La serpe de Philippe Jaenada

la serpeJe ne sais pas vous mais moi, quand j’étais gamine, j’écoutais avec passion Pierre Bellemare raconter de sa voix de velours les crimes les plus horribles. A la fois effrayants et fascinants, ces récits se terminaient parfois sans qu’on nous propose de coupable… Clope au bec et whisky à la main, l’inspecteur Jaenada se penche dans La serpe sur un cold case des plus étranges, passionnant dès la première page : les crimes du château d’Escoire qui rappellent par bien des aspects les sordides récits radiophoniques.

Un matin d’octobre 1941 (sous l’Occupation donc), trois habitants (sur quatre) d’un très imposant château du Périgord sont retrouvés massacrés à coups de serpe rouillée : le propriétaire, Georges Girard, sa sœur Amélie et leur bonne Louise, tous de passage car ils ne vivent que très épisodiquement à Escoire. Seul rescapé de la boucherie, le fils Henri Girard que tout, absolument tout accuse (je vous passe les détails, ils sont multiples). Lui se déclare innocent, il ne sait rien, il dormait et n’a rien entendu. Pour parfaire le tableau du coupable idéal, il est arrogant, dépensier et irrespectueux au possible. En clair, un sale con sociopathe. L’enquête ne traine pas et le procès a lieu en 1943. Tout le monde sait qu’Henri Girard va y perdre la tête, c’est évident. Sauf que c’est un ténor du barreau qui le défend : Maurice Garçon, ami de son père Georges. Et à la stupéfaction de tous, c’est l’acquittement, à peine dix minutes après que les jurés se sont retirés pour délibérer..

Philippe Jaenada, à sa façon très particulière, raconte Henri Girard. D’abord son enfance et surtout sa vie de sale gosse de riche, largement commentée par les journaux au moment des faits. Malin, Jaenada n’en vient pas tout de suite aux meurtres (Jaenada ne va jamais directement à quoi que ce soit) : il s’arrête à la veille du drame et raconte plutôt l’après procès : la vie de misère, le Venezuela, l’écriture du Salaire de la peur sous le pseudonyme de Georges Arnaud, la célébrité…etc. Le lecteur qui ne connaît pas encore le sort d’Henri Girard comprend qu’il n’a pas été condamné mais ronge quand même son frein : va-t-on enfin en venir au carnage ?! Du sang, que diable !

(On attend les crimes, les coups de serpe, la barbarie et le mystère, j’en ai bien conscience, pardon, mais ça ne va plus tarder – dans Jacques le Fataliste, on poireaute (gaiement, mais tout de même) jusqu’aux dernières pages pour que Jacques raconte enfin à son maître comment il a relevé le jupon de la belle Denise sur ses cuisses pour lui enfiler une jarretière, rien de plus, on acclame Diderot à juste titre, j’estime qu’on ne peut pas m’en vouloir.)

Et oui, on y arrive enfin. Jaenada reprend l’enquête, le procès. Il farfouille dans la presse locale et nationale, bref, c’est comme si on y était. Et c’est bien. Mais quelque chose en moi se dit que La petite femelle, c’était quand même mieux que La serpe. Oui mais voilà que le procès est fini, Henri acquitté et qu’on nous a déjà raconté la suite, jusqu’à sa mort. Et on n’a pas encore lu la moitié du roman…. Il reste plus de trois cents pages : qu’est-ce que Jaenada a encore à nous dire sur Henri Girard, probablement meurtrier mais acquitté grâce à l’éloquence d’un avocat superstar ? Même raconté à la Jaenada, c’est-à-dire avec beaucoup de digressions, qu’est-ce qui peut prendre encore autant de pages ?

C’est simple : Henri Girard ayant été acquitté, le coupable n’a pas été condamné. Il faut donc 1/démontrer l’innocence de Girard 2/trouver le coupable.

Sachez que vous resterez pendant la lecture des trois cents pages restantes sans boire, ni manger, ni dormir. Car en mesurant l’ampleur de la découverte de Jaenada et de son travail, vous ne le lâcherez plus, vous le suivrez pendant des heures (même si lui, ce sont des mois entiers qu’il a consacrés à ce roman-enquête). C’est minutieux, un travail de fourmi et c’est énorme. Jaenada ne va pas interroger à nouveau les témoins, tous morts depuis longtemps. Il ne prend pas du LSD pour avoir des visions de ce qui s’est passé il y a plus de soixante-dix ans (même s’il boit toujours autant et ne manque jamais de souligner son alcoolisme, ça fait partie du personnage qu’il joue (ou pas)) (mince, c’est vraiment contagieux ce truc des parenthèses !).

L’écrivain-enquêteur s’enferme dans les archives départementales de la Dordogne et lit, tout simplement. Il lit les déclarations des uns et des autres, les comptes rendus d’enquête. Le matériau de base disponible aux enquêteurs et aux juges d’instruction. Il y a une chose qui change : les lunettes, le point de vue. Avec Henri Girard présent sur les lieux du massacre et ne laissant paraître aucune émotion, la police a le coupable idéal sous la main. On ne va pas aller chercher midi à quatorze heures, tout concorde comme le montre la première partie de La serpe. Jaenada n’y croit pas. Il change donc la focale et ce qu’il révèle dès le début de cette seconde partie prend aux tripes : la correspondance entre Henri Girard et son père.

Il y a les écrivains qui racontent leur rupture, leur grand-père résistant, le cancer de leur femme : la littérature et la vie, les concepts d’autofiction, d’exofiction et autres parce que chez nous, on aime inventer des mots qui en jettent, même quand il en existe déjà qui font le job (autobiographie, biographie romancée, roman historique…). Et puis il y a Jaenada, qui s’empare d’un sujet, se coule dedans et raconte tout. Il traite le sujet, la façon dont il l’a travaillé et lui en train de travailler. Mille et un petits détails, des anecdotes en pagaille qui donnent le ton et font le style Jaenada, reconnaissable entre tous. Ils allègent le sordide du propos et feraient presque croire que tout ça se fait facilement. Enfin, se ferait facilement sans les tracas du séjour en province…

J’ai bourlingué dans ma vie, je ne suis pas du genre à faire la chochotte, et je n’ai aucun mépris pour la province, on n’est plus au XVe siècle, mais l’eau du robinet… Périgueux a gardé un cachet très pittoresque, très médiéval. Je ne sais pas, le système digestif des habitants s’est peut-être habitué – en Égypte, sur le bateau avec Anne-Catherine et Ernest, on a vu sur les berges des paysans boire l’eau du Nil, et ils paraissaient en pleine forme (pas trop le moral, mais physiquement impeccables). J’ai préféré ne pas prendre de risque, Columbo ou Hercule Poirot ne seraient arrivés à rien s’ils avaient dû passer leurs journées aux toilettes. J’ai rempli la bouilloire qui se trouvait sur le petit plateau avec les sachets de thé et de Nescafé, et j’ai fait bouillir. (Je ne sais plus si je l’ai dit, mais j’ai bourlingué) Ce qui ne m’est pas venu à l’esprit tout de suite, c’est qu’il allait falloir que ça refroidisse, l’eau bouillante désaltère mal. Après trente-cinq minutes à regarder, dans un demi-sommeil pénible, un reportage sur les flics de Toulon qui traquent les délinquants dans les moindres recoins, j’ai ingurgité un grand gobelet d’eau tiédasse, avec les particules de calcaire de la bouilloire qui flottaient à la surface.

Et il y a Anne-Catherine. Anne-Catherine, c’est la femme de Philippe Jaenada ou bien un personnage récurrent inventé par Jaenada et qu’il fait passer pour sa femme, ajoutant une bonne dose d’humour au propos. Parce que franchement, Anne-Catherine est pour le moins… fantasque. Idem pour Ernest, le fils qui s’il existe d’une façon ou d’une autre doit trouver matière à rire dans cet avatar de papier. S’il a de l’humour, bien sûr.

En passant, Philippe Jaenada nous fait également part des derniers rebondissements dans l’affaire Pauline Dubuisson, un peu de Sulak aussi en passant. Et bien sûr, il s’excuse grandement de tous ces atermoiements, détails et autres tergiversations, comme si on lui en voulait, comme si on ne le lisait pas aussi pour ça.

Ça n’est pas une des moindres qualités de l’écrivain Jaenada : personne ne pourrait lire avec passion des comptes rendus d’enquête, des interrogatoires et contre-interrogatoires à la pelle. Grâce à cette écriture à la fois drôle et minutieuse, on dévore plus qu’on ne lit les plus de six cents pages de La serpe qui parlent aussi de Justice, de France soumise, de lutte des classes et surtout d’un homme bafoué et détruit. Jaenada écrit parce que l’affaire du château d’Escoire n’a pas fait que trois victimes : Henri a passé dix-neuf mois dans une prison sordide avant de vivre une vie fracassée par la perte des siens et l’incarcération.

Il faut donc pas mal d’humour pour que tout ça ne soit pas sordide jusqu’au malaise. Il en faut aussi pour contrer les émotions que l’ours Jaenada expose et refoule à la fois. Car il est beaucoup question de relations père-fils dans La serpe : Henri Girard et son père Georges mais aussi Philippe Jaenada et son (pseudo) fils Ernest. Et l’humour n’y peut rien : l’émotion est bien là.

Messieurs mesdames les jurés (des prix littéraires), il est grand temps de reconnaître l’excellence de maître Jaenada, avocat des causes perdues et virtuose de la prose en apparence alambiquée. Qui aujourd’hui maîtrise à ce point la syntaxe ? Qui construit ces cathédrales de mots, tout en élégance, finesse et équilibre ? La phrase de Jaenada menace de vous semer et pourtant vous guide avec bonheur de parenthèses en digressions vers la compréhension d’autant plus appréciée qu’elle est attendue. C’est du grand art, reconnaissez-le enfin messieurs et mesdames les jurés…

A tous les courageux qui ont lu jusqu’ici ce billet qui dit à peine mon enthousiasme pour La serpe, j’offre une perle trouvée sur le net, une merveille d’autodérision qui vous fera au moins sourire mais certainement rire aux éclats, comme moi (Ah, le naze de Soissons ! Le projet à Paulo !) : Pierre Bellemare racontant la bonne ville d’Escoire.

Philippe Jaenada sur Tête de lecture

.

La serpe

Philippe Jaenada
Julliard, 2017
ISBN : 978-2-260-02939-7 – 643 pages – 23 €

..

..

..

..

28 commentaires sur “La serpe de Philippe Jaenada

  1. keisha

    Mais quel billet! Mais quel roman! Ne t’inquiète pas, c’est positivement impossible d’écrire un billet sur un des romans de J sans y flancher des parenthèses! Tu penses bien qu’après la petite femelle (où on parlait de la serpe, en vitesse) je veux lire ce roman, qui sera à la bibli un jour (mais va me falloir une serpe pour l’emprunter, je le sens (oui, les parenthèses, je sais, pas ma faute)). L’auteur sera aussi à chateauroux courant novembre (je dis ça je dis rien)

  2. Du coup, je ne sais plus quoi faire : sortir La petite femelle de mes étagères ou courir en librairie acheter celui-là… en fait la réponse est évidente (les deux, mon capitaine…) !!
    Et j’espère, oui, qu’il l’aura ce Goncourt !

    • Sandrine

      Ah je ne sais pas, oui lis les deux en même temps, mais fais quelque chose ! 🙂

  3. Ah mais oui ! Pierre Bellemare !!!!!

  4. J’ai tout lu (pas le roman, ton billet – oui, j’adore les parenthèses) et je dois dire que tu en parles magistralement bien de ce roman. A tel point que même si je déteste les écrivains parlant (dans leur bouquin) de la façon dont ils ont mené leur enquête (comme Foenkinos dans Charlotte par exemple), je suis partant pour lire celui-ci tellement tu es convaincante.

    • Sandrine

      Ah Jérôme, tu me poignardes avec Foenkinos ! Le malheureux a trois mots de vocabulaire, et avec Charlotte il atteint des sommets : alors qu’il cherche à se donner un style, tout ce qu’il réussit à faire ce sont des phrases sujet/verbe/complément d’une platitude à mourir de rire. Non vraiment oublie, Jaenada n’a rien à voir. Je sais que son style énerve certains, mais ça se guérit. J’ai refilé La serpe à mon mari avec un air ingénu en disant « mais non, tu l’as jamais lu cet auteur ». Le gros mensonge (bon, sa lecture remontait quand même à 2010, il a lu quelques livres depuis…) n’a pas tenu trois pages, il a tout de suite reconnu le style « verbeux » disait-il. Faut croire qu’il (mais qui ? le mari ou l’écrivain ?) a changé (non pourtant, je n’ai pas divorcé…) parce qu’il (le mari) est en train de dévorer La serpe (je l’ai même entendu rire hier soir) !

  5. Personne n’est à la hauteur de Pierre Bellemare pour ce genre d’histoires.

  6. Tu donnerais envie de lire ce roman à un analphabète !! Je n’ai jamais lu Jaenada, il va vraiment falloir que je le fasse et je vais revenir écouter plus tard Pierre Bellemare qui a bercé mes jeunes années.

  7. Je suis en train d’achever ce bouquin, et je te rejoins, sur les questionnements en cours de lecture (mais qu’est-ce qu’il va encore bien pouvoir raconter ?!) et sur le côté passionnant et envoûtant du bouquin sur sa seconde moitié.

  8. Pierre Bellemare, l’idole de toute une génération 🙂

  9. ça me tente carrément ce roman !!

  10. J’ai adoré La petite femelle, je ne passerai donc pas à côté de celui-ci, c’est tout bonnement impossible ! Bon, les craquages en librairies s’enchaînant, je vais peut-être le lire en numérique, ce sera moins (cher et moins) lourd !

  11. Les histoires de Pierre Bellemare, un plaisir un peu honteux, quand même, de se régaler avec ! J’adorais ! Avec la petite femelle, j’ai balancé tous mes préjugés sur Jaenada, que je trouvais verbeux, comme ton mari (pas ton mari, verbeux, évidemment) … En n’ayant lu que dix pages du Chameau sauvage ! Je n’ai donc lu que le début et la fin de ta note, ne voulant en savoir que le moins possible, mais déjà ravie de voir le coeur rouge ! Je me retiens donc, mais pas de lire La serpe !

  12. Je vais le lire, mais pas tellement par intérêt pour cette histoire mais parce que j’aime le style et l’humour de Jaenada. (Et vive les parenthèses!)

  13. Oh Pierre Bellemare, c’était trop bien !

  14. Je voulais d’abord lire La Petite femelle mais tu m’as convaincue, je vais me précipiter sur celui-là!!

  15. nathalie

    Je suis assez sceptique mais après un tel billet… je le lirai sans doute quand il sortira en poche !
    Cela me rappelle l’époque où j’écoutais les documentaires de France Culture sur les faits divers mystérieux et non résolus, c’était super. Je devrais reprendre le temps de farfouiller là-dedans.

  16. Il est déjà sur ma PAL mais là, tu me donnes envie de me ruer dessus toutes affaires cessantes…

  17. J’aime l’homme, très sympathique. Je n’ai lu qu’un livre de lui, j’étais mitigée mais je veux bien retenter, après la lecture de ton billet.

  18. Bonjour Sandrine, quel enthousiasme. Toujours est-il que c’est l’un des seuls romans que je veux lire de cette rentrée même si ce n’est pas tout de suite. Bonne après-midi.

  19. Quel enthousiasme !

  20. On a mis « La Serpe » à l’affiche du prochain Bibliomaniacs, que j’ai hâte de le commencer, je sens que je vais me régaler!

  21. Je n’ai pas lu ton billet, juste les premières lignes, parce que j’ai très envie de lire ce livre. Et que ton billet me fait penser qu’il va falloir que je me le procure très très vite.

  22. Je n’avais pas été convaincue par le seul roman de l’auteur que j’ai lu (il y a bien dix ans je crois), mais à force de voir des billets aussi enthousiastes sur celui-ci, je suis intriguée. Ca n’est pas trop frustrant de ne pas avoir le vrai fin mot de l’histoire ?

    • Sandrine

      Pour moi, Jaenada a trouvé le fin mot de l’histoire, en tout cas, il m’a convaincue !

  23. Superbe billet, je crois que je vais me laisser tenter par un prix pour une fois 🙂 (non que je les évite hein, c’est juste une question de rencontre 🙂 )

    • Sandrine

      Oui, il le faut, c’est vraiment un bon roman !

  24. Une bien belle chronique qui correspond bien à ce que j’ai ressenti pendant cette lecture, sauf que je supporte beaucoup moins bien la façon de faire mariner le lecteur et les multiples digressions de Jaenada. J’ai failli refermer le livre pendant la première partie. J’ai bien fait de ne pas le faire car l’enquête est vraiment passionnante. Et il faut un sacré culot pour proposer une solution et un coupable dans cette affaire alors que police et justice n’ont pas su le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *