Promenez-vous dans les bois de Ruth Ware

Promenez -vous dans les boisLeonora, narratrice de Promenez-vous dans les bois, est écrivain de polars, célibataire et solitaire. Elle chérit d’ailleurs sa solitude plus que tout. Alors pourquoi accepte-t-elle de se rendre à l’enterrement de vie de jeune fille de Clare, amie d’enfance mais perdue de vue ? Parce que Flo, l’organisatrice insiste beaucoup peut-être, certainement aussi parce que Nora décide elle aussi d’y aller. Elles n’auraient pas dû.

L’ambiance est pourrie dès le départ, les invités n’ayant pas réussi à s’esquiver peu nombreux. Pourtant Clare est le type même de fille populaire, très belle, bonne copine. Mais Leonora reste obsédée par les souvenirs ravivés par Clare : alors âgée de seize ans, son histoire d’amour avec un certain James s’est terminée très tragiquement et elle ne s’en est jamais remise. Alors quand Clare lui annonce, que son futur mari n’est autre que James, c’est le poids du passé qui écrase Nora.

J’avais envie d’un suspens, d’un terrible suspens capable de me tenir enchaînée à un livre. J’aurais pourtant dû me méfier de ce titre-là, qui bien sûr rappelle un des pires slashers qui soit, un français (qu’on n’y voie bien sûr aucun lien de cause à effet…) : Promenons-nous dans les bois de Lionel Delplanque.

Car Promenez-vous dans les bois n’est pas le suspens annoncé et je suis assez déçue. Le roman voudrait s’affranchir de certains codes qu’il utilise mais n’y parvient pas. Les six protagonistes se retrouvent assemblés dans une maison au fond des bois. Dans les faits ils ne sont pas adolescents, mais dans leur souci constant de leur look et de leurs amours, ils le sont. Et ils se font une séance de ouija, quoiqu’à contrecœur. Pour couronner le tout, un superbe fusil est accroché au-dessus de la cheminée, chargé à blanc. Et vous devinez quoi ? Ce sera l’arme du crime. Sans blague. Quelqu’un l’a chargé avec de vraies balles. Non ? Si. Incroyable…

La tension tient sur deux faits essentiels qui restent longtemps inconnus du lecteur : que s’est-il passé dix ans auparavant quand Nora et James ont rompu ? Pourquoi Nora a-t-elle été invitée à cet enterrement de vie de jeune fille alors qu’elle n’a pas vu Clare depuis plusieurs années et qu’elle n’est même pas conviée au mariage ?

Le problème est que je me suis peu à peu désintéressée de ces questions. J’aurais même abandonné Nora à son sort sans trop de regret. Elle n’est pas crédible en écrivain, ni même en amoureuse souffrante depuis dix ans. On ne ressent pas le magnétisme de Clare et les autres personnages ne sont guère plus consistants. Ils s’ennuient pendant ce week-end, et le lecteur avec. Or pour s’accrocher à un suspens, il faut au moins se préoccuper un peu du sort des personnages. Ou alors il faut qu’ils soient un peu troublants, voire pervers… mais ceux-ci sont prévisibles comme la météo d’hier. On peut même aller jusqu’à dire que Leonora tourne gourdasse à force de s’entêter à ne rien comprendre de ce qui lui arrive.

Bref : zéro empathie + rien de troublant = une lectrice déçue. Qui va se regarder un bon petit slasher pour avoir enfin sa dose d’émotions !

.

Promenez-vous dans les bois… pendant que vous êtes encore en vie

Ruth Ware traduite de l’anglais par Séverine Quelet
Fleuve Editions, 2016
ISBN : 978-2265099364 – 384 pages – 20,90 €

In A Dark, Dark Wood, parution en Grande-Bretagne : 2015

 

..

..

..

..

31 commentaires sur “Promenez-vous dans les bois de Ruth Ware

  1. J’ai été déçue moi aussi par ce roman – d’ailleurs, je crois bien que je ne l’ai même pas commenté sur mon blog.

    • Sandrine

      J’ai eu envie de le chroniquer quand même car j’étais vraiment trop déçue… d’autant plus que j’ai dû lire deux ou trois chroniques très positives…

      • Pareil, j’avais aussi lu de bonnes chroniques ! Des goût et des couleurs…

  2. Mouais bof. Et puis Nora/leonora, c’est la même je suppose, là déjà mon neurone est grillé…
    Sinon je te signale l’excellent Promenons nous dans les bois de Bryson, une rando dans les Appalaches, où on s’amuse fort! (non fiction of course)

    • Sandrine

      Ah, c’est plus « compliqué » que ça car quand elle était ado, cette Leonora se faisait appeler Lee par le beau James. Si tu es mieux réveillée à cette heure, tu auras compris qu’il existe donc trois façons de désigner cette personne et si tu as déjà lu des bouquins dans ce genre-là, ben tu sais que ce n’est pas innocent. Et donc quand le truc sur son prénom arrive, c’est à peu près aussi discret qu’un nez de clown et la gourdasse ne s’en rend pas compte…

  3. le « teaser » de ton article m’a fait bien rire 😀 rien que pour ça je suis ravie d’avoir lu ton billet même si toi, tu n’es pas ravie d’avoir lu ce livre 🙂

    • Sandrine

      Il en sort quelque chose de positif, c’est toujours ça 😉

  4. J’ai été aussi assez déçue par cette lecture ^^

    • Sandrine

      Bon, ça fait trois… me demande bien où j’ai lu quelque chose qui me donnait envie de lire ce livre…

  5. Eh bien voilà qui m’arrange, tu fais le tri ! D’accord avec Keisha, plutôt Bill Bryson !

    • Sandrine

      J’ai noté ce Bryson depuis longtemps, grâce à Keisha bien sûr qui nous vante ses mérites depuis longtemps !

      • je l’ai lu depuis un moment. Et j’ai, qui m’attend encore, de Bryson, « Motel blues »

  6. Merci de faire le tri pour nous ; je n’aurais pas refusé un bon petit thriller pour l’été, mais là, non merci !

    • Sandrine

      J’en ai lu d’autres depuis parce que quand même, je ne pouvais pas rester sur cette déception. Donc roman policier historique à venir et aussi roman noir (plus certainement romanS noirS parce que j’ai été sevrée trop longtemps !).

  7. Ouch ! Ça fait mal.
    Le Papou

    • Sandrine

      Je trouve qu’il faut dire les choses telles qu’elles sont. Dire qu’on nous vend souvent des copies laborieuses au prix du dernier chef d’oeuvre du genre. Eh bien ça n’est pas vrai, ce livre-là ne vaut vraiment pas grand-chose, ça n’est même pas une bonne histoire alors autant l’exprimer et expliquer pourquoi, je trouve…

  8. J’aime bien ton accroche. Je me demande si j’ai déjà aimé un titre de chez fleuve noir.

    • Sandrine

      Oh moi je sais bien que si ! Ce sont les éditions Fleuve maintenant et ils ont une nouvelle collection (en tout cas un nouveau nom, le concept est assez similaire à ce qui s’est déjà fait) : outrefleuve. Alors si tu n’es pas réfractaire à l’étrange et si tu cherches un très bon suspens pour l’été, je te conseille Le Camp de Christophe Nicolas.

  9. Ça tombe bien , pas trop envie de polar en ce moment …

    • Sandrine

      Ah ben zut, j’en ai encore quelques-uns à chroniquer… mais tous meilleurs que celui-ci 🙂

  10. 🙂 satisfaction égoïste : un livre à ne PAS noter! 🙂 Bonne fin de semaine!

    • Sandrine

      Parfois, je fais de mauvais choix… mais ça ne va pas durer ! 🙂

  11. Je rejoins Violette ! Un livre à ne PAS noter, youpi !!

    • Sandrine

      J’espère ne pas en avoir trop à ne pas conseiller car je préfère quand même les bons romans 🙂

  12. Je passe mon tour, ça ne me donne pas du tout envie.

    • Sandrine

      A bientôt quand même 😉

  13. Merci pour cette critique, je sais que si j’ai envie d’un thriller, je ne me tournerai pas vers celui-ci ^^ J’imagine tout à fait l’intrigue bateau et peu consistante.

    • Sandrine

      Un peu genre film d’horreur raté : même pas peur !

  14. Euh… à la lecture de ce billet le résultat est le suivant : zéro envie et une lectrice qui va se regarder une bonne petite série 😉

    • Sandrine

      Voilà en effet un livre qui donne envie de faire autre chose que de lire… J’ai eu une méchante période où j’ai aussi abandonné pas mal de livres en cours, mais à présent je crois que j’en suis sortie 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *