Le sens de la famille de A.M. Homes

Le sens de la familleAmy M. Homes est âgée de trente-et-un ans quand ses parents adoptifs lui apprennent que sa mère biologique cherche à entrer en contact avec elle. Elle sait depuis toujours qu’elle a été adoptée, mais ignore qui sont ses parents. Le sens de la famille est le récit autobiographique de l’ouragan déchaîné à l’annonce de cette nouvelle : A.M. Homes est déjà une écrivain reconnue mais s’ouvre alors pour elle une période intense de quête identitaire.

Dans un premier temps Amy tient les rênes de la relation puisqu’elle ne fait qu’entrer en contact téléphonique avec Ellen, sa mère biologique. Mais bientôt, celle-ci devine qui elle est et où elle vit. Elle vient à sa rencontre au cours d’une séance de dédicaces. Amy n’apprécie pas cette femme intrusive, expansive et possessive. Elle la trouve superficielle, très loin d’elle et de ses parents adoptifs.

A plus de trente ans, Amy apprend son histoire : alors qu’elle était encore mineure, sa mère a entamé une relation avec Norman, un homme marié et déjà père de famille. Leur relation a duré sept ans et il a plusieurs fois promis de l’épouser et de venir vivre avec elle. Mais il n’a jamais quitté sa femme, même pas quand Ellen lui a annoncé sa grossesse. Agée de vingt-deux ans, la jeune femme démunie décide d’abandonner son bébé. Amy pose beaucoup de questions à Ellen et elle finit par rencontrer son père biologique, Norman. Qui accepte de la rencontrer et lui demande de faire un test ADN pour prouver leur filiation. Il prétend qu’Ellen était une coureuse…

Amy reconstruit l’histoire de ses parents grâce à ces deux versions du passé qui ne concordent pas toujours. Elle ne parvient cependant pas à lier avec eux une relation durable car elle est à l’évidence déçue. Quand sa mère meurt, elle prend plus encore conscience de ce qu’elle ignore d’elle et de tous ses ancêtres. Elle se plonge alors à corps perdu dans la généalogie, essayant de reconstruire des vies à partir de traces avalées par l’Histoire.

Quel enfant ou adolescent ne s’est pas un jour plu à imaginer sa famille : « et si mes parents n’étaient pas mes parents ? ». A.M. Homes part à la recherche de ses racines biologiques au moment où elle a les moyens de tout entreprendre pour les faire aboutir. C’est une chance. Qui va cependant se heurter à bien des murs, dont le silence de ceux qui pourraient parler. Chacun possède son histoire, sa propre version du passé. Ce qu’Amy comprend c’est qu’il ne suffit pas de rencontrer ses parents pour savoir qui ils sont. Au contraire : les rencontrer, les écouter ne fait que susciter des interrogations. Pourquoi Norman n’a-t-il pas quitté sa femme ? Ellen a-t-elle été abusée par son beau-père ? Questions sur questions qui resteront sans réponse et qui sont comme un canevas pour une romancière comme A.M. Homes. Qui ne gère pourtant pas cette histoire familiale comme un roman mais bien comme un témoignage.

A la douleur de l’enfant abandonnée s’ajoute celle de l’identité multiple : deux mères, deux pères et un nombre exponentiels d’ancêtres effacés par le temps. A.M. Homes les nomme, cherche à les esquisser mais se perd, et nous perd dans ce défilé d’ancêtres qui resteront à jamais insaisissables. Que l’on ait ou non le sens de la famille, c’est le temps et donc la mort qui aura raison des nôtres. Cet amer constat de temps enfui et de vies effacées donne un ton particulièrement grave à ce récit. Le ressentiment de l’auteur ne semble s’apaiser que quand elle devient elle-même mère, à plus de quarante ans, mère célibataire m’a-t-il semblé.

La mine boudeuse de la petite Amy en couverture convient donc parfaitement à ce récit. Elle semble reprocher quelque chose à la vie.

America 2016

Logo America

Le sens de la famille

A.M. Homes traduite de l’anglais par Yoann Gentric
Actes Sud, 2009
ISBN : 978-2-7427-8542-1 – 234 pages – 19,80 €

The Mistress’s Daughter, parution aux Etats-Unis : 2007

..

..

..

..

Pour recevoir chaque dimanche la liste des articles publiés dans la semaine sur Tête de lecture

15 commentaires sur “Le sens de la famille de A.M. Homes

  1. Au festival America? Bravo de nous préparer tout cela, je ne connaissais pas.
    Bon, je ne te demande pas de secrets, mais il se passe quelque chose le vendredi? C’est pour prévoir mon voyage à ce moment. Pour l’instant le site parle du jeudi au dimanche, mais parfois au début il n’y a pas grand chose en journée…

    • Sandrine

      Le festival dure trois jours et je ne doute pas un moment que tu trouveras de quoi rassasier ta curiosité dès le vendredi !

  2. Je l’avais lu à sa sortie. Je me souviens que j’avais beaucoup aimé le début, un peu moins la suite. Mais globalement pas un mauvais souvenir.

    • Sandrine

      Les parties sont différentes en effet, dans leur style notamment. Je trouve que ça participe à la réussite du livre : elle varie les styles et les façons de rendre compte de ses difficultés à appréhender sa famille. C’est une écriture dynamique qui peut aussi déconcerter.

  3. Jusqu’àla moitiéde ton billet je pensais lire ce livre . Mais je crains de ne pas du tout aimer la seconde partie.

    • Sandrine

      Il y en a encore d’autres. En fait, la partie où elle invente la vie de sa mère est la plus littéraire. Il y en a une qui n’est pratiquement faite que de questions et qui traduit très bien son désarroi face à tout ce qu’elle ne saura jamais. Mais ce désarroi ne lui est pas propre : ceux qui ne sont pas adoptés ne savent pas non plus qu’elle fut la jeunesse de leurs parents, ce qu’ils ont ressenti, pourquoi ils ont fait telle ou telle chose. Alors que dire des grands-parents et au-delà que l’on ne connaît souvent que grâce à des photos.
      Ce mélange des styles est étrange c’est vrai, mais le résultat est intéressant.

  4. Comme Luocine, la deuxième partie me fait un peu peur (enfin, peur ! n’exagérons rien, disons pas à la hauteur du reste) même si dans l’ensemble cela semble un témoignage intéressant…

    • Sandrine

      Les styles sont différents, ce qui donne un texte très dynamique. Pour moi, c’est un atout.

  5. La seconde partie me rebute un peu également. A voir si il croise ma route.

    • Sandrine

      J’espère qu’il la croisera et que tu te feras une idée par toi-même.

  6. Je l’avais lu pour le Jury ELLE à sa sortie et je n’avais pas du tout du tout aimé. Aujourd’hui il ne m’en reste presque rien, à part une sensation d’ennui. Je n’ai du coup jamais retenté l’expérience avec cet auteur, peut-être à tort car je crois que ce roman est un peu à part dans sa bibliographie.

    • Sandrine

      Je crois aussi. Elle écrit je crois des romans beaucoup plus drôles…

  7. Pas certaine d’avoir envie de lire ce livre.Je ne sais pourquoi, mais je fuis très souvent les autobiographies

    • Sandrine

      Pour ma part, je relirai cette auteur dans sa veine romanesque qui parait-il est très réussie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *