La maison biscornue d’Agatha Christie

La maison biscornueParfois vient le moment où l’on se dit qu’un petit Agatha Christie pourrait faire du bien. Entendons « petit » au sens affectif car dame Agatha est grande, bien sûr. Et là, le dilemme : lire ou relire ? Décortiquer une fois de plus Le meurtre de Roger Ackroyd ou Les dix petits nègres pour le plaisir de comprendre comment fonctionne la machinerie narrative ? Choisir un titre presque au hasard, tout en sachant qu’on a probablement déjà lu les meilleurs ? En privilégiant la nouveauté, je n’ai pas été déçue par La maison biscornue.

Tout est très traditionnel. Charles, le narrateur, est tombé amoureux de Sophia Leonidès. Quand il rentre de mission pour le Foreign Office après la guerre, il lui renouvelle sa flamme et la jeune femme lui présente sa famille. Le riche grand-père d’origine grecque règne sur trois générations de Leonidès dans sa maison biscornue d’un lointain faubourg de Londres. Sa belle-sœur Edith, sœur célibataire de sa défunte épouse ; ses deux fils, Roger et Philip et leurs femmes respectives, et les trois enfants de Philip : Sophia, Eustace et Josephine ; et surtout la seconde et très jeune épouse du grand-père : Brenda a cinquante ans de moins qu’Aristide et d’aucuns la soupçonnent de fricoter avec le jeune précepteur des petits-enfants. Sophia pourtant affirme que tout le monde cohabite au mieux, car l’aïeul, loin d’être un tyran, utilise sa fortune pour venir en aide aux siens. Pourtant, pourtant, voilà qu’on le retrouve mort, empoisonné…

Et parce que son père travaille à Scotland Yard, Charles va prendre une place importante aux côtés de l’inspecteur principal Taverner chargé de l’enquête. En tant que nouveau fiancé, il est introduit dans la famille et porte sur chacun de ses membres un regard neuf. De surcroit, il est assisté d’une apprentie détective aussi étrange que perspicace : Josephine, la soeur de Sophia, est une enfant douée et intuitive qui passe son temps à écouter aux portes et en sait donc beaucoup sur les querelles familiales qui doivent rester inavouées. Charles doit-il s’en faire une alliée ?

Charles enquête, interroge, découvre de petits secrets et de bons motifs d’assassinat chez à peu près chaque membre de la famille. Mais il ne va pas assez vite car un deuxième crime a lieu : la bonne est morte empoisonnée en buvant le chocolat destiné à la petite Josephine…

On sait qu’Agatha Christie a voulu prendre à rebrousse-poil dans certains de ses romans les lois du genre policier pour mieux les enfreindre. Il faut que le lecteur soit surpris par l’assassin, qu’il ne soupçonne pas une minute son identité pour des raisons pratiques, morales, physiques, littéraires… que sais-je encore. Il en va de même pour La maison biscornue qui se termine sur l’inattendu. Roman mineur s’il en est, il est tout de même très bien troussé. Et la fin est… surprenante !

Agatha Christie sur Tête de lecture

 

La maison biscornue

Agatha Christie traduite de l’anglais par Michel Le Houbie
LGF (Le Livre de poche), mars 2010
ISBN : 978-2-253-03337-0 – 188 pages – 5,20 €

Crooked House, parution en Grande -Bretagne : 1949

 

..

38 commentaires sur “La maison biscornue d’Agatha Christie

  1. justement je l’ai lu il y a un bon bout de temps et je n’ai toujours pas oublié cette fin surprenante.

    • Sandrine

      J’oublie toujours les fins de romans policiers. D’un côté, c’est inquiétant pour l’état de mes neurones, mais d’un autre, ça me permet de relire ceux que j’ai lus avec plaisir avec les mêmes dispositions.
      Mais curieusement, ça ne fonctionne pas avec les romans d’Agatha Christie, en tout cas pas ceux qui travaillent justement la matière policière et bluffent le lecteur quant à l’identité du meurtrier. Il y a donc bien des chances que celui-là me reste aussi.

  2. Je ne connais pas ce roman mais à vous lire j’en déduis qu’un roman mineur d’un bon écrivain, place néanmoins la barre assez haut pour qu’on s’en régale. Est-ce dans leurs « petits » bouquins qu’on repère les grands écrivains ?

    • Sandrine

      Ce titre-là est « mineur » pour Agatha Christie, mais pour ma part, je le préfère à d’autres avec Hercule Poirot qui me semblent moins élaborés. Je ne sais pas pourquoi ce titre est moins connu… je ne peux malheureusement pas ici en commentaire échafauder des explications liées à la fin du roman, mais peut-être est-ce là qu’on peut les trouver…

  3. Je ne l’ai pas trouvé mineur du tout 🙂 pour moi c’est un des meilleurs d’Agatha et la fin je l’ai trouvé terrible et osée. Non?

    • Sandrine

      Tu as raison : mineur n’est pas le bon mot, disons qu’il est méconnu. Pour ma part, je n’en avais pas entendu parler, c’est au détour d’un commentaire Facebook que je l’ai découvert.
      Et bien sûr, la fin est terriblement surprenant, osée oui, c’est peut-être pourquoi ce roman n’est pas assez mis en avant…

  4. Valeriane Petit via la page Facebook Tête de lecture

    Un bon souvenir… Mais je ne me souviens plus de l’histoire…. Ca fait tellement longtemps 🙂

  5. Et voilà comment on ferre ses lectrices le dimanche matin ! 😉

    • Sandrine

      Ah, tant mieux ! Il y a là de quoi éclaircir le temps le plus maussade !

  6. je n’ai pas relu Agatha Christie depuis très longtemps, elle fait partie des auteures qui m’ont fait me détacher des romans policiers. Tout le monde aimait autour de moi, j’ai fini par dire « moi aussi » sans être du tout convaincue , je la supporte quand elle n’utilise pas Hercule Poirot qui m’énerve au plus haut point. Il faudrait que j’en relise un .. pou voir si je retrouve mon agacement face à ses personnages tellement convenus que je ne comprends toujours pas comment on peut accepter de croire que de tels personnages puissent exister.

    • Sandrine

      Ce roman-ci est lui aussi très traditionnel dans la société qu’il décrit : les personnages, leurs rapports, leur mode de vie. Il y a des archétypes chez Agatha Christie et si on ne les apprécie pas, j’imagine qu’il n’est pas tentant de les retrouver d’un livre à l’autre. Cependant, sans en dire trop, la fin va à l’encontre de… comment dirais-je… les bonnes manières prônées par la bonne société bourgeoise qui peuple les romans d’Agatha Christie.
      Et moi non plus je ne supporte pas Poirot, moins encore depuis que j’ai vu certaines adaptations, je crois.

  7. Il me reste à le découvrir.

  8. Ce roman mérite lecture. La fin a suscité un scandale à l’époque parait-il…

    • Sandrine

      Vrai ? Ça ne m’étonne pas : elle pouvait bousculer les conventions quand elle voulait dame Agatha !

  9. À lire bientôt et j’avoue préféré les titres  »indépendants » de série de dame Christie. Peut-être est-ce du au fait d’avoir lu trop d’enquêtes de Hercule Poirot et de Miss Marple qui sont devenues de plus en plus semblables :a à longue.

    • Sandrine

      Je viens d’aller vérifier : Hercule Poirot est présent dans Le crime de l’Orient Express et Le meurtre de Roger Ackroyd, à mes yeux parmi les meilleurs avec Dix petits nègres. Eh bien j’avais complètement zappé Poirot dans ces deux titres tellement ce qui compte le plus à mes yeux, c’est la maîtrise narrative…

  10. Je ne connaissais pas du tout ce titre!

    • Sandrine

      Ravie de te le faire découvrir et j’espère te donner envie d’y mettre le nez : plaisir court mais assuré !

  11. Je suis sure de l’avoir déjà lu mais je ne m’en souviens plus. Je suis sure aussi que je le relirai. Comme toi, parfois le besoin d’une lecture qu’on sait simple mais efficace se fait sentir. Et dans ces cas là, je me tourne facilement vers dame Agatha. Qui me déçoit rarement.

    • Sandrine

      J’aimerais prendre plus de temps de relire, mais il y a tellement de livres tentants qui sortent que je privilégie bien trop la nouveauté…

  12. Alors, alors, avec le mois anglais qui se profile, un « petit » Agatha Christie, comme tu dis, ça tombe à point nommé! je ne connais pas ce titre, mais cette fin surprenante m’intrigue!

    • Sandrine

      Oui, je crois bien qu’on a tous ici suffisamment chauffé le sujet pour qu’il soit bien attirant 🙂

  13. Syl.

    Je suis TOUJOURS surprise ! Parfois je vois venir Conan Doyle mais elle, jamais. Pour le mois anglais, j’en ai quelques uns que je vais sortir.

    • Sandrine

      Moi aussi, toujours, avec elle ou avec n’importe qui : je ne cherche pas, je me laisser porter et surprendre. Si bien que si je comprends avant la fin, c’est soit que le romancier le veut, soit que c’est un très mauvais livre…

  14. Un de mes préférés; la fin est géniale ! Je l’ai aussi en version « drama », un régal.

    • Sandrine

      Parfois, les adaptations sont tellement british qu’elles peuvent agacer. Mais si tu me dis que celle-ci est bien, je te fais confiance.

  15. Moins connu que les titres que tu cites en début d’articles, je l’avais trouvé très très bon, surprenant comme tu l’écris. Un des titres que je conseille assez facilement pour permettre aux copains de sortir des titres les plus connus.

    • Sandrine

      Ce qui est étonnant c’est que ceux qui l’ont lu l’apprécie mais qu’il reste quand même assez peu connu…

  16. Bonsoir Sandrine, tu m’as donné envie de relire ce roman, rien que pour la fin surprenante. Je ne m’en rappelle plus du tout. Bonne soirée.

    • Sandrine

      Ah, je suis contente de constater que d’autres que moi oublient la fin des romans policiers 😉

  17. Je ne me lasserai jamais d’Agatha Christie. Justement je viens de relire un Hercule Poirot. Celui-ci en effet je ne le connaissais pas. Je le lirai assurément !

    • Sandrine

      Figure-toi que je suis en train de relire un Ruth Rendell. Son décès la rappelle à l’actualité et mes excellents souvenirs de lecture me reviennent en mémoire : j’ai choisi un titre qui m’a beaucoup plu il y a près de 25 ans, et je me régale à nouveau !

  18. Mon collègue a entrepris de lire les Agatha Christie, il est très enthousiaste et me donne envie de les relire !

    • Sandrine

      Surtout que quand on croit qu’il n’y a plus d’Agatha Christie, il y en a encore ! Cette femme a vraiment beaucoup écrit…

  19. Je suis une grande fan de Mme Agatha Christie et je n’ai jamais été encore déçue. Je ne connais pas celui-ci et le note !

    • Sandrine

      Je suis certaine que tu ne seras pas déçue non plus !

  20. enfin lu! et bien apprécié! la fin est en effet surprenante (moins que prévu, puisque j’étais bien prévenue …) Elle me rappelle d’ailleurs un autre roman mais je ne sais pas plus lequel. Mémoire, ô mémoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *