Les vies de papier de Rabih Alameddine

Les vies de papierJ’ai lu Les vies de papier car il m’a été offert. Celle qui me l’a donné ne m’avait pourtant vue qu’une fois, mais elle a sorti ce livre de sa bibliothèque et me l’a tendu en me disant : « il devrait te plaire ». J’ai attendu pour le lire, attendu le bon moment. Et j’ai beaucoup pensé à toi hier Sylvaine, sois forte.

J’ai donc rencontré Aaliya, beyrouthine de soixante-douze ans aux cheveux bleus. Elle vit seule, très seule dans un appartement trop grand que lui envie sa famille. Mais elle ne veut rien lâcher, pas même accueillir sa vieille mère car sa solitude, elle la chérit.

Elle a été libraire pendant de très nombreuses années et n’a cessé parallèlement de traduire Sebald, Bolaño, Yourcenar, Schulz, Moravia… : tous les auteurs qu’elle aime passent entre ses mains. Non qu’elle maîtrise toutes ces langues, loin de là, elle traduit en arabe à partir de traductions françaises ou anglaises. Étrange procédé qui s’explique au cours du roman et qu’il serait dommage de dévoiler.

Aaliya est une femme de rituels, aussi entame-t-elle une nouvelle traduction à chaque 1er janvier. A soixante-douze ans, serait-il présomptueux d’entamer celle du 2666  de Bolaño ? Cela prendra plus d’un an et elle ne cesse d’être dérangée : par la vieillesse qui rend tout plus lent, par ses voisines qui voudraient bien en savoir plus sur elle après cinquante ans de cohabitation pour certaines, et surtout par les souvenirs qu’elle accueille comme ses seuls amis.

La vieille dame se souvient de sa vie, de son mari impuissant qui l’a répudiée, lui rendant ainsi sa liberté, de sa vie à la librairie, de son amie Hannah, de la guerre, du Beyrouth d’hier. Le récit de ses souvenirs est émaillé de citations et de titres de livres dont elle se souvient bien mieux que les noms des gens.

J’ai beau connaître les personnages d’un roman en tant que collection de scènes également, en tant que phrases accumulées dans ma tête, j’ai le sentiment de les connaître mieux que ma mère. Je remplis les blancs avec les personnages littéraires plus facilement qu’avec des gens qui existent vraiment, ou peut-être est-ce que je fais plus d’effort. Je connais la mère de Lolita mieux que la mienne, et je dois dire que je me sens plus proche d’elle que de ma mère.

Malgré la tendresse que l’on éprouve pour cette femme dont la vie n’est que littérature, son récit m’a parfois ennuyée. Elle ressasse beaucoup sa toute petite vie et son égoïsme la rend amère. C’est une belle chose qu’elle ait trouvé dans les livres un remède à sa solitude, c’est bien plus triste qu’elle en ait fait un rempart contre le monde. Comme sa vie, le récit manque de rythme, s’essouffle parfois et se traine, diluant mon attention.

J’ai cependant apprécié la belle évocation de Beyrouth, ville blessée ainsi que de partager l’intimité de cette femme arabe, mariée de force et délaissée qui m’a semblé réaliste pour autant qu’elle puisse l’être sous la plume d’un écrivain homme.

.

Les vies de papier

Rabih Alameddine traduit de l’anglais par Nicolas Richard
10/18 n°5269, 2017 (première édition française : Les Escales, 2016)
ISBN : 978-2-264-06996-2 – 355 pages – 8,10 €

Pour recevoir le dimanche des nouvelles de Tête de lecture…

Les vies de papier de Rabih Alameddine

27 commentaires sur “Les vies de papier de Rabih Alameddine

    1. C’est peut-être dû au fait, dans mon cas, que j’ai mis plusieurs jours à le lire : j’ouvrais le livre, je la retrouvais toujours au même endroit, toujours avec ses livres… je crois qu’au final, ça m’a un peu inquiétée : finir comme ça toute seule, même entourée de livres alors que la vie est ailleurs (et pour elle bientôt finie), c’est flippant…

    1. Je ne te conseille donc pas d’y retourner puisque moi aussi, je l’avais commencé une première fois. C’était pour me rapprocher, en pensées, de celle qui me l’a offert que je l’ai rouvert. Et de ce côté-là ça a fonctionné. Je pense que ce roman m’aurait plu à une autre époque. Aujourd’hui j’ai tellement l’impression que la vie déborde de partout que je pense que ce roman m’a mis un peu le cafard…

  1. J’ai beaucoup aimė malgré certaines longueurs et dans la foulėe j’ai lu « là où les chiens aboient par la queue  » d’Estelle-Sarah Bulle. Deux romans complètement diffėrents et en měme temps presque identiques. Des lieux que je ne connais pas, Beyrouth et la Guadeloupe, une pėriode de vie qui est la mienne, et deux personnages qui se ressemblent, Alyiah la narratrice du premier et Antoine la principale conteuse de l’autre.
    Le Papou

    1. Il y a peu, une libraire m’a aussi parlé d’un roman dépaysant et qui me semble intéressant. Il s’agit de Le balcon de Dieu d’Eugène Ebodé qui se passe à Mayotte et qui en dit beaucoup, qui dénonce en fait la situation de ce département français. Peut-être te plairait-il, moi il me tente bien…

      1. C’esdt fou que des livres achetés dans une certaine urgence peuvent attendre leur tout de lecture et, certaines fois, e manque d’intérêt qui le laisse penaud sur son étagère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Send this to a friend
Bonjour,
voici un article à lire sur Tête de lecture : http://yspaddaden.com/2019/02/14/les-vies-de-papier-de-rabih-alameddine/