire est passé, je disais en gros que j’ai lu attentivement ton billet et les commentaires mais que je ne lirai pas un roman historique sur une période que je déteste et qui me fait penser à la violence islamisante d’aujourd’hui.

    • Sandrine

      Les fanatismes d’hier peuvent parfois aider à comprendre ceux d’aujourd’hui… A l’inverse de toi, cette période de l’Histoire m’intéresse beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *