Juste avant l’Oubli d’Alice Zeniter

Juste avant l'oubliElle est thésarde, lui est infirmier. Couple improbable ? Si Emilie et Franck ne semblent pas fréquenter les mêmes sphères, c’est qu’elle a lâché son poste de professeur pour enfin tenter de réaliser son rêve : écrire une thèse sur Galwin Donnell, le grand auteur de romans policiers mort en 1985. Non au bébé, oui à la thèse. Franck l’a un peu mauvaise, après huit ans de couple, mais il l’aime son Emilie, au point de la rejoindre sur l’île de Mirhalay, Nouvelles Hébrides. C’est là que pendant une semaine se tiennent les journées d’études internationales sur Galwin Donnell. Cette année c’est Emilie, résidente depuis trois mois sur l’île, qui se charge de l’organisation. Elle doit elle-même faire une communication sur les figures féminines dans l’œuvre du maître.

Franck rejoint donc Emilie qu’il n’a pas vue depuis trois mois. Ils ne sont pas seuls sur l’île abandonnée, puisqu’une clique d’universitaires vient assister aux journées. Dont le très séduisant professeur Stafford. Tous ont hâte de se gargariser de concepts et de théories. Les causes de la mort de Galwin, curieusement, ne font pas recette. Suicide, accepte-t-on depuis quarante ans. Pourtant, le corps de l’illustre écrivain n’a jamais été retrouvé. Juste sa veste au pied d’un rocher.

Si vous ajoutez à ce panel un gardien de l’île hirsute et caractériel, vous voilà avec tous les ingrédients d’un roman noir. Sûr qu’un de ces universitaires va se retrouver avec un couteau planté entre les omoplates dans la cuisine… ou étranglé dans le petit salon…

Juste avant l’Oubli oscille entre pastiche littéraire et drame sentimental. Franck est très amoureux d’Emilie, il est prêt à bien des sacrifices pour elle, ou plutôt il est prêt à endosser le rôle du sacrifié. Elle ne semble intéressée qu’à sa thèse, c’est-à-dire à Galwin Donnell, ce mort si encombrant. Entre Emilie et Franck il y a Donnell, et Franck était prêt à l’accepter jusqu’à ce séjour sur l’île où il comprend que le fantôme de Donnell ne va pas seul : il implique toute une smala d’universitaires, des dîners, des conférences, bref, une culture et un mode de vie qui ne sont pas faits pour lui, infirmier à Bichat. Emilie n’est pas faite pour lui.

Drame sentimental, d’une terrible banalité, vu depuis un Franck sans grand intérêt. Le plus original se situe dans la restitution d’une ambiance de roman noir, dans l’invention d’un auteur de polars, de sa vie et de sa carrière. Chacun croit savoir, chacun interprète, et surtout tous méprisent l’ex-femme de Donnell, celle qui est à l’origine de son installation sur l’île, loin du monde et des hommes. Elle n’a pas pris soin du grand homme, disent-ils. Elle l’a poussé au suicide, renchérissent-ils en choeur. Mais elle, que dit-elle ? Que tous ces admirateurs qui croient si bien connaître Donnell, l’ont en fait assimilé à son personnage, le détective Adrian Dickinson Carr, addict sexuel. Il ne pouvait pas sortir sans voir dans les yeux de ses fervents lecteurs ce prisme déformant. Pour eux, Galwin Donnell était A.D. Carr, créateur vampirisé par sa créature, annihilé.

Il est dommage que cette intéressante évocation du métier d’écrivain et le brillant pastiche littéraire soient sans cesse court-circuités par les amours de Franck et Emilie dont on se serait aisément passé. Le ressort du suspens appliqué au drame sentimental ne fonctionne pas ici, tant il est évident dès le début qu’ils ne sont pas faits l’un pour l’autre.

 

Juste avant l’Oubli

Alice Zeniter
Flammarion, 2015
ISBN : 978-2-0813-3481-6 – 286 pages – 19 €

 

..

Tout commence avec le septuagénaire Peter Els, qui appelle le 911 : sa chienne vient de faire une attaque, elle est morte. La police débarque chez lui et jetant un oeil, découvre son laboratoire de chimiste amateur. On lui envoie la Sécurité intérieure. Puis un matin, de retour de sa…
Écrire un roman sur la sémiologie, avec pour protagonistes Roland Barthes (très brièvement), Philippe Sollers, Umberto Eco, François Mitterrand et même, Valery Giscard d'Estaing ? Voilà qui a tout du défi, surtout s'il relève du genre policier avec courses poursuites (en R16), gros flingues et castration. Oui, castration. Certains ont…

23 commentaires sur “Juste avant l’Oubli d’Alice Zeniter

  1. Clairement pas une de mes priorités de la rentrée !

    • Sandrine

      Il s’est glissé parmi les miennes, par envie de découvrir l’auteur, mais je ne suis pas vraiment convaincue…

  2. Donc loin d’être indispensable.
    J’aime pourtant ce joli titre…

    • Sandrine

      J’ai beaucoup apprécié l’aspect pastiche, vraiment réussi. Mais Alice Zeniter entretient deux chemins dans ce roman dont un, le plus intéressant, finit par se perdre… dommage.

  3. J’ai encore son premier roman dans ma PAL, donc celui-ci attendra largement ..

    • Sandrine

      J’avais noté Sombre dimanche il y a déjà quelque temps, aussi quand j’ai eu la possibilité de lire celui-là, je me suis dit que c’était une occasion de découvrir cette jeune auteur. Finalement, j’aurais peut-être dû rester sur mon premier choix.

  4. comme c’est confortable que des amies et amis fassent pour nous l e tri de rentrée ….. celui-là va pour moi du côté à éviter.

    • Sandrine

      J’ai une catégorie à éviter sur ce blog dans laquelle tombent (très heureusement) peu de livres. Celui-là ne la mérite pas, disons qu’il n’est à mes yeux pas indispensable en cette riche rentrée.

    • ah oui, alors ! c’est bien ! 🙂

  5. J’avais beaucoup aimé Sombre dimanche, son ton mélancolique, ses personnages atypiques. Je crois d’ailleurs qu’il est récemment sorti en poche.
    Pour celui-là, je passe…

    • Sandrine

      C’est donc peut-être chez toi que j’avais noté ce titre. Celui-ci n’est pas mélancolique et les personnages ne sont pas atypiques : je ne sais pas s’il fut te le recommander…

  6. J’aimerais beaucoup le lire même si les avis sont divergents ! 🙂

    • Sandrine

      Je ne doute pas qu’il y en aura de positifs !

  7. Bon, je ne vais pas le lire tout de suite …

    • Sandrine

      …surtout que la rentrée est chargée…

  8. Mouais… ce ne sera pas une priorité !

  9. Ce n’était pas non plus dans ma liste de lectures de rentrée. Pas vraiment de regrets.

    • Sandrine

      De mon côté, cette fameuse liste de rentrée à tendance à beaucoup fluctuer…

  10. J’ai vraiment beaucoup aimé Sombre dimanche, du coup je vais quand même tenter, une femme avertie en vaut deux 😉

    • Sandrine

      Tu as raison, comme ça, si tu le trouves moins bien, je garderai Sombre dimanche dans ma LAL.

  11. Comme Yueyin, j’ai été très touchée par Sombre dimanche, du coup j’ai noté celui-ci, mais il me semble tout de même bien plus léger.

  12. J’avais aimé son roman précédent, Sombre dimanche. Bon, je verrai si je trouve celui-ci…

    • Sandrine

      Alors peut-être seras-tu sensible à celui-là, je ne saurais dire bien sûr s’ils sont différents. Je trouve qu’il y a beaucoup d’idées inexploitées dans ce roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *