La vie quand elle était à nous de Marian Izaguirre

La vie quand elle était à nousVous avez certainement déjà lu des romans sur l’Espagne franquiste. Mais des romans comme La vie quand elle était à nous, je ne pense pas. Oui il y a la police, la censure, l’immobilisme, la délation, mais au centre de ce roman il y a surtout une librairie, des livres et des lecteurs.

Trois fils narratifs, tous rapidement liés, forment l’intrigue de ce roman qui se déroule pour l’essentiel dans les années 50. L’histoire principale est celle d’un couple de libraires, Lola et Matías. Lui, jadis éditeur, a eu de gros problèmes après la guerre. Ils gèrent une toute petite boutique de livres d’occasion, dans une rue peu passante de Madrid. Alice pourtant passe un jour par là. Cinquantenaire, elle a suivi Matías, est entrée et a déposé un livre parmi ceux exposés. Elle recommencera, abandonnant dans la boutique des livres en anglais qu’elle vient ensuite achetés. Car Alice est anglaise. C’est d’ailleurs pourquoi Lola accepte de lui lire le roman que Matías a placé en vitrine : La Fille aux cheveux de lin. C’est le premier livre qu’Alice a secrètement déposé parmi les autres, mais Lola ne le sait pas.

Rose est la narratrice du roman qu’Alice et Lola lisent ensemble. C’est une jeune anglaise, fille illégitime d’un duc, placée dans une famille normande pendant son enfance. Puis elle est accueillie par lord Ferguson à Deauville où sa vie devient plus aisée. Elle se lie d’amitié avec sa cousine Sarah et se sent très proche de Frances, sa tante si excentrique. La Première Guerre mondiale ne bouleverse guère sa vie, et c’est après à Paris pendant les Années Folles qu’elle s’épanouit. Grande période de libération pour les femmes à laquelle elle participe à coeur perdu. Elle fréquente tous les lieux à la mode sans souci d’argent ni d’avenir.

Quel contraste avec la vie morose de Lola et Matías. Eux n’ont que leur amour, indéfectible depuis quinze ans même si l’Espagne franquiste ne les considère pas comme mariés (Matías étant divorcé de sa première femme). Ils ont aussi les livres, leur seule ressource, leur bouée de sauvetage.

Le lecteur ne cesse de s’interroger : pourquoi Alice a-t-elle déposé le livre à la librairie ? Pourquoi se le fait-elle lire par Lola ? Quels liens entre elle et Rose, narratrice de La Fille aux cheveux de lin ? Quand l’identité de Rose devient évidente, c’est à elle que le lecteur s’attache, à sa vie mouvementée entre Londres, Paris et l’Espagne. L’enfant abandonnée est devenue une jeune femme désirable, jouissive qui profite de l’émulation intellectuelle qui suit la Grande Guerre. Des bohèmes, des artistes, de riches désœuvrés s’adonnant aux plaisirs de la vie : sa jeunesse insouciante laisse cependant entrevoir de nombreux drames à venir.

Autour de Lola et Alice, la librairie forme comme un cocon : pendant qu’elles lisent, le monde poursuit sa course avec la dictature, la mort, les jalousies. Elles se retrouvent et partagent une fiction qui les rapproche, fait d’elles des amies. Deux femmes riches, de souvenirs pour l’une et d’espoirs pour l’autre. Qui font écho à Rose et Frances qui s’épanouissent en une période propice à l’art et aux divertissements. Sous les amis de Rose, on devine certains poètes, peintres et intellectuels de l’époque, d’Hemingway à Scott Fitzgerald. Ils fréquentent Ladurée et les clubs de jazz dans une même insouciance de la vie. Une légèreté qui viendra se fracasser sur la guerre d’Espagne.

C’est un plaisir de lire ces deux intrigues et de cheminer avec de beaux personnages dans deux époques différentes, quasi deux mondes qui s’ignorent, Lola et Matías formant l’antithèse de Rose et Frances. Avec en toile de fond l’amour et la littérature mais jamais sur un mode mièvre ou convenu. La lecture est ici partage, connivence, joie et surtout fenêtre sur le monde.

.

La vie quand elle était à nous

Marian Izaguirre traduite de l’espagnol par Séverine Rosset
Albin Michel, 2015
ISBN : 978-2-22631934-0 – 397 pages – 21,50 €

La vida cuando era nuetra, parution en Espagne : 2013

..

12 commentaires sur “La vie quand elle était à nous de Marian Izaguirre

  1. Je l’avais repéré, ce livre, et ton avis me confirme que je pourrais aimer.

    • Sandrine

      Moi aussi je pense que tu pourrais aimer 😉

  2. Contrairement à Kathel, je ne l’avais pas du tout remarqué ; il est très tentant.

    • Sandrine

      Ce roman a eu un lancement bizarre en France : il est sorti à la rentrée 2015, en octobre je crois, mais avait été envoyé bien avant à des blogueurs, genre en février/mars. Il avait alors plutôt plu, mais en octobre, il était certainement sorti de la tête des gens qui en lisant les billets avaient été attirés… du coup, au moment de la sortie effective, il est passé relativement inaperçu, et c’est dommage.

  3. Un beau billet qui donne envie de lire ce livre !
    et j’aime beaucoup la nouvelle présentation de ton blog

    • Sandrine

      Ah merci ! J’ai surtout changé la page d’accueil, mais sur l’ensemble du blog, je suis passée du bleu facebook à ce vert moins dur je trouve finalement. Avec quelques couleurs pastel ici et là… j’ai bidouillé un peu de code, ça me prend toujours du temps car ce n’est pas ma partie, mais j’aime bien 😉

  4. Quel plaisir de retrouver la blogosphère après une belle navigation . Je note ce roman que tu décris si bien.

    • Sandrine

      Un roman qui devrait plaire en club de lecture 😉

  5. Aaah tu sembles avoir mis la main sur une petite pépite espagnole ! Ton billet donne bien envie de lire ce roman en tout cas.

    • Sandrine

      Un roman sur les livres et la lecture, c’est toujours tentants pour nous, dévoreurs de livres. Et celui-là n’est pas juste un feel good book : il y a un contexte historique très intéressant.

  6. Il me le faut !

    • Sandrine

      C’est ce que je me suis dit aussi quand j’ai lu le résumé 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *