Le vent en parle encore de Michel Jean

le-vent-en-parle-encoreLe vent en parle encore traite d’un sujet quasi ignoré de notre côté de l’Atlantique, celui des pensionnats canadiens pour Amérindiens. Depuis le XIXe siècle et sur sept générations consécutives, le gouvernement canadien a enfermé de force dans ces établissements les enfants des populations autochtones pour mieux les assimiler. Le but était de les dépouiller de leur langue, de leurs coutumes, de leur façon de vivre. Cette assimilation forcée a été confiée aux Eglises catholique et anglicane. Michel Jean illustre ici le sort de quelques-uns d’entre eux, imaginaires mais inspirés de cas trop réels : enfants brimés, frappés, violés… des milliers sont morts de mauvais traitements, de maladies, de manque d’hygiène et d’alimentation. En aucun cas ils n’étaient éduqués pour affronter ensuite la réalité sociale. Au sortir de ces pensionnats, beaucoup ont rejoint la rue, la délinquance et sombré dans l’alcool et la drogue : ils n’avaient plus de repères, plus de place.

Michel Jean suit deux lignes narratives : l’une suit Virginie et Marie, deux jeunes Innues, qui au mois d’août 1936 sont brutalement arrachées à leurs familles encore nomades et conduites au pensionnat de Fort George situé sur une île de la province du Québec ; soixante-dix ans plus tard, une avocate montréalaise est à la recherche de trois Amérindiens qui ont droit à une indemnisation du gouvernement pour avoir vécu dans ce pensionnat.

Audrey Duval, l’avocate, parvient à localiser Marie, très vieille femme vivant désormais très loin de tout et très loin aussi de sa région d’origine. Elle décide d’aller la voir pour l’informer de ses droits et découvre une ivrogne recluse vivant dans la crasse, l’alcool et la solitude. Mais parce qu’elle ressemble à Virginie, Marie commence à lui parler de son enfance comme elle ne l’avait jamais fait.

Le lecteur découvre simultanément à travers l’autre récit les conditions de vie sordides réservées aux enfants et adolescents arrachés à leur famille. Ils sont brimés et humiliés car on cherche à extirper l’Indien en eux. Virginie, plus forte et fière, tente de protéger Marie, la « petite grosse » systématiquement moquée. Bientôt, elle s’attache à Thomas et l’amour naît entre ces deux adolescents. Ils vivent pourtant dans la crainte, car Thomas est régulièrement violé par l’un des curés qui tient Virginie pour une effrontée et entend lui faire payer son arrogance.

Grâce à ces deux histoires simultanées dont Marie est le lien, le lecteur mesure à quel point ces traumatismes ont choqué les populations autochtones au point de les empêcher de mener une vie normale ensuite, une fois adultes. Pour oublier les sévices, Marie se noie dans l’alcool et sera incapable bien sûr de s’assimiler.

Le vent en parle encore est un livre révoltant de bout en bout. Avec Audrey, on ne peut que s’interroger : « comment un peuple qui lutte contre l’assimilation a-t-il pu tenter d’en assimiler un autre ?« , de surcroit de façon aussi autoritaire et violente. Il a clairement une valeur documentaire : j’ai personnellement beaucoup appris et constaté suite à quelques recherches parallèles sur le net que l’auteur n’avait en rien exagéré les situations. Je trouve malheureusement son style un peu trop scolaire et regrette le manque d’ampleur et de consistance des personnages. On peut lire par exemple :

Au fond de la cave du grand bâtiment érigé au-dessus des galets, deux jeunes coeurs battent l’un contre l’autre dans l’obscurité.

C’est un peu mièvre, même si les épisodes de bonheur entre Virginie et Thomas sont les bienvenus dans cette histoire sinistre.

Une Commission Vérité et Réconciliation a été créée (comme en Afrique du Sud) et des excuses ont été adressées par le gouvernement canadien aux Amérindiens en 2008. Le rapport de la Commission qui entre autres retrace l’historique de ces pensionnats s’ouvre sur ces mots sans détours :

Pendant plus d’un siècle, les objectifs centraux de la politique autochtone du Canada étaient les suivants : éliminer les gouvernements autochtones, ignorer les droits des Autochtones, mettre fin aux traités conclus et, au moyen d’un processus d’assimilation, faire en sorte que les peuples autochtones cessent d’exister en tant qu’entités légales, sociales, culturelles, religieuses et raciales au Canada. L’établissement et le fonctionnement des pensionnats ont été un élément central de  cette politique, que l’on pourrait qualifier de « génocide culturel ».

Je ne sais comment ils l’ont pris. Je ne sais pas non plus quels sont les relations des Canadiens et des Québécois en particulier avec « leurs » Indiens. Mais un tel roman a le mérite de nous faire découvrir un pan de l’Histoire méconnu. Il nous rappelle que les Américains des États-Unis n’ont pas été les seuls à maltraiter leurs autochtones et que ceux du Canada vivent encore aujourd’hui pour certains dans une grande misère sociale et culturelle.

Merci donc à Karine, une Québécoise aux yeux ouverts qui pense que la littérature peut servir l’entente entre les peuples, merci à elle de m’avoir conseillé ce roman, un certain jour du festival America, à Vincennes, en France !

 

Le vent en parle encore

Michel Jean
Libre Expression, 2013
ISBN : 978-2-7648-0861-0 – 237 pages

..

"Grands détectives" à quatre mains, Le songe de l'astronome donne vie à un nouvel enquêteur, Josef Kassov. Il est capitaine de la garde au château de l'empereur Rodolphe II de Habsbourg (petit-fils de Charles Quint). Et nous voilà transportés en 1601, à Prague alors que sa majesté impériale donne un…
Dans les années quatre-vingt-dix, âgé d'une vingtaine d'années, Erik L'Homme décide de partir avec son frère Yannick et leur ami Jordi. Ensemble, ils vont arpenter le Pakistan à la recherche de l'Homme sauvage, que l'on confond ici, nous dit-il, avec le yeti, cet abominable homme des neiges... Le projet semble…

26 commentaires sur “Le vent en parle encore de Michel Jean

  1. Au moment où ma fille prépare son départ pour Montréal, pour deux ans minimum, il va falloir que je me penche de plus près sur le Canada et son histoire. Cette histoire « d’assimilation » forcée est évoquée chez Nancy Huston et son magnifique « Cantique des plaines ». Je note ce livre aussi.

    • Sandrine

      Je n’ai pas lu ce roman que tu évoques, je me le note aussi du coup. J’ai fait comme toi, mais pour la Corée… et l’aventure se poursuit 😉

  2. Pensionnats évoqués aussi dans « Le chemin des âmes » de Joseph Boyden il me semble. Je le note, mais je déplore à chaque fois la misère de mes bibliothèques en littérature québécoise.

    • Sandrine

      C’est l’unique roman de Boyden que j’ai tenté de lire, et que j’ai arrêté par ennui… il faudrait que je le retente…

  3. Difficile de trouver chez nous des ouvrages de nos cousins d’Outre Atlantique en effet. Tombée en amour pour ce beau pays, merci pour cet avis de lecture 🙂

    • Sandrine

      C’est un pays que je ne connais qu’à travers mes lectures, et quelques films. Un pays et surtout une région d’emblée sympathique, tant ces Québécois sont tous en quelque sorte nos lointains cousins. Ce livre est intéressant car il n’idéalise pas et met le doigt là où ça fait mal. C’est bien que la littérature serve aussi à ça.
      Bienvenue sur ce blog Elisa.

  4. keisha

    Nos amis québecoises en parlent sur leurs blogs, on est donc un peu au courant.

    • Sandrine

      Eh bien j’ai dû les rater car j’ai vraiment découvert le sujet quand Karine m’en a parlé au festival America…

  5. Merci pour cet intéressent retour…

    • Sandrine

      Avec plaisir. C’est un sujet que je pense grandement ignoré chez nous. On parle beaucoup plus de la façon dont les Américains des États-Unis se comportent et se sont comportés avec les Indiens, bien peu des Canadiens et encore moins des Québécois en particulier…

  6. Cela peut aussi nous faire réfléchir sur les dangers de l’assimilation forcée, les bonnes âmes catholiques étaient certainement pétries de bonnes intentions.

    • Sandrine

      Hum, je n’en suis pas sûre… ces « bonnes âmes » souhaitent surtout, au mieux, que tout le monde marche du même pas qu’elles…

  7. Je n’avais en effet pas connaissance de ces pensionnats, intéressant à lire donc!

    • Sandrine

      Heureusement que des romans sont là pour nous informer, même tard, de faits que l’Histoire préfèrerait oublier…

  8. C’est en m’intéressant à l’artiste Inuit Tanya Tagaq que j’ai pris connaissance des nombreux problèmes entre populations indiennes et canadiennes. Le sujet de ce livre ne m’étonne donc pas (et renvoie à ce qui s’est passé avec les Aborigènes en Australie). Cet article écrit suite à la sortie du nouvel album de Tagaq aborde une partie des problèmes (Tagaq a elle-même été dans un de ces pensionnats): http://www.factmag.com/2016/11/08/tanya-tagaq-fighting-for-justice-singing-for-bjork/

    • Sandrine

      Oh, c’est space comme musique ! Je n’ai pas tout écouté parce que là, je suis à l’hôtel, et mes voisins de chambre vont se demander ce que j’écoute… Dans quel état a-t-elle la gorge à la fin ?… Je n’ai pas compris tout l’article, je ne crois pas qu’elle soit connue en France, mais quelle originalité… je ne sais pas non plus si elle représente une musique en particulier, une façon de chanter ou si elle est originale dans son genre… bref, une écoute qui suscite bien des questions et émotions : merci pour cette découverte !

      • Elle n’est pas connue en France, je pense, mais elle a collaboré avec Björk. A la base, elle fait un type de chant de gorge des Inuit, connu sous le nom de katajjaq qu’elle marie avec des sons plus contemporains. Je te renvoie pour un peu plus d’infos et un morceau traditionnel vers: http://mondorama.pointculture.be/les-inuits-musiques-natives-et-modernes/ (je fais un peu de pub pour le site sur lequel je travaille à mon boulot)
        J’ai eu la chance de la voir en concert et c’était tout simplement exceptionnel.

  9. Du même auteur:  »Elle et nous » que je te conseille fortement. 😉

    • Sandrine

      Merci pour ce conseil !

  10. Sur ce sujet des pensionnats et l’assimilation forcée des indiens, il y a aussi « Love médecine » de l’excellente Louise Erdrich, même si je n’avais pas autant accroché à cette lecture que pour d’autres titres de cette auteure. Pour Boyden, tu as tenté ses nouvelles « Là haut vers le nord » ? Elles sont magnifiques et forment une sorte de socle pour les romans qui suivent …

    • Sandrine

      Erdrich et Boyden sont deux pierres d’achoppement pour moi. Mais je les retenterai un jour ou l’autre, je note donc ces titres.

  11. Ce qui pourrait me gêner c’est quand tu écris « ton mièvre »

    • Sandrine

      J’ai cherché un autre adjectif mais je n’ai pas trouvé. Je dirais peut-être aussi un peu simpliste, ou que le style n’est pas à la hauteur de l’histoire racontée…

      • Cela me fait à un roman pour ado que j’ai lu et qui parlait à peu près du même sujet, donc je passe

  12. J’aimerais beaucoup découvrir cet auteur, avec ce titre ou un autre, j’ai déjà eu l’occasion de lire sur la manière dont les autochtones, les Premières Nations, ont été traitées au Canada. Je vais brancher ma libraire de Bruxelles là-dessus 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *