Sur les ossements des morts d’Olga Tokarczuk

Sur les ossements des mortsGrand Pied s’est étouffé avec un os de biche, précisément un os de la biche qu’il venait de tuer. « Bien fait ! » s’exclame Janina Doucheyko sa voisine : cet homme était un assassin, un tueur d’animaux, un braconnier. Avec son autre voisin Matoga, ces trois vieux-là forment toute la population hivernale du village de Luftzug, à quelques pas de la frontière tchèque. Ancienne ingénieure  des Ponts et Chaussées désormais enseignante d’anglais, Janina surveille les maisons de ceux qui ne reviendront que de mai à octobre. Et elle traduit William Blake en compagnie de son ancien élève Dyzio. Dans ce village de montagne, il ne se passe pas grand-chose, jusqu’à la mort de Grand Pied, puis celle du Commandant de police, puis celle du propriétaire de l’élevage de renards…

Ça fait beaucoup de morts en peu de temps pourtant, la police polonaise ne semble pas beaucoup s’en préoccuper. Janina elle a son idée sur la question :  » Et si les meurtriers étaient les animaux« . Pour elle, tous ces hommes sont morts en justes victimes de la vindicte animale. Car ils sont tous chasseurs et tous massacrent la faune des forêts pour leur plaisir sadique. Janina a beau écrire lettres sur lettres aux autorités, elle a beau tempêter et invectiver : rien n’y fait. Les dirigeants polonais se contrefichent du sort de la nature et des animaux, seuls l’argent et l’ascension sociale les préoccupent dans ce pays libéré du communisme.

La tuerie demeure impunie. Et puisqu’elle est impunie, personne n’y prête attention. Et puisque personne n’y prête attention, elle n’existe pas. Quand vous longez des devantures de magasins où sont accrochés les morceaux rouges d’un corps découpé, à quoi pensez-vous ? Vous ne vous posez aucune question, n’est-ce pas ? Et quand vous commandez une brochette ou une côtelette, que croyez-vous qu’on vous serve ? Vous n’y réfléchissez même pas. Le meurtre est devenu une banalité, c’est une activité quotidienne. Et nous la pratiquons tous. Voilà à quoi le monde aurait ressemblé si les camps de concentration étaient devenus la norme. Personne n’y aurait rien vu de mal.

Cette jusqu’au-boutiste de la cause animale passe pour rien moins qu’une vieille folle aux yeux de la population. Sa pratique tout aussi excessive de l’astrologie n’arrange en rien l’avis de ses voisins. Ses lettres à la police ou au maire mêlent légalité et astrologie dans une même rigueur qui ne va pas sans drôlerie : Janina connaît aussi bien la loi que les étoiles et cette méticuleuse procédurière ne se laisse pas faire.

Est-ce ce grain de folie qui met immédiatement le lecteur dans son camp ? Oui jusqu’à un certain point, car elle est la narratrice de Sur les ossements des morts et qu’à l’évidence, la cause animale a plus besoin d’elle que ses chasseurs de voisins. Ni les dirigeants, ni la police ne sont à leur avantage vus par les yeux de Janina qui dénonce leur incurie et agit, elle au moins. Sa folie douce permet au lecteur de prendre ses distances avec ses excès. Elle permet également l’humour. Il est par exemple rassurant, pour quiconque apprend le polonais, de constater que le nom « Świętopełk Świerszczyński » est presque aussi imprononçable par un Polonais que par quiconque…

Au final, Sur les ossements des morts se révèle un roman inconfortable (et donc recommandable) parce qu’aux marges de plusieurs genres (policier et fantastique, au moins) mais aussi parce que loin de tout manichéisme : il n’y a pas d’un côté les méchants chasseurs (quoique) et de l’autre la gentille militante de la cause animale.

 

Sur les ossements des morts

Olga Tokarczuk traduite du polonais par Margot Carlier
Noir sur Blanc, 2012
ISBN : 978-2-88250-260-5 – 298 pages – 22 €

Prowadż swój pług przez kości umarlych, parution en Pologne : 2010

 

..

29 commentaires sur “Sur les ossements des morts d’Olga Tokarczuk

  1. ohoh ce que tu en dis m’intéresse ! Noté mais il n’est pas à la biblio…

    • Sandrine

      Les auteur polonais n’encombrent pas les rayons de nos bibliothèques…

  2. Il m’attend dans ma pal, un extrait que tu avais cité sur fb m’avait accroché et à te lire, ça pourrait me plaire 🙂

    • Sandrine

      Elle sera au Salon du Livre, qui sera peut-être l’occasion de mettre l’accent sur les auteurs polonais (à moins que le Brésil ne monopolise les médias…).

      • ce serait dommage, je crois bien que je n’ai jamais lu de roman polonais…

  3. Toujours rien à la bibli, pfff! Sont nuls en polonais.
    Mais j’avais aimé Les pérégrins, assez étonnant et curieux (je recommande!)

    • Sandrine

      Tout ce que je lis en ce moment sur la Pologne (en littérature, en histoire, sur l’actualité), je me suis dit que j’en ferais bien matière à une prochaine formation, tout en me disant qu’il n’y aurait certainement pas beaucoup de demandeurs (j’ai déjà du mal avec mes hispano-américains…). Et puis finalement, j’en ai parlé à Arras où les bibliothécaires m’ont dit avoir une forte population d’origine polonaise (comme dans beaucoup de départements du nord de la France), et vu l’incurie des bibliothèques en la matière, je me dis que ce n’est peut-être pas une mauvaise idée…

      • Pour le nord, oui c’est vrai. Pourtant c’est une littérature à connaître.

  4. Un roman inconfortable ? Juste pour essayer, alors.

    • Sandrine

      Bonne découverte !

  5. Je suis tentée et comme les autres, ma bibliothèque ne l’a pas.

    • Sandrine

      Ah la la… J’espère qu’un magazine ou journal bien en vue va publier un bel article sur la littérature polonaise à l’occasion du Salon du Livre, histoire de faire bouger un peu les choses et de donner envie. Ceci dit, bien que je surveille pas mal le secteur, je n’ai pas vu énormément de traductions prévues à l’occasion…

  6. je ferai un billet dans quelques jours
    j’ai beaucoup aimé ce roman à la limite du fantastique et tout à fait hors sentiers battus

    • Sandrine

      …et qui donne vraiment envie de découvrir plus encore l’oeuvre de l’auteur.

  7. L’inconfortable m’attire, mais la couverture me rebute tellement …

    • Sandrine

      Elle est bizarre, c’est certain, mais le bizarre m’attire !

  8. Je crois que je vais m’arrêter à la couverture, elle est un peu flippante!!

    • Sandrine

      Oui : les éditions Noir sur Blanc proposent des couvertures très travaillées.

  9. Je l’ai sans doute vu passer sur un blog, la couverture me dit quelque chose…

    • Sandrine

      Elle est de celles qu’on n’oublie pas…

  10. C’est ce qui m’avait frappé à la lecture de ce roman : on navigue entre plusieurs genres, sans pouvoir définir auquel il se rattache vraiment. L’atmosphère aussi, en est très étrange, avec ce froid et cette grisaille permanents, qui plongent l’héroïne elle-même dans une forme de découragement, parfois.
    C’est une bonne idée que de promouvoir la littérature polonaise, que je ne connais pas du tout (je n’ai lu que ce titre)…

    • Sandrine

      J’espère trouver aussi des titres où tout n’est pas aussi sinistre et gris… On se représente souvent la Pologne comme un pays gris et triste, c’est un peu l’Histoire qui veut ça je pense. J’espère donc que les éditeurs français, par leurs choix de traductions, me permettront de trouver des titres qui contrecarrent cette vision-là : la Pologne est un pays jeune et dynamique, un très beau pays. J’ai aussi envie de me frotter à l’humour polonais…

  11. je vais m’éloigner de mon ordi , j’aurais plus de mal à mettre des commentaires mais , je me laisserai tout autant tenter par les lectures des blogueuses et blogueurs.

    • Sandrine

      Oh, mais ne reste pas éloignée trop longtemps !

  12. Je comptais lire Les pérégrins pour le challenge UE/Pologne – titre repéré chez Keisha, mais je pourrais hésiter avec celui que tu as lu… Cette auteure a l’air très intéressante.

    • Sandrine

      Un challenge autour de la littérature européenne, ça pourrait m’intéresser ça, je vais suivre…

  13. Je rejoins Ingannmic ( comme souvent), et je crois, comme toi, que le côté « inconfortable », n’est dû qu’au mélange des genres …. ce qui n’est pas gênant, en fait, l’intrigue se suivant très facilement. Moi, j’ai adoré l’héroïne, Janina, et ses lettres à l’administration … J’en lirai bien d’autres de cette auteure. Pour la littérature polonaise, je n’y connais pas grand chose, je vais te suivre pour découvrir.

    • Sandrine

      Tout ne sera pas littérature, il y aura aussi des témoignages (historiques). J’espère faire de belles découvertes au Salon du livre.

  14. Inconfortable ? tentant ! je le note bien que je sois certaine de ne pas le trouver à la bibliothèque, trop récent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *