Hilarion : l’araignée d’Apollon de Christophe Estrada

araignee d'apollonUn deuxième roman, de surcroît deuxième volume d’une série, est un cap périlleux. D’autant plus quand le premier a suscité louanges et enthousiasme. Après Hilarion, l’énigme des fontaines mortes, je l’attendais avec impatience ce nouveau roman policier historique de Christophe Estrada. Malheureusement, je n’ai pas retrouvé le même plaisir de lecture.

Hilarion m’avait plu par sa complexité, son originalité, la vision sociale qu’il nous offrait. Un XVIIIe siècle pré-révolutionnaire, en Provence où l’énigmatique chevalier Hilarion enquêtait sur les turpitudes de l’aristocratie provinciale. Mais L’Araignée d’Apollon nous transporte en 1777 à Versailles, ce qui est d’emblée un mauvais choix, à mes yeux. Il y a déjà longtemps que je suis lasse des romans versaillais, qu’ils soient du Grand Siècle ou du suivant.

Le roi donc, la reine et de prétendues coucheries bien peu royales. Alors qu’on charge Hilarion d’identifier officiellement l’auteur de libelles infamants à l’encontre de la jeune reine, leur auteur présumé est retrouvé pendu dans un grenier. Il s’avère bien vite qu’on l’a aidé à se pendre. Hilarion enquête ; un autre cadavre apparaît ; un certain marquis lui cherche des noises sans qu’on sache pourquoi.

L’intrigue n’est pas prenante. On se fiche bien de savoir qui a écrit sur les amours présumées de Marie-Antoinette et de son beau-frère. L’enjeu peine à soutenir l’attention sur plus de quatre cents pages. Il y a certes des mystères connexes (la réapparition du père détesté d’Hilarion, qu’il a pourtant tué, les amours de Pierre son valet et de la fraîche Toinette, la haine du marquis…) qui auront des liens avec l’intrigue principale mais ils ne sont pas de taille à maintenir l’intérêt.

L’araignée d’Apollon compte un grand nombre de M. de Quelque chose, ministre de ci, M. de Ceci, maître d’hôtel de ça, M. de Truc, premier commis de M. de Bidulle : c’est épuisant. On s’y perd tout aussi facilement que dans les couloirs et recoins de ce glacial château. Sans compter les capitaines des gardes, les Suisses et les frotteurs de parquet. Ça fourmille, mais ça embrouille.

Je ne peux que vous rappeler que Hilarion : l’énigme des fontaines mortes, est un formidable roman policier historique, de très loin un des meilleurs que j’ai lus. Lisez-le. Je serai au rendez-vous du troisième roman de Christophe Estrada, puisqu’Hilarion à la fin de ce second opus quitte le château et n’y reviendra certainement pas.

Christophe Estrada sur Tête de lecture

.

Hilarion : l’araignée d’Apollon

Christophe Estrada
Actes Sud (Actes Noirs), 2016
ISBN : 978-2-330-06629-1 – 436 pages – 23 €

..

Le site de l’Elysée consacre une page aux symboles de la République française. Parmi eux, le 14 juillet dont l'explication est ainsi présentée aux citoyens : « la prise de la Bastille, de l’événement au mythe ». La démarche d’Éric Vuillard est exactement contraire : partant du mythe, il nous plonge au cœur…
Qui était Laëtitia Perrais, cette jeune femme de dix-huit ans tuée en janvier 2011 du côté de Pornic puis découpée en morceaux ? C'est ce que cherche à savoir Ivan Jabloka, historien et sociologue et c'est ce qui distingue sa démarche des habituels livres-enquêtes basés sur des faits divers. Souvent,…

12 commentaires sur “Hilarion : l’araignée d’Apollon de Christophe Estrada

  1. Audrey

    Bonjour,
    C’est grâce à vous que j’ai lu Hilarion, sans savoir que c’était le premier tome d’une série. Et j’ai beaucoup apprécié l’originalité du sujet, l’ampleur des connaissances de l’auteur, les méandres de l’intrigue. Rien à voir avec le tout-venant du roman policier historique qu’on nous sert et qui se vend comme des petits pains. Je ne vous ai jamais remerciée de m’avoir fait lire ce livre, c’est chose faite.
    Et voilà que la semaine dernière, je tombe sur ce roman, ce tome 2 à la librairie. Quelle surprise, quelle joie ! J’achète, je m’y plonge et… quelle déception ! On ne retrouve plus rien de ce qui faisait l’originalité du premier, exactement comme vous le dites. A l’inverse de vous j’apprécie les intrigues qui se passent à la cour, mais celle-ci est si plate, si quelconque. J’attendais bien sûr votre avis avec impatience : il ne m’étonne pas.

    • Sandrine

      J’étais toute prête à l’aimer ce roman tant attendu… Je suis déçue d’être déçue, mais j’espère que Christophe Estrada écrira d’autres romans aussi bons que le premier.
      Merci Audrey de ce commentaire et de votre fidélité.

  2. Ce que tu dis du premier est exactement ce qui m’y a plu, le côté peinture sociale de la province pré révolutionnaire … Si cet aspect disparait dans le second, effectivement, c’est décevant. je pense que je le passerai, du coup, et direct sur le troisième … (ce qui me laisse pas mal de temps pour lire autre chose, et c’est tant mieux)

    • Sandrine

      Il prend le temps d’écrire, c’est vrai. A la fin du livre figure une bibliographie qui suggère des recherches importantes. Je ne suis pas loin de penser qu’il est presque tomber dans le travers de très nombreux romans policiers historiques : privilégier le contexte au détriment de l’intrigue. Le problème ici, c’est que le contexte est loin d’être aussi original que celui du premier tome.
      Bon, je vais chercher d’autres romans policiers historiques à te conseiller 🙂

      • J’ai suivi deux de tes conseils déjà, mais je ne m’en lasse pas ! la preuve, j’ai acheté « 14 juillet » cet après midi.
        En plus, j’ai lu les deux premières pages, ne pouvant résister …. j’étais déjà dedans !
        Pas trouvé « Les possédées » en rayon, mais bon, c’était de la gourmandise … Et puis, j’étais dans un supermarché du livre, que c’est nul ! Cela faisait un moment que je n’y étais pas allée, et là tu comprends pourquoi certains titres de la rentrée dite littéraire ne trouve pas leur place dans les bibliothèque des lecteurs, ils ne sont tout simplement pas présents. par contre les Nothomb et cie, tu en as des tonnes, bien mis en avant ! J’ai sûrement économisé 23 euros en ne trouvant ce deuxième titre ; mais ça m’a quand même énervée, et pourtant, on le sait ! Cela méritait un coup de gueule, tiens !

  3. Enfin, quand je dis deux … c’est plus, mais je voulais dire sur les derniers articles chez moi, et aussi sur le prochain … Bref, je n’ai aucune originalité !

  4. Tu me donnes envie de découvrir cette série.

    • Sandrine

      Il te faudra commencer par le tome 1 pour être tout à fait séduite.

  5. Je suis justement tombée sur ce titre hier après-midi en librairie, et je me demandais ce qu’il valait…
    Bon, je lirai le premier tome, du coup, et pas forcément celui-là (même si j’habite à Versailles)

    • Sandrine

      Habitant Versailles, ça doit quand même changer beaucoup de choses. J’imagine que les Versaillais férus de romans historiques ont beaucoup lu sur le sujet, mais je pense qu’il doit en rester certains toujours à l’affut d’un nouvel opus à décortiquer, soupeser, évaluer…

  6. Bonjour Sandrine, justement je me demandais ce que valait ce nouveau tome car la 4ème de couv ne m’a pas attirée plus que cela. J’avais aussi beaucoup aimé le 1er tome (j’avais suivi tes conseils). Pour résumer, j’attendrai de trouver le 2nd tome en bibli en attendant le 3ème… Bonne fin d’après-midi.

    • Sandrine

      Je serais tout à fait curieuse de lire les billets sur ce tome 2 de lecteurs qui ont comme moi beaucoup apprécié le premier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *