Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer

Faut-il manger les animaux

Faut-il manger les animaux ? est un livre qui fait peur. Parce que chacun sait, avant même de l’ouvrir, que la réponse apportée par Jonathan Safran Foer sera négative. Ce livre donne mauvaise conscience. Pourtant, il ne défend pas le végétarisme en soi, encore moins le véganisme comme idéal de vie. Il est une charge contre l’élevage industriel. Ce qui signifie en clair que ce texte n’est pas une rêverie sur les liens doux et affectueux entre l’homme et les animaux, une réflexion sur l’égalité entre espèces vivantes, une condamnation de l’hégémonie humaine et de l’anthropocentrisme actuel.

Ce livre dénonce les pratiques de l’élevage industriel et ne peut que conduire tout un chacun à ne plus manger la viande qui en est issue. C’est-à-dire quasi toute la viande produite aujourd’hui dans nos pays modernes.

J’ai le choix pour cet article de l’illustrer ou non de photos absolument insupportables. Je choisis de ne pas le faire car j’en appelle à votre intelligence plus qu’à vos émotions, même si le dégoût, la colère et la compassion sont ici les moteurs premiers de la démarche intellectuelle.

Plus personne ne peut dire qu’il ignore les tortures endurées par les animaux d’élevage. Mais pourquoi la très grande majorité des gens choisit de les ignorer, de faire comme si elles n’existaient pas, c’est ce qui est difficilement compréhensible. Malheureusement,

Personne ne peut nier sérieusement et longtemps que les hommes font tout ce qu’ils peuvent pour dissimuler ou pour se dissimuler cette cruauté, pour organiser à l’échelle mondiale l’oubli ou la méconnaissance de cette violence.

Personne n’est d’accord pour qu’une vache soit écorchée vivante, pour qu’une truie écrase ses propres petits faute de place, pour qu’une poule ne voie jamais la lumière du jour. Mais pourquoi manger cette vache, cette truie et cette poule ne pose de problème à quasiment personne ?

Parce que la viande, c’est bon et qu’on a envie d’en manger.

Donc, pour assouvir une envie individuelle, un plaisir personnel et un besoin non indispensable, chacun, en conscience puisqu’il sait ce qu’on fait subir aux animaux, est prêt à oublier ce qu’était son steak ou son escalope avant d’atterrir dans son assiette : un être vivant et donc sensible. Parfois même un être intelligent (le cochon), et bien plus intelligent qu’on le croit : lire ce que Frank Reese, éleveur de dindes, déclare à propos de ses animaux est juste bouleversant. Il ne donne pourtant pas dans la sensiblerie, c’est un éleveur et ses dindes meurent pour être mangées, mais il est attentif et humain.

C’est très étonnant d’écouter une maman dinde. Elle a une incroyable gamme vocale pour s’adresser à ses petits. Et les petits comprennent. Elle peut les appeler pour qu’ils viennent se blottir sous ses ailes, ou bien leur dire de se rendre de tel endroit à tel autre. Les dindes ont conscience de ce qui se passe et elles sont capables de communiquer – dans leur monde à elles, dans leur langage à elles. Je n’essaie pas de leur attribuer des caractéristiques humaines, parce que ce ne sont pas des humains, ce sont des dindes. Je vous dis simplement ce qu’elles sont.

Manger de la viande aujourd’hui c’est cautionner les souffrances infligées aux animaux. A chaque fois que vous achetez de la viande dans un supermarché ou manger dans un fast-food vous êtes responsable de la violence infligée aux animaux. Alors vous préférez ne pas y penser. Oublier consciemment qu’on est responsable rencontre efficacement la volonté de l’élevage industriel de cacher ses pratiques. Aucun de ceux qui mangent de la viande industrielle n’a envie d’aller visiter un abattoir. Pourquoi ? Et ça tombe bien, ça n’est pas possible. Pourquoi ?

Jonathan Safran Foer a enquêté pendant plusieurs années. Il a rencontré des éleveurs qui se souciaient du bien-être de leurs animaux, et même de la façon dont ils étaient tués. Il a rencontré des végétaliens qui aidaient à construire des abattoirs. Toute sorte de gens scandalisés par la façon dont nous cautionnons la barbarie et qui ont décidé d’agir.

Voir ma bibliographie (non exhaustive) sur la condition animale et les droits des animaux

Agir contre cette souffrance injustifiée ne signifie pas monter des commandos pour libérer les animaux d’élevages industriels. Parce que ces animaux seraient incapables de vivre à l’état naturel : ce sont des animaux génétiquement modifiés qui n’ont plus rien à voir avec la nature de leurs ancêtres.

Entre 1935 et 1995, le poids moyen des poulets de chair a augmenté de 65%, tandis que la durée de leur croissance maximale chutait de 60% et leurs besoins en nourriture de 57%. Pour se faire une idée du caractère radical de ce changement, il faut imaginer des enfants atteignant 150 kilos à l’âge de dix ans tout en ne mangeant que des barres de céréales et des gélules de compléments vitaminés.

La plupart des dindes et des poules ne peuvent pas se tenir debout. Les mammifères sont incapables de se reproduire. De plus, ce sont des animaux en mauvaise santé car bourrés de médicaments sans être malades.

Les animaux d’élevage ne sont pas en bonne santé car

L’élevage industriel n’est pas là pour nourrir les gens, il est là pour faire de l’argent.

Vous mangez, pour le plaisir de quelques minutes, des animaux qui ont souffert toute leur vie et qui de plus sont en mauvaise santé. Manger cette viande aujourd’hui ne contribue pas à manger sainement ni même tout simplement à être en bonne santé.

Agir contre cette souffrance injustifiée peut passer par un choix pointilleux de l’approvisionnement. Jonathan Safran Foer a été un « omnivore sélectif« , ne mangeant que de la viande issue d’élevages traditionnels ou familiaux. Cette saine démarche n’est envisageable que pour quelques individus à petite échelle, et généralement, elle réduit considérablement la consommation de viande. Mais qui sait d’où vient la viande achetée chez le boucher local ? Le petit éleveur n’a pas le droit d’abattre lui-même ses animaux : quelles sont les pratiques de l’abattoir qui s’en charge pour lui ?

Être un « omnivore sélectif » n’est pas possible en société, comme l’explique très bien Jonathan Safran Foer. Vous pouvez chez vous choisir de ne manger que deux fois par semaine de la viande achetée chez un producteur bio local. Mais quand vous êtes invité chez des amis, vous ne pouvez pas leur demander de ne cuisiner que ce type de viande. Pareil pour la restauration collective ou dans un restaurant. Par contre, partout vous pouvez demander un plat végétarien.

Se déclarer végétarien en société suscite toujours une réaction qu’elle soit hostile, favorable ou simplement curieuse. Ce n’est aujourd’hui pas anodin de refuser la consommation de masse (je le sais très bien dans un tout autre domaine : je n’ai pas de téléphone portable). Dans le meilleur des cas, quelques remarques ou questions fuseront et obligeront chacun à s’interroger. C’est un début.

J’ai plusieurs fois entendu des gens me dire : « s’il fallait commencer à réfléchir à ce qu’on mange… ». Ce à quoi je réponds que « commencer à réfléchir  » n’est jamais un mal. Oui car le consommateur qui commence à réfléchir est la hantise de l’industrie alimentaire, des publicitaires et autres menteurs du marketing et de l’argent. Pourtant, commencer à réfléchir est le premier pas vers l’ouverture d’esprit qui, comme chacun sait, n’engendre pas de fracture du cerveau.

Cake au bleu et aux noix, quiche au butternut. Gâteau aux pommes et mascarpone. Yaourt à la confiture. Eau aromatisée menthe citron.
Tout est fait maison !

.

Faut-il manger les animaux ?

Jonathan Safran Foer traduit de l’anglais par Gilles Berton et Raymond Clarinard
L’Olivier, 2010
ISBN : 9782879297095 – 368 pages – 22,30 €

Eating Animals, parution aux États-Unis : 2009

..

21 commentaires sur “Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer

  1. keisha

    (au sujet du portable, tu as bien vu, je n’ouvre pas grand les yeux et ai dernièrement ‘refusé’ un truc moderne gagné sur internet -qui n’avait pas l’air d’une arnaque. J’en ai un en cas de problème la nuit dans ma voiture (mais comment faisait-on avant? ^_^) et m’en passerais facilement.)
    Pour la viande, le ‘pire’ dans mon cas (on a déjà parlé du reste) c’est que je n’aime pas vraiment la viande, et m’en passerais volontiers. Faudrait juste du courage. A la conférence dont je te parlais on conseillait de passer doucement végétarien, pas tout d’un coup, quelques jours par semaine au début.
    Tu sais, je sors d’une enfance où quasiment tous les animaux mangés, on les connaissait !
    Ton appétissant plateau repas est une bonne idée d’illustration.

    • Sandrine

      Je suis d’accord pour le progressif. Je n’ai pas coupé les ponts d’un coup. Ça m’a permis de comprendre qu’il fallait que je passe du temps en cuisine car je n’avais pas et n’ai toujours pas l’intention de manger des endives bouillies et du tofu ! Le plus long dans tout ça, c’est quand même d’éplucher les légumes et de faire la vaisselle 🙂

  2. C’est une réflexion à engager c’est certain

    • Sandrine

      J’espère que ce billet t’y aidera 😉

  3. Un livre qui semble effectivement essentiel, pendant très longtemps je ne me suis pas souciée de ce que je mangeais et de la souffrance animale (très clairement jusqu’à récemment, je n’imaginais pas que c’était à ce point, je viens d’une région agricole où je vois paître les vaches tranquillement dans leur pré)
    J’ai regardé le mois dernier un documentaire qui s’appelle Love Meat Ender et qui évoque également la souffrance animale et la dégradation ahurissante des conditions de vie et d’abattage des animaux, ainsi que de leur alimentation…et donc de la qualité de la viande que nous mangeons. Un problème complémentaire est l’impact écologique de cette alimentation animale : quand j’entends qu’il faut 16000 litres d’eau pour produire un kg de viande, j’hallucine! (et le fait de prendre des douches rapides et fermer le robinet quand on se lave les dents, devient juste risible en comparaison…). Pareil pour le méthane que rejettent les vaches à cause de leur alimentation qu’elles n’arrivent pas à digérer convenablement…
    Dans le documentaire, le journaliste estimait le véritable prix d’un hamburger non pas à 5 euros mais à minimum 200 euros si on prenait en compte l’impact de sa « fabrication » sur la santé et sur l’écologie …

    • Sandrine

      Jonathan Safran Foer aborde également les conséquence de l’élevage industriel sur le climat et l’écologie : je ne les ai pas abordées ici car ce billet est déjà très long…. Tu as donc bien raison de le souligner et je m’en vais de ce pas farfouiller le net pour trouver le documentaire dont tu parles.

  4. J’aime beaucoup ton billet. Un jour, je me déciderai à le lire cet essai. Je me sens assez mal à l’aise avec le sujet maintenant. J’étais proche d’un végétarisme total, mais avec mes problèmes alimentaires où je ne peux consommer ni fruits, ni légumes, ni gras, ni ni ni .. j’ai été obligée de manger un peu plus de viande qu’avant, alors que je n’ai aucun attrait pour … Je n’achète qu’aux petits producteurs du coin, mais je ne peux tout de même pas être sûre à 100 % que les bêtes ne sont pas maltraitées à un stade ou à un autre.

    • Sandrine

      Évidemment, quand la santé est en jeu, tout devient plus difficile. L’apport en protéines est très important, et si, malgré ce qu’on veut nous faire croire, il n’y a pas que la viande qui en contient beaucoup, il faut pouvoir compenser par une alimentation riche en fruits et légumes et aussi en laitage.

  5. Pas encore totalement végétarien, même si ma consommation de viande a nettement baissé depuis très longtemps, j’achète ma viande dans des réseaux locaux garantis anti élevage industriels. Quant à ce livre, je l’avais vu il y a un moment, pas pris mais envie d’y regarder de plus près quand même

  6. Je n’aurai pas imaginé une seule minute que l’auteur de ce livre réponde oui à sa propre question.

  7. Complètement d’accord avec toi, un indispensable… je mangeais déjà peu de viande avant de le lire, et ma consommation carnée se réduit aujourd’hui à quelques volailles que je choisies selon des critères drastiques (et pourtant, je suis à l’origine une grande mangeuse de viande rouge…).
    Safran Foer fait passer le message sans être donneur de leçons : les faits relatés sont suffisamment glaçants pour interpeller le lecteur et le pousser à réfléchir à sa consommation …
    J’ai sur ma PAL « Bidoche » du français Fabrice Nicolino, auquel je ne me suis pas encore attaquée, mais qui présente un état des lieux de l’élevage industriel en France.

    • Sandrine

      Le ton de Safran Foer est bien celui que tu décris : il n’a pas besoin d’être véhément ou passionné, les faits parlent d’eux-mêmes… Pour Bidoche, ton avis m’intéresse.

  8. Personnellement, je n’aime pas la viande car je n’aime pas la texture dans la bouche. Du coup je n’ai pas vraiment de problème avec cela. Je me pose plutôt des cas de conscience sur les fruits et légumes (surtout quand tu fais ton jardin, il y a une tellement grosse différence. On a l’impression que tout a été modifié pour faire de l’argent) et sur les poissons. Mais parle-t-il des poissons dans son livre car tu ne parles que de viande alors que le titre parle d’animaux ?

    • Sandrine

      Oui, il est question de poissons : de l’élevage industriel (saumon) et de la pêche intensive . Avec des chiffres tout aussi incroyables : pour un type de pêche, la pêche au thon par exemple, on pêche 98% d’autres poissons qu’on rejette en mer, morts bien entendu.
      Pour moi, viande de mammifères ou viande de poissons, c’est toujours des animaux morts dans l’assiette…

  9. J’ai trouvé ce texte percutant et essentiel ! Il a été l’une de mes lectures décisives dans mes choix récents 🙂

    • Sandrine

      Je crois que c’est un texte qui a fait réfléchir beaucoup de monde et qui fait encore changer les mentalités. Si je l’avais lu avant le livre de Vincent Message, je serais sans doute retournée au végétarisme de mes vingt ans après cette lecture. Mais ça c’est fait avec Défaite des maîtres et possesseurs que je trouve encore plus parfait car Vincent Message écrit un roman, non une enquête comme Jonathan Safran Foer, et littérairement, c’est très puissant.

  10. sujet délicat. Je ne suis pas une pro-viande-à-tout-prix mais j’en consomme. Psychologiquement, j’ai l’impression de tenir moins longtemps suite à un repas végétarien (c’est stupide, je sais). Ce que je trouve aberrant, c’est d’avoir encore du mal à affirmer et respecter ses choix aujourd’hui (dans les cantines, les restaurants, etc.)

    • Sandrine

      Il faudra que je t’invite chez moi : avec mes quiches et mes gratins, tu serais calée 🙂

  11. Cet article est très intéressant ! Je n’ai jamais mangé beaucoup de viande et j’ai de plus en plus de mal à prendre plaisir à en consommer. Je suis depuis longtemps fan de protéines végétales 🙂 Mais je pense que le livre sera trop dur pour moi.

    • Sandrine

      Tu as bien raison et on ne sait pas assez qu’il y a en effet beaucoup de protéines dans certains légumes. Si tu crains des scènes de descriptions atroces, ce n’est pas le cas : Safran Foer s’en tient aux faits et c’est bien suffisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *