Congo Inc de In Koli Jean Bofane

Congo IncIsookanga est un Pygmée, de la tribu des Ekonda. Il est donc petit, noir et Africain. Mais Isookanga veut échapper à tout ce que sa naissance implique de traditions et d’ancêtres. Il veut partir pour Kinshasa, « là où, au moins, on parlait de réseau et d’absence de réseau, de clés USB, d’interfaces compatibles. Là où, au moins, les ombres virtuelles ne faisaient pas peur aux vieillards frileux et rétrogrades qui pouvaient empêcher un jeune homme sérieux d’avancer dans la vie comme il se doit ».

Isookanga vole donc, au nom de la dette coloniale, l’ordinateur portable d’une étudiante blanche et adieu grand-père, le voilà parti pour la capitale. Qui curieusement, n’attend pas après lui. Il n’a d’autre solution que de grossir les rangs des shégués, les enfants des rues, lui le Pygmée de vingt-cinq ans. Au royaume de la débrouille, il s’associe à un Chinois pour vendre de l’eau fraîche, qu’il prétend venue de Suisse. Sa route va croiser celles de nombreux personnages, dont certains très douteux qui tentent de se refaire une identité dans un pays de pauvreté et de compromission. Ainsi le nouveau directeur général de l’office de préservation du parc national de la Salenga est-il un criminel de guerre, immonde boucher désormais en costume qui n’hésiterait pas si besoin à reprendre du service. Jonas Monkaya, ancien catcheur devenu prêtre n’est pas moins avide et abuse dans les grandes largeurs de la naïveté de ses fidèles.

Tous y passent sous la plume mordante d’In Koli Jean Bofane, y compris les Nations Unies et les casques bleus. Si Isookanga dans sa naïveté cherche à « mondialiser », chacun cherche à tirer profit d’un pays au riche potentiel économique, immense réserve de matières premières.

Congo Inc. est un roman désarçonnant à plus d’un titre. On croit d’abord avoir affaire à un roman de type picaresque, avec un jeune ingénu qui part à l’aventure dans le Congo moderne et doit faire preuve de débrouillardise face à l’adversité. Ce Pygmée pragmatique qui n’aime pas la forêt ni les ancêtres ne manque pas de ressource et réussit d’autant plus qu’il ne s’embarrasse pas de scrupules.  Il peut même croire qu’il va réussir. Sauf qu’il y a des requins aux dents bien plus longues que les siennes, de vrais méchants qui ne prêtent pas à rire, pas du tout.

In Koli Jean Bofane saute d’un registre à un autre sans prévenir : on s’amuse de la difficile insertion d’Isookanga à Kinshasa et puis voilà qu’il nous raconte les massacres de populations durant la guerre. Le lecteur ne voit rien venir et le réalisme des scènes est difficilement supportable. Idem pour les scènes de sexe relatives à Shasha, jeune adolescente utilisée comme esclave sexuelle par un casque bleu.

Pour moi qui ne connais que peu l’histoire de ce pays et de l’Afrique en général, Congo Inc. met en scène les tensions entre tradition et modernité tout en soulignant les disparités à l’œuvre dans le pays. On y voit quantité de personnes, hommes d’affaires ou gens de rien, avides d’en exploiter les richesses pour leur profit personnel. Guerre et violence sont omniprésentes, au passé comme au présent, et surtout les bourreaux d’hier sont toujours là.

On achève la lecture franchement secoué, étonné d’un tel mélange de tons et d’un humour pince-sans-rire souvent désespéré, parfois cynique ou tout simplement drôle.

 

Lire le monde iconeCongo Inc. Le testament de Bismark

In Koli Jean Bofane
Actes Sud, 2014
ISBN : 978-2-330-03060-5 – 293 pages – 22 €

..

Le chat de Georges Simenon
Tu peux crever, ma vieille. Voici l'un des messages qu'Émile adresse à sa femme Marguerite, soigneusement plié et expédié d'une pichenette. Depuis longtemps, deux ans, peut-être trois, Émile et Marguerite Boin ne se parlent plus. Il a soixante-treize ans, elle soixante-et-onze et qui sait combien d'années encore à vivre ensemble...…
Les écrivains et la publicité occupent deux univers que tout oppose a priori. Tout en haut il y a la littérature : les mots, les idées, des points de vue sur le monde, des prises de position, du style... et j'en passe. Tout en bas,  la publicité : l'argent, le…

22 commentaires sur “Congo Inc de In Koli Jean Bofane

  1. je suis très intéressée par ce que raconte ce livre, je suis également très ignorante de ce qui s’est passé en Afrique

    • Sandrine

      Wikipedia fera l’affaire. On ne dit ici (en tout cas moi je me dis) que la guerre du Rwanda est loin (dans le temps) et plus loin encore le roi Léopold. Mais en fait, tout ça reste très présent aujourd’hui comme on le comprend à travers cette lecture : c’est la violence de l’Histoire qui a forgé le Congo actuel.

  2. J’ai assisté à une rencontre avec l’auteur, extrêmement instructive. C’est quelqu’un qui laisse une impression forte et je ne suis pas étonnée que son livre secoue.

    • Sandrine

      J’ai trouvé ce livre intéressant et déconcertant. Le mélange abrupte des genres surtout : on passe d’une scène de débrouille dans la rue à une scène de massacres. Il y a un détachement face au tragique qui donne à réfléchir sur notre façon à nous Européens d’envisager le monde…

  3. Un livre aussi dépaysant qu’instructif. (Pour le thème et les changements liés au site, c’est sobre et lisible. Efficace donc. Bon dimanche.)

    • Sandrine

      Oui, j’ai appris. Ce fut aussi l’occasion de me mettre au point pour les deux Congo… pas simple l’histoire de l’Afrique…

  4. Oh il me plaît bien ce livre ! Ça fait longtemps que je comptais lire Mathématiques congolaises du même auteur mais je crois que j’opterais plutôt pour ce roman-ci pour une première incursion dans son univers. Ou je lirai les deux, à voir… 🙂

    • Sandrine

      Lis donc Mathématiques congolaises comme ça je verrai si ça me plait 😉

  5. ça m’a l’air d’être un roman fort intéressant. Je vais voir s’il est sorti en poche

    • Sandrine

      Pour l’instant, seul son roman précédent, Mathématiques congolaises est disponible en poche, chez Babel.

  6. Ce livre, grâce à ton commentaire me tente beaucoup, mais le ne figure pas sur le listing de la bibli !

    • Sandrine

      Il faut que les bibliothèques elles aussi varient leurs horizons littéraires 🙂

      • Il s’agit de la bibliothèque départementale de prêt et je crois que leur fond est très varié. Je vais en parler à la bibliothécaire du village

  7. Ah oui, le mélange des genres a l’air assez étonnant. Je ne connaissais pas mais je note sans hésiter. Publié en 2014? Comment est-ce que j’ai pu passer à côté?

    • Sandrine

      Parce que trop de livres sont publiés… Celui-là a quand même reçu beaucoup de prix : Grand Prix du Roman Métis 2014, Prix de l’Algue d’or (prix du public) 2015, Prix littéraire des bibliothèques de la Ville de Bruxelles 2015, prix Coup de cœur Transfuge/Meet 2015, Prix des 5 continents de la Francophonie 2015.

  8. Il a l’air intéressant mais probablement trop dur pour moi 🙂 brrrrr

    • Sandrine

      Il y a des scènes vraiment horribles. D’autant plus fortes qu’on ne les attend pas…

  9. J’avais lu Johnny Chien Méchant d’Emmanuel Dongala, sur le conflit au Congo, qui n’épargne pas non plus le lecteur. Par contre, j’avais trouvé le traitement du sujet trop caricatural.
    Je note ce titre, plus pour ce que tu en dis sur le forme que sur le fond..

    • Sandrine

      J’ai aussi prévu de lire Emmanuel Dongala, avec le roman que tu cites justement… je le croyais plus fin que ça…

  10. Je le note sans urgence pour 2075 🙂
    Le Papou

    • Sandrine

      Perso, j’aurai 106 ans : haut les coeurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *